PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Le Guide merveilleux de la fantasy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1360
   Âge  :  27
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "On voulait vraiment que les joueurs connaissent le désespoir parce que moi-même je suis très malheureux"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


Bien le bonjour à tous et à toutes !
Cela fait quelques temps que j'ai publié mon premier guide traitant des différents genres de l'horreur, et aussi longtemps que je me dis qu'il faudrait faire le même exercice, cette fois pour la fantasy. Alors voilà : je vous présente le guide merveilleux (il fallait un adjectif, cherche pas) de la fantasy !

Là encore, je tiens à préciser tout comme le précédent que ce guide a pour dessein de donner une image globale d'un genre extrêmement vaste et varié. Des éléments peuvent être incomplets ou des précisions oubliées.


Aux origines de la Fantasy

Si le terme "fantasy" est très récent et ne remonte qu'au XIXe siècle, pour ne prendre son essor qu'au siècle dernier, les éléments du genre ont imprégné la littérature depuis les premières œuvres. On peut citer l'épopée, genre à part entière qui fait guise d'ancêtre antique, avec des œuvres majeures comme L'Odyssée, ainsi que les fables et légendes du Moyen-Âge, notamment les légendes arthuriennes. Les contes ont eux aussi permis de créer cette matière merveilleuse. Ce n'est toutefois qu'au XIXe siècle que le genre apparaît, avec des univers comme Alice au Pays des Merveilles, de L. Caroll. D'abord timidement, puisqu'il a fallu plusieurs décennies pour que le genre soit reconnu à part entière et gagne ses lettres de noblesse.

On peut en particulier citer le magazine Weird Tales, qui, s'il a aidé beaucoup d'auteurs d'horreur, a aussi été un tremplin pour des univers de fantasy (avec, parmi eux, Conan le Barbare). Rappelons que, à cette époque, les éléments d'horreur et de fantasy étaient très proches. Cette fantasy était dès lors réservée à un lectorat adulte, avec une violence omniprésente. H.P. Lovecraft et Clark Ashton Smith, cités dans le guide de l'horreur, ont eux aussi grandement participé aux fondations du genre. Si Lovecraft est considéré comme précurseur, Smith a notamment fondé le courant de la Dark Fantasy (on reviendra sur ce genre plus en détail que dans le précédent guide).

Cependant, cette "fantasy brute", ancrée dans le réel et foncièrement adulte, a été bouleversée et remise à plat dans les années 1940 et 1950. C'est à ces dates que paraissent Le Seigneur des Anneaux, de J.R.R. Tolkien, ainsi que Le Monde de Narnia, de C.S. Lewis : deux romans qui marquent la naissance de la High Fantasy (et de la Low Fantasy) et sa popularisation à travers le monde.


50 Nuances de Fantasy

Sous ce titre (que l'on me pardonnera), je vais reprendre les principaux courants de la Fantasy, en citant pour chaque trois univers (je tente de diversifier les exemples pour généraliser au mieux les courants). Je resterai tout comme le guide de l'horreur dans des références, soit des œuvres connues dans le domaine. Je vais débuter par les gros courants du genre, pour descendre dans les plus "underground". Notons que, évidemment, les genres ne sont pas hermétiques et que les mélanges sont très fréquents. Sur ce, on peut commencer !


Heroic Fantasy

Premier genre de la Fantasy à voir le jour, il est aussi un genre qui conserve de nos jours sa notoriété et a su rester très actif, à tel point qu'il sert parfois (à tort) à regrouper tous les autres genres. L'Heroic Fantasy se distingue par ses dimensions épiques et surtout par le fait de suivre un héros unique (vous l'avez senti venir, hein ?). Ce personnage, doté de pouvoirs fabuleux, affrontera les forces du mal dans des combats parfois violents. Souvent seul, il pourra être suivi d'alliés qui, toutefois, resteront en second plan, ce qui le distingue de la High Fantasy. Ici, le héros possède des valeurs et se bat pour rétablir l'ordre. Egalement, nous sommes en présence d'un univers fictif (séparation nette avec la Low Fantasy).
L'utilisation des éléments de la Sword & Sorcery est courante (contexte d'affrontement entre le héros armé d'une épée ou autre arme matérielle et un antagoniste doté de pouvoirs magiques).

Caractéristiques :
=> Un héros singulier, aidé d'alliés secondaires
=> Une quête contre un ennemi, avec affrontement final
=> Un héros à la force physique qui se bat contre un sorcier
=> Manichéisme relatif. Le personnage peut se montrer égoïste, mais il se bat malgré tout contre un ennemi malfaisant.

Univers de référence : Conan le Barbare, Castlevania, L'Assassin Royal


High Fantasy

Créée et popularisée par Tolkien, la High Fantasy (aussi nommée Epic Fantasy) a durablement marqué le genre de la Fantasy tant son oeuvre phare, Le Seigneur des Anneaux, a bouleversé le monde de la littérature. Elle reste aujourd'hui encore extrêmement active. Dans ce genre, nous suivons un groupe de personnages dans une quête contre le mal. L'aspect manichéen est souvent très prononcé, et les personnages sont porteurs de fortes valeurs morales. Le domaine de l'épique est présent. Il est aussi un genre qui emploie beaucoup la quête initiatique ainsi que la désignation d'un élu du bien par une prophétie (souvent indiquée par un sage).
Ces caractéristiques sont si courantes qu'elles dépassent aujourd'hui le cadre de la High Fantasy.

Caractéristiques :
=> Un groupe de personnages associés dans une quête
=> Caractère prophétique du héros, qui devient l'élu d'une autorité supérieure, sinon au destin
=> Manichéisme prononcé : les protagonistes sont associés au bien, à la lumière, les antagonistes au mal, aux ténèbres
=> Objectifs à grande échelle, enjeux majeurs
=> Utilisation fréquente du registre épique

Univers de référence : Le Seigneur des Anneaux, Warcraft, L'Épée de Vérité


Low Fantasy

La Low Fantasy se distingue des autres genres par une séparation au sein du roman entre le monde réel et le monde merveilleux. Ces deux mondes sont néanmoins connectés par un objet, un personnage ou un lieu. Il est important de noter que, très souvent, les deux mondes ignorent l'existence de l'autre (ou, du moins, le monde réel ignore l'existence du monde merveilleux). Cette particularité le range souvent toutefois dans un autre genre plus vaste de la fantasy, notamment la High Fantasy.

