PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 Quand écrire un second tome ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Maih'em
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  454
   Âge  :  35
   Localisation  :  Corrèze
   Pensée du jour  :  Ce dont on ne se souvient pas n'est jamais arrivé.
   Date d'inscription  :  05/12/2018
    
                         
Maih'em  /  Pour qui sonne Lestat


Alors je vais amener un son de cloche légèrement différent, mais j'ai conscience que mon cas relève d'une chance inouï.
J'ai envoyé aux ME le premiers tome de ma tétralogie sans que le second soit même terminé (bon après, avec le temps d'attente, il l'a été). C'est mon premier roman, je n'ai pas un nom dans les rouages.
J'ai eu une réponse positive chez "SNAG" qui m'a directement signé les 4 tomes (j'ai demandé un échelonnage d'une ans entre chaque rendu de tome sur mes contrats, par sécurité).

Pour ce qui est de la longueur, j'essaye vraiment de faire dans la régularité. Mon premier tome (et son intrigue secondaire) couvre 420 000 caractères. Je m'efforce maintenant sur les 3 suivants de faire environs la même teneur (le tome 2 fait 430 000).

Pour ce qui est de la fin de tome, j'ai été surpris (je dois être trop naïf en fait)! Mon éditeur m'a expliqué que d'après les retours lectures des publics tests, mon tome un se suffisait un peu trop à lui même. C'était mon intention, donner une bonne finalité à chaque tome avec une résolution d'intrigue secondaire qui laisser tout de même en filigrane la quête finale à accomplir. Il semblerait qu'il faille plus laisser de suspens...

Conclusion, je ne suis pas sûre qu'il y ait à proprement parler de règles. Certes, il doit être possible de mettre le maximum de chances de son côté, mais au final, t'es pas à l’abri de tomber sur un gars au triage qui ne veuille tout simplement pas lire une saga...
 
Agent Seven
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  454
   Âge  :  22
   Localisation  :  Seoul
   Pensée du jour  :  1011000011
   Date d'inscription  :  04/11/2017
    
                         
Agent Seven  /  Pour qui sonne Lestat


Si tu veux écrire un deuxième tome, écris-le.

Moi, personnellement, j'écris une série de cinq tomes (oui c'est risqué), mais dès le premier tome, j'avais une idée de la fin et tout de ce qu'il y a entre. Aujourd'hui, je ne sais pas comment va se décliner mon cinquième tome, mais je sais ce qui va y arriver et comment ça va se terminer. Je sais aussi ce que je vais écrire dans les tomes 2, 3 et 4. Je dévie un peu du sujet, mais je trouve ça très important. Je n'écris pas cinq tomes pour écrire cinq tomes. Je le fais parce que j'ai déjà tout pensé à ce qui devait se produire et que oui, ça s'étend sur cinq tomes (trois sont déjà écrits, mais je les réécris parce que quand j'avais commencé, j'avais 12 ans). Dans ton cas, même si ce n'était pas prévu, je crois que tu peux écrire un tome 2 sans problème. Tu n'écris pas un tome 2 pour le fun d'écrire un tome 2, mais bien parce qu'il y a quelque chose de plus à raconter.

Alors oui, c'est peut-être risqué, mais si je m'étais arrêtée à ça, je n'écrirais plus aujourd'hui, puisque je n'ai des idées que pour des sagas.

Je rajouterai aussi que, personnellement, j'adore les séries en tant que lectrice. Nous sommes peut-être une minorité, mais il y a des lecteurs qui aiment les séries! C'est peut-être risqué, mais si il y a des gens pour les lire, les maisons d'éditions continueront à publier des sagas (peut-être moins, c'est vrai).  Si plus aucune série ne serait publiée, je lirais beaucoup moins.
En ligne
 
RebeccaBlade
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  128
   Âge  :  30
   Localisation  :  Dans un miroir d'obsidienne.
   Pensée du jour  :  "Elle ne se rappelait pas de son passé, avait une autre personnalité qu’elle ne supportait pas – et elle savait que c’était réciproque"
   Date d'inscription  :  15/03/2016
    
