PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Votre phrasé m'émeut !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  137
   Âge  :  23
   Localisation  :  Sherbrooke
   Pensée du jour  :  World is mine
   Date d'inscription  :  10/10/2017
    
                         
Hiroko  /  Barge de Radetzky


J'ai toujours été de l'avis qu'une bonne narration se constituait de mots soigneusement choisis. Pour l'écriture d'une poésie, il va de soi que c'est une étape fondamentale, mais pour les romans et les nouvelles, je suis souvent déçue de lire des paragraphes trop abstraits sans richesse poétique.

Je m'explique plus en détails avec des exemples.

Plutôt que d'écrire :

Citation :
Louis marchait sur la route en regardant le magnifique coucher de soleil.

Pourquoi ne pas écrire :

Citation :
Au loin, le Soleil se couchait dans le palais de l'Océan ; Louis marchait sur le boulevard, dans l'auguste beauté de ces paisibles lieux.

Plutôt que d'écrire :

Citation :
Les femmes du pays d'une grande sagesse jouaient de leur charme avec les soldats.

Pourquoi ne pas écrire :

Citation :
Les héroïnes de la nation emplies de chasteté s'amusaient avec l'esprit libidineux des soldats.

Ou plus encore, des bouts de phrase recherchés :

Citation :
Dans le vallon asséché, la verdure pleurait la servile obscurité des vêprées.

Citation :
Le Soleil détrônait toutes les étoiles et l'Orient se teintait d'une flamme pourprée.

Merci de me donner votre expérience sur le temps que vous passez à écrire vos paragraphes, si vous les peaufinez pour les rendre plus poétiques ou si vous préférez un vocabulaire classique.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t48261-hiroko
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  323
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  19/09/2013
    
                         
sosotess  /  Tapage au bout de la nuit


Vocabulaire classique sans hésitation ! Je ne suis pas une poète dans l'âme, et en tant que lectrice, ça m'épuiserait de lire des textes trop étudiés (honnêtement, tes phrases revisitées pourraient me dégoûter de la lecture). Il y a certainement un public pour ça, mais moi j'ai besoin d'entrer dans l'histoire et trop de lyrisme m'en sort d'office. Et ça me prendrait dix fois plus de temps pour comprendre ce que je lis !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  137
   Âge  :  23
   Localisation  :  Sherbrooke
   Pensée du jour  :  World is mine
   Date d'inscription  :  10/10/2017
    
                         
Hiroko  /  Barge de Radetzky


C'est vrai qu'un paragraphe entier avec un vocabulaire pareil peut devenir trop pompeux, surtout s'il faut sortir un dictionnaire pour chaque mot désuet, vieilli ou venant du moyen français (1330-1500).

Pour l'inspiration que j'ai eue, elle vient de vieux ouvrages des années 1850. On peut retrouver ce genre de lyrisme (le mot est bien choisi) dans certains ouvrages modernes à différents degrés. Certains l'utilisent un peu pour débuter un nouveau chapitre ou pour présenter un nouveau lieu, d'autres en abusent et ça devient très rapidement compliqué. Un exemple connu : le roman La route qui est très (trop) détaillé avec des mots vraiment inutilisés dans le langage courant.

Merci de m'avoir donnée ton avis, j'attends celui des autres. :)
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t48261-hiroko
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1280
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  Choisir la fuite c'est pouvoir se battre un autre jour.
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


J'accorde moi-même beaucoup d'importance à l'élégance du style, avec des envolées lyriques plutôt nombreuses et un bon nombre d'ornements dans mes écrits. Il faut cela dit rester sobre et choisir le moment et la bonne quantité. Si tu enchaînes ce genre de phrases, le lecteur va très vite déconnecter et lire la forme sans chercher à en comprendre le sens, car réfléchir sur chaque phrase est juste inconfortable, surtout pour énoncer des choses ordinaires.
C'est dans ces moments-là où la forme prend le pas sur l'histoire au point de la rendre secondaire, sinon de l'effacer.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  403
   Âge  :  117
   Pensée du jour  :  Les hommes se nourrissent d'abord d'imaginaire et meurent de ne pouvoir rêver.
   Date d'inscription  :  05/11/2009
    
                         
Destinée  /  Pour qui sonne Lestat


J'aurais tendance à utiliser ce genre de procédé en début de chapitre, pour une description de lieu par exemple, si celui-ci est censé émerveiller. Mais j'en arrive rapidement à des expressions déjà vues, donc je me méfie de moi-même. En règle générale, je ne "poétise" pas beaucoup, je vais davantage droit au but comme Sosotess.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1693
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


la façon de résoudre ce genre de questionnement dépend beaucoup du genre littéraire de ce qu'on écrit, et puis, plus spécifiquement, de l'effet global qu'on veut produire sur le lecteur.

