PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Vos proches savent-ils que vous écrivez ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2588
   Âge  :  27
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


En fait j'ai eu un moment où je me suis dit que j'arrêtais d'en parler. Ceux qui savaient déjà le savent (je ne leur mens pas non plus en disant que j'ai arrêté), les autres l'ignorent. Et il n'y a qu'ici qu'on peut lire mes écrits Smile Pour moi c'est déjà bien plus dur de dire "J'écris" ; une fois que ça c'est passé, le texte en lui-même me dérange moins, chacun y trouvera ce qu'il veut, ça ne restera que de l'interprétation.

Mes parents et mon frère savent que j'écris, puisque j'ai commencé quand j'ai su tenir un stylo Wink Et vers 15 ans j'ai commencé des concours donc là aussi quand j'étais classée il fallait bien leur rappeler cette "lubie".

En revanche, je n'en ai jamais parlé avec eux. J'écris, point. Je parle de la danse, du travail, du jardinage, du chat, mais pas de l'écriture. D'ailleurs je pense qu'ils sont à mille lieues d'imaginer que je cherche un éditeur pour mon premier roman. Pourquoi je n'en parle pas ? Je pense que c'est quelque chose qui doit résonner ; ils ne sont pas dans le délire, donc ça ne sert pas à grand-chose. Ma mère lit beaucoup, mais mon père pas du tout. Mais je pense que le pire, c'est l'attitude de mon père, qui quand ma mère me demande de temps en temps si j'écris toujours (puisque je suis souvent sur JE), arrive avec le fatidique "Et tu gagnes des concours ?". Soit la phrase qui me dégoûte toujours de ce que je fais.

Donc ils savent, mais je n'en parle pas. Et je me demande si je l'offrirai à ma mère s'il sort, trop peur comme vous qu'ils y voient des trucs autobiographiques.

Mes amies d'enfance savent, puisqu'on a écrit à quatre ou six mains. Elles ont arrêté, je continue, mais pareil on se contente de donner des nouvelles (genre "oui le roman dont je t'avais parlé est fini"). En revanche les meilleurs amis que j'ai eus après le lycée non.

Mon chéri le sait, forcément, vu le nombre de fois où il a dû m'apporter mon assiette sur mon bureau parce que j'étais trop bien lancée pour m'arrêter Razz . Il a lu mon roman aussi (même si je suis sûre qu'il s'est ennuyé) pour me servir de bêta-lecteur. Il a lu quelques nouvelles aussi, mais je ne sais même pas ce qu'il en pense Laughing Et ça m'a mise très mal à l'aise, cette attente et de me dire que de toutes façons il ne sera pas sincère (oui je suis parano en plus).

En revanche, le reste du monde ne sait rien, et je prendrai même un nom de plume pour bien dissocier mon vrai boulot (je suis ingénieure, donc ce n'est pas vraiment le même univers) et mon roman si jamais je suis publiée. J'ai l'impression que ça me causerait plus de tort qu'autre chose en fait, que mes collègues ou la belle-famille commenceraient à me saouler avec des questions, voire se moquer, même pas tant à cause de mes écrits, juste du fait que j'écris ; dans les milieux scientifiques, bizarrement, ça reste quelque chose de peu sérieux.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  775
   Âge  :  33
   Pensée du jour  :  Schiavitù... o schiavo io?
   Date d'inscription  :  16/05/2017
    
                         
VelvetRope  /  Blanchisseur de campagnes


Je te rejoins sur l'idée de prendre un nom de plume, Volte.
En fait, l'idéal, pour moi, serait de faire comme dans Les Yeux Jaunes des Crocodiles : j'aimerais rester totalement anonyme et confier à quelqu'un d'autre la partie "mondaine" des opérations.
Ca réglerait le problème du regard familial (plus j'y réfléchis et plus il me semble que c'est ce qui me bloque le plus, en fait).
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  77
   Âge  :  31
   Localisation  :  Cergy
   Date d'inscription  :  28/05/2017
    
                         
Alterran  /  Pippin le Bref


Personne ne sait que j'écris hormis ma femme. Cependant, je ne lui ait jamais montré ce que j'écris. Je sais pas une sorte de pudeur (maladroite?) ou plutôt l'impression qu'il faut d'abord que je termine et que je juge ma production suffisamment satisfaisante pour la faire lire à quelqu'un d'autre....

Du coup ça me coupe de potentielles remarques pertinentes venant de tiers sur la construction du récit, je le concède volontiers.

Je rejoins l'avis du dessus sur la publication avec un nom de plume, si cela devait arriver un jour. Toujours cette façon d'avancer "masqué" c'est un peu stupide je m'en rends compte maintenant quand je l'écris mais bon...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  949
   Âge  :  31
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


Tout le monde autour de moi, ou presque, sait que j'écris. Je n'en fais pas mