PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

 Perdre de vue l'essentiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  29
   Localisation  :  la vérité c'est que t'as déjà changé
   Date d'inscription  :  29/08/2017
    
                         
je changerai maintenant  /  Barge de Radetzky


Bonjour à tous,

Vous arrive-t-il de perdre de vue l'essentiel ?
Qu'est-ce que l'essentiel ?



 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  949
   Âge  :  31
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


Le cas échéant je sais où le retrouver : chez Lactel. 

Spoiler:
 
http://silenceecrit.wordpress.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  555
   Âge  :  34
   Localisation  :  02
   Pensée du jour  :  Ecrit un peu, un chapitre, un paragraphe, une phrase. Non, même un mot, écrit !
   Date d'inscription  :  04/09/2012
    
                         
Zaou  /  Gloire de son pair


L'essentiel c'est ce qui est à l'origine du reste.
http://vitalitepaleo.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  122
   Âge  :  19
   Localisation  :  Cité Lerévienne ( Royaume de Féerie, sur le Vieux Continent )
   Pensée du jour  :  Vide Cor Meum
   Date d'inscription  :  08/01/2016
    
                         
A.J.B  /  Barge de Radetzky


Bonsoir ! comment vas-tu ?

Excellente question. Mmh...personnellement je scinde trois aspects de l'essentiel : l'essentiel intrinsèque, l'essentiel sociétal, et l'essentiel universel. Le premier est constitué de l'ensemble des éléments qui fondent mon humble personne ( je crois aux dons, talents de naissance, aux rêves, aux passions et aspirations particulières, voire aux vocations d'une vie ). En ce sens, tout ce qui n'en relèverait pas n'aurait, en soi, aucune incidence fondamentale/essentielle. Le second réside dans les obligations, responsabilités et inclinations sociales ( profession, formation, relations humaines et moeurs, consommation etc... ). Le dernier enfin serait ce qui préexiste à toute chose, la féconde et la nourrit, lui survit ( état de la connexion naturelle des choses, notamment ).

Force m'est de constater que l'essentiel sociétal en vient à occulter ses deux confrères de manière régulière, d'où à mon sens le sentiment de perdition, d'ennui, d'oisiveté, l'état dépressif, le désir anarchiste et certaines maladies physiques et mentales. L'individu se réfrène, se dilue dans la masse. Cela a toujours été vrai dans la socialité humaine, mais n'avait jadis guère embrassé le paroxysme engendré par l'ultra-capitalisme ( consumérisme ) et le néo-libéralisme. De l'autre versant, le communisme parfait enfante les mêmes maux, à peu de détails près.

Dans l'idéal absolu, je souhaiterais ne jamais me détacher de l'essentiel intrinsèque, plutôt le définir tel l'ancrage des deux autres formes. Orienter ma maigre existence selon mes envies, mes passions, mes aspirations et mes potentialités. La colorer de ma personnalité et offrir au monde ses facettes florissantes. Ainsi que combattre farouchement l'enchainement moral, spirituel et physique de quiconque. Car je crois avec sincérité que l'accomplissement de soi, au sens des stoïciens ou de l'Ubuntu sud-africain , est la clef de toute union sociale entière, intègre et fructueuse.
Or cela n'est que peu réalisable. Pour ce que l'humanité semble bien trop ancrée dans la jouissance personnelle pour songer un instant au salut universel ( individuel + social + naturel ). De nos jours, la société est mieux imposée, inattendue et impératrice ( au sens de conductrice de nos desseins plutôt que mue par ces derniers ) que fruit de la volonté démocratique.

Oui, je me suis quelque peu égaré...
https://medium.com/@ajbminimeofficiel
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  27
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Barge de Radetzky


Je trouve qu'A.J.B. a très bien résumé la chose...

L'essentiel intrinsèque et l'essentiel universel, comme tu les appelles si bien, sont à la source de ce qui importe le plus pour moi.

Je pars d'une question assez lugubre : à quoi vais-je penser le plus sur mon lit de mort ?

À mon travail ? À mes impôts ? À la société ?

Ou au contraire, à ce que j'ai accompli ? À mes envies profondes ? À ma famille ?

Je pense que perdre de vue l'essentiel, c'est surtout perdre de vue ce qui définit être vivant. Et pour moi, vivre, ce n'est pas remplir de la paperasse ou être bien vu d'une société arbitraire.

Bon après, ça fait très rebelle mal dans sa peau, je l'avoue...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  122
   Âge  :  19
   Localisation  :  Cité Lerévienne ( Royaume de Féerie, sur le Vieux Continent )
   Pensée du jour  :  Vide Cor Meum
   Date d'inscription  :  08/01/2016
    
                         
A.J.B  /  Barge de Radetzky


Joe monsters a écrit:
Je trouve qu'A.J.B. a très bien résumé la chose...

L'essentiel intrinsèque et l'essentiel universel, comme tu les appelles si bien, sont à la source de ce qui importe le plus pour moi.

Je pars d'une question assez lugubre : à quoi vais-je penser le plus sur mon lit de mort ?

À mon travail ? À mes impôts ? À la société ?

Ou au contraire, à ce que j'ai accompli ? À mes envies profondes ? À ma famille ?

Je pense que perdre de vue l'essentiel, c'est surtout perdre de vue ce qui définit être vivant. Et pour moi, vivre, ce n'est pas remplir de la paperasse ou être bien vu d'une société arbitraire.

Bon après, ça fait très rebelle mal dans sa peau, je l'avoue...

+1
Concernant l'aspect " rebelle " que tu évoques, le travaux de John Locke, Ngugi Wa Thiongo, Benjamin Constant ou encore Noam Chomsky entre autres, sont édifiants. L'on dicte une vie à l'homme, oubliant qu'il sera le réceptacle et acteur de celle-ci, et qu'il ne devra créances qu'à lui-même sur son lit de mort.
https://medium.com/@ajbminimeofficiel
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  29
   Localisation  :  la vérité c'est que t'as déjà changé
   Date d'inscription  :  29/08/2017
    
                         
je changerai maintenant  /  Barge de Radetzky


Zaou a écrit:
L'essentiel c'est ce qui est à l'origine du reste.

Smile

***

Merci AJB, c'est éclairant. Smile Où classes-tu le fait de se nourrir (physiquement), je veux dire le fait d'être personnellement en vie et de le rester ? (la première couche de la pyramide de Maslow)

Il y a peut-être l'essentiel du corps, et l'essentiel de l'esprit (besoin de spiritualité, réflexion, le monde infini de l'immatériel).

Ce que tu appelles l'essentiel sociétal est fortement lié à l'essentiel du corps car il permet de se nourrir, d'être en bonne santé (ou pas). Si l'on veut s'en extirper pour laisser plus de place à ses aspirations et à ce que j'appellerais l'essentiel de l'esprit, il faudra de toute manière toujours fournir un travail minimum pour satisfaire ses besoins vitaux.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que se rapprocher de la satisfaction de ses propres besoins vitaux (par exemple, se nourrir des fruits et légumes que l'on produit soi-même) c'est se rapprocher de l'essentiel de l'esprit.

Alors que séparer la satisfaction du corps et la satisfaction de l'esprit (le lundi je travaille sans aimer ça ; le samedi je m'adonne à ce que j'aime faire) mène au désordre intérieur. (peut-être !)


 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  27
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Barge de Radetzky


J'avoue avoir longtemps été intéressé par le travail de John Locke. Je n'avais lu qu'un de ses textes. Faudrait que je m'y penche. Smile

Sinon, c'est intéressant ce que tu dis JE CHANGERAI MAINTENANT.

Je me rends compte qu'avec le temps les gens oublient de plus en plus à quoi servent ce qu'ils font au jour le jour. Les gens travaillent pour gagner de l'argent. Oui, mais à quoi sert cet argent ? Pourquoi cet argent a-t-il été créé initialement ? N'est-ce pas juste un moyen arbitraire pour que chacun ait la possibilité de satisfaire ses besoins, donc d'aller à l'essentiel ?

Sauf qu'étrangement, certains finissent par convoiter davantage le moyen que le but, donc, par exemple, l'argent que la nourriture. C'est peut-être ça perdre de vue l'essentiel, en fait. Oublier pourquoi nous faisons les choses.

Dans un autre domaine... Toute personne, à l'école, s'obstine à essayer d'avoir des bonnes notes. Mais pourquoi l'école existe-t-elle au départ ? N'est-ce pas justement pour apprendre, s'enrichir, évoluer et non pas pour avoir un simple bout de papier qui justifie qu'on fait partie d'une société qui, elle-même, semble avoir oublié quel était l'essentiel ?

C'est pour ça qu'effectivement, à la source, nos besoins sont des besoins de vie et d'esprit, comme tu le dis si bien.
La société a été créé pour que ces besoins soient justement plus faciles à contenter.

Sauf qu'avec le temps, j'ai l'impression qu'on a fini par faire l'inverse... Voir la société comme un but et laisser nos besoins de côté.

C'est un paradoxe assez surprenant mine de rien.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  122
   Âge  :  19
   Localisation  :  Cité Lerévienne ( Royaume de Féerie, sur le Vieux Continent )
   Pensée du jour  :  Vide Cor Meum
   Date d'inscription  :  08/01/2016
    
                         
A.J.B  /  Barge de Radetzky


je changerai maintenant a écrit:
Zaou a écrit:
L'essentiel c'est ce qui est à l'origine du reste.

Smile

***

Merci AJB, c'est éclairant. Smile Où classes-tu le fait de se nourrir (physiquement), je veux dire le fait d'être personnellement en vie et de le rester ? (la première couche de la pyramide de Maslow)

Il y a peut-être l'essentiel du corps, et l'essentiel de l'esprit (besoin de spiritualité, réflexion, le monde infini de l'immatériel).

Ce que tu appelles l'essentiel sociétal est fortement lié à l'essentiel du corps car il permet de se nourrir, d'être en bonne santé (ou pas). Si l'on veut s'en extirper pour laisser plus de place à ses aspirations et à ce que j'appellerais l'essentiel de l'esprit, il faudra de toute manière toujours fournir un travail minimum pour satisfaire ses besoins vitaux.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que se rapprocher de la satisfaction de ses propres besoins vitaux (par exemple, se nourrir des fruits et légumes que l'on produit soi-même) c'est se rapprocher de l'essentiel de l'esprit.

Alors que séparer la satisfaction du corps et la satisfaction de l'esprit (le lundi je travaille sans aimer ça ; le samedi je m'adonne à ce que j'aime faire) mène au désordre intérieur. (peut-être !)



Hâte-toi de le savourer, " Joe Monsters " !

" Je changerai maintenant ", en effet je considère que l'essentiel du corps et l'essentiel de l'esprit fondent l'essentiel intrinsèque. Ce dernier, tel que tu l'as expliqué, est interallié à l'essentiel sociétal dans le sens où, l'état de nature ayant été supplanté, l'état social catalyse désormais le biais privilégié de subvenir à ses besoins personnels. J'apprécie également ta vision du rapprochement de l'essentiel de l'esprit et de la satisfaction des besoins vitaux : j'ai aussi le sentiment que l' " alter-mondialisme " et l'écologisme représentent des voies d'avenir pour l'équilibre de l'humanité et de l'univers.
https://medium.com/@ajbminimeofficiel
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  29
   Localisation  :  la vérité c'est que t'as déjà changé
   Date d'inscription  :  29/08/2017
    
                         
je changerai maintenant  /  Barge de Radetzky


Oui Joe Monsters, c'est vrai, j'ai exactement le même sentiment. Et quand on est pris dans la spirale, on s'éloigne petit à petit et quasiment sans s'en rendre compte, à force d'avoir sous les yeux le catalogue Ikea on finit par vraiment croire que le bonheur et ce dont on a toujours rêvé c'est d'avoir un salon comme sur la photo. Et à force d'entendre autour de soi des gens parler salaire et argent, on veut autant, et plus, car on est mal payés, alors qu'on n'a pas besoin de plus. Je me demande comment l'on peut glisser à ce point vers la débilité et je me dis que c'est la fatigue, l'abrutissement des jours qui se répètent, la facilité, le manque de volonté, de courage, de courage de se dire je peux faire ce que je veux de ma vie. Tu parles du système scolaire qui, à travers les notes, de la même manière que le salaire ensuite, nous donne le mauvais objectif, la mauvaise voie à suivre ; on ne comprend pas pourquoi on veut avoir plus mais on veut avoir plus. Oui c'est vrai, et on n'est pas poussé à faire des choix, on est poussé à suivre la route (la grand-route), sans qu'il nous vienne un instant à l'esprit que peut-être ce petit chemin étroit qui part à gauche mène à l'essentiel, et que peut-être cette grand-route mène au chaos. L'école ne nous donne pas le droit d'échouer, elle nous intime de réussir, et nous donne peur de l'échec, voilà pourquoi les choix et les changements nous sont si difficiles. Comme si nous marchions sur une corde suspendue au-dessus du vide et que le moindre pas de travers allait nous mener au gouffre.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  27
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Barge de Radetzky


