PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 L'olive, une agression sexuelle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Je tombe sur Natalie Portman, témoignant pour la bonne cause, sur FB. And I wonder ...

C'est la psychologie d'une traumatisée, visiblement.
Mais peut-on faire de traumatisme, politique ?
Et les dispositions que Natalie Portman prit au courant de sa vie, ne sont-ce pas, en concentré traumatique rétrospectif téléologique autobiographique (avec tous les défauts d'un tel genre narratif) les démarches que nous prenons tous dans nos vies, devant les affrontements ? Et alors enfin : qu'est-ce que cette révolution du désir, sinon un monde idéal ? ...

Cette femme est exemplaire et forte, d'avoir pris les dispositions qu'elle a prises, et ce sont ces dispositions qui l'ont faite telle qu'elle sait être, désormais, dynamique et analytique.
Sans ces tristesses, elle serait peut-être une idiote finie, comme il y a des idiots finis - du reste. Au contraire, tout cela l'a rendue valeureuse.
Aussi bien, dans ce discours, on assiste atrocement à un reniement de soi, à une immolation au nom d'une de ces bonnes intentions de causes qui pavent l'enfer.
Au final, n'est-ce pas "la libération de la parole des femmes", qui soudain l'a induite à relire son existence comme une vie traumatique, alors que jusque là elle vivait dignement ?

Et le pire en tout cela, c'est que sa valeur acquise à force de vivre, "le mouvement" s'imagine à présent qu'il la possède, de ce que Natalie Portman a témoigné pour lui, Moloch - voire que la témoin l'a acquise EN témoignant pour lui (!).
Mais tout cela n'est que ressentiment et ressentiment suppurant comme le bubon d'une peste.
(En langage marxiste : une aliénation superstructurelle.)

Ça me semble de la "post-vérité", au fond, même si ... ou plutôt du fait que ... (suivez le lien)
http://libertephilo.forumactif.org
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5407
   Âge  :  25
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Shocked


Poésie - Miettes - Elèves - Nouvelles - Thèse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  426
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  03/07/2014
    
                         
Sème-Lys  /  Sanskrit boi


Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


http://libertephilo.forumactif.org
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2021
   Âge  :  20
   Date d'inscription  :  15/11/2015
    
                         
Noxer  /  Let's flood until the next one


Fatalité a écrit:
C'est la psychologie d'une traumatisée, visiblement.
Mais peut-on faire de traumatisme, politique ?
Et les dispositions que Natalie Portman prit au courant de sa vie, ne sont-ce pas, en concentré traumatique rétrospectif téléologique autobiographique (avec tous les défauts d'un tel genre narratif) les démarches que nous prenons tous dans nos vies, devant les affrontements ? Et alors enfin : qu'est-ce que cette révolution du désir, sinon un monde idéal ? ...

Cette femme est exemplaire et forte, d'avoir pris les dispositions qu'elle a prises, et ce sont ces dispositions qui l'ont faite telle qu'elle sait être, désormais, dynamique et analytique.
Sans ces tristesses, elle serait peut-être une idiote finie, comme il y a des idiots finis - du reste. Au contraire, tout cela l'a rendue valeureuse.
Aussi bien, dans ce discours, on assiste atrocement à un reniement de soi, à une immolation au nom d'une de ces bonnes intentions de causes qui pavent l'enfer.
Au final, n'est-ce pas "la libération de la parole des femmes", qui soudain l'a induite à relire son existence comme une vie traumatique, alors que jusque là elle vivait dignement ?

*vomi*
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Pour le vomir, j'imagine qu'il faut avoir pu le concevoir de ce que ce fut bien énoncé, afin d'éprouver un affect de dégoût alors. Mais je ne vois pas qu'on ait rien à argumenter en propre. Or, c'est mal connaître les mouvements sociaux, que de ne pas savoir qu'ils charrient toutes les velléités, et de penser qu'ils sont toujours tout purs.

Comme si l'humain n'était pas quelque chose de composé, composant avec les compositions alentour - pour jouer sur les mots. Je veux dire en l'occurrence, qu'il y a autant de motivations à employer le hashtag metoo que de motivé-es à l'employer, ce qui en soi n'est pas négatif, puisque tous les mouvements sont ainsi faits. Mais cela signifie aussi que l'image collective, le front commun, l'effet public, sont bien des épures ne retenant que les lignes de force qui intéressent la tendance, CQFD. Etc. L'unanimisme me laisse toujours pantoise.

Et comme si je n'avais pas fait un éloge de Natalie Portman, aussi, or ça n'est pas éludable.

Sage, sage.
http://libertephilo.forumactif.org
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1290
   Âge  :  21
   Date d'inscription  :  14/08/2016
    
                         
Don Rumata  /  Tentatrice chauve


Tu fais quoi dans la vie Fatalité
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


http://libertephilo.forumactif.org
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1400
   Âge  :  29
   Localisation  :  Au sud, au nord, au milieux, partout!
   Date d'inscription  :  18/05/2017
    
                         
Fluo Glacial  /  Roland curieux


Fatalité a écrit:
Pour le vomir, j'imagine qu'il faut avoir pu le concevoir de ce que ce fut bien énoncé, afin d'éprouver un affect de dégoût alors.

de ce que ce fut : Non, ça marche pas ça.

afin d'éprouver un affect de dégoût alors : que fait cet 'alors' qui se balade en fin de phrase?