Caractéristiques :
=> Séparation stricte entre monde réel et monde imaginaire
=> Protagoniste transporté d'un monde à l'autre afin d'accomplir une quête d'importance
=> Souvent très proche de la High Fantasy, mais peut parfois dériver (Hellraiser présente des éléments de la Low Fantasy et développe une fantasy infernale).
=> L'action des protagonistes a des conséquences sur le monde d'origine.

Univers de référence : Le Monde de Narnia, L'Histoire sans Fin, Harry Potter


Light Fantasy

La Light Fantasy, ou fantasy humoristique, convient à des récits évoluant dans un univers fictif qui reprend les codes de la fantasy pour mieux les tourner en dérision. C'est le genre de la parodie. Il est fréquent de reprendre les clichés du genre afin de les mettre en exergue (la High en prenant souvent plein la face). Le ton y est léger (d'où le nom), les personnages souvent caricaturaux.

Caractéristiques :
=> L'épique fait place au registre comique
=> Usage des clichés de la High Fantasy (élu, dualité bien/mal, prophétie etc.)
=> Les enjeux majeurs sont remplacés par des quêtes sans véritable importance

Univers de référence : Le Donjon de Naheulbeuk, Les Annales du Disque-Monde, Reflets d'Acide


Grimdark

Sous-genre très récent datant des années 1980, la Grimdark puise ses origines de l'univers de Tolkien et propose un penchant sombre et violent. Le terme, qui peut paraître étrange, vient de Warhammer, qui invitait le joueur à plonger dans les "grim darkness" de son univers. Contrepoids de la High Fantasy, la Grimdark met en scène des personnages amoraux dans des univers sombres et violents, souvent pessimistes. Il est à noter que, même si les protagonistes ne sont pas des parangons de vertu, ils affrontent malgré tout les forces du mal. L'aspect manichéen est néanmoins beaucoup moins visible que dans la High Fantasy, et les enjeux souvent plus personnels. On y trouve notamment la gritty fantasy, qui est centrée sur la politique (G.R.R. Martin en est un représentant).

Caractéristiques :
=> Protagonistes motivés par des objectifs personnels, enjeux réduits au succès égoïste
=> Violence omniprésente. Les combats sont nombreux et développés.
=> Personnages immoraux ou amoraux s'éloignant des parangons de vertu de la High Fantasy.
=> Les notions de bien et de mal sont confuses
=> Emprunt fréquent à un bestiaire monstrueux

Univers de référence : Warhammer Fantasy Battle, Le Trône de Fer, Le Sorceleur


Science Fantasy

Mélange né de la fusion entre fantasy et science-fiction, la Science Fantasy propose un univers futuriste et merveilleux qui met en scène des technologies avancées et des créatures imaginaires. L'aspect SF peut parfois être plus prononcé que celui de la Fantasy, ou au contraire mettre en scène un univers Fantasy avec quelques éléments SF.

=> On peut citer en sous-genre la Space Fantasy. Celle-ci se rapproche de la Science Fantasy, hormis que son univers met en scène l'espace, avec usage fréquent de vaisseaux, de guerre spatiale, de découverte de planètes étrangères et de la mise en évidence de phénomènes stellaires.

Caractéristiques :
=> Mélange entre les codes de la fantasy et ceux de la science-fiction
=> Usage de technologies avancées, exploration spatiale, découverte de planètes inconnues
=> Bestiaire imaginaire, parfois mythologique, avec cohabitation entre science et magie
=> Reprise courante des éléments de la High Fantasy, mais pas indispensable

Univers de référence : Dune, Final Fantasy, La Ballade de Pern


Urban Fantasy

L'Urban Fantasy, comme son nom l'indique, évolue dans un contexte urbain. Une grande ville pour un univers avec des bases fortement ancrées dans le réel, et dans lequel viennent s'immiscer des éléments imaginaires. On est très proche du fantastique, hormis qu'ici l'aspect surnaturel est développé (les créatures fantastiques ayant souvent une dimension très dense et bien à elles). Le postulat de ce genre, en général, tient à ce que la technologie et le développement des connaissances ont repoussé le merveilleux et les créatures fantastiques jusqu'aux frontières de notre monde. Parfois, il arrive donc que l'intrigue se déroule dans un milieu rural (c'est le cas du Labyrinthe de Pan).

=> Le terme français "bit-lit" est utilisé dans le genre, bien qu'il ne soit pas admis par les littératures anglo-saxonnes. La bit-lit regroupe les romans (généralement appartenant à l'urban fantasy, mais pas que) dans lesquels le lecteur suit des créatures "mordeuses" : vampires, loups-garous, zombies…

Caractéristiques :
=> Contexte urbain et époque moderne/contemporaine
=> Nombreux emprunts aux mythologies modernes (utilisation récurrente du loup-garou, du vampire, du mort-vivant, de la mythologie lovecraftienne etc.)
=> Développement d'un univers imaginaire qui permet de se démarquer du fantastique, atténuation du caractère étrange du surnaturel

Univers de référence : Hellboy, Le Labyrinthe de Pan, Underworld


Dark Fantasy

Pour rester dans les mélanges, la Dark Fantasy présente un univers entre fantasy et horreur. On peut distinguer deux formes de Dark Fantasy, selon si l'univers est davantage tourné vers la fantasy ou les éléments horrifiques. Elle diffère de la Grimdark par sa parenté à l'horreur : là où la Grimdark est une High Fantasy beaucoup plus sombre et moins manichéenne, la Dark Fantasy présente des scènes qui n'ont rien à envier aux univers d'horreur. Il développe une mythologie noire à travers des éléments à la fois surnaturels et horrifiques (la magie étant en général l'outil du malfaisant, l'aspect Sword & Sorcery reste très présent). Le contexte est souvent pessimiste, parfois présentant un récit juste avant une apocalypse. Les personnages y sont tourmentés et doivent souvent faire des choix immoraux afin d'assurer leur survie. Les combats sont très détaillés, ce qui pousse naturellement une intrusion du gore. L'érotisme est aussi très fréquent, bien qu'il s'agisse en général de viols (le genre joue avec les tabous). S'il est peu connu du grand public, Clark Ashton Smith a fondé le genre, avec de très nombreuses nouvelles. Zothique fait partie de ces recueils que tout amateur du genre devrait lire. En univers très proche du réel et de la Dark Fantasy, on peut citer Hellraiser (le Livre de Sang).