                         
RebeccaBlade  /  Barge de Radetzky


Hey

En ce qui me concerne, j'avais fini mon premier tome il y a bien sept ans. J'avais commencé les corrections... et avais abandonné, prise par l'irrésistible besoin d'écrire la suite. Résultat, j'ai continué sur ma lancée jusqu'à écrire cinq des six morceaux prévus.
Une fois ce "tome" V achevé, je me suis donc lancée dans les corrections pures et dures de ce charmant tome I. Et j'ai finalement eu raison ; il y a une telle évolution entre ce que j'avais écrit il y avait sept ans, et ce que j'écris maintenant, que ç'aurait été dommage de se priver du niveau actuel.
J'ai donc passé un, ou peut-être deux ans sur la correction de mon T.I (mais ce sont des pavés, alors forcément... :mrgreen: ), et je l'ai vraiment achevée avant-hier. Enfin, achevée. Il y a encore du boulot mais cela, c'est un autre chapitre !
Pour ce qui est d'écrire la suite, ce n'est pas encore d'actualité : j'ai encore quatre gros pavés à corriger avec soin Rolling Eyes
Mon conseil, ce serait de t'é-cou-ter. Tu veux vraiment écrire la suite ? Ecris-la. Tu préfères vraiment faire les correc' et ensuite la suite ? Fais cela. Tu vibres à l'idée d'accomplir les deux en même temps ? Mais lance-toi donc !
Le mieux, c'est vraiment de suivre son instinct, il parle bien. Sans forcément chercher à comprendre le pourquoi du comment : les réponses te viendront en temps voulu... si elles daignent le faire ! [/langage pseudomystique off]


Edit I : Maih'em : si tu savais comme ta réponse me fait plaisir à lire <3
Agent Seven : la tienne aussi.
https://facebook.com/Divin.Art3
 
TITAN
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  389
   Âge  :  120
   Localisation  :  Dans une grotte au sommet de l'Everest
   Pensée du jour  :  L'écriture est la peinture de la voix
   Date d'inscription  :  26/12/2015
    
                         
TITAN  /  Tapage au bout de la nuit


Moi, j'en suis à l'écriture de mon premier roman (qui sera achevé au cours de l'été), enfin mon deuxième mais le tout premier n'était pas terrible donc je ne l'ai pas compté comme un roman.

Quand j'aurai fini, je l'enverrai bien sûr à des éditeurs, mais je n'écrirai pas tout de suite le 2, cependant je ferai un synopsis du deux au moins.

En attendant une réponse des éditeurs, j'écrirai un autre roman (cette fois-ci un one-shot).

Par contre je ne suis pas trop d'accord sur le fait que les premiers romans doivent être des one-shot. Parce que, primo, beaucoup d'auteurs ont commencé par une série (Harry Potter, Eragon, Divergente, La Guerre des Clans...). Ensuite secundo, j'ai vu un reportage sur la lecture chez les adolescents et il y avait des interviews avec des éditeurs qui expliquaient que justement chez ce public (et chez les autres aussi), les séries étaient plébiscitées par rapport aux one-shots. En effet, les jeunes préfèreraient les séries aux one-shots parce qu'ils veulent des histoires plus longues, avec de longues intrigues...).

Pour moi, même si le premier roman est le début d'une série, tant que ça plait à l'éditeur y a pas de problème.
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  559
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Gloire de son pair


Citation :
Parce que, primo, beaucoup d'auteurs ont commencé par une série (Harry Potter, Eragon, Divergente, La Guerre des Clans...).

Attention, tes exemples sont tirés de la littérature anglo-saxone, qui a un système littéraire et un lectorat assez différent. Il vaut toujours mieux rester sur des exemples plus proches de nous.
Et le fait de publier chez nous des sagas qui ont plu ailleurs ne représente pas un grand risque financier pour l'éditeur. La logique ne va pas être a même face à un auteur français débutant.
 
