PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
 

 La mort dans les romans d'épouvante (jeunesse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  14
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  30/10/2013
    
                         
Eagleye69  /  Homme invisible


Bonjour,

J'essaie d'écrire actuellement des synopsis de romans d'épouvante destinés aux 10-12 ans. Sur les deux écrits pour l'instant, le roman aboutit à la mort d'un personnage secondaire (dans les flammes, sous la forme d'un sacrifice) pour l'un et d'un des personnages principaux (plus ou moins accidentelle, à la suite d'une chute) pour l'autre. Dans les deux cas, ces personnages ne sont pas les opposants au narrateur, je veux dire qu'il n'y a aucune idée de justice dans le sort qui leur est réservé. Je précise aussi que je compte très peu détailler ces scènes pour ne pas virer au gore, évidemment. Est-ce que vous pensez que c'est jouable de présenter ce type de synopsis pour des 10-12 ans ou pas ? Je ne me rends pas bien compte de la production actuelle dans ce genre-là pour cet âge.

Merci d'avance.

Modération : Sujet redirigé où il faut !
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1999
   Âge  :  23
   Localisation  :  Dorne
   Pensée du jour  :  Invaincus, insoumis, intacts
   Date d'inscription  :  19/12/2014
    
                         
Nillac  /  The Noob Hunter


Coucou EagleEye ! Ton sujet n'est pas à la bonne place. La section Romans est faite pour poster les romans écrits ou en cours d'écriture. Pour des conseils d'écriture, l'Ecritoire est là pour ça Smile

Quand à présenter ce genre de scène à un jeune public, je dirais que c'est possible, des oeuvres destinées la jeunesse comme Brisby et le secret de NIMH ou Le roi lion ont bien fait mourir des personnages bons. Je ne vois pas pourquoi un roman d'épouvante ne le pourrait pas aussi.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9177
   Âge  :  43
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Et pourquoi ne pas laisser les personnages s'en sortir, après leur avoir fait traverser l'enfer ?
http://scriptorium2.canalblog.com
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  14
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  30/10/2013
    
                         
Eagleye69  /  Homme invisible


Merci à vous deux. Séléné, oui, j'y ai pensé. C'est possible pour l'un mais ça fait perdre un peu en intensité dramatique. Pour l'autre, c'est encore plus difficile de changer.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  864
   Âge  :  34
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Dans Harry Potter et La Croisée des Mondes il y a des morts aussi.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  662
   Âge  :  14
   Date d'inscription  :  19/03/2018
    
                         
Mardi  /  Hé ! Makarénine


Harry Potter est un parfait exemple pour ça aussi ^^
Je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir une idée de justice dans la mort. Dans la vraie vie, la mort est très souvent perçue comme injuste, et objectivement, elle n'a rien de juste. Pourquoi faire croire aux enfants que ça devrait l'être ?
Perso, si c'est bien amené, je trouve que la mort dans un roman jeunesse n'a pas de raison d'être taboue.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9177
   Âge  :  43
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Harry Potter = les trois premiers sont pour la classe d'âge 10-12 ans.. mais après, ça monte en âge, justement
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  318
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Tapage au bout de la nuit


Ici on parle quand même d'une mort dans les flammes au cours d'un sacrifice. C'est plutôt sombre pour un roman jeunesse. Je pense que la mort en soit n'est pas un sujet tabou dans la littérature jeunesse, mais ça demande pas mal de précaution dans la manière dont on amène cette mort. Rien n'est impossible, mais le sacrifice et les flammes invitent à la prudence, je trouve.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1251
   Âge  :  26
   Localisation  :  Shamanie
   Date d'inscription  :  11/03/2012
    
                         
Dadouw  /  Adorable martyr de la paix sur le forum (et un peu dans le monde)


Franchement avec les jeux d'écran et les films je pense que les 10-12 ans sont beaucoup moins naïfs qu'on ne l'imagine. Il n'y a qu'à voir, à 8 ans déjà ça ne parle que de baston, de meurtres et de guerres sales. Donner du sens à la mort, voilà qui justement peut être intéressant dans un livre. Ils auront le temps de la lecture pour intérioriser, et peut-être auront droit à l'analysé psychologique qui explique le geste.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  501
   Âge  :  33
   Localisation  :  Quelque part dans la belle province
   Date d'inscription  :  11/03/2018
    
                         
Lanya  /  Gloire de son pair


Dépendant de tout comment est amené, il est fort possible de parler de mort dans un roman jeunesse.

Dans la littérature pour cette tranche d'âge, un exemple de mort qui me vient à l'esprit est dans les romans de Bryan Perro avec ses héros d'Amos Daragon parus en 2003. Le personnage de Médousa (une gorgone) se sacrifiait. Bon bien sûr, ici il s'agit d'un roman de fantasy et non d'épouvante.

Les éditeurs n'y ont vu aucun problème à publier cette histoire. Mais pour l’anecdote, c'est bien des années plus tard qu'un problème a surgi avec cette scène. Un projet de dessin animé était en branle pour faire passer ce roman du livre au petit écran. Hors, si cette scène ne dérangeait pas dans le roman, les producteurs ont dit à l'auteur que c'était impossible de mettre celle-ci à l'écran, car le personnage en tant que tel commettait un «suicide» en se sacrifiant pour les autres
Spoiler:
 
et qu'on ne pouvait pas exposé ceci aux yeux d'un jeune public.

Il y a aussi d'autres romans jeunesse où des personnages meurent. Si on pense seulement aux contes classiques (comme la petite sirène ou autres) nombreux étaient ceux qui abordaient ce sujet et bien d'autres tout aussi délicats les uns que les autres.

Pour ce qui est des romans d'épouvante, j'avoue en avoir un peu moins vu pour cette tranche d'âge. Dans mon souvenir, les deux seules collections qui me viennent à l'esprit étaient «Frissons» et «Chair de Poule». La seconde étant un peu plus proche des 10-12 que la première selon moi. Dans «Frissons», une série thriller/horreur pour adolescents, nous pouvions trouver des scénarios où de meurtres et autres crimes étaient commis. On y mêlait aussi parfois le surnaturel.

Bref, tout dépendra aussi de la perception que les éditeurs auront face à ce genre de scène. Peut-être réajusteront-ils la tranche d'âge ensuite.
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  14
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  30/10/2013
    
                         
Eagleye69  /  Homme invisible


OK, très intéressant. Merci à tous.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1251
   Âge  :  26
   Localisation  :  Shamanie
   Date d'inscription  :  11/03/2012
    
                         
Dadouw  /  Adorable martyr de la paix sur le forum (et un peu dans le monde)


Et voilà qu'en relisant Niourk de Stefan Wul je repense à ta question. "A partir de 11 ans" dit la quatrième. Le livre est sacrément violent, physiquement et psychologiquement. Les enfants et les femmes sont traités comme des sous-êtres, laissés à crever. Les morts sont décrites avec une abondance de détails glauques. Le livre est excellent.
Certes, c'est de la SF donc on s'attend à y voir des trucs hors norme, et certes ça a été publié en 1957. On se posait moins de questions à l'époque.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 La mort dans les romans d'épouvante (jeunesse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-