Caractéristiques :
=> Mélange des codes de la fantasy et de l'horreur. Gore/épouvante très présents (en particulier gore, dans ce que j'ai pu lire/voir)
=> Bestiaire monstrueux. La magie/le surnaturel est souvent associé au malfaisant
=> Personnages tourmentés, dépités par la vie (parfois même souhaitant la mort/une certaine forme de rédemption).
=> Valeurs morales écrasées. Les actes altruistes sont souvent punis (là où la Grimdark punit surtout les actes égoïstes)
=> Victoire du mal (les protagonistes, même s'ils l'emportent avec de graves séquelles, ne peuvent être associés à une idée du bien => idée du "démon intérieur" très fréquente)

Univers de référence : Zothique, Berserk, Devilman


Quelques autres genres en sous-catégorie :

Mythic Fantasy : Une fantasy qui reprend des éléments des diverses mythologies (égyptienne, grecque, romaine, chrétienne, nordique etc.).
Fantasy historique : Un récit qui reprend des faits historiques en y intégrant des éléments surnaturels, à rapprocher de l'uchronie.
Hard fantasy : Semblable à la Hard SF d'où elle tire son nom, la Hard Fantasy introduit des éléments concevables et ne fait jamais appel à la magie comme irrationnelle (l'argument du "Ta gueule, c'est magique" n'a plus cours, et tout doit avoir une base logique et expliquée).
Sword & Sorcery : Vu précédemment, il est aussi un genre pour les univers axés sur la lutte d'un guerrier contre un sorcier.
Fantasy post-apocalyptique : Univers ayant subi un changement qui permet (ou non) d'expliquer l'émergence d'un monde surnaturel.

Comme dans toutes littératures, les sous-genres sont extrêmement variés et parfois très spécialisés. Je pense toutefois avoir mis ici les courants majeurs. N'hésitez pas à compléter si jamais, que je puisse faire des ajouts par la suite Very Happy


La Fantasy, le fantastique et l'épopée : quelles différences ?

S'ils présentent des similarités, les trois genres abordent le surnaturel de manière différente qui permet de les démarquer aisément. C'est justement le rapport aux aspects imaginaires qui est ici essentiel.

L'épopée développe un univers évoluant avec des éléments surnaturels. Cependant, cette dimension mythique est incluse dans le réel au point qu'elle devient elle-même la réalité de son auteur. Ce qui fait que l'épopée est un genre disparu de nos jours, c'est que les légendes illustrées au sein de l'œuvre avaient pour son auteur comme les lecteurs un caractère véridique.

Le fantastique part d'un cadre réel et rationnel. Les éléments surnaturels font toutefois irruption dans ce contexte et entraînent la confusion des personnages. Ces éléments ne sont pas censés exister, mais tentent malgré tout de briser l'aspect réaliste de l'œuvre. C'est cette intrusion qui est généralement au centre de l'intrigue. L'œuvre conserve malgré tout une vision rationnelle et nous fait comprendre que le surnaturel n'est pas normal.

La fantasy brise les règles rationnelles et en pose de nouvelles. L'univers peut être entièrement fictif, des personnages, des espèces jusqu'aux lieux, ou partiellement. Ce qui le distingue du fantastique et le point de vue adopté, qui va sortir le lecteur du réel et le placer dans ce cadre imaginaire. L'accroche du réel peut toujours exister, mais reste beaucoup moins présente. L'intrigue n'est plus du tout fondée sur l'existence d'un élément surnaturel, mais évolue au sein d'un "autre univers" et développe une intrigue qui ne pourrait avoir lieu dans un cadre réaliste. Ici, le surnaturel devient à terme/ est déjà normal pour le personnage (et de facto pour le lecteur).

/!\ Certaines œuvres se placent entre le fantastique et la fantasy et sont difficiles à classer. C'est le cas de Hellraiser de Clive Barker, ou encore de Voyage au Centre de la Terre, de Jules Verne (quoique, pour ce dernier, le qualifier de fantasy serait anachronique, à l'instar d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll, le terme de fantasy n'ayant été officialisé que plus tard).


Divers éléments utiles à un récit de fantasy

Je vais regrouper ici des éléments plus ou moins récurrents, sans distinction particulière entre les différentes genres. Cette section sera à compléter au fil du temps. N'hésitez là encore pas à partager vos idées !

Un sorcier maléfique
Une initiation et une mise à l'épreuve du héros par un duel
Un objet maudit, qui conduit à une autre dimension
Un objet lié à une entité malfaisante
Une arme légendaire capable de vaincre le mal
Une arme dotée d'une conscience diabolique
Un vieux sage et mentor du héros finit par trahir celui-ci
Une rivalité mortelle entre le héros et un membre de sa famille : l'un de ses parents, son frère/sa sœur, son enfant…
Une tour isolée du monde, dans laquelle opère le mal
Des souterrains qui regorgent de richesses, mais habités par une terrible présence
Une ascendance cachée/reniée du héros => ancêtres maudits / prétendant au trône
Prophétie annonçant l'arrivée d'un champion (idée de l'élu et contrepoids au mal)
Déclin du monde, chaos imminent que seules les actions du héros peuvent empêcher
Une bibliothèque ancienne qui regorge de savoirs interdits
Utilisation de créatures courantes (nains, elfes, orcs, gobelins, dragons…)
Dualité magie noire / magie blanche
Technologie ancestrale et extrêmement avancée (difficile à appréhender)
Un vieux livre d'incantations impossible à déchiffrer
Un parent du héros semble le soutenir, mais le trahit
Un roi sage, ou au contraire un roi tyrannique
Relique sacrée cachée dans les entrailles d'un lieu maudit
Présence diabolique dissimulée dans une autorité du bien
Héros marqué/hanté par le mal
Une espèce ancienne se réveille et souhaite reprendre la place autrefois sienne
Un culte secret sort de l'ombre afin de récupérer un bien volé par un personnage
Une race/un être que l'on croyait disparu(e) refait surface
Personnage en exil, nostalgie de sa patrie
Magie ancienne qui protège le héros contre les maléfices
Gain de pouvoir, mais perte d'humanité
Conflit paysannerie/noblesse, avec ordre religieux malfaisant