(j'ai pas lu la suite, du coup :/ )
https://antoinedazy.wixsite.com/portfolio
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2636
   Âge  :  114
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Le bruit et la pudeur


Ça vaudrait le coup Fatalité que tu écrives un article genre polémique dans un journal autour de ce débat-là (comme Libé par exemple).
Tu as visiblement une tonne d'idées, tu sembles bouillonner sur presque tous les sujets: c'est un avantage évident pour l'écriture.
Bonne suite
P.S. Peut-être faire un blog en rapport avec l'actualité ou non ? Possible que tu aies déjà ça. Je te conseille overblog pour l'audience et la qualité qui est pas mal je trouve. Un blog ça permet aux autres aussi de poster.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Piraeus a écrit:
de ce que ce fut : Non, ça marche pas ça.

Tournure désuète, pour dire du fait que cela fut (cela : en l'occurrence, le propos vomi par Noxer).

Piraeus a écrit:
afin d'éprouver un affect de dégoût alors : que fait cet 'alors' qui se balade en fin de phrase?

Alors, adverbe de consécution, en l'occurrence du vomissement, rapport à une lisibilité.

Piraeus a écrit:
(j'ai pas lu la suite, du coup :/ )

Comment est-ce censé discréditer un propos, que de ne pas le lire ? et tu confonds l'Agora avec les Commentaires ...


Shub a écrit:
Ça vaudrait le coup Fatalité que tu écrives un article genre polémique dans un journal autour de ce débat-là (comme Libé par exemple).
Tu as visiblement une tonne d'idées, tu sembles bouillonner sur presque tous les sujets: c'est un avantage évident pour l'écriture.
Bonne suite
P.S. Peut-être faire un blog en rapport avec l'actualité ou non ? Possible que tu aies déjà ça. Je te conseille overblog pour l'audience et la qualité qui est pas mal je trouve. Un blog ça permet aux autres aussi de poster.

Cela indique que tu reconnais une valeur à ma dynamique ou à mon style, dans le fond, et ce n'est pas la première fois que tu en fais part. J'aimerais te remercier, sincèrement, mais si c'est pour que derrière tu deviennes Mr Hide comme ce fut déjà le cas, Mr Jeckyll, je passe. Enfin, soyons honnête, ça me touche. Après, j'aime forumer, et pour l'heure je remarque juste que, pour forumer, il faut surmonter toutes les casuistiques et autres tactiques que l'on m'allègue voire m'oppose assez follement, je dois dire.

A chaque fois c'est un procès, et le mieux encore ce serait que ce procès puisse se régler pour vice de forme (et, en l'occurrence : clause de style). Je ne sais pas toi, je ne sais pas vous, mais ça en fait des broussailles pour seulement débattre, où à chaque fois on croirait outrager la morale informelle, ou du moins des on-dits en coulisse. Des complicités, des connivences, des associations de circonstance. C'est occulte, quoi. Étranges agacements.
http://libertephilo.forumactif.org
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2636
   Âge  :  114
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Le bruit et la pudeur


Je préfèrerais être Dr Jekyll and Mr Love comme Jerry Lewis mais passons ! hahaha!
La drague virtuelle c'est encore plus difficile que la drague réelle par contre le harcèlement...
Sur un blog on ne te chercheras pas à t'opposer quoi que ce soit puisque c'est toi qui détiens les commandes de ce que tu veux publier ou non. Donc si tu respectes les règles élémentaires des blogs, tu peux raconter tout ce que tu veux.
J'en profite personnellement d'ailleurs sur overblog pour parler des trucs que j'ai envie.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  719
   Âge  :  33
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Hélas, un ami a été harcelé même sur son blog, où il avait mis les commentaires à valider par ses soins. Le fait est qu'à valider, il tombait fatalement sur les propositions de son agresseurs. Et puis, je suis là pour partager. J'adore André Malraux, par exemple. Je voudrais que cela soit possible de pouvoir l'épouser, aujourd'hui.
http://libertephilo.forumactif.org
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


"Mais peut-on faire de traumatisme, politique ?"

Ça me semble être une question intéressante, mais plutôt formulée autrement, comme : quel rôle peuvent jouer les traumatismes dans un engagement politique ? Quel rôle joue aussi l'histoire individuelle dans la force d'une conviction mise au service du collectif ?

"Sans ces tristesses, elle serait peut-être une idiote finie, comme il y a des idiots finis - du reste"

Je trouve ça intéressant, également ; comme Christine Angot ou d'autres, je défends l'idée que ce qui nous a constitué victime nous constitue aussi comme force - ce qui permet d'échapper dans la construction existentielle à ces postures victimaires. Je n'ai pas expérimenté l'olive comme agression sexuelle précisément parce que je savais de qui elle venait, et que je comprenais la volonté d'humiliation qui était derrière ces pratiques, et qui me mettait mal à l'aise plus pour ses auteurs que pour moi. Point de vue très intéressant, souvent trop vu à tort comme une légitimation de l'acte, quand il s'agit de quelque chose de complètement différent, et d'une question d'une nature différente posée à l'acte. Mais c'est à chacun ensuite de dire comment il vit les choses.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2021
   Âge  :  20
   Date d'inscription  :  15/11/2015
    
                         
Noxer  /  Let's flood until the next one


Moi je ne comprends pas pourquoi c'est intéressant ; certains font de leurs expériences personnelles aussi simples qu'avoir écouté papa et maman à table quand ils étaient enfant de la politique. On n'a de cesse d'avoir des politiciens qui s'écharpent sur des débats à la con qui ne demandent pas vraiment de réflexion mais seulement est un moyen de faire valoir des expériences parfois toutes faites pour que le public visé s'y reconnaisse. Je ne comprends pas pourquoi un traumatisme ne serait pas une expérience valable pour faire de la politique. Je ne comprends pas ce rejet de l'individu et de ses volontés. Et je trouve ça un peu ignoble d'où mon vomi
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 L'olive, une agression sexuelle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-