on peut épurer à l'extrême ou ornementer à l'extrême certains passages, à condition que ces choix répondent à une finalité plus vaste, et quand je parle de finalité plus vaste, ce peut-être, pour un même récit, juste une façon de gérer le rythme, ou de donner des informations non tant sur les choses décrites que sur celle ou celui qui l'observe dans le récit : si le narrateur est peintre, ses descriptions n'auront naturellement pas la même gueule que s'il s'agit d'un paysan (à moins que le paysan soit peintre lol). la plus ou moins grande préciosité d'un style connote toujours quelque chose de qui l'emploie. il faut être conscient de ça.

mais ornementer constamment pour constamment faire joli, ça me semble être là une façon de combler (grossièrement) un vide, surtout dans des récits.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  366
   Âge  :  57
   Localisation  :  Liège
   Date d'inscription  :  19/11/2014
    
                         
smicky  /  Tapage au bout de la nuit


Les phrases revisitées et alourdies, quand je vois ça, je zappe.
C'est indigeste à en donner la nausée mais certains doivent apprécier.
https://berdellages.wordpress.com/2017/03/23/pudu-a-disparu/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2662
   Âge  :  27
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


Parce qu'un roman ou une nouvelle ont avant tout une histoire à raconter, parce qu'un langage courant peut avoir une vraie richesse... Tu me sembles juger de manière assez hautaine le langage courant.

Je trouve ça imbuvable, personnellement, même pas beau, juste très lourd. Tu trouves ça dans les bouquins de 1850, mais la langue a évolué depuis, et plus personne ne parle comme cela. Donc dès que tu veux écrire du réalisme, dès que tu veux écrire pour des gens de maintenant, tu évites ce genre de phrases. D'autant que la plupart ne sont que des clichés et des tournures déjà maintes fois lues, qui n'apportent donc rien du tout, et qui font plus stuc que marbre.

Pour une bonne narration, il faut en effet des mots bien choisis mais aussi un rythme, une syntaxe, tout est important, une cohérence. Mais justement, un mot bien choisi en remplacera trois autres approximatifs. Si tu as besoin de faire des périphrases, c'est que tu as un souci de vocabulaire, pour ma part.

D'ailleurs, dans les exemples que tu cites, la proposition lyrique ne respecte pas le sens de la phrase de départ. C'est donc carrément une réinterprétation... Alors que veux-tu ? Juste un exercice de style, qui tient plus de la masturbation intellectuelle que de la narration d'une histoire ? Bref, je rejoins mes camarades : faire pompeux pour le plaisir, ça n'a pas vraiment de sens.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6062
   Âge  :  30
   Pensée du jour  :  Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon cœur,
   Date d'inscription  :  03/01/2010
    
                         
Lo.mel  /  Correcteur apolitique pour Sputnik


Pas sûr que ce fil soit à prendre au premier degré, mais je vais considérer qu'il le faut, pour le moment.

D'abord : "Poétique" n'est pas synonyme d'empilement de mots ornementaux. Il y a d'ailleurs énormément de poèmes extrêmement dépouillés.
Je pense qu'on est en droit d'attendre de la poésie plus qu'un rôle décoratif.

Ensuite : comme on a pu te le faire remarquer au dessus, tes exemples peinent à démontrer ton propos (mais tes phrases de départ sont mauvaises aussi). Le sens est dissous, les images sont plutôt malheureuses.
C'est beaucoup moins original que tu le penses, en plus, tu verses jusque dans le cliché poétique, le soleil, les étoiles, les flammes pourpres, l'océan, l'auguste beauté. Manque l'azur éthéré, les rêves mousseline et la folle farandole des nuages qui moutonnent.

La sobriété (qui n'est pas la banalité) est plutôt une qualité. Les mots utilisés dans les phrases doivent jouer leur rôle : donner du sens, permettre davantage d'évocation, ou au moins donner du rythme, de la musique...

A quoi bon utiliser des mots creux ? Faire semblant, donner une impression de style, de profondeur ?
C'est plutôt malhonnête comme procédé.

J'aime le lyrisme, mais je suis exigeant puisqu'on tombe facilement dans le n'importe quoi : le lyrisme doit servir le texte, coller de près aux sensations et sentiments de l'auteur ou du narrateur. Le lyrisme simulé, hypocrite donne juste l'impression de ridicule préciosité, de kitsch, comme les gifs dauphins / paillettes des blogueuses ménagères de plus de soixante ans.


Mon n'sorte de roman : Pionniers, tentative d'une Âme      :rain:


Recette pour faire un bon livre :
1) Écrivez un mauvais livre ;
2) Recopiez le contraire.