Espèces fréquentes dans le récit de fantasy

Je vais aborder ici les différentes espèces que l'on croise régulièrement dans un récit de fantasy. Bien sûr, il s'agit de prendre connaissance de ces éléments et d'essayer de briser les déjà-vus et proposant des alternatives plus originales et personnelles. À noter qu'elles sont très présentes surtout dans les récits de High Fantasy (et par extension ceux de Grimdark qui utilisent souvent les mêmes fondamentaux).

Les Humains

Première des espèces et sans doute la plus évidente, les humains sont souvent au centre de l'intrigue et représentent un repère au sein d'un monde imaginaire. Ils sont souvent caractérisés par leur égoïsme et leur soif de pouvoir, mais aussi par leur noblesse et leur loyauté. Ils sont l'espèce aux multiples facettes et peuvent se ranger du côté du bien comme du mal, ou bien ne pas hésiter à s'allier au plus fort et changer de camp. Souvent dans un système féodal, les humains sont fréquemment attirés par une source de puissance. Leur avidité est parfois la cause d'un plus grand mal.

Les Nains

Les nains sont des tailleurs de pierre émérites ainsi que des guerriers certes lents, mais dotés de cuirasses. Ils forgent souvent les meilleures des armures, et leur domaine s'étend sous les montagnes. Ils forment souvent des fratries extrêmement riches mais orgueilleuses, qui se mêlent très rarement aux conflits extérieurs, sauf s'ils y voient un intérêt direct et une source de revenus. Ainsi, ce sont de fins commerçants. Ils puisent leur magie dans les runes, plus fréquemment pour des sortilèges de protection.

Les Hauts-Elfes

Ils ont souvent plusieurs noms, mais le terme de "haut-elfe" revient le plus souvent pour décrire un peuple arrogant et doué pour la magie. Ce sont des chercheurs avides de connaissances, qui dirigent leur territoire d'une main de fer, sous la tutelle de maisons nobles. Ils sont le sang pur parmi les elfes (du moins, ils en sont persuadés) et voient les autres races comme indisciplinées et belliqueuses.

Les Elfes Sylvestres/Sylvains

Les elfes sylvestres (ou elfes sylvains) sont proches de la nature, qu'ils voient comme une entité protectrice. Ce sont des territoriaux, qui ne s'aventurent jamais hors de la forêt et abattent quiconque ose pénétrer dans leur domaine. Ils ne s'intéressent pas aux autres cultures et ne vivent qu'entre eux. Ce sont également d'excellents archers, et des rôdeurs hors pair.

Les Elfes Noirs

Variante guerrière des elfes, les elfes noirs sont expansionnistes et belliqueux. Ils maîtrisent l'art du combat ainsi que les magies destructrices. Ils se montrent souvent cruels et sont les spécialistes de la torture. Naturellement, ils se rangent plutôt du côté du mal.

Les Drows

Les drows ont la peau bleu foncé, grise ou tirant vers le noir. Leurs longs cheveux blancs font ressortir leurs yeux généralement rouges. Les Drows ne sont pas liés à une culture ou un caractère particulier, mais à ces traits physiques. On peut citer les Elfes de la Nuit (Warcraft) qui s'en rapprochent  tout en ayant la culture des elfes sylvestres, ou encore les Elfes Noirs de The Elder Scrolls, qui ont les caractéristiques physiques des drows.

Les Orcs

Féroces et brutaux, les orcs ont la peau verte/grise et une musculature développée. Ils s'organisent en tribus nomades sous la direction d'un chef (une sorte de mâle alpha). À noter que, dans beaucoup d'univers, les orcs femmes n'existent pas (Le Seigneur des Anneaux, Warhammer…). Les différentes tribus s'associent souvent afin de mener des offensives de grande envergure. Le chamanisme est souvent leur forme de magie.

Les Gobelins

Autre membre des "Peaux-vertes", les gobelins sont petits, sournois et connus pour n'attaquer qu'en surnombre. Ils vivent dans les souterrains, ce qui en fait les ennemis directs des nains, dont ils volent -ou essaient de voler) les richesses. À l'inverse des orcs, les gobelins ont une tendance sédentaire, bien qu'ils préfèrent habiter les forteresses bâties par les autres races (les abandonnées sont leurs favorites) plutôt que d'en construire.

Les Trolls

Selon l'univers, les trolls ont connu de nombreuses variantes, bien que des caractères se trouvent souvent en commun. Ce sont des créatures plus hautes qu'un homme, brutales et gloutonnes, qui dévorent tout ce qui leur passe sous la main. Les trolls sont parfois armés de massues ou de gourdins, et beaucoup d'univers les présentent comme des créatures peu intelligentes.

Les Morts-Vivants

Présents dans de nombreux univers de fantasy, les morts-vivants n'ont rien de commun avec les zombies de l'horreur. À la tête de leurs armées, les nécromanciens ressuscitent les cadavres tombés sur le champ de bataille afin de reconstituer leurs forces. Si beaucoup de ces corps ranimés sont contrôlés par la magie noire et incapables de libre-arbitre, les nécromanciens sont quand à eux de puissants sorciers. Ce sont souvent des créatures dotées d'une grande intelligence, parfois même capables de prendre une apparence humaine. C'est notamment le cas des vampires, qui s'infiltrent parmi la noblesse humaine.

