PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
 

 le temps des corrections

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  50
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  06/03/2018
    
                         
WILHAM  /  Clochard céleste


J'espère que je poste ce sujet au bon endroit, si ce n'est pas le cas, ne m'en voulez pas trop. Je suis un nouveau (ça fait bizarre de dire ça quand on vient de fêter ses 50 balais).

J'ai plusieurs questions au sujet du moment où, un éditeur vous ayant signé, vous vous retrouvez dans cette fameuse période des corrections.

Alors,

- ces corrections sont donc conduites par l'éditeur, mais au-delà des fautes d'orthographes et autres coquilles, ces corrections peuvent-elles se porter sur le fond ? la forme ? la réécriture entière d'un chapitre ?

- pour ceux qui sont déjà passés par là, ces corrections une fois terminées, ont-elles modifié le texte dans quel pourcentage ? Si vous pouvez l'évaluer…  Merci !

N'hésitez pas à me donner votre avis et votre retour d'expérience là-dessus.

Merci d'avance !  Wink
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  176
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Salut Wilham,
Il y a deux choses distinctes qui se passent après la signature, du moins d'après mon expérience personnelle:
- le travail sur le fond, qui peut être plus ou moins important selon ce que ton éditeur estime nécessaire pour donner à ton texte sa pleine mesure. Cela peut-être un travail sur le style, sur les dialogues, sur l'intrigue, sur un chapitre ou un passage en particulier. Cela peut impliquer des coupes, des rajouts, de la réécriture pour affiner la narration. C'est un dialogue: généralement, ton éditeur se contente de faire des suggestions plus ou moins appuyées mais te laisse libre de prendre ta décision.
- le travail sur la forme, ce sont les corrections, les coquilles, l'orthographe et tout le reste. Dans mon cas, cela s'est fait après. C'est plus mécanique.

Dans mon cas, premier livre, j'ai surtout travaillé sur les dialogues, supprimé plein de "dit-il" et de "répondis-je" et autres du même genre. J'ai supprimé quelques paragraphes et rajouté quelques autres. En tout, je ne sais pas, peut-être que ça touchait 1 ou 2% du livre. Mais les dialogues ont fait une sacrée différence.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  50
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  06/03/2018
    
                         
WILHAM  /  Clochard céleste


Merci Hooah, ton témoignage m'éclaire beaucoup. Juste pour savoir, ça a pris combien de temps tout ça pour toi ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  176
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


J'ai signé en janvier, bossé (à distance) sur les corrections pendant peut-être quatre ou cinq semaines, finalisé le fond début mars, de mémoire.
Les corrections: quelques échanges sur 2 semaines en juillet, puis l'envoi des épreuves et leur validation en septembre. En soi, ça peut aller vite, ça dépend du rythme de travail de ton éditeur et de comment il t'insère dans le calendrier des parutions.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8508
   Âge  :  43
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Un JE, récemment, a renoncé à un éditeur parce qu'il demandait des corrections trop importantes changeant totalement le livre.
Sans en arriver si loin... bon ben là, Hooah a tout dit (surtout que je n'ai pas d'expérience personnelle là-dessus)
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6006
   Âge  :  44
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  « Je travaille avec les envies des photographes et il se trouve qu’ils ont envie de me déshabiller… Et ça ne me dérange pas… » VP
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Iphigénie in a bottle


Le JE en question (celui dont parle Séléné), c'est moi :mrgreen: .

Et je confirme, après 2 salves de corrections éditoriales (d'une durée de 1 mois chacune puisque nous sommes 2 co-auteurs), nous avons refusé les exigences (qui n'étaient au départ que des suggestions) de la ME en argumentant que cela dénaturait trop le roman et que ça ne cadrait ni avec les personnalités de nos "héros", ni avec notre intention de départ (pour être clair et pour des raisons marketing, la ME voulait faire de notre romance contemporaine une romance beaucoup plus hot).

