PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
 

 Peut-on tout définir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2312
   Âge  :  17
   Localisation  :  France
   Pensée du jour  :  "Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire Seront à tout jamais tes esclaves soumis, Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire Tu seras un homme, mon fils" Rudyard Kipling
   Date d'inscription  :  14/10/2014
    
                         
Trôme  /  Coquinou


Peut-on donner à tout une définition ?

Le tout englobe beaucoup, beaucoup de sujets, j'en choisis une brève liste question de temps, puis il serait lassant de les énumérer un par un.

Peut-on définir la philosophie ? la science ? l'être humain ? la sexualité ? la barbarie ? la politique ? et j'en passe.

Bien sûr, nous pouvons trouver à chaque fois une définition dans ce compagnon encore plus vieux que vous qu'est le dictionnaire. Mais notre bon ami n'est-il pas réducteur ? Peut-on se contenter de sa réponse, qui souvent, diffère d'une édition à une autre ? Je prends deux dictionnaires en ligne, par facilité, avec pour exemple le mot politique :

Proposition du site : http://www.le-dictionnaire.com

Nom commun."Traitement et discussion des affaires publiques liées au gouvernement d’un État, ou aux relations mutuelles des divers États."

Adjectif."Qui a rapport aux affaires publiques, au gouvernement d’un État, ou aux relations mutuelles des divers États."

Proposition du site : http://www.larousse.fr

"Ensemble des options prises collectivement ou individuellement par les gouvernants d'un État dans quelque domaine que s'exerce leur autorité (domaine législatif, économique ou social, relations extérieures)."

Deux jolies propositions, avec des points communs et des différences, subjectives et objectives. Mais peut-on résumer la politique en quelques phrases ?

Peut-on vraiment tout définir ?

A vous.

Battez-vous avec le glaive de l'idée et le bouclier de l'argument, dans le respect de l'autre et des règles du forum bien évidemment.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  555
   Âge  :  34
   Localisation  :  02
   Pensée du jour  :  Ecrit un peu, un chapitre, un paragraphe, une phrase. Non, même un mot, écrit !
   Date d'inscription  :  04/09/2012
    
                         
Zaou  /  Gloire de son pair


Tout est définissable. Mais les mots nous limitent ; le langage ne permet pas de définir exactement (surtout sans s'étaler en longueur).
Par conséquent toute définition ne fait que renvoyer à la compréhension propre du monde qu'a chaque individu.
http://vitalitepaleo.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1216
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  A hunter is a hunter, even in a dream...
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


La connerie est souvent quelque chose qui dépasse les règles de la logique et de l'entendement.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  27
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Barge de Radetzky


Je pense que non personnellement, sinon on pourrait essentiellement communiquer par le langage. Pourtant, nombre sont les relations qui se brisent car elles ne parviennent pas à exprimer leur ressenti.
Plus loin même : on utilise des procédés différents pour faire passer des messages.
L'art est ce qu'il y a, évidemment, de plus populaire. On utilise, à la place de mots, des actions, des images, des procédés pour faire ressentir une idée à l'autre.
Je pense que la démarche vient du fait, justement, qu'il est parfois très dur de définir clairement les choses.
À la fin, une définition d'un dictionnaire ne correspond qu'à une brève phrase qui tente d'exprimer une idée abstraite ou parler d'un objet/être vivant extrêmement complexe.
En somme, Trôme, je suis tout à fait d'accord avec ce que tu sous-entends.
Tout définir n'est, pour moi, clairement pas possible. Résumer vulgairement, peut-être.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1732
   Âge  :  22
   Pensée du jour  :  Notre père qui êtes aux cieux restez-y.
   Date d'inscription  :  18/01/2015
    
