PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 À partir de quand un roman peut être qualifié de "succès" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  69
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/09/2017
    
                         
Pwetpwet  /  Clochard céleste


Bonjour tout le monde,

Je devrais publier d'ici un mois mon premier roman dans une petite maison d'édition (à compte d'éditeur). Je me demande à partir de combien d'exemplaires vendues on considère qu'il y a du succès.
Je me pose aussi beaucoup de questions sur la promotion. J'ai lu sur ce forum que même avec une publication avec maison d'édition à compte d'éditeur l'auteur devait travailler à la promotion.

Est-ce que ça se fait de contacter les journaux, la radio ou la télé soi même pour avoir de la promotion ?

Combien peut-on vendre de livres en séance de dédicaces ?

Quand on fait des salons, est-ce qu'on vend forcément des livres ?

À partir de combien d'exemplaires vendus considère-t-on que c'est une réussite ?

À partir de combien d'exemplaires vendus les médias commencent-ils à vous solliciter ?

À partir de combien d'exemplaires vendus traduit-on l'ouvrage ?

Comment savoir qui contacter en termes de blogueurs pour nous aider dans la promotion ?

J'aurais bien fait un fil pour ça dans "parcours d'édition" mais je n'ai pas encore assez de messages...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8617
   Âge  :  43
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


La liste est tellement bien faite que tu aurais pu le mettre en boite à outils ! On y voit beaucoup de topics qui m'y semble plutôt tenir de la "racine" du secteur (où nous sommes)
Bravo pour la façon de lancer le sujet, donc Smile

Citation :
Est-ce que ça se fait de contacter les journaux, la radio ou la télé soi même pour avoir de la promotion ?
Pour les journaux. ça doit être possible. Pour une exposition, ça l'est.
Pour la radio, je pense que ça dépend de la chaine
Pour la télé, tu peux toujours tenter (ça ne coûte jamais lourd d'essayer), mais ça m'a l'air plus aléatoire.

Citation :
Combien peut-on vendre de livres en séance de dédicaces ?
Aucune expérience perso en ce domaine.
Citation :
Quand on fait des salons, est-ce qu'on vend forcément des livres ?
Il me semble avoir vu sur le secteur qu'il arrive de ne pas vendre lors d'un stand

Citation :
À partir de combien d'exemplaires vendus traduit-on l'ouvrage ?
Ca dépend de ton éditeur, je pense...
Quand il décide que ton livre a une chance de conquérir un marché étranger et que l'investissement vaut le jus.

Citation :
Comment savoir qui contacter en termes de blogueurs pour nous aider dans la promotion ?
Une JE a développé une application facebook pour trouver des booktuber, il me semble.
L'important est de bien les cibler, car comme tous les lecteurs, ils ont leurs goûts de lecture. Et en trouver qui aient de l'audience.[/quote]
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Mon record reste de 23 exemplaires de Chicago Requiem dédicacés et vendus en 3 heures.
En revanche, j'ai aussi connu, récemment, une dédicace avec zéro vente. Une première. Après... manque de monde, peut-être manque d'enthousiasme de ma part, je ne sais pas. Je n'irai plus.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  253
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Autostoppeur galactique


Hey! Voici ma contribution (pas sûre que le bleu flashy était une bonne idée, mais je n'ai pas le courage de modifier! :mrgreen:

Est-ce que ça se fait de contacter les journaux, la radio ou la télé soi même pour avoir de la promotion ?
Ca se fait, mais à moins que tu aies des connaissances dans le milieu (les amis d'amis d'amis, ça compte! Wink  ), ce n'est pas l'idéal. Le top, c'est qu'un attaché de presse, engagé par l'éditeur, envoie des exemplaires aux journalistes et insistent plusieurs fois par après pour attirer leur attention. Mais ça, c'est quand on est gâté! A défaut, le mieux est selon moi de faire une liste de personnes à contacter et de demander à l'éditeur de s'en charger et de te mettre en copie des mails. Il faut viser assez local dans un premier temps, mais perso, j'ai eu des articles en presse, radio et télé!  

Combien peut-on vendre de livres en séance de dédicaces ?
C'est super variable, mais mon record est dans la vingtaine, comme Maddy. On considère souvent que c'est une bonne dédicace au-dessus de 10 exemplaires vendus.  

Quand on fait des salons, est-ce qu'on vend forcément des livres ?
Je trouve que c'est plus facile que dans les dédicaces en librairies. Les gens viennent pour découvrir. Cependant, certains salons demandent des frais de participation et il est parfois difficile de rentabiliser.