TITAN
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  389
   Âge  :  120
   Localisation  :  Dans une grotte au sommet de l'Everest
   Pensée du jour  :  L'écriture est la peinture de la voix
   Date d'inscription  :  26/12/2015
    
                         
TITAN  /  Tapage au bout de la nuit


fleur-de-lyss a écrit:
Attention, tes exemples sont tirés de la littérature anglo-saxone, qui a un système littéraire et un lectorat assez différent.

Non, le lectorat est pareil, que ce soit chez les anglais, français ou espagnol. Pour le coup, le reportage dont je parle, c'était des lecteurs et éditeurs français.

Quant au système, hormis l'omniprésence des agents littéraires chez les anglophones et non chez nous, le système littéraire est le même que chez nous, à quelques différences près.

Pour prendre des exemples "français", il y a Tara Duncan, Oksa Pollock, Atlantis, La Quête d'Ewilan, Le livre des Étoiles, A comme Association...
 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  559
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Gloire de son pair


Qu'entends-tu par "le lectorat est pareil"? Smile La tranche d'âge? C'est une chose, mais ce n'est pas le seul élément qui qualifie un lectorat. La zone géographique est aussi prise en compte, ce qui fait de facto qu'on ne peut pas dire que "le lectorat soit le même". On peut dire que les romans séduisent un lectorat jeune dans de nombreux pays par exemple.

Je ne vais pas trop m'étendre sur le sujet, car il ne s'agit pas exactement du sujet du topic. Cela dit, le fait que les maisons d'éditions françaises traduisent pas mal de sagas anglosaxones en jeunesse/jeunes adultes a tout de même un impact assez important sur le modèle économique, qui n'est pas vraiment transposable du côté anglo-saxon, où ils axent moins leur modèle sur des best-sellers traduits, avec adaptation cinématographique déjà prévue, qui va tirer les ventes. Par conséquent, il faut rester prudent dans la comparaison. Certes, des reportages sur le fait que les sagas se vendent bien, il y en a plein et je comprends ton point de vue. Mais quand on creuse davantage, on remarque que les maisons françaises vont pas mal miser sur les sagas étrangères pour combler leur lectorat, et ils n'ont plus qu'à piocher dans les très nombreuses sagas qu'ils reçoivent pour ajouter quelques nouveaux talents. L'exemple de Bragelonne est assez parlant à ce niveau-là.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas écrire de sagas, qu'il faut commencer par un one-shot d'office ou que les éditeurs vont forcément refuser une saga française parce qu'ils préfèrent un auteur qui a fait ses preuves à l'étranger, mais simplement qu'il faut rester prudent quand on transpose les goûts des lecteurs à ce que recherchent les éditeurs, ou même ce qui se vend sur le marché à ce dont ils ont besoin. D'autres éléments entrent dans leurs calculs.

Quand aux exemples français que tu cites, attention que la Quête d'Ewilan et A comme Association ne sont pas des premiers romans, justement. Bottero a justement commencé par des One shots. Atlantis n'est pas un premier roman non plus (si tu parles bien de celui de Christine Féret-Fleury et sa fille). Erik L'Homme connaissait un éditeur de Gallimard, Sophie Audoin-Mamimokian a mené un véritable parcours du combattant avant de parvenir à être édité. Par ailleurs, en faisant des recherches sur l'édition de romans pour adolescents en France, j'avais vu que les one shots sont en hausse depuis ces toutes dernières années (depuis 2015 plus précisément), au point qu'il est difficile de savoir si c'est une tendance qui va perdurer ou simplement un hasard de ces dernières années. Difficile donc d'anticiper la préférence d'un éditeur, mais peu importe si ce que tu écris te plaît, et il y aura toujours des places pour les bons romans, même si certaines sont plus chères que d'autres Smile
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Quand écrire un second tome ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-