                         
Jezebeth  /  Fiancée roide


Attention à ne pas se tromper de débat. Si on prend la question rigoureusement, elle n'a aucun sens. On définit un objet parce qu'on en a besoin pour travailler. Or là on semble devoir réagir à la gênante thésaurisation de choses difformes que l'on ne sait pas (plus ?) manipuler (une chose qui n'est pas définie ne peut pas être utile au langage ! alors que fait-elle encore dans le langage courant ?).
C'est qu'en fait le temps accole les définitions et la couche de séparation entre les définitions et les contextes tend parfois vers 0, d'où les confusions parfois fâcheuses. Et à mon avis si on en est là aujourd'hui c'est que l'on refuse de reposer clairement l'axiomatique du langage ; le mot "sexe", par exemple, est absolument infernal. (et, en conséquence, "sexualité", oui !) Il pose d'énormes problèmes et semble n'être sujet à aucune muselière de la pensée. Le mieux serait de s'en débarrasser ! Pourtant on aura toujours besoin de désigner nos parties génitales ou notre genre pour communiquer.
Mais sur le plan formel ce n'est pas du tout une question épineuse : oui on peut bien sûr tout définir. Tant que les principes de non contradiction et du tiers exclu sont respectés.

C'est drôle en ce sens -- mais je me répète -- parce que la définition devrait vraiment être mère de l'objet, en l'occurrence du mot, par définition de la définition, et je trouve ça très caractéristique qu'on se pose la question de savoir si on peut définir un mot qui a déjà été introduit, qui existe (s'il n'était pas déjà défini, il n'existerait pas : il y a donc bien un problème conceptuel).

Et pour le coup, je trouve ta liste assez peu révélatrice de cette intéressante ambiguïté parce que ces mots-là ont à l'origine des définitions très précises. (la politique, la philosophie, la science, la barbarie -- barbaros c'est l'étranger -- nous viennent des Anciens)
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


En toute logique, un mot a une définition, sinon, il est inutile.
Il peut en avoir plusieurs selon certaines variations (groupes humains qui l'emploient, époque historique, etc). Mais, tenter de donner une définition à un mot (soit, une forme) qui préexisterait au fond, c'est absurde.
Un mot comme "politique" a (sans doute, flemme de vérifier) dérivé d'un sens original qui devait être quelque chose du genre "régler les affaires de la cité", ou approchant. Cette dérive a multiplié le nombre de sens possibles, car la "vie politique" même est passée de la vie d'une cité (fût-elle prodigieuse) à la vie d'états-nations, voire d'empires, dont la seule taille a fait émerger des problématiques et des enjeux qui n'existaient pas à Rome ou à Athènes. Et il est vraisemblable que, même si le grec avait existé à l'époque, le mot "politique" n'aurait sans doute jamais émergé au paléolithique, car il n'y avait pas de sens à mettre derrière. De la même manière (par paresse, méconnaissance?), l'emploi de certains mots est fusionné dans la langue courante.
Ainsi, "la science" est généralement compris comme l'ensemble des disciplines et des techniques permettant de décrire et de comprendre la nature (ainsi que de faire des prédictions, dirait Karl Popper), mais il est aussi employé pour désigner la science comme métier, secteur économique, et/ou encore activité à caractère plus ou moins politique ou social - comme la climato, par exemple. Dès lors se produit une confusion très dommageable, et une méfiance (complètement hors-sujet) vis-à-vis de la science comme discipline à cause de scandales réguliers dans des secteurs industriels touchant de près ou de loin à la santé. Je suis convaincu que de tels travers peuvent être constatés sur des mots comme "sexe" et d'autres.

En revanche, il faut bien reconnaître que beaucoup de sens ne sont plus ce qu'ils étaient, que les acceptions ont pu se multiplier, mais chaque définition est valable en soi, car un mot est avant tout quelque chose d'arbitraire: une forme (orale ou écrite, voire dessinée) associée à un sens. Et ce sens lui même est arbitraire: il correspond à un découpage de notre monde (ou de ce que nous en percevons) selon des axes pertinents pour nous.
Dès lors, le débat me paraît plutôt porter sur:
1/ la popularité d'une définition d'un mot, c'est-à-dire l'emploi (ou non) par un certain nombre de personnes, et les conséquences qui peuvent en découler
2/ pourquoi un tel flou dans les définitions, pourquoi tant de définitions parfois pour un seul mot, parfois?
3/ comment remédier à cela?
4/ est-il besoin que chaque mot ait une définition et une seule?
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Peut-on tout définir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-