PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 

 be, au fond, hein, pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4334
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  SUR JE DEPUIS 10 ANS C'EST LA FÊTE
   Date d'inscription  :  03/12/2007
    
                         
Kid  /  Un talent FOU


La poésie c'est quand ça rime et que c'est joli


       
http://jackspirou.wordpress.com/
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  509
   Âge  :  48
   Localisation  :  ardèche
   Date d'inscription  :  29/05/2016
    
                         
pehache  /  Gloire de son pair


Plein de choses intéressantes et qui donnent à penser, dans toutes ces interventions (ou presque).

Un petit retour:
S.E.
"EDIT : et je remarque que tu ne réponds pas à ma question. Tu dis "ne pas douter de la qualité des textes" de Baudelaire et consorts, qu'on appelle "poésies en prose". Je te soupçonne de n'avoir pas relu le texte que je t'indiquais, et d'accepter ce genre de texte a priori, parce qu'ils sont d'auteurs reconnus comme tels.
Si tu admets la poésie en prose dans le champ de la poésie (et, si je t'ai bien compris, c'est le cas), alors je ne vois pas en quoi de tels textes trouvent grâce à tes yeux, au contraire de certains autres que tu peux lire ici."

Procès d'intention, non ?D'autant que j'ai amené Ponge et Sautreau dans la discussion...
C'est tjs regrettable. Je ne bêle pas devant des icônes...
Non, je ne crois pas qu'il s'agisse de "poésie" (moi-même, j'ai balancé sur mon fil, "un oiseau", un texte qui n'en ressortit pas non plus. [je ne sais pas qui fait des fautes sur ce verbe, mais, non, ça m'étonnait, c'est pô moi]; ce qui ne m'empêche pas de les apprécier. Se pose la question, que je ne sais résoudre, d'une volonté poétique inscrite dans un autre corps que le corps poétique.

Alors, que sont-ils ? des "poèmes en prose", des ovnis.

Il est, d'ailleurs, foutrement difficile de faire de jolies choses en vers totalement libres sans recours au rythme ni aux jeux sonores. Quand l'oiseau s'ampute d'une aile...
Je pense souvent à la notion de signifiance chère à Meschonnic, la poésie comme plus haut degré de la langue parce qu'elle -et elle seule- joue de tous les aspects de la langue.
Franchement, je trouve que la plupart des textes [nan ! j'épaditous!]  postés ici (indûment, je le crois) en poésie, relèvent du foutage de gueule. Souvent pas ou peu travaillés. Plats. Egocentrés.
Ou alors basés sur une "déconstruction" affichée qui, je le crains, ne pisse pas loin.
C'est l'air du temps.
Cent fois, sur le métier... mais ça, ça relève de ce passé tablerasé...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1683
   Âge  :  32
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


D'accord ! Je n'avais pas réalisé que, pour toi, ce que Baudelaire (et autres) appelai(en)t des "poèmes en prose" n'était pas de la poésie. C'est... un tantinet orgueilleux de ta part, de t'ériger en faux contre ceux que tu appelles (péjorativement) des "icônes", mais au moins ça a le mérite de clarifier ton point de vue.
Si tu ne bêles pas, n'oublie pas que tu nous a, toi aussi, souvent rappelé de grands noms pour éclairer tes pensées. Philosophes plutôt que poètes, peut-être, mais quelle différence ?

Citation :
Se pose la question, que je ne sais résoudre, d'une volonté poétique inscrite dans un autre corps que le corps poétique.
Oui et non. Que cette question te tarabuste, que tu refuses pour ta propre pratique une partie de la réponse, c'est ton droit le plus strict. Certains ont résolu cette question en incluant la poésie en prose dans le corps poétique. Tu ne peux, à toi seul, décréter qu'ils ont tort.

Ta phrase "il est foutrement difficile de faire de jolies choses sans recours au rythme ni aux jeux sonores" n'engage que toi. Elle est subjective à 100%, désolé si je te l'apprends. Smile

Tu cites Meschonnic qui prêtait à la poésie la faculté de convoquer tous les aspects de la langue. Je prétends, moi, qu'il est un aspect de la langue que tu ne prends pas en compte : son aspect graphique. Le jeu des espaces (que pratiquait Bonnefoy... si les noms t'intéressent, j'avoue que je suis perdu), des typographies, des dispositions sur la feuille blanche (Roubaud en parle dans La vieillesse d'Alexandre mieux que je ne saurais le faire ici), voire du calligramme font intervenir, en poésie (oui, je persiste et signe), une (autre / nouvelle / différente) beauté de la langue.

Spoiler:
 

http://silenceecrit.wordpress.com
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  509
   Âge  :  48
   Localisation  :  ardèche
   Date d'inscription  :  29/05/2016
    
                         
pehache  /  Gloire de son pair


"Ta phrase "il est foutrement difficile de faire de jolies choses sans recours au rythme ni aux jeux sonores" n'engage que toi. Elle est subjective à 100%, désolé si je te l'apprends. Smile"
J'aurais dû ajouter: en poésie, mais tu as feint de ne pas le comprendre.
Ce n'est pas subjectif, dans ce cadre, qui se définit (cf. dicos... têtus, oui...) d'abord par le rythme et les sons, que de dire que de s'en priver c'est quand même se ficher un pieu dans le pied.


'il est un aspect de la langue que tu ne prends pas en compte : son aspect graphique."
C'est vrai. J'y accorde peu d'importance. La poésie me semble d'abord sonore. (C'est son histoire, dont tu fais fi, je sais...).
Je ne m'en cache pas. J'ai peut-être tort.
C'est là un point de désaccord, fondamental, mais je ne vois pas en quoi cela vaudrait à l'un de nous d'être, pour cela, indigne de respect.
J'ai lu Roubaud, tu sais. J'ai sous les yeux, au-dessus de l'ordi, son ode à la ligne 29...
Spoiler:
 
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1130
   Âge  :  22
   Date d'inscription  :  13/10/2016
    
                         
Moïra  /  Effleure du mal


J'approuve complètement Silence écrit. Le poème occupe un espace, à la fois sonore et graphique. Selon les individus, le poème va plus se concentrer sur l'un ou l'autre, sur les deux à la fois étant très rare. Il y a de réelles différences dans les manières de fonctionner des individus au niveau de la perception. C'est bien pour ça qu'on a des peintres et des musiciens. C'est la même chose quand t'es en 6e et qu'on te fait passer un test pour savoir si t'as une mémoire plus visuelle, auditive ou du geste.

La poésie sonore ne m'attire pas vraiment. Mais je sais qu'en lisant un poème, son aspect graphique a une certaine importance dans mon ressenti. Est-ce que je vais aller dire aux gens qui écrivent de la poésie sonore que ça n'en est pas ? Non, ça en est, juste que c'est une poésie à laquelle je ne suis pas très sensible. Mais d'autres y sont, alors qu'est-ce que je fais ? Je leur fous la paix et les laisse écrire ce qu'ils ont envie d'écrire.

S'arroger le droit de dire ce qui relève de la poésie ou non de son seul ressenti, ça c'est manquer d'humilité.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5407
   Âge  :  25
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


On ne peut pas vraiment écrire de la "poésie sonore" Wink
C'est une appellation qui recouvre non pas la poésie qui repose sur un travail rythmique et musical, mais celle qui se fait depuis une quarantaine d'années selon des performances orales


Poésie - Miettes - Elèves - Nouvelles - Thèse
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  509
   Âge  :  48
   Localisation  :  ardèche
   Date d'inscription  :  29/05/2016
    
                         
pehache  /  Gloire de son pair


Pasiphae, ne joue pas sur les mots. On (je, en l'occurrence) a bien le droit de vanter la poésie sonore (et non graphique) sans payer de droit à telle ou telle école qui revendique cette appellation.
J'ai, un peu, le sentiment que, quoi que je dise -et surtout dans les détails- ce ne seraient des conneries.

