PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 

 qques question sur l'autoédition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2389
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Guère épais


En même temps, je connais un certain nombre d'auteurs qui sont entrés dans des grosses maisons sans avoir de piston ou proposé un projet avant de l'écrire...
Donc oui, c'est possible. Il faut juste que le bouquin tape dans l'oeil de l'éditeur. (Et qu'il ne soit pas bourré de fautes.) C'est parfois juste une question de timing. 1 mois plus tôt ou plus tard, il ne serait pas passé.
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Il y a un an, j'ai reçu le roman d'un auteur auto-édité par la Poste. Je ne le lui avais pas acheté, mais il l'envoyait gratuitement à des gens en échange d'un commentaire sur Amazon.
Je n'ai pas eu le temps de lire son livre et de lui écrire son commentaire. J'y ai parfois pensé, mais dès le départ, je l'avais prévenu que je n'étais pas sûre d'avoir le temps.

Il y a une semaine, j'ai reçu une lettre.
Cet auteur a écrit à toutes les personnes auxquelles il avait envoyé son roman, car son livre a ainsi été repéré par Flammarion. Il va être réédité bientôt.

Envoyer votre manuscrit par la Poste, vous disiez ?
Il y a quatre ou cinq ans, sans doute ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  42
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Hé ! Makarénine


maddyforeigner a écrit:
Cet auteur a écrit à toutes les personnes auxquelles il avait envoyé son roman, car son livre a ainsi été repéré par Flammarion. Il va être réédité bientôt.

Ce que je lis de ton message, c'est qu'il a persévéré. Mais on peut toujours envoyer par la poste et se faire repérer. C'est tellement un milieu qui n'a pas de balises fixes. On peut bien dire que seul le copinage fonctionne, mais en réalité, un bon roman finira par arriver quelque part (des exemples, il y en a - rowling pour ne pas la nommer). Après, il n'en tient qu'à l'auteur de le porter à bout de bras. C'est parfois un véritable parcours du combattant, j'en conviens, mais si on part vaincu d'avance, on se doute de l'issu du combat...
http://www.idmuse.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Je n'en tire pas la même leçon : je pense qu'il y a quatre-cinq ans, Flammarion ne serait pas allé chercher un auteur auto-édité sur Amazon. Or j'ai d'autres exemples en tête.
La leçon que j'en tire, c'est que l'édition traditionnelle, y compris les grandes maisons d'édition, va chercher les auteurs qui fonctionnent déjà en dehors du circuit, qui sont susceptibles de leur apporter leur propre lectorat, parce que les maisons d'édition, même les grandes, sont de moins en moins capables d'assurer des ventes aux auteurs qui signent chez elles (j'avais déjà posté les vidéos de François Bon qui vont dans ce sens), de leur apporter un lectorat (alors qu'à la base, c'est pour cette raison que l'auteur signe un contrat, et que là, le rapport est inversé : l'auteur veut augmenter son lectorat, mais la maison d'édition réduit les risques en s'assurant par avance un certain nombre de ventes).  Par  exemple, quand je lis Zelia sur ce forum qui écrit que son manuscrit a l'air de moins convaincre que les précédents, je pense qu'elle se trompe. C'est simplement parce que le secteur éditorial est en crise et parce qu'au moment où elle a signé pour Treize, c'était moins le cas. J'ai encore participé à une campagne de financement Ulule il y a un mois pour sauver une librairie. Apparemment, la dernière librairie indépendante de ma ville, qui en a déjà perdu deux, est également menacée. Alors pour l'instant, wait and see.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  42
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Hé ! Makarénine


Ah oui, ce n'est pas faux, mais l'un n'empêche pas l'autre. Pour pouvoir fonctionner, il faut des vendeurs. Pour pouvoir vendre des gens moins connus, il faut de l'argent. Donc les deux côtés de la médaille sont nécessaires. Après, je ne dis pas que c'est un monde parfait (bien au contraire!) mais je ne peux pas trancher comme on le ferait pour une part de tarte.
http://www.idmuse.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Tapage au bout de la nuit


Dans l'avenir je vois la longue file
Des successeurs de Galllimard
On les comptera par cent mille...

