PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivant
 

 Les plus beaux poèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3994
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  15/12/2011
    
                         
Suzanne  /  La Papesse


CORONA

De ma main l’automne grignote sa feuille : nous sommes amis.
Nous écalons le temps hors des noix et l’instruisons à marcher :
le temps rentre à l’écale.

Dimanche au miroir,
on dort dans le rêve,
la bouche parle vrai.

Mon oeil descend jusqu’au sexe de l’aimée :
nous nous regardons,
nous nous disons des paroles obscures,
nous nous aimons comme pavot et mémoire,
nous dormons comme le vin dans les conques,
comme la mer dans le rayon de sang de la lune.

Nous sommes à la fenêtre enlacés, ils nous regardent de la rue :
il est temps que l’on sache !
il est temps que la pierre consente à fleurir,
qu’au désarroi batte un coeur.
Il est temps qu’il soit temps.

Il est temps.

Paul Celan


 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  118
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  08/10/2016
    
                         
Pattrice  /  Barge de Radetzky


Magnifique.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  565
   Âge  :  27
   Localisation  :  va voir sur La Carte si j'y suis.
   Pensée du jour  :  On ne caillasse pas des gens avec des chats, sinon on les chaillasse.
   Date d'inscription  :  06/10/2013
    
                         
Aomphalos  /  Gloire de son pair


Citation :
nous nous regardons,
nous nous disons des paroles obscures,
nous nous aimons comme pavot et mémoire,
nous dormons comme le vin dans les conques,
comme la mer dans le rayon de sang de la lune.

... !
https://aomphalos.wordpress.com/
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  228
   Âge  :  46
   Date d'inscription  :  29/05/2016
    
                         
pehache  /  Autostoppeur galactique



Qu'on ne sait rien

La lune ne sait pas qu'elle est calme et clarté
Et elle ne sait même pas qu'elle est la lune;
Le sable ne sait pas qu'il est le sable.
Aucune chose ne sent sa forme avec étrangeté.
Rien ne ressemble moins à cette main qui mène
Une pièce de bois que les échecs abstraits
Ou que la pièce même. Et le destin, qui sait,
Notre destin aux brefs bonheurs, aux longues peines,
Serait-ce l'instrument d'un Autre ? Pourquoi pas ?
Mais on l'ignore. L'appeler Dieu n'aide guère.
Vains sont aussi la peur, le doute. Une prière
Nous monte aux lèvres, mais elle s'arrêtera.
Moi, je serais la flèche ? Un arc est-il possible ?
Et cet arc, quel sommet peut-il avoir pour cible ?

J.L.Borges
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3959
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


2012. En vol vers New-York – à l'approche du continent le soleil des premiers jours de janvier colore les nuages d'un bleu citronné dont je crois n'avoir jamais vu l'équivalent. Pour obtenir de tels bleus il faut la mer, les nuages, le mois de janvier, un continent, une plaie à vif – et un soleil qui ne recule jamais devant aucun travail, aucune invention, aucune cruauté. Bien que dans une demi-somnolence, je suis en alerte, inquiet. J'ai le livre entier en tête mais rien ne semble allait comme il conviendrait qu'un livre fonctionne. Je le repousse. Ne veux pas de lui, ni lui de moi ; je renverse mon thé et vomis. Confusion. Et surtout honte, violente honte de devoir faire appel à l'hôtesse pour aider à me nettoyer. Je me rends compte que ce livre n'est qu'un tango (du genre de ceux qu'il a fallu être deux pour danser et qui même à deux, ou surtout à deux, demeure solitaire), l'évidence est que mes partenaires n'ont pas arrêté de changer et qu'ils m'ont maintenant tous quitté, les morts indistinctement les vivants, et laissé pour ce que je suis, un étrange étranger qui à toutes choses aura préféré la danse. Solitaire ou non mais obscène, l'injustifiable permanence de ce tango, ma permanence odieuse, cela s'appelle l'écriture et j'en ai la nausée. Comme si les êtres n'étaient bons qu'à être écrit dessus, ai-je seulement su dire que l'amour d'eux me déchire ? Il y a aussi, il y a surtout ceux que l'écriture n'ose aborder, ou qu'elle oserait mais ne peut aborder, et dont précisément, parce qu'elle ne peut parler, elle ne se défera jamais. Je sais que ne perds rien pour attendre, et en effet, le lendemain très tôt, la visite de la prodigieuse rétrospective De Koonig, où les mêmes bleus citrons m'éclaboussent, déclenche un nouvel assaut des deuils, je ne puis rien contenir et le sang innommable de toute ma vie, de toute la mort, afflue dans ma bouche – deuil par rapport auquel ce livre n'est qu'un tissu d'évitements et de leurres. Et les traces de merde, mêlées à celles de rouge à lèvres dans les toilettes des femmes c'est encore pire et plus attirant.