Après de nombreux échanges pour exposer nos différents points de vue, la ME a décidé de ne pas poursuivre sa collaboration avec nous, malgré acceptation de notre part de 75% des propositions de corrections. Il est à signaler que ladite ME avait particulièrement apprécié notre première vague de corrections, mais qu'elle souhaitait des scènes érotiques plus explicites. Face à notre refus, l'originalité de notre roman (un atout qui est subitement devenu un défaut puisqu'il pouvait dérouter les lectrices), la qualité de l'intrigue et de l'écriture, qui s'avèrent toujours être d'un excellent niveau dans cette dernière version (dixit la ME), n'étaient plus suffisantes à ses yeux.

La fin de contrat a été prononcée par écrit, avec accord de notre part, actant une rupture de celui-ci pour impossibilité d'entente sur la version finale du manuscrit. Et ce, malgré le versement de la moitié de l'à-valoir (que nous conservons, c'est stipulé par écrit). Perte totale de temps : 6 mois.

Au jour d'aujourd'hui, nous avons donc récupéré nos droits sur notre roman et avons recontacté une autre ME dont nous avions dû décliné la proposition de collaboration. Celle-ci est toujours intéressée (elle se prononce sur la V1) moyennant quelques modifs. Nous lui avons donc soumis une nouvelle version (celle retravaillée avec les suggestions de la première ME) et attendons un retour sur celle-ci. Les éventuels accords contractuels avec cette seconde ME dépendront des éléments à corriger. Pour l'heure, nous n'avons rien signé et sommes dans l'expectative.
http://raphaelcoleman.canalblog.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  50
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  06/03/2018
    
                         
WILHAM  /  Clochard céleste


Donc c'est vraiment une phase capitale cette histoire de correction. C'est bien ce que je pensais. En tous cas, merci pour ces éclaircissements...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6006
   Âge  :  44
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  « Je travaille avec les envies des photographes et il se trouve qu’ils ont envie de me déshabiller… Et ça ne me dérange pas… » VP
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Iphigénie in a bottle


Oui. Après, certaines ME sont plus ouvertes à la discussion que d'autres. Et d'autres exigent d'avoir le dernier mot.

Dans l'ensemble, les corrections que nous avons acceptés ont renforcé la cohérence scénaristique et l'efficacité de notre roman. Et nous avions la possibilité d'accepter le reste des corrections les yeux fermés puisqu'après tout, la ME sait de quoi elle parle, connaît le marché et les attentes du lectorat. Sauf qu'on se serait sentis dépossédés de notre récit, qu'on n'en aurait plus été maîtres. Nous avons préféré dire non par honnêteté artistique et intellectuelle en prenant le risque que notre roman ne soit jamais publié plutôt que d'obéir sagement à des fins purement commerciales (perspectives de publication : 4 000 exemplaires en moyenne), au dépend de toute logique narrative.

Je tiens à préciser que nous avions postulé pour une collection soft et que c'est la ME qui a absolument voulu nous intégrer dans une collection plus en vue mais plus hot. Dans mes derniers pourparlers, j'avais proposé de nous en tenir à cette collection soft, ce qui a purement et simplement refusé.

PS : Je pense qu'il faut être très clair et transparent de part et d'autre sur les attentes, les concessions qu'on est prêt à faire, les "corrections nécessaires" et les plus facultatives, les choses sur lesquelles on ne lâchera pas. Mon cas est particulier, ce n'est pas forcément une généralité.


Dernière édition par Aventador le Ven 8 Juin 2018 - 9:01, édité 1 fois
http://raphaelcoleman.canalblog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  28/03/2018
    
                         
Maanilee  /  Homme invisible


Alors moi je parle en étant de l'autre côté du miroir, et donc bien en directrice édito, mais chaque roman est différent, certains auteurs n'ont que quelques détails de fond à corriger, d'autres ont beaucoup plus de modifications à apporter. Néanmoins, dans tous les cas, nous l'annonçons à l'avance avant la signature du contrat. Ça évite des ruptures de contrats par la suite. Pour répondre plus spécifiquement à tes questions :

Il faut différencier relecture et corrections.

La relecture touche au fond, au style, à la reformulation de phrases...

Généralement, cette phase se fait sous forme de dialogue entre l'auteur et son relecteur, les modifications proposées sont en suivi de correction et en commentaires dans la marge, laissant l'auteur libre de proposer ses propres modifications. Parfois, nous faisons une première relecture "globale" également, par exemple pour les textes qui ont des défauts récurrents, cela évite de perdre un temps fou à lister le soucis à chaque fois, on donne une feuille de route à l'auteur et il l'applique sur tout le texte.