je changerai maintenant a écrit:
Oui Joe Monsters, c'est vrai, j'ai exactement le même sentiment. Et quand on est pris dans la spirale, on s'éloigne petit à petit et quasiment sans s'en rendre compte, à force d'avoir sous les yeux le catalogue Ikea on finit par vraiment croire que le bonheur et ce dont on a toujours rêvé c'est d'avoir un salon comme sur la photo. Et à force d'entendre autour de soi des gens parler salaire et argent, on veut autant, et plus, car on est mal payés, alors qu'on n'a pas besoin de plus. Je me demande comment l'on peut glisser à ce point vers la débilité et je me dis que c'est la fatigue, l'abrutissement des jours qui se répètent, la facilité, le manque de volonté, de courage, de courage de se dire je peux faire ce que je veux de ma vie. Tu parles du système scolaire qui, à travers les notes, de la même manière que le salaire ensuite, nous donne le mauvais objectif, la mauvaise voie à suivre ; on ne comprend pas pourquoi on veut avoir plus mais on veut avoir plus. Oui c'est vrai, et on n'est pas poussé à faire des choix, on est poussé à suivre la route (la grand-route), sans qu'il nous vienne un instant à l'esprit que peut-être ce petit chemin étroit qui part à gauche mène à l'essentiel, et que peut-être cette grand-route mène au chaos. L'école ne nous donne pas le droit d'échouer, elle nous intime de réussir, et nous donne peur de l'échec, voilà pourquoi les choix et les changements nous sont si difficiles. Comme si nous marchions sur une corde suspendue au-dessus du vide et que le moindre pas de travers allait nous mener au gouffre.

C'était tellement bien dit que j'ai du mal à trouver quelque chose à ajouter.
J'ajouterais simplement qu'il est beau de voir à quel point on peut s'élever quand on sort des mécaniques de ce système.
Je me souviens que j'étouffais complètement avant et qu'il m'a fallu du temps pour enfin me dire : "Mais en fait, pourquoi je vis ? Qu'est-ce qui fait que je continue à me lever tous les jours ? Ne suis-je pas plutôt en train de survivre ?"
C'est peut-être ce qui donne une réelle signification à notre vie, finalement.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  122
   Âge  :  19
   Localisation  :  Cité Lerévienne ( Royaume de Féerie, sur le Vieux Continent )
   Pensée du jour  :  Vide Cor Meum
   Date d'inscription  :  08/01/2016
    
                         
A.J.B  /  Barge de Radetzky


C'est beau. Magnifique d'une sombre et tragique vérité.
Vous avez tous deux de jolies réflexions...
https://medium.com/@ajbminimeofficiel
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Encore faut-il savoir ce qu'est l'essentiel.
Se perdre dans un catalogue Ikéa alors qu'on a passé son enfance dans un taudis à la limite de l'arrêté de péril, ça peut être l'essentiel. On réfléchit bien mieux au sens de la vie le ventre plein et la doudoune accrochée dans l'entrée.
Pour d'autres, ce peut-être un jeu de principes, ou un objectif - qui peut être social, économique, psychologique.

Et, tant qu'on n'a pas vraiment d'idée sur ce qu'est l'essentiel, difficile de ne pas s'en éloigner.
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  27
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Barge de Radetzky


Il y a quelque chose que tu soulignes qui est très vrai du coup : notre ambition change selon notre état de santé et le milieu dans lequel on se trouve.
Je pense qu'après, en tant qu'humain, on reste continuellement à la recherche de quelque chose.
Donc la question est de savoir si ce qui est essentiel pour nous l'est vraiment pour survivre ou simplement pour satisfaire des ambitions égoïstes dont on pourrait se passer.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Exactement; et, en ce sens, vouer sa vie aux autres peut, aussi, être vu comme un souhait très égoïste d'être ou à tout le moins de paraître "quelqu'un de bien", ou plus simplement une stratégie pour éviter de penser à soi, de s'occuper de soi, ce qui n'a rien de vertueux.
Donc, la question meta serait: pourquoi telle préoccupation me paraît essentielle?

Ce qui, en passant, est une excellente manière de passer à côté de son existence! :mrgreen:
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Perdre de vue l'essentiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-