manque, Dominique Fourcade, 2012 (pas précisément des poèmes, mais le livre de ses deuils)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3959
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien




extrait de Vie et Mort d’Un Poète de Merde (Al Dante, 2010), Sylvain Courtoux


Dernière édition par Pasiphae le Sam 22 Avr 2017 - 1:12, édité 1 fois


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5837
   Âge  :  30
   Pensée du jour  :  On va pas faire comme les gens, vivre à cause de l'argent. On laisse tout, on taille la zone.
   Date d'inscription  :  03/01/2010
    
                         
Lo.mel  /  Correcteur apolitique pour Sputnik


Mon Dieu, Pasiphae !

Quel cynisme. Pouce rouge.

Un peu de jolie niaiserie, tiens, pour l'équilibre.



Mon n'sorte de roman : Pionniers, tentative d'une Âme      :rain:


Recette pour faire un bon livre :
1) Écrivez un mauvais livre ;
2) Recopiez le contraire.

Spoiler:
 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1269
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


MONO NO AWARE
LE SENTIMENT
DES CHOSES

(extrait des poèmes empruntés au japonais)
Jacques Roubaud








1                      (le prêtre Mansei)

                  à quoi comparer
        ce monde
                      à la vague blanche derrière
             un bateau parti à la rame

2                      (Akahito)

                 sur la plage de tago
                    passant je vis
                            la neige tomber
                              blanc pur
                   sur le haut sommet du Fuji

3                      (Hitomaro)

     vers l'est
          dans le champ le rouge du soleil
                  levant est visible
     me retournant je regarde
               la lune baisse

4                      (une femme)

                                comme le dieu du tonnerre
                    illuminant près
           des nuages du ciel
                quand je te vois j'ai peur
                          quand je ne te vois pas j'ai mal

5                      (le prince Yuge)

                        avec un mouvement
   de grands bateaux
            sur leur ancre
       à la fin j'ai été usé par l'amour
                  à cause d'une enfant d'homme

6                      (Bunya Yasuhide)

    et l'herbe et l'arbre
             changent de couleur mais
         pour la fleur des vagues
                     de la grande mer
              il n'y a pas d'automne

7                      (Hitomaro)

                          à un bateau je pense
               qu'un voyage caché derrière une île
                               dans le brouillard matinal
                       de la rive d'akashi
            vague     vague

8                      (anonyme)

         le monde
                autrefois était-il
                             si triste    ou
                         l'est-il devenu
              pour moi seulement ?

9                      (un homme)

          plus fugitif même                que l'écriture de
     nombres               dans l'eau qui court               est d'aimer
     quelqu'un             sans retour

10                      (Ono no Komachi)

          si fort
                         mon désir
          je retourne              ma chemise
          baie violette de la nuit

11                      (Ono no Komachi)

          la couleur des fleurs passa
                      les fleurs elles-mêmes fanèrent
          tandis que vainement          je vivais mon temps
          en ce monde      où tombaient les longues pluies

12                      (Ono no Komachi)

          ce monde est rêve ou
                      ce monde est réel
          je ne sais pas ce qui est rêve                               ce qui est réel
          étant          je ne suis pas
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1269
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


ceux-là aussi, que j'aime bien :


22

                                puisque je pense
             que le réel
                     n'est réel en rien
                           comment croirais-je
                    que les rêves sont rêves ?


24

          les années ont fui
                                           je n'aurais jamais cru
                 que je devrais de nouveau passer ici
             j'ai vécu trop longtemps
                    Nakayama-de-la-nuit

25

          ici très loin
                 dans ce creux entre les rocs
                                  ici vivant seul
              ici où nul ne peut me voir
                     je penserai à des choses
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  322
   Âge  :  21
   Date d'inscription  :  13/10/2016
    
                         
Moira  /  Tapage au bout de la nuit


I love you
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  111
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  02/08/2016
    
                         
Chien-dent  /  Barge de Radetzky



Dialogue

Je n'ai jamais pensé à un poème comme étant un monologue parti quelque part de l'arrière de ma bouche ou de ma main

Un poème se place toujours dans les conditions d'un dialogue virtuel

L'hypothèse d'une rencontre l'hypothèse d'une réponse l'hypothèse de quelqu'un

Même dans la page : la réponse supposée par la ligne, les déplacements, les formats