Spoiler:
 
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  41
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Hiroko a écrit:
Un exemple connu : le roman La route qui est très (trop) détaillé avec des mots vraiment inutilisés dans le langage courant.
Le roman de McCarthy? Shocked

Très subjectivement, étant hermétique à la poésie formelle, un descriptif factuel me suffira: le reste n'est que circonvolutions précieuses à mes yeux, qui alourdissent la lecture sans rien m'apporter de plus. La poésie vient, pour moi, de ce qui est décrit, et non de la manière dont ça l'est. La faute à une approche sans doute trop graphique.
Après, je ne doute pas que ça puisse plaire, mais à un public dont je ne fais pas partie.
Question: est-ce bien ce public-là que tu vises? Et celui-ci aura-t-il envie de te lire, ou, à tout le moins, peux-tu le présumer?
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  658
   Âge  :  118
   Date d'inscription  :  05/02/2017
    
                         
OrsonWilmer  /  Hé ! Makarénine


C'est pour ça que j'ai toujours aimé lire Oui-Oui, c'est profond mais simple Smile
http://orsonwilmer.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  366
   Âge  :  57
   Localisation  :  Liège
   Date d'inscription  :  19/11/2014
    
                         
smicky  /  Tapage au bout de la nuit


Lo.mel a écrit:
impression de ridicule préciosité, de kitsch, comme les gifs dauphins / paillettes des blogueuses ménagères de plus de soixante ans.
J'ai  57 ans mais je ne veux pas être intégrée dans cette catégorie.
Certes j'ai vu des forums - que j'ai fuis - avec les 50 ans et plus.
A qui mettra le plus kitch et elles applaudissent. mais il ne faut pas en faire une généralité !!!

Pour en revenir aux phrases imbuvables, je préfère nettement cet extrait (que je viens de pondre - extrait du second roman)

Elle n’a pas répondu ou plutôt, elle n’a pas eu le temps de répondre. J’étais furax et je lui ai raccroché au nez, sans lui laisser le temps de réagir, de répondre. Mais du coup, j’ai comme l’impression que je viens de me brouiller avec ma meilleure amie, que dis-je, mon unique amie.
Et ça me fout les boules comme on dit. J’ai envie de pleurer. J’ai le cafard. J’ai mal au crâne. J’ai la tête qui tourne. J’ai le ventre qui gargouille.
J’en ai marre. J’en ai ras le pompon. J’ai envie de tout casser. Faut pas me chercher ce soir car je suis vraiment de mauvaise depuis hier.
Il faut que je me calme. Si Nękana se pointe ce soir, elle risquerait d’être mal accueillie et ça, je ne le veux pas. Mais je n’arrive vraiment pas à me calmer. J’ai envie de hurler. De mordre. De tout casser. De casser les objets de ma chambre. De me casser aussi. Car je ne suis qu’une poupée de porcelaine, fragile. On n’arrête pas de me seriner que je suis fragile. Donc je suis en porcelaine. Donc je casse. J’ai envie de sauter de mon lit et de me jeter par terre. Pour me casser. Me briser en mille morceaux. Et voilà, plus de Manon. On n’en parlera plus. Déjà qu’on n’en parle pas beaucoup. Là, quand je serai cassée, basta, on m’enterre et on n’en parle plus.
Arrêtez ! Tout explose dans mon crâne. Je n’en peux plus. Laissez-moi mourir de grâce !


Dernière édition par smicky le Mer 11 Oct 2017 - 14:11, édité 1 fois
https://berdellages.wordpress.com/2017/03/23/pudu-a-disparu/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2101
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Crime et boniment


Je n'apporte rien à la discussion, mais j'ai souri jusqu'aux oreilles en lisant Volte, Lo mel et Yahiko.
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  366
   Âge  :  57
   Localisation  :  Liège
   Date d'inscription  :  19/11/2014
    
                         
smicky  /  Tapage au bout de la nuit


yahiko a écrit:
C'est pour ça que j'ai toujours aimé lire Oui-Oui, c'est profond mais simple Smile
lol! lol! lol!
https://berdellages.wordpress.com/2017/03/23/pudu-a-disparu/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1693
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


et encore Smicky, y'a toujours des mots en trop. j'oraliserais ça davantage à ta place, genre retirer une grande partie des "ne", et puis certains déterminants. Je taperais plus dans l'averbal aussi, rentrer dans le lard de la syntaxe,  accélérer tout ça, faire chanter cette violence.

exemple :

"Mais j’arrive vraiment pas à me calmer. J’ai envie de hurler. Mordre. Tout casser. Casser les objets de ma chambre. Me casser aussi, moi, la fragile poupée de porcelaine."
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Votre phrasé m'émeut !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-