On les comptera par cent mille,
Car les auteurs, quel cauchemar
Nous mettent tous dans l'embarras.

Allons, ça, dépêchez... mes mignons...
Voyez l'état de l'édition.
C'est une immense bacchanale,
Les copains et des présentés
Animent la ronde infernale...
Où les amis sont publiés
Effort, devoir, talent, morale,
Par le flot tout est emporté !...
Tu comprends
Qu'ça n'peut pas durer plus longtemps.
Au lieu d'oser prendre les risques
Qu'autrefois on nous enseigna,
Auteurs nouveaux, auteurs classiques,
En tous lieux maintenant voilà
Qu'on cherche de libres excentriques
Sur Amazon connus déjà...
Tu comprends
Qu'ça n'peut pas durer plus longtemps.


:mrgreen:
http://www.exobiologie.info
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2389
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Guère épais


Entièrement d'accord avec toi, Idmuse.
Il y a autant de situations différentes qu'il y a d'écrivains.
Les avis tranchés me font bien sourire...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Je ne pense pas avoir un avis tranché. Simplement, on ne peut pas nier que le monde de l'édition est actuellement en crise. Du coup, est-ce le moment de céder ses droits pour 70 ans ? Ou vaut-il mieux attendre ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2389
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Guère épais


Je ne pensais pas forcément à toi Maddy. 😁
Et j'évite de signer les contrats qui courent au-delà de ma mort. 😉
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


J'ai reçu deux contrats hier (une relance) et j'hésite à cause de plusieurs points. Mais j'ai fait le choix de l'édition pour mes albums jeunesse et de l'auto-édition pour mes romans. Je verrai avec le temps si je m'y tiens. En tout cas, ça me permet de voir les deux côtés. Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  42
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Hé ! Makarénine


Je fais aussi les deux, et malheureusement, les ME qui ont pignon sur rue exigent ces droits trop longs. Ça m'énerve aussi.
http://www.idmuse.com/
 
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  33
   Âge  :  38
   Localisation  :  Nantes
   Date d'inscription  :  07/07/2017
    
                         
Nica  /  Petit chose


Citation :
On peut bien dire que seul le copinage fonctionne, mais en réalité, un bon roman finira par arriver quelque part (des exemples, il y en a - rowling pour ne pas la nommer). Après, il n'en tient qu'à l'auteur de le porter à bout de bras.

Justement, c'est avec cette idée que je ne suis pas d'accord. Personnellement, je pense qu'un bon roman n'arrive pas forcément quelque part, pour tout un tas de raisons qui n'ont rien à voir avec sa qualité ou avec la quantité de travail fournie par l'auteur pour se faire remarquer.

Je ne dis pas ça pour chouiner, genre "le méchant système", "les méchants éditeurs", mais simplement parce que dire qu'un bon roman sera forcément publié, cela signifie qu'en cas d'échec, la responsabilité repose uniquement sur l'auteur : son livre n'était pas assez bon, ou il n'a pas pas su le porter à bout de bras.

On peut échouer à faire publier un bon livre par manque de chance (mauvais timing), ou parce qu'on a pas les connexions nécessaires, ou parce qu'on écrit des livres qui ne sont pas commerciaux ou dans l'air du temps, etc...

Au final, c'est une vraie déception, parfois cruelle, à la mesure de ses espoirs et de l'énergie investie.

Je trouve important dans un forum comme celui-ci de rappeler qu'un échec dans le monde de l'édition n'est pas forcément un échec personnel, et expliquer pourquoi.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  42
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Hé ! Makarénine


Nica a écrit:
Personnellement, je pense qu'un bon roman n'arrive pas forcément quelque part

Pour avoir été sur des comités de lecture, je peux t'assurer que les mauvais romans sont plus nombreux que les bons (assez pour déprimer), mais tu as sûrement raison, rien ne garanti la publication - pourquoi serait-elle garantie? Et les mauvais romans publiés ne sont pas nécessairement référés par copinage non plus (malgré ce qu'on en pense).

Cela dit, même une fois publié, il y a plein de déceptions au programme. Je pourrais écrire un roman sur ça, tiens! Est-ce à dire que l'autoédition est mieux? Pas nécessairement, mais ça reste une alternative intéressante. Est-ce à dire qu'il faut baisser les bras avant de tenter sa chance? Non plus. Mais là encore, chacun fait ce qu'il veut (moi la première!)

Je ne dis pas qu'il faut seulement montrer le bon côté (loin de là), mais il faut arrêter de tracer des lignes là ou il y en a pas. Quand j'ai commencé à écrire de la romance, en 2009, PERSONNE n'en publiait (on se contentait de traduire des machins qu'on payait hors de prix). Ça a changé, tant mieux, mais l'inverse était tout aussi possible. Après, on peut bien dire que notre roman est trop trop bien et que la populace n'est pas prêt pour lui, mais le résultat restera le même. D'ailleurs, il faut faire la part entre l'écriture du roman et tout le cirque de la publication: ce n'est pas la même chose. C'est même 2 mondes complètement différents. Sous prétexte qu'on a écrit un truc, ça ne veut pas dire qu'il doive forcément être publié.

Nica a écrit:
Je trouve important dans un forum comme celui-ci de rappeler qu'un échec dans le monde de l'édition n'est pas forcément un échec personnel, et expliquer pourquoi.

Un échec resta toujours personnel à chacun, et ça, aucun forum n'y pourra rien. Il suffit de vouloir conseiller un jeune auteur pour sentir qu'on peut bien se garder nos conseils et se les mettre quelque part. C'est normal: on met du temps et notre coeur dans ce truc. D'autres romans plus mauvais sont publiés, pourquoi pas le nôtre? Après, on peut faire un Coin déprime, je peux même très bien le remplir, mais je pense que la raison d'être du forum est de discuter et de partager des points de vue et garder en tête qu'il n'y a aucun chemin tout tracé, aucune finalité planifiée. Mais ça, c'est mon avis, mais je sais très bien que le tien trouvera sûrement preneur aussi!
http://www.idmuse.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Moi, l'autoédition me plaît bien, mais parce que je peux lire les commentaires des lecteurs, discuter avec eux, que finalement, ça me plaît, alors que l'édition, il y a les ventes, et puis c'est tout, en tout cas quand le livre est distribué/diffusé.
En gros, je m'amuse plus depuis que je suis autoéditée. J'ai l'impression d'être lue, même si au niveau des ventes, ça ne suit pas, mais en fait, les ventes sont secondaires pour moi, voire un problème (je n'ai pas encore trop résolu ce point... je suis enseignante, alors si je reste enseignante, ça m'embarrasse de vendre des livres à côté. Si je démissionne un jour, ça sera sans doute bien de vendre des livres, mais pour réussir la transition, il faudrait que je vende beaucoup, sauf que la paperasse, les impôts, tout ça me lasse par avance, et que du coup, voilà... je veux être lue, en tout cas). Smile En gros, je suis un principe de plaisir. Les envois aux éditeurs, c'est pénible, donc je zappe. En revanche, être lue, voir mon roman sur les blogs, j'aime bien, donc je garde. Very Happy
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  42
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Hé ! Makarénine


maddyforeigner a écrit:
Moi, l'autoédition me plaît bien, mais parce que je peux lire les commentaires des lecteurs, discuter avec eux, que finalement, ça me plaît, alors que l'édition, il y a les ventes, et puis c'est tout, en tout cas quand le livre est distribué/diffusé.

En quoi tu ne peux pas parler aux lecteurs en ME? C'est autre chose en ME. Tu n'as pas (toujours) le choix de la couverture, mais tu as toujours accès au lectorat.

Cela dit, j'aime beaucoup ta dernière couv Smile
http://www.idmuse.com/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 qques question sur l'autoédition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-