Quelque chose va sortir du silence, de la ponctuation, du blanc remonter jusqu'à moi

Quelqu'un de vivant, de nommé : un poème d'amour

Même quand l'omission, l'indirection, l'adresse pronominale rendent possible cette translation : qu'un lecteur soit devant la page, devant la voix du poème comme au moment de sa naissance

Ou de sa réception : lecteur lecteur ou lecteur auteur

Ce poème t'est adressé et ne rencontrera rien


Jacques Roubaud
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  301
   Âge  :  19
   Localisation  :  atopia
   Pensée du jour  :  « seul sage dans un banquet de gens ivres »
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
rodé  /  Tapage au bout de la nuit


I love you
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  118
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  08/10/2016
    
                         
Pattrice  /  Barge de Radetzky


Oh, Roubaud.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  162
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  20/12/2016
    
                         
Mausolée  /  Tycho l'homoncule


Cap au pire, Samuel Beckett

Encore. Dire encore. Soit dit encore. Tant mal que pis encore. Jusqu'à plus mèche encore. Soit dit plus mèche encore.
Dire pour soit dit. Mal dit. Dire désormais pour soit mal dit.
Dire un corps. Où nul. Nul esprit. Ça au moins. Un lieu. Où nul. Pour le corps. Où être. Où bouger. D'où sortir. Où retourner. Non. Nulle sortie. Nul retour. Rien que là. Rester là. Là encore. Sans bouger.
Tout jadis. Jamais rien d'autre. D'essayé. De raté. N'importe. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux.
D'abord le corps. Non. D'abord le lieu. Non. D'abord les deux. Tantôt l'un ou l'autre. Tantôt l'autre ou l'un. Dégoûté de l'un essayer l'autre. Dégoûter de l'autre retour au dégoût de l'un. Encore et encore. Tant mal que pis encore. Jusqu'au dégoût des deux. Vomir et partir. Là où ni l'un ni l'autre. Jusqu'au dégoût de là. Vomir et revenir. Le corps encore. Où nul. Le lieu encore. Où nul. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux encore. Ou mieux plus mal. Rater plus mal encore. Encore plus mal encore. Jusqu'à être dégoûté pour de bon. Vomir pour de bon. Partir pour de bon. Là où ni l'un ni l'autre pour de bon. Une bonne fois pour toutes pour de bon.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  568
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  nique ta mère
   Date d'inscription  :  12/09/2016
    
                         
Mahendra Singh Dhoni  /  Slumdog pas encore Millionaire


Kevin
 
I go on the scooter to buy bread
it’s like 10am
so I think a bit about god
so I think a bit about Kevin
I stop in the square and high-five the kids
I drink mate they ask me what’s up
I think about Kevin
I say
ah I’m not buying bread I got confused
ha bam moron
Kevin smiles at me
Kevin I smile at you
I start up the scooter it’s like ten thirty
I buy bread and on the way back I see Kevin by a wire fence
then pine-tree road a cow crosses in front
it says hi I say hi ten forty the sun’s my friend
bam burst tyre what luck
I look back Kevin’s coming on a horse
it says hi I say hi he gets down I talk to the horse
Kevin says it’s burst you got bread?
snap I give him bread
we sit in the shade
the shade’s my friend too
a chicken comes it says hi I say hi
snap I give it bread bam it takes a smoke out its pocket
I say chicken you’re wicked it says thanks great bread
Kevin smiles at me
Kevin I smile at you
ten fifty five building a bonfire
the cow goes past here comes the horse
the kids go past they don’t stay
ten in the morning again
awesome time’s going backwards
time’s my friend too
the grass grows the clouds move
Kevin’s my friend
I tell him I like your hair
he tells me I like your eyes
I take his t-shirt off the cow goes the horse goes
ten thirty the wicked chicken goes
he takes my t-shirt off he undoes my trainers
the grass grows the clouds move
Kevin smiles at me
Kevin I smile at you
he takes his trainers off he says I’ll swap you
what size are you bam I put my friend’s trainers on like bread
I like your jacket I like your horse
quarter past ten the sun’s my friend
the grass grows the clouds move
a god is born it’s raining in the town
I see Kevin against a wire fence
I talk to god he says go on like this go on like that
god is my friend this neighbourhood’s my boyfriend
a dirt road hugs me this morning
I go back dragging the scooter Kevin laughs at me
we’re friends I like his hair
I turn two blocks before
I turn two blocks after
thanks for the trainers he tells me
thanks for your hair I tell him.
 

 Les plus beaux poèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 46 sur 49Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48, 49  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque-