PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 alterner les chapitres présents/passés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6006
   Âge  :  44
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  « Je travaille avec les envies des photographes et il se trouve qu’ils ont envie de me déshabiller… Et ça ne me dérange pas… » VP
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Iphigénie in a bottle


Exactement, chacun s'adapte comme il peut suivant ce qu'il a à raconter et comment il veut le raconter Smile
http://raphaelcoleman.canalblog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  32
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  22/07/2014
    
                         
Eden Memories  /  Petit chose


Comme Aventador j'utilise plutôt l'italique pour les flashback, je change aussi le ton, la manière de les rédiger, puisque les flashbacks je les conçois comme des flux de pensées de mes personnages. Mais je pense que pour le lecteur tu offres un confort de lecture en proposant quelque chose de toute de suite identifiable, et qui par convention évoque le flashback. Mais après ne pas proposer de code spécial ou d'explication peut aussi convenir, ça dépend de comment tu envisages ton roman, sa narration. Certains auteurs comme Paul Auster intègrent tout à leur récit, flashback, dialogue sans leur donner de forme spécifique ce qui perturbe le lecteur mais du coup donne un style particulier. Mais à mon sens ça marche si toute l'oeuvre est comme ça, sans distinction sans explication.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  243
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Autostoppeur galactique


En tant que lectrice, je déteste l'italique, je le trouve vraiment pénible à la lecture, si c'est sur plus d'une page...
J'avais tout de même posé la question aux éditeurs qui travaillent mon texte, ils me l'ont déconseillé. C'est une affaire de goût je suppose.

Je viens de penser à un autre procédé que j'ai croisé dans mes lectures: l'héroïne était appelée par un surnom dans sa jeunesse, au passé, et par son prénom complet par après. (Genre Lizzie/Elisabeth) On n'avait aucun risque de confusion entre les deux histoires, mais ça demande un petit peu de temps pour être sûre qu'on parle des mêmes personnes, ce que j'avais apprécié. A nouveau ça dépend du texte.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  351
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  19/09/2013
    
                         
sosotess  /  Tapage au bout de la nuit


C'est une bonne idée, le surnom qui change, je trouve. Surtout si les périodes sont l'enfance des héros et l'âge adulte. Enfants, ils peuvent se faire appeler par un diminutif par leurs parents, ou au contraire, adopter une nouvelle identité par la suite (nom francisé, changement de nom d'usage...).

Sinon, les marqueurs de lieux ou les références historiques sont aussi bien vues.

J'aurais plus de difficultés avec les chapitres numérotés car il n'est pas rare que je survole le titre du chapitre, mais ça pourrait venir en complément.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  176
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


C'est intéressant, comme sujet. Il se trouve que j'ai un schéma vaguement similaire en ce moment, chapitres alternés avec les mêmes personnages à des époques différentes. J'ai titré mes chapitres mais cela ne donne aucune indication sur le temps, et en fait je ne me suis même pas vraiment posé la question, je fais tout passer par la narration.

Faut que ce soit subtil, en fait: les marqueurs de lieux ou de contexte historique viendront plus naturellement si tu te laisses porter par ce que tu écris. Pas besoin de les "forcer" parce que ça sonnera faux (c'est un goût personnel, mais j'aime pas trop qu'on me surexplique le contexte), je crois que tes lecteurs comprendront assez vite ce que tu fais, surtout si tu alternes un chapitre sur deux.

Perso, j'essaie de me représenter la scène dans ma tête pour me mettre dans l'ambiance de ce que je raconte. C'est possible de passer aussi par le dialogue intérieur des personnages: on ne pense pas forcément la même chose à dix ans d'intervalles. Genre le mec qui se regarde dans le miroir et devine les premières rides sur son front, par exemple. Ou le gamin énervé qui sort de cours et qui s'est fait engueuler par un prof, qui rejoue la scène dans sa tête. Ce genre de trucs serait, je pense, un peu plus fin que de mentionner explicitement un minitel dans le salon ou un Iphone dans la poche.
Mais bon, les goûts et couleurs, tout ça quoi.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  682
   Âge  :  31
   Localisation  :  La Belle Province
   Pensée du jour  :  Toujours et toujours nouvelle
   Date d'inscription  :  14/04/2012
    
                         
isallysun  /  Hé ! Makarénine


Je n'ai jamais aimé l'italique pour cette alternance, car j'ai toujours trouvé que ça donnait une faiblesse d'écriture, comme si l'auteur ne savait pas manier les mots, et ça m'énarrve. Mais c'est mon expérience lectrice, pas la tienne ni celle des autres.
Des fois je trouve que les dates passent bien, d'autres fois non. Ça dépend de l'histoire.
Des fois je trouve qu'une simple alternance passé, présent, passé, présent, passé, présent ... suffit même si ça déroute au début. Peut-être faire les premiers chapitres plus courts dans ce cas pour qu'on puisse bien marquer ça dans notre esprit, voire insuffler des indices si tu commences par le présent sur des questions du passé qui laisseront présager une alternance.
Si par contre, tu fais passé, présent, passé, présent, présent, passé, présent, passé, passé,... il faut que la différence soit plus marqué car on n'est plus dans une simple alternance. Et pour ma part, italique, numérotation différente ne sont pas des moyens qui me plaisent lorsque je lis, car je trouve que c'est une solution de facilité. Il faut donc que tu trouves le moyen de nous faire ressentir l'époque à laquelle on se trouve, que ce soit par la technologie, l'âge ou tout autre élément. Il y a aussi les réactions de tes personnages qui peuvent nous aider à savoir où on se situe.
Bref, un beau défi à relever car pour moi quand je lis, c'est réussi, quand on ressent l'époque dans l'écriture sans ressentir de gros changement dans le style d'écriture.
http://paysdecoeuretpassions.blogspot.ca/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2171
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Homo Homini Caleportus.
   Date d'inscription  :  28/06/2010
    
                         
Raven  /  ☠ Corps ☠ Beau ☠ Blond ☠


Isallysun a écrit:
Et pour ma part, italique, numérotation différente ne sont pas des moyens qui me plaisent lorsque je lis, car je trouve que c'est une solution de facilité. Il faut donc que tu trouves le moyen de nous faire ressentir l'époque à laquelle on se trouve, que ce soit par la technologie, l'âge ou tout autre élément.

L'un n'empêche pas l'autre ; surtout quand les moyens évoqués ne sont pas juste des options pour l'auteur, mais d'évidentes nécessités : on ne fait pas un flashback dans les années 60 avec des gens qui disent wesh et s'envoient des SMS.

La numérotation différente, qui l'a vu mise en pratique quelque part ? C'est pas parce que c'est simple que c'est facile. C'est un usage pas commun de la convention (que personne ne remet en question !) du chapitrage et ça permet plusieurs choses : de capter l'attention du lecteur à la première occurrence (« tiens, mais pourquoi cette numérotation bizarre ? ») et aussi de s'épargner un effet de *compréhension rétroactive* par la suite (le lecteur est à la page 5 d'un chapitre et comprend seulement à ce moment-là qu'il est quinze ans avant le chapitre précédent…).

(Désolé, je passe juste défendre mon idée — hey, j'en suis fier ! *grumpy crow* — contre les naysayers.)


And being alive is pretty much a constant stream of embarrassment.
— Pod 153.
🖌 Jason Chan, Thraben Valiant.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  95
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  26/05/2017
    
                         
Sixte  /  Pippin le Bref


Je lis en ce moment un roman dont les passages qui se déroulent dans le passé passent en italique : au début de ma lecture, j'ai pas forcément accroché, mais en revanche, c'est très efficace.
L'important d'abord, c'est que tu sois à l'aise avec le procédé que tu adoptes !
https://lespapotagesdesixte.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  682
   Âge  :  31
   Localisation  :  La Belle Province
   Pensée du jour  :  Toujours et toujours nouvelle
   Date d'inscription  :  14/04/2012
    
                         
isallysun  /  Hé ! Makarénine


Désolée, raven, mais comme tu peux le voir j'ai bien dit que je trouvais que ça ne me plaisait! J'ai rien contre ceux qui trouvent que ça leur plaît Wink
En fait, j'ai jamais été fana de la numérotation de chapitre pour ma part. Je trouve que la séparation est suffisante dans ces cas.
http://paysdecoeuretpassions.blogspot.ca/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 alterner les chapitres présents/passés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-