Moïra, l'arrogance, non, l'humilité, tout dépend ce qu'on met dedans.
Le souci, que tu ne veux pas "entendre", c'est que le mot poésie renvoie, de par son sens même, sa définition (et passer par dessus les définitions, ne me semble pas humble, oh non....) à la musicalité et au rythme...
Alors, que d'autres fassent autre chose avec les mots, sans se soucier du rythme, de la musicalité, mais grand bien leur fasse. Mais dire qu'il s'agit de "poésie"... j'ai comme un doute.

Sur ce, je renonce.
Sur le fond, je ne suis pas compris.
Quant à mes textes, on s'en fout.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1683
   Âge  :  32
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


pehache a écrit:
Sur le fond, je ne suis pas compris.

Ni ne comprends.
http://silenceecrit.wordpress.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2260
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Homo Homini Caleportus.
   Date d'inscription  :  28/06/2010
    
                         
Raven  /  ☠ Corps ☠ Beau ☠ Blond ☠


pehache a écrit:
Sur le fond, je ne suis pas compris.



pehache a écrit:
Le souci, que tu ne veux pas "entendre", c'est que le mot poésie renvoie, de par son sens même, sa définition (et passer par dessus les définitions, ne me semble pas humble, oh non....) à la musicalité et au rythme...

La poésie ne met pas l'accent sur le son mais sur la forme, sur tous les aspects de la forme — peu importe que ce soit sonore ou graphique. La dissonance est devenu autre chose que "pas de la musique" à un certain point de l'histoire. Avec un peu de chance, tu finiras toi aussi par arriver à ce stade où tu reconnaîtras des formes qui te sont inconfortables comme des formes légitimes.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2148
   Âge  :  17
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


et moi qui essayais de donner à ce débat un tour phénoménologique Sad

je palpe la blessure narcissique de mon indigence
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2260
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Homo Homini Caleportus.
   Date d'inscription  :  28/06/2010
    
                         
Raven  /  ☠ Corps ☠ Beau ☠ Blond ☠


Il n'y a pas de phénomène poétique.

Il n'y a qu'une interprétation poétique des phénomènes.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5407
   Âge  :  25
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


pehache a écrit:
Pasiphae, ne joue pas sur les mots. On (je, en l'occurrence) a bien le droit de vanter la poésie sonore (et non graphique) sans payer de droit à telle ou telle école qui revendique cette appellation.
J'ai, un peu, le sentiment que, quoi que je dise -et surtout dans les détails- ce ne seraient des conneries.


Je répondais à Moïra. Et OUI, dire "poésie sonore" pour parler de ça, c'est incorrect et ça porte à confusion. Je ne sais pas si tu l'as fait toi, pehache.


Poésie - Miettes - Elèves - Nouvelles - Thèse
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  725
   Âge  :  11
   Localisation  :  aucune
   Date d'inscription  :  10/06/2016
    
                         
Juliette n'avait pas peur  /  Navet Vapeur


Je pose ça là, ça peut servir What a Face

Spoiler:
 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  156
   Âge  :  20
   Localisation  :  Cité Lerévienne ( Royaume de Féerie, sur le Vieux Continent )
   Pensée du jour  :  Vide Cor Meum
   Date d'inscription  :  08/01/2016
    
                         
A.J.B  /  Tycho l'homoncule


Juliette Navet-Vapeur a écrit:
Je pose ça là, ça peut servir What a Face

Spoiler:
 

Commentaire totalement inutile, indigent et pernicieux. De la misérable vileté qui n'enrichit en rien ni le débat, ni son auteur. Tendance hélas de plus en plus répandue ici...
https://medium.com/@ajbminimeofficiel
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5407
   Âge  :  25
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


"de plus en plus"
non


Poésie - Miettes - Elèves - Nouvelles - Thèse
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 be, au fond, hein, pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-