Autres créatures courantes : minotaures, centaures, harpies, banshees, dragons, démons, mandragores, loups-garous, golems, gnomes, farfadets, korrigans/lutins, sirènes, cyclopes, hydres, gorgones, tréants, pégases, sphinx, manticores, griffons, hypogriffes, géants, chimères, reptiliens, goules, spectres, salamandres…


Clichés dans un récit de fantasy

Car il fallait bien y venir, je vais traduire ici une liste que j'ai trouvé intéressante, consultable ici dans sa version anglophone : https://www.silverblade.net/cliches/
Comme toujours, ce n'est pas car des éléments sont présents dans votre récit que ça en fait une mauvaise histoire. Seulement, il est bon de varier et d'éviter de trop les accumuler.

INTRIGUE

– Des petites gens viennent d'un pays similaire à l'Angleterre afin de vaincre un méchant sorcier/roi/réaliser une quête/sauver le monde etc.
– Le héros a un sage professeur qui s'avère être son grand-père/sa grand-mère
– Le héros tombe amoureux de quelqu'un d'inaccessible, mais qu'il aura à la fin malgré tout
– La quête concerne un bijou/une épée/un anneau/une boîte ou autre artefact qui peut détruire/sauver le monde
– Redite des légendes arthuriennes ou de Robin des Bois
– Des aventuriers qui ne s'entendent pas entre eux forment une équipe exotique afin de sauver le monde, mais découvrent qu'ils s'entendent plutôt bien en cours de route
– Un novice peu/pas du tout entraîné triomphe d'un vétéran expérimenté
– Un contemporain, souvent américain, se retrouve dans un monde imaginaire, souvent pseudo-médiéval, et réussit sa mission sans mourir de maladie ou d'ignorance
– Une réalité virtuelle qui crée un environnement de jeu qui devient réel et piège les joueurs dans ce monde
– Les parents du héros ne sont pas ses véritables parents (en fait, il est le fils d'un roi/sorcier/guerrier renommé.
– Le vilain est le père du héros
– Des jumeaux sépares à la naissance se retrouvent par accident et accomplissent leur destin
– Un jumeau est bon, l'autre mauvais
– Le héros se rend chez les nains afin d'acquérir un don magique
– Le héros tombe amoureux de l'héroïne au premier regard
– Le héros devient le dirigeant d'un territoire et tout est bien qui finit bien, même s'il a passé ses plus jeunes années en tant que porcher.
– Une femme est violée et devient aventurière pour se venger / Un enfant voit sa famille se faire tuer, devient aventurier pour se venger. La vengeance comme motivation.

PERSONNAGES

– Le gars maléfique veut dominer le monde juste car il est maléfique
– Le héros est un exemple d'altruisme et ne pense qu'au bien commun
– Les dirigeants/sorciers maléfiques en général
– Les femmes qui se déguisent en homme pour partir à l'aventure
– Les héroïnes fortes/audacieuses/impétueuses
– Les héros magnifiques/robustes/élégants
– Le vieux sage sorcier/sorcière/herboriste/chaman/soigneur etc.
– Le héros sauve le monde pour gagner le cœur d'une femme
– Le héros est désigné comme l'héritier véritable par une marque de naissance/un anneau/une épée/un autre artefact.
– Un fidèle serviteur qui connaît la vraie nature de cet héritier vit avec lui en tant que gardien/protecteur/professeur etc.
– Les prêtres qui partent à l'aventure
– Le héros est trop humble pour son propre bien
– Le héros novice est trop compétent/ne fait jamais d'erreurs.
– Le héros et l'héroïne couchent régulièrement ensemble et elle ne tombe jamais enceinte
– Les hommes mauvais qui sont pédophiles/homosexuels/machistes ou toute combinaison de ces critères pour aucune autre raison que de les rendre plus repoussants
– Le mal = hideux, stupide et grossier, tandis que le bien = magnifique, sage et gentil
– Les mages qui usent de leurs pouvoirs en toute occasion et avec excès
– Les mages qui sont aussi des maîtres épéistes

ÉLÉMENTS DU MONDE

– Les armes de l'Apocalypse
– Une race foncièrement bonne/mauvaise
– Quelqu'un a un animal tout mignon
– Plein d'apostrophes dans les langues inventées sans aucune raison linguistique
– Les noms de fantasy qui commencent par X, Z, G, K, ou toute autre consonne dure
– Les noms/mots de fantasy avec un manque de voyelles
– Les noms de fantasy avec beaucoup trop de voyelles
– Les noms s'avancent beaucoup trop sur la personnalité du personnage (un personnage appelé "Cipher" (chiffrer/coder) est une énigme).
– Les personnages qui sacrifient leur vie pour en sauver d'autres, mais qui sont ressuscités ensuite
– Le grand méchant présente un physique avec beaucoup de cicatrices
– Le grand méchant doit tuer au moins un homme de main, peu importe sa loyauté
– Le moindre échec/infraction est puni de mort
– Un énorme et sombre château/tour/forteresse/fort, normalement impénétrable à l'exception du passage secret dont seul a connaissance le guide du héros
– Les serviteurs du mal sont idiots
– Les parents du héros sont morts (ou, pour la variante Disney, la mère est morte, le père est un bouffon attachant)
– Un combat sort de nulle part dans un bar
– Des personnes innocents sauvées d'un sinistre destin pire que la mort au tout dernier moment
– Les passages secrets ne sont jamais piégés
– Des compagnons/serviteurs aveuglément loyaux/dévoués
– Un homme difforme au cœur d'or / un vilain magnifique au cœur noir
– Les sociétés de fantasy fondées sur les Celtes ou les Vikings/Nordiques
– Les empires de fantasy fondés sur les Romains
– Les cultures guerrières fondées sur les samuraïs ou les spartiates
– Elfes, orcs, nains, dragons, licornes et n'importe quelle autre race qui apparaît dans Donjons & Dragons
– Les guerrières amazones / stoïques
– Les amazones aux larges poitrines dans de petits soutien-gorges, qui n'ont aucun souci pour garder leur vêtement et leur équilibre
– Les artefacts de pouvoir
– Les sociétés pseudo-médiévales avec des sensibilités libérales des années 1990 telles que le droit des femmes et des homosexuels
– La culture du héros n'admet aucun bordel ni bar, et tout le monde fume la pipe mais rien de plus fort
– Magie blanche contre magie noire
– Les systèmes de magie qui suivent trop de lois, notamment celles de la physique moderne
– Les systèmes de magie qui ne suivent aucune loi discernable du tout
– Les systèmes de magie qui changent quand ça arrange l'intrigue
– Les sacrifices de vierges
– Les liens psychiques d'un humain avec un animal, en particulier les chiens/loups/chats/chevaux/dragons/etc.
– Les personnages qui parlent dans un anglais fourni des années 1990
– Les Églises inspirées de l'Église catholique, mais avec une histoire totalement différente
– Les religions/sociétés matriarcales sont bonnes, quand les patriarcales sont mauvais (idem avec le polythéisme contre le monothéisme)
– Tout le monde honore le même dieu/le même panthéon de dieux
– Un barbare/sauvage noble
– Tout le monde parle la même langue
– Les habitants des villes sont toujours corrompus et faibles
– Guerrières qui ne se rendront à un homme que si celui-ci les vainc
– Les villes au milieu du désert sans eau ni vivres qui survivent on ne sait comment
– Les femmes comme récompense/rançon pour les barbares (ou même le héros civilisé)
– Les sociétés où personne ne semble faire autre chose que partir à l'aventure
– De vraies sociétés féodales où le roi exerce un pouvoir absolu
– Des boutiques nommées "Ressources de l'aventurier" ou semblable
– Les tavernes de village, notamment ceux habités par des jeunes filles peu pudiques
– Les mondes qui paraissent avoir été créés par un maître du donjon particulièrement méchant
– Des épées de 50 livres
– Des épées qui lancent des éclairs, qui luisent etc.
– Des pagnes de fourrure et des bikinis de maille en hiver
– Des mondes où la morale est strictement blanche ou noire
– Des sociétés où la morale est exactement comme la nôtre
– L'esclavage
– Les garçons esclaves sont relâchés après 5-7 ans de service ; les filles esclaves jamais
– Les mondes dans lesquels la noblesse est corrompue ou pervertie
– Les prostitués/les bordels
– Les environs des villes où vous pouvez tout avoir n'importe quand, à n'importe quel prix
– Les potions curatives qui agissent immédiatement, donc la mort n'est jamais une réelle menace
– Zombies, vampires, loups-garous, changeforme etc.
– Les vampires en figure tragique et romantique
– Les vampires/loups-garous/fées existent parmi les humains sans être détectés malgré le fait qu'ils sont très nombreux
– Les panthéons inspirés directement des mythologiques grecque, nordique ou égyptienne
– Les gardes d'élite qui ne le sont pas (d'élite)
– Les mondes où les fées sont toujours gentilles, et les sorcières toujours méchantes
– Un groupe d'aventuriers parfaitement équilibré
– Les mondes peuplés uniquement d'animaux sensibles (=conscients)
– Les mondes ont tous les humains se ressemblent, en dépit de la géographie
– Les animaux qui élèvent des enfants humains
– Chevaucher le dos d'un dragon
– Des dragons amicaux
– Des animaux qui agissent comme des humains
– Quelqu'un se rend dans le monde souterrain, soit physiquement soit spirituellement
– Les personnes dotées de pouvoirs magiques/les psioniques harcelés et persécutés à cause de leurs pouvoirs
– Les chevaux traités comme des voitures avec des jambes
– Les hommes et les femmes ont différents types de pouvoirs magiques/psychiques
– La brutalité est excusée aussi longtemps que ce sont les gentils qui en sont responsables
– Des voleurs dans des guildes organisées qui ont des lieux de rendez-vous connus de toute la populace
– Des villes médiévales avec des rues immaculées
– Des villes médiévales qui ont un agencement de rues en damier (rappel que les villes médiévales sont radioconcentriques)
– Un jeune mendiant courageux
– Des boutiques de magie qui apparaissent et disparaissent à volonté
– Aucune drogue excepté l'alcool n'existe dans le monde
– Les personnages qui courent dans le noir sans aucune source de lumière, sans se faire blesser ni tomber, notamment dans les régions boisées
– Des examens sophistiqués pour savoir si une femme est vierge. Aucun examen similaire pour les hommes
– Les héroïnes qui restent pure quoiqu'il arrive, même si toutes les femmes autour d'elle sont débauchées
– Absolument aucun athéiste dans le monde (règle qui n'a pas cours dans les mondes où les dieux ont une présence physique réelle)
– Les sociétés qui n'évoluent jamais
– La langue est restée la même sur les derniers 10 000 ans, avec une langue très ancienne mais aucune langue intermédiaire
– Aucune salle de bains nulle part
– Les sociétés avec aucun système économique distinct


Voilà pour le moment. Encore une fois, n'hésitez pas à compléter ce guide en postant à la suite des informations, que j'ajouterai au fur et à mesure (notamment dans la partie "Divers éléments utiles à un récit de fantasy").
Et merci d'avoir lu (c'est pareil si t'as scroll) ! :head:


Dernière édition par Irvyn le Mer 15 Mai - 15:04, édité 1 fois
 
TITAN
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  311
   Âge  :  120
   Localisation  :  Dans une grotte au sommet de l'Everest
   Pensée du jour  :  L'écriture est la peinture de la voix
   Date d'inscription  :  26/12/2015
    
                         
TITAN  /  Tapage au bout de la nuit


Ouah c'est très intéressant, grâce à toi je sais que maintenant mon roman fait partie de la catégorie Low Fantasy. Et j'adore les clichés de la fantasy, c'est malheureusement vrai, on retrouve souvent les mêmes histoires.
 
LadyRavenya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1106
   Âge  :  26
   Localisation  :  allez savoir où, allez savoir quand, dans quelque monde psychédélique -
   Pensée du jour  :  "La haine rend fort. La vengeance est un but." Shadow, in Project Viper - Faceless.
   Date d'inscription  :  25/12/2015
    
                         
LadyRavenya  /  Effleure du mal


Wow, ça c'est du guide ! Comme TITAN, j'ai compris maintenant que mes Chroniques de Weyän font partie du genre grimdark. Surprised Je pensais que la grimdark était un sous-genre de la dark fantasy, je me suis gourée !
Où t'es allé chercher tous ces clichés ? XD Tu ne les a pas sortis de ta tête tout de même ?
http://ellenmartin.fr
 
Maih'em
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  317
   Âge  :  34
   Localisation  :  Corrèze
   Pensée du jour  :  Ce dont on ne se souvient pas n'est jamais arrivé.
   Date d'inscription  :  05/12/2018
    
                         
Maih'em  /  Tapage au bout de la nuit


Et moi je suis sans doute en Science Fantasy ... même si je trouve l'appellation très moche ! En tout cas un gros bravo, c'est un sacré taf !
En ligne
 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1360
   Âge  :  27
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "On voulait vraiment que les joueurs connaissent le désespoir parce que moi-même je suis très malheureux"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


TITAN : Ravi que cela t'ait aidé \o\

Maih'em : Ah ça… Ils n'ont pas été le chercher loin, ce nom ! Razz

Citation :
Wow, ça c'est du guide ! Comme TITAN, j'ai compris maintenant que mes Chroniques de Weyän font partie du genre grimdark. Surprised Je pensais que la grimdark était un sous-genre de la dark fantasy, je me suis gourée !
Où t'es allé chercher tous ces clichés ? XD Tu ne les a pas sortis de ta tête tout de même ?

Hehe, nop ! La Grimdark vient de la High, la Dark dérive directement de l'horreur.
Pour les clichés, c'est une liste datant de 1998 dont j'ai mis le lien en début de section. Je n'ai fait que la traduire \o\

PS : Si jamais, les adaptations animes de Berserk et Devilman sont disponibles sur Netflix. Pour la petite anecdote, Kentaro Miura a été choqué à sa lecture de Devilman. C'est après ce mini-trauma qu'il s'est lancé dans l'écriture de Berserk, dont il a repris assez fidèlement une scène considérée comme l'une de ses plus symboliques (la scène de L'Éclipse). Si un connaisseur de Berserk regarde Devilman, il sera très étonné des similitudes (l'adaptation n'a pas oublié la scène d'origine, qui apparaît assez tôt dans l'anime).
Âmes sensibles s'abstenir. Devilman est particulièrement violent et bizarre (plus que Berserk à bien des égards) x)
 
Maih'em
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  317
   Âge  :  34
   Localisation  :  Corrèze
   Pensée du jour  :  Ce dont on ne se souvient pas n'est jamais arrivé.
   Date d'inscription  :  05/12/2018
    
                         
Maih'em  /  Tapage au bout de la nuit


J'ai adoré Devilman crybaby perso !
En ligne
 
Malucio
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  456
   Âge  :  21
   Date d'inscription  :  13/03/2018
    
                         
Malucio  /  Pour qui sonne Lestat


Hello ! Joli guide, très intéressant ! Même si je ne sais toujours pas vraiment où me situer ! (Fantasy post-apocalytpique tout au plus, mais j'aurais bien aimé pouvoir me fixer sur le genre dont il est la sous-catégorie !)

En parcourant la liste des clichés et des différents éléments servant à une intrigue de fantasy, on se rend assez vite compte que ce qui est un cliché pour certains ne le sera pas pour d'autres. La plupart des clichés se contredisent les uns avec les autres, et même si l'on peut essayer d'éviter les écueils les plus extrêmes, il est rare qu'on ne se serve pas d'au moins l'un ou l'autre de ceux-ci. Mais c'est parce qu'au fond, à petites doses, on les aime bien ! :mrgreen:
http://la-prod-a-deux-l.jimdo.com/
 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1360
   Âge  :  27
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "On voulait vraiment que les joueurs connaissent le désespoir parce que moi-même je suis très malheureux"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


Malucio : Le post-apo peut vraiment être tout. Les Chroniques de Shannara sont très High Fantasy tout en étant post-apo. Final Fantasy X est post-apo aussi, mais reste Science Fantasy. En soi, n'importe quel grand genre peut-être post-apo, idem pour la fantasy historique et tous les sous-genres mis à côté. Ce sont plutôt dans les éléments de ton univers et sa "fibre narrative" qu'il faut voir, sachant que tu peux mélanger plein de gros genres. Sortir un univers qui emprunte les codes de la Low Fantasy, de la Science Fantasy et de la Dark Fantasy, c'est pas inconcevable, par exemple. Y'a juste des genres qui sont impossibles à mixer (High avec Heroic/Grimdark/Dark en fait). La plupart est ouverte sinon.

Pour les clichés, ce sont des choses récurrentes à travers tout un tas d’œuvres, et pas juste une seule. Certes, les clichés du genre "pas assez" ou "beaucoup trop" sur le même sujet ne peuvent être présents dans le même univers. Tout est une question d'équilibre, comme on dit. Razz
Idem pour l'ampleur du cliché. S'il est un élément mineur de l'intrigue, on ne va pas te le reprocher. Si par contre tu as beaucoup de clichés qui ont de l'importance dans ton univers, là ça peut poser problème. C'est du dosage \o\


Hop hop, pour commencer sur les vidéos, en voici une chaîne Youtube très intéressante pour ceux qui souhaitent des informations sur le maniement des armes, notamment médiévales :




Je partage cette vidéo en particulier, car celle-ci parle aussi d'une autre chaîne que les amateurs de fantasy pourraient aimer. Wink
 
Paulemile
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  106
   Âge  :  34
   Localisation  :  Esbly (77)
   Pensée du jour  :  Dans la tête de Doug Marlow
   Date d'inscription  :  09/11/2018
    
                         
Paulemile  /  Barge de Radetzky


Super sympa ce guide.
J'ai appris des trucs Very Happy
 
Biscuit-du-Mal
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  132
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un ananas dans la mer
   Pensée du jour  :  Quand tu pouliches ta caisse, elle brille
   Date d'inscription  :  01/08/2012
    
                         
Biscuit-du-Mal  /  Barge de Radetzky


Sa liste des clichés est quand même bien risible. Il était en mode "Bon heu j'ai lu un truc comme ça qui y ressemblait dans un livre une fois... enfin, je crois. Oh, ça doit forcément être un cliché !"

Quant aux "divers éléments utiles", je la trouve aussi un peu réductrice. Certains de ces éléments transcendant la fantasy, et sont presque "naturels", si je puis dire...

Enfin, voilà. Je descend pas ton topic, t'inquiète pas, je suis juste un râleur de service qui trouve à pinailler Razz
 
Le Chat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  26
   Âge  :  20
   Localisation  :  Oulan-Bator
   Pensée du jour  :  Féminité et pilosité
   Date d'inscription  :  31/10/2018
    
                         
Le Chat  /  Petit chose


Eh bien moi je salue cette initiative et l'impressionnant travail ! Ignorant presque tout du genre Fantasy, et le réduisant volontiers au statut de genre littéraire mineur destiné aux adolescents plus ou moins attardés, je viens de perdre quelques préjugés. Je te remercie !
 
Biscuit-du-Mal
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  132
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un ananas dans la mer
   Pensée du jour  :  Quand tu pouliches ta caisse, elle brille
   Date d'inscription  :  01/08/2012
    
                         
Biscuit-du-Mal  /  Barge de Radetzky


Le Chat a écrit:
Eh bien moi je salue cette initiative et l'impressionnant travail ! Ignorant presque tout du genre Fantasy, et le réduisant volontiers au statut de genre littéraire mineur destiné aux adolescents plus ou moins attardés, je viens de perdre quelques préjugés. Je te remercie !
Perso ça m'échappe qu'on puisse considérer Tolkien, Jack Vance, ou Terry Pratchett comme des auteurs mineurs pour ados attardés confused
La fantasy est justement le plus grand de tous les genres, puiqu'il est le descendant direct de la mythologie, des épopées, des sagas, etc.

Hé, l'auteur, je crois pas que Castlevania soit de l'héroic fantasy. Surtout qu'il est ancré dans le monde réel Razz Surtout le bestiaire venant du cinéma d'horreur pour les premiers jeux, puis des immondices très Lovecraftienne à partir de SotN et CotM.


Dernière édition par Biscuit-du-Mal le Mer 15 Mai - 17:02, édité 2 fois
 
leasaurusrex
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  250
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  08/04/2019
    
                         
leasaurusrex  /  Autostoppeur galactique


Je suis contente de voir que mes pauvres essais pour débuter des romans de fantasy cumulaient tous les clichés à éviter. Razz

Merci pour ce guide qui permet vraiment d'y voir plus clair (et de mettre enfin des mots sur mes goûts et dégoûts). Smile

Et merci aussi pour la vidéo, j'adore voir comment l'imaginaire prend trop pas sur la réalité dans les actions concrètes (genre tirer au pistolet à une main et toucher sa cible tout en faisant des saltos arrières Very Happy).

Et je comprends Le Chat, la fantasy a été un peu desservie dans l'imaginaire collectif parce qu'elle se rattache souvent aux geeks et nerds (je ne sais pas pourquoi, mais dans la pop culture, vous verrez toujours un groupe de nerds au sein d'un JDR Donjons et Dragons, ce qui fait tomber en disgrâce ledit Donjons et Dragons car catalogué comme un truc de nerds)(pareil pour Star Trek ou Le Seigneur des Anneaux). Voir que le genre est bien plus que ce qu'on veut nous en montrer, c'est fascinant et ça rend curieux.
 
Biscuit-du-Mal
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  132
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un ananas dans la mer
   Pensée du jour  :  Quand tu pouliches ta caisse, elle brille
   Date d'inscription  :  01/08/2012
    
                         
Biscuit-du-Mal  /  Barge de Radetzky


Citation :
Et je comprends Le Chat, la fantasy a été un peu desservie dans l'imaginaire collectif parce qu'elle se rattache souvent aux geeks et nerds
Quand bien même, je vois pas le problème, les geeks et les nerds sont des gens très bien, au poil soyeux et qui sentent bon :mrgreen:

Et encore une fois, la plupart de ces clichés n'en sont pas, en fait. Donc même si ton oeuvre en contient, tu n'as pas de quoi te tracasser. Il y a beaucoup d'oeuvres grandioses qui doivent cumuler pas mal de ces points, alors...
 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1360
   Âge  :  27
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "On voulait vraiment que les joueurs connaissent le désespoir parce que moi-même je suis très malheureux"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


Justement, tu fais la réflexion inverse à la logique : si des éléments sont devenus clichés, c'est qu'ils sont précisément présents dans des œuvres majeures, puis réutilisés par d'autres auteurs qui s'en sont inspirés. Tu pourras voir quasiment tous les éléments composant Le Seigneur des Anneaux dans cette liste. À l'époque de Tolkien, c'était original (même si beaucoup d'éléments reprennent le mythe arthurien), mais ils sont devenus clichés, car c'est une oeuvre qui a été énormément "copiée" à plus ou moins forte dose.
La liste date de 1998, je le rappelle. Je rappelle aussi qu'elle sert (tout comme le post entier) à se diriger dans le genre et poser des pistes. Ce n'est pas un "tu ne dois pas", mais plutôt un "tu n'as pas plus personnel ?".
Les auteurs de cette liste disent qu'elle sert à amuser et éduquer. Ce n'est pas l'Inquisition Razz

Pour Castlevania, je l'ai placé dans le genre auquel il emprunte le plus de codes, mais il a de l'urban fantasy aussi, très nettement. Pour l'ancrage dans le réel, c'est quelque chose qu'ont beaucoup d'univers de fantasy (tous ceux de la low fantasy, les trois cités dans la dark fantasy et plus – Berserk étant un simulacre de monde réel, mais la géographie est identique). Ça ne permet pas de définir le genre.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Le Guide merveilleux de la fantasy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire :: Fiches Techniques-