PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 La narration au présent : pourquoi l'éviter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  401
   Âge  :  16
   Pensée du jour  :  janvier
   Date d'inscription  :  10/06/2016
    
                         
Juliette n'avait pas peur  /  Pour qui sonne Lestat


Ce post de réac Laughing
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2074
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Homo Homini Caleportus.
   Date d'inscription  :  28/06/2010
    
                         
Raven  /  ☠ Corps ☠ Beau ☠ Blond ☠



A gauche, "Le Club des Cinq contre-attaque" version 1955, à droite en 2006.


Le vrai crime, dans cette affaire, c'est qu'on oblige les enfants à lire en Times New Roman.


And being alive is pretty much a constant stream of embarrassment.
— Pod 153.
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2793
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Rédiger au présent est une mode qui appartiendra bientôt au passé Wink

Heu... Wait....
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  973
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  SORRY I AIN'T SORRY
   Date d'inscription  :  22/08/2009
    
                         
Nemesis  /  Incoercible envie de bo bun


La tradition de narration au passé simple du roman français vécut une longue vie romanesque de l'an de grâce 1555 jusqu'au tard des années soixantes. Cependant, elle s'inclina devant la créativité des auteurs post soixante-huitards qui n'eurent pas de remords à la remiser pour gagner en spontanéité, proximité, et se détourner des formules parfois franchement forcées qu'il eût fallut employer pourvu qu'on veillât à respecter strictement les règles de concordances des temps.
Si le but est de questionner les pratiques actuelles de narration, il eût été appréciable de citer des auteurs un peu plus comptemporains que ce bon vieux Marcel*... Car l'évocation des après-midis passés avec ma grand-mère devant "Marius, Fanny, César" ne servit pas le sentiment de modernité.
Quant à ce pauvre club des cinq, et même en mettant de côté l'absurdité de l'exemple anglo-saxon dont, on le mentionna par le passé dans ce fil, le prétérit n'eût (et n'aura) jamais la sonorité désuète du passé simple dont votre dévouée vous fit l'aimable démonstration, il eût été de bon ton de commencer par y supprimer le caractère franchement rance du traitement des personnages (xénophobe et sexiste à souhait).

Ce post qui sent bon la naphtaline, les bérêts, et la pipe d'Albert Camus fut sponsorisé par la lessive OMO qui lave plus blanc que blanc.

*PEPEG mais non pas lui, l'autre.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  97
   Âge  :  26
   Localisation  :  Genève
   Pensée du jour  :  Solitude
   Date d'inscription  :  17/09/2017
    
                         
Eyre  /  Pippin le Bref


Le passé simple désuet ? Je ne dois pas avoir un seul livre dans ma bibliothèque écrit au présent (en comptant les romans contemporains  Wink ). J'avais vu une vidéo sur Youtube en anglais l'utilisation présent/passé simple (ou preterit) fait débat aussi chez les anglo-saxons.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  432
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  Pour qui sonne Lestat


Pourquoi vouloir réécrire des livres ? Soit ils sont désuets et on en introduit des modernes écrits au présent, au passé, à l'imparfait du subjonctif que-sais-je, soit on veut continuer à les lire et on les laisse dans leur jus d'époque qui nous apprend aussi des choses. On ne réécrit pas la Comtesse de Ségur en enlevant les réactions bigotes, pourquoi se le permettrait-on du Club des Cinq ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  973
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  SORRY I AIN'T SORRY
   Date d'inscription  :  22/08/2009
    
                         
Nemesis  /  Incoercible envie de bo bun


Parce qu'on les retraduit. La version au passé simple n'est pas plus fidèle à l'originale que celle-ci. Traduire, c'est toujours un peu trahir. Vous avez probablement déjà lu une traduction de shakespeare, pour autant la traduction a de grandes chances d'avoir été remaniée depuis le 17e siècle.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  403
   Âge  :  117
   Pensée du jour  :  Les hommes se nourrissent d'abord d'imaginaire et meurent de ne pouvoir rêver.
   Date d'inscription  :  05/11/2009
    
                         
Destinée  /  Pour qui sonne Lestat


Sauf que depuis le 17ème siècle, il est possible que la traduction d'origine ne soit plus tellement compréhensible... Pour le club des cinq, je ne vois pas en quoi "il me tarde d'être à demain" est si complexe par rapport à "j'ai hâte d'être demain" (déjà, ça se dit, ça ?). J'ai plutôt l'impression que dans ce cas, on simplifie à mort, on met une jolie couverture flashy et on se dit que ça fera des ventes faciles sans se casser la tête avec de nouveaux textes et auteurs. J'ai l'impression d'être vieille quand je dis ça...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  973
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  SORRY I AIN'T SORRY
   Date d'inscription  :  22/08/2009
    
                         
Nemesis  /  Incoercible envie de bo bun


C'est juste que, pour reprendre ton exemple, dans la version originale George (car oui, elle ne s'appelle pas Claude) dit "I do wish tomorrow would come". Donc j'ai hâte est presque plus proche de la tournure du texte source que il me tarde de.
Les traductions des classiques sont remaniées sans arrêt par soucis de clarté, de confort de lecture et de fidélité, il n'y a pas vraiment de quoi s'en offusquer, sauf à prendre une posture réactionnaire.
Quant aux choix des maisons d'édition de ressortir de vieux textes qui ont fait leurs preuves plutôt que d'en tester de nouveaux, là c'est du pur calcul sur ce qui se vendra le mieux. Les romans pour enfants sont un marché comme les vêtements, les cds ou les yaourts: pourtant personne ne crie au drame quand on ressort des jeans coupe eighties, un remaster des Doors ou que Bonne Maman fait tout son chiffre sur les recettes de grand-mère ? Aucun de ces produits n'est strictement identique à l'original, pourtant les partisans du c'était mieux avant en achètent par cartons pleins.  
Cela n'empêche pas d'autres ME de sortir des premiers romans. Mais bon, Hachette parie sur son image tradi-rassurante, c'est le Bonne Maman des ME, si tu veux pitcher un cheesecake passion-kiwi au lait de chèvre bio ce n'est sans doute pas à eux qu'il faudra s'addresser...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  61
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  26/09/2017
    
                         
Evanore  /  Clochard céleste


Je crois que le problème de la nouvelle version du Club des Cinq n'est pas seulement le passage à la narration au présent.
Je lui reproche d'être rédigée dans un style encore beaucoup trop précieux et mal adapté à notre époque.
En particulier, le langage SMS n'y est pas intégré, et je n'ai repéré aucun anglicisme.
Comment les jeunes enfants vont-ils pouvoir s'adapter à notre monde moderne, en lisant de telles vieilleries?
Voici ce que je propose pour la version 2018:

1955:
-Claude ma chérie, reste tranquille cinq minutes, je t'en prie. Je voudrais me reposer un peu et c'est fatigant de te voir...

2006:
-Claude, tu ne veux pas rester tranquille deux minutes? Tu ne peux pas savoir comme c'est fatigant de te voir....etc

2018:
-Claude, tu bouj pas asap stp. C relou de t voir avec ce dog entrer + sortir.
-Sorry mom. Chpren lchien. Ca fait 3 week ke jme traine seule. vive demin.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  973
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  SORRY I AIN'T SORRY
   Date d'inscription  :  22/08/2009
    
                         
Nemesis  /  Incoercible envie de bo bun


Oi, miens mirettes avez ovverts vec les vostres mirifiqves argvments. Se baille qv'estois bien mieux de conserver iceluy langvage, qvi si n'y entend govtte, tovs le moins formera beavx esprits des miens marmailles. Partons acqverir le Thresor de la langve françoyse tan ancienne qve moderne du sievr Nicot povr y faire se lire av covcher dés six années révolves.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7565
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Ce topic me fait Rolling Eyes

La question est intéressante, mais comme dit plus haut, maladroitement posée.
Au lieu de "La narration au présent : pourquoi l'éviter"
j'aurais préféré "La narration au présent : quand et pourquoi l'employer ou éviter ? "

Cette question de titre est peut-être superficielle, mais je suis persuadée qu'elle a participé à braquer les partisans de l'écriture au présent et du "non, il ne faut pas l'éviter"
En ce qui me concerne, j'ai longtemps évité le présent, le considérant comme plus difficile à employer en narration que le passé.

Pour cette même raison, je suis sceptique quant à l'intérêt de transcrire les romans pour enfants en "présent". N'ayant comparé les deux versions d'aucun ouvrage de ce type, je ne m'avancerai pas sur la qualité de la nouvelle. Cependant, il me semble que le présent est plus employé dans la vie quotidienne que le passé simple, et a dons moins besoin d'être travaillé (car la lecture est une méthode pédagogique).
Pour aller plus loin : en procédant ainsi, comment être sûr que dans 20, 30 ou 40 ans, on ne supprimera pas le passé simple des ouvrages adultes, et le réduise à l'état de "pratique du passé", comme les syntaxes médiévales ou les déclinaisons latine ?

Je reviens à ma façon d'écrire et aux temps que j'emploie :
Le passé sur certains textes. Le présent sur d'autres.
Et parfois Les deux à la fois.
Au risque d'avoir l'air compliquée (ce qui est sûrement vrai), j'emploie même le plus que parfait et le passé antérieur.
Et pour être encore plus tordue : si je me trouvais devant un sujet qui me fasse "ah tiens, et si j'essayais le futur", je crois que je tenterais le coup. C'est sûrement très casse-gueule, mais la littérature relève de la créativité, et la créativité passe par l'exploration des possibilités des outils.

:write: Parchemin Parchemin :write:

http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  137
   Âge  :  23
   Localisation  :  Sherbrooke
   Pensée du jour  :  World is mine
   Date d'inscription  :  10/10/2017
    
                         
Hiroko  /  Barge de Radetzky


yahiko a écrit:
Même si je le répète, cet article n'a pas pour but de vouer aux gémonies l'utilisation du présent, son utilisation on ne peut plus fréquente chez les nouveaux auteurs me gêne.

Je n'ai jamais remarqué une utilisation plus fréquente de ce temps de verbe, et si tel est le cas, je ne comprends pas réellement le problème, bien que tes exemples soient intéressants. Tout est une question de dosage, rien n'empêche un chapitre d'être écrit au présent, et l'autre à l'imparfait/passé simple.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t48261-hiroko
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4378
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Séléné a raison : il est important que les enfants lisent des livres écrits au passé simple. On n'apprend pas un temps en récitant des listes de conjugaisons, mais plutôt parce qu'on l'a fréquemment rencontré (et je ne suis pas en train de dire que le club des 5, c'était mieux avant, lol, c'était juste la petite remarque au point de vue de l'instit)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1249
   Âge  :  31
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


Et l'ex-prof de français appuie également la judicieuse remarque de la prof des écoles.
http://silenceecrit.wordpress.com
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 La narration au présent : pourquoi l'éviter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Écritoire-