À partir de combien d'exemplaires vendus considère-t-on que c'est une réussite ?
On estime qu'un premier roman qui se vend à plus de 1000 exemplaires est déjà une belle réussite. J'ai vu en cours qu'un premier roman devenait rentable à partir de 3000 ventes, mais je suppose que cela se base sur les frais des grosses maisons.  

À partir de combien d'exemplaires vendus les médias commencent-ils à vous solliciter ?
Très difficile à dire! :/  J'avais une attachée presse et un prix littéraire local, donc les médias m'ont contactée avant la sortie du livre. Ce qui est un peu plus sûr, en revanche, c'est qu'au bout de quelques mois (six environ), plus personne ne te contacte Razz  

À partir de combien d'exemplaires vendus traduit-on l'ouvrage ?
Ca dépend de la maison d'édition, c'est à elle de démarcher une maison étrangère et toutes ne se projettent pas dans cet optique. Ca dépend aussi de la thématique. Certaines maisons spécialisées (des éditions religieuses, par exemple) font traduire des ouvrages même quand les tirages sont faibles.

Comment savoir qui contacter en termes de blogueurs pour nous aider dans la promotion ?
Aucune idée!  

J'ajouterais les prix littéraires: dès la sortie du livre, c'est intéressant de regarder les prix auxquels pourraient être présenté ton bébé. C'est souvent à l'éditeur de faire l'envoi. Ca peut être pas mal pour donner un second élan à ton livre. Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  69
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/09/2017
    
                         
Pwetpwet  /  Clochard céleste


Merci pour vos éclairages.

Séléné C. Je serais intéressée de connaître le nom de cette appli... si la personne pouvait se manifester :p

J'espère que mon éditeur regardera pour moi pour ce qui est des prix littéraires. Là j'ai vraiment du travail et pas trop trop le temps...

Pour la traduction du coup mon roman c'est une histoire sans catégorisation, ça parle de San Francisco, c'est le seul rapport avec l'étranger. J'ai un petit éditeur je ne pense pas qu'il ait fait traduire beaucoup d'ouvrages.. J'imagine que je verrai bien.

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  179
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Mes deux sous sur tes questions, Pwetpwet. Et mes félicitations pour cette bonne nouvelle! Comme quoi tu as eu raison de croire en ton texte. A un moment, faut en passer par là.

Est-ce que ça se fait de contacter les journaux, la radio ou la télé soi même pour avoir de la promotion ?
Je doute que tu arrives à obtenir de l'attention par toi-même, sauf dans le cas de presse, radio ou télévision locale (ce qui est déjà bien). En revanche, si ton service de presse fait le boulot, ils devraient arroser les journalistes, mais c'est une pièce lancée dans une fontaine. Mon expérience personnelle, c'est plus d'une centaine de livres envoyés par le service presse pour une dizaine de retours presse, une radio et une TV. Ce qui est déjà beaucoup, j'en conviens.
En revanche, plutôt que de démarcher les médias toi-même, je conseillerais de harceler le service de presse de ton éditeur pour t'assurer qu'ils suivent bien les messages qu'ils envoient, relancent en cas d'absence de réponse, etc.


Combien peut-on vendre de livres en séance de dédicaces ?
Tout dépend de ce que tu actives en terme de réseau. Moi, j'avais battu le rappel sur les réseaux sociaux et rameuté du monde, etj'ai réussi à faire partir plus de 80 livres en quelques heures - à tel point qu'il avait fallu aller dévaliser les librairies alentour. Donc faut surtout faire des dédicaces pour les gens que tu connais, qui sont dans la région et se déplaceront. Derrière, si tu fais un after dans un bar, c'est un bon moyen d'organiser une réunion de copains aussi.

Quand on fait des salons, est-ce qu'on vend forcément des livres ?
Jamais fait de salon encore, mais de ce que j'ai pu lire ici, c'est pas forcément très vendeur. En revanche, c'est bien pour la visibilité et pour rencontrer des gens. Genre des journalistes.

À partir de combien d'exemplaires vendus considère-t-on que c'est une réussite ?
De mémoire, la moyenne des ventes d'un premier livre c'est autour de 500. On dit souvent qu'à partir de 1000, c'est pas mal, que 2000 c'est bien, que 3000 c'est un très beau succès. En tout cas, c'est entre 2 et 3000 que se situe le seuil de rentabilité des grandes et moyennes maisons. Mais ils le disent tous, ils ne savent jamais ce qui marchera ou non. Le succès de ton livre, c'est aussi toi qui le définit. Si ton éditeur est content au point d'accueillir favorablement tes futurs efforts, c'est pas mal, par exemple, non? Et puis rien ne t'empêche de lui poser la question aussi.

À partir de combien d'exemplaires vendus les médias commencent-ils à vous solliciter ?
Difficile à dire. Généralement, tout dépend vraiment de comment ton éditeur (enfin, son service presse) "vend" le livre aux médias. Il y a peu de sollicitations pour un premier livre, mais il suffit parfois de tomber sur le bon lecteur dans le bon canal de diffusion pour que les portes s'ouvrent. Après, honnêtement, les sollicitations pour un premier livre, à moins d'en vendre plusieurs dizaines de milliers ou de bénéficier de l'effort de comm et de promo d'une grande grande maison, c'est plutôt rare

À partir de combien d'exemplaires vendus traduit-on l'ouvrage ?
Même réponse que Fleur de Lyss. Difficile à dire.

Comment savoir qui contacter en termes de blogueurs pour nous aider dans la promotion ?
Joker! Aucune idée. Je plussune sur les prix littéraires en revanche, un bon moyen de faire parler.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  50
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  06/03/2018
    
                         
WILHAM  /  Clochard céleste


Merci Hooah pour toutes ces utiles précisions.
Une fois l'éditeur rencontré, c'est là que tout commence finalement…
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  179
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Disons que je crois qu'il y a autant de parcours différents que d'éditeurs. Et qu'après le travail sur le manuscrit, l'éditeur s'efface un peu pour laisser la place au service de presse. Dans mon cas, j'étais loin, j'ai pas pu répondre à des sollicitations intéressantes, donc ça a sans doute un peu nui à la visibilité de mon livre, mais j'ai eu la chance d'avoir des relais influents sur les réseaux sociaux, Twitter en particulier, qui ont bien compensé.

Mon livre s'est plutôt très bien vendu (sans que j'ai de chiffres à jour mais on doit être au dessus de 6000 là) mais j'ai aussi bénéficié du caractère particulier de mon sujet, et de la force de frappe de la maison d'édition et de la collection.
Il y a de bons livres qui passent inaperçus et de mauvais livres qui marchent très bien. C'est juste une histoire de chance, de tomber sur le bon lecteur au bon endroit et au bon moment, c'est la seule façon de sortir du lot quand on voit la masse de la production, même hors période de rentrées littéraires. Et ça, personne n'a vraiment de recette pour s'en assurer.

Une chose est sûre, une fois le livre sorti ou sur le point de sortir, toutes les occasions sont bonnes pour en faire parler. Même un petit prix obscur peut amener un peu de presse et quelques lecteurs.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  69
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/09/2017
    
                         
Pwetpwet  /  Clochard céleste


Merci Hooah pour ces précisions.
Tu as eu un très beau succès en tous cas, bravo Smile
Je suis assez peu présente sur les réseaux. Je n'aime pas vraiment ça... Tu as fait comment pour les relais influents sur les réseaux sociaux ? J'ai demandé à un ami d'ami, et ce qu'il m'a répondu c'est en gros "je ne fais de la pub que pour les coups de coeur et j'ai pas le temps de lire ton livre"........ Lui si un jour j'ai l'occasion je lui renverrais bien l'ascenseur Laughing
J'ai même pas de véritable compte twitter...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  179
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Pwetpwet a écrit:
Tu as fait comment pour les relais influents sur les réseaux sociaux ?

Très honnêtement, j'ai fait comme j'ai pu! :mrgreen:
Blague à part, je suis arrivé tardivement sur Twitter, et j'ai commencé à raconter des trucs qui me parlaient sur des sujets que je connaissais. C'est une forme, un langage, et des codes à comprendre. Et puis j'ai fait un ou deux threads sur ces sujets, et glané au fur et à mesure quelques followers dans le monde du journalisme ou des blogs influents. Ce qui fait que lorsque j'ai commencé à parler de mon livre, quelques mois avant sa sortie, j'avais quelques hameçons. Et quand le livre est effectivement paru, ils ont pas mal relayé - en tout cas ceux qui ont lu, et aimé.

Après, c'est comme tout, mesurer l'influence en termes de ventes c'est presque impossible. Je dirais que le fait d'avoir produit de la "valeur ajoutée" avant de venir parler de mon bouquin (même si je savais déjà qu'il allait sortir) m'a permis de ne pas faire juste le compte "promo" qui marche pas très bien généralement. Mais c'est un exercice particulier, les réseaux sociaux, il y a sans doute d'autres méthodes.
Comme le disait une copine: le bouche à oreille, c'est bien, mais avoir un volume de départ suffisant pour que le bouche à oreille fonctionne, c'est mieux!

Bon courage en tout cas, je crois pas qu'il y ait de recette miracle. Faut juste trouver un support sur lequel tu te sentes à l'aise, et lancer les fils de pêche comme tu peux.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  383
   Âge  :  57
   Localisation  :  valbonne (06)
   Pensée du jour  :  Pourquoi j'écris? Parce que je veux vivre ! Zorg, "37.2 le matin"
   Date d'inscription  :  18/11/2012
    
                         
Evorli  /  Tapage au bout de la nuit


Bon alors puisque le sujet initial parle de petit éditeur, je vais un peu te faire retomber sur terre avec mon expérience perso chez 2 petits éditeurs sympas et ayant une bonne réputation :

C'est toi qui te feras l'essentiel de la promo : 90% des ventes seront faites par toi, et 10% par l'éditeur. Si tu n'as pas un gros réseau ou une grosse activité promotionnelle (que tu devras organiser toi-même pour l'essentiel) , tu peux très bien finir en dessous de 100 au total. Pas ou peu de différence de ce point de vue avec un auto-édité. Ton éditeur enverra quelques SP et tu auras des critiques que n'aurait pas forcément un auto-édité, mais ça ne changera pas grand-chose.
Si tu arrives à 300 ex vendus en 2 ans, ce sera bien. En-dessous c'est pas terrible, au-dessus de 1000 c'est un succès (que je te souhaite !). Pour la traduction je ne t'en parle même pas. Ton éditeur ne paiera jamais les quelques milliers d'euros requis.
Pour un salon ou une vente en librairie, en dessous d'un ex vendu par heure, ça arrive ( mais tu ne recommences pas l'année suivante  Smile ) , au-dessus de 3 ex par heure je considère ça comme un bon plan ( il y en a peu )

Salon ou dédicace en librairie = même combat, + de monde dans un salon mais + de concurrence aussi => Ça va dépendre de ta "présence" et de ton "agressivité".

Voilà voilà, ça c'est mon expérience, partagée par de nombreux autres dans des situations analogues avec qui j'ai pu discuter dans les salons...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Il y a aussi des salons déserts où une vente dans la journée est déjà un exploit vu qu'on voit passer 10 personnes dans la journée pour 20 auteurs présents... ai final on essaie de se vendre nos livres entre auteurs.

Je compte rester auto-éditée. Au niveau des salons, c'est clair qu'il y en a où je  veux retourner et d'autres où j'ai perdu mon temps. Ça dépend surtout de la promotion autour : un salon dans un village, attendu, préparé, avec des affiches, attire plus qu'un salon, même en plein centre-ville, qu'aucun panneau n'indique.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  500
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/02/2016
    
                         
Fannuscrit  /  Gloire de son pair


La maison d'édition compte beaucoup dans cette question. Pour une grosse ME, 2000 ventes c'est correct, mais pas suffisant. Pour une petite, ça peut être un énorme succès !

En salon, certains auteurs ne font aucune vente parfois.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  69
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/09/2017
    
                         
Pwetpwet  /  Clochard céleste


Moi ce sera une petite me... Le roman a été publié avant hier, pour l instant je galère à le faire commander en librairie. Je n' ai pas encore eu de réponse des médias locaux mais c est normal j ai fait les mails hier. Je fais un compte rendu d expérience dès que j ai mes 100 messages Smile je sais donc que je vise le millier mais que ça va être très très compliqué d arriver jusque là. Pas besoin de me faire redescendre sur terre, je crois que j ai jamais décollé Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  500
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/02/2016
    
                         
Fannuscrit  /  Gloire de son pair


Pourquoi galères-tu à le faire commander en librairie ? Il n'y a peut-être pas de retour autorisé si les livres ne se vendent pas ? Dans ce cas, c'est galère, oui (j'ai ça pour un de mes romans, comme la ME est locale).

Tu peux voir sur des sites comme placedeslibraires.com ou leslibraires.fr s'ils ont ton roman Smile

C'est bien d'avoir contacté les médias !

Tu peux t'éloigner un peu du sol sans décoller complètement : tu es édité, un palier que beaucoup n'atteignent jamais Smile
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 À partir de quand un roman peut être qualifié de "succès" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-