Selon les cas et le degré de corrections à faire, il y a plusieurs phases de relecture. Chez nous c'est en général 3. Sachant qu'a chaque fois nous laissons 2 a 4 semaines à l'auteur pour les appliquer, puis que nous repassons ensuite sur le texte en général en 2 semaines ainsi de suite. Les mois défilent vite du coup !

Une fois terminé, le texte part au correcteur, qui bosse environ en 3 semaines. Lui s'occupe uniquement des fautes, des coquilles, de la typo... il applique directement les corrections sans attendre l'accord de l'auteur puisqu'il ne touche pas à l'identité du texte. S'il relève des répétitions oubliées ou autre, il le signale en commentaire.

En tant qu'auteure, j'ai exactement vécu le même processus dans deux autres maisons : triple relecture + corrections. A chaque fois on m'a fait grossir le texte : + 4 000 mots pour le premier. + 15 000 pour le second. Donc il n'y a pas de % précis, tout dépend du manuscrit à la base et de son potentiel.

Le mieux étant de discuter de cela AVANT de signer, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises et de vivre des choses comme Aventador par exemple.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  50
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  06/03/2018
    
                         
WILHAM  /  Clochard céleste


Merci Maanilee. J'imagine donc qu'un éditeur prend ses éléments en considération à l'heure d'accepter ou refuser un manuscrit. C'est intéressant à savoir surtout pour ceux qui sont atteints de perfectionnîte aigüe…
Encore merci pour toutes vos réponses.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  176
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Disons qu'il se murmure souvent qu'un premier manuscrit pour un premier livre doit être presque parfait, au moins très "en état." Un éditeur signera plus volontiers un livre qui demande moins de travail, sauf si la langue y est miraculeuse et témoigne de la présence d'un futur grand.
Le tout, c'est d'envoyer quand on sent que le livre est prêt. Pour mon premier, j'avais eu ce sentiment au bout d'une dizaines de relectures. Il y avait encore des trucs à améliorer, mais je me suis senti prêt. Difficile à expliquer, je savais, juste, c'était tout. Au final, faut se faire un peu confiance aussi!
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  244
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Autostoppeur galactique


Salut! Very Happy

Je plussoie Hooah, les éditeurs recherchent souvent un manuscrit déjà très abouti. Je constate que beaucoup de maisons d'édition restreignent les relectures et se contentent d'une correction ortho/typo (qui n'est même pas toujours bien faite...). Ca me désole totalement, mais je te conseillerais vraiment d'investir dans la correction et la relecture avant.

J'ai tendance à être très (trop?) perfectionniste aussi et j'ai un peu regretté de ne pas m'être impliquée davantage au moment des corrections. On a l'habitude de retravailler des dizaines de fois dessus, ce n'est pas toujours facile de réaliser qu'il est temps de tout figer. L'éditrice m'avait conseillé différentes pistes d'améliorations (que j'étais libre de suivre ou non) et j'avais donc ajouté quatre chapitres, mais il y a encore quelques phrases que j'aurais tourné différemment, si on me remettait le livre entre les mains. Je te conseille donc vraiment de ne pas simplement te reposer sur l'éditeur durant cette phase, mais de prendre le temps de méditer sur ton texte et tes mots Smile  C'est vraiment triste de voir son bébé paraître et d'avoir des regrets!

Mon éditeur avait insisté pour que je modifie le dernier chapitre, mais j'ai refusé et je ne l'ai pas regretté. En gros, il voulait que je mette deux personnages ensemble pour le "happy end", alors que je préférais une fin plus ouverte. Il avait un peu insisté et je trouvais son attitude un peu infantilisante (c'était l'an dernier, j'avais donc 22 ans). J'ai tenu bon sur pas mal de points, chaque fois que ça répondait directement à mon projet éditorial en fait Smile  J'avais par contre accepté toutes les modifs de la première vague (autre interlocutrice) et elles ont franchement bien amélioré le texte!
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 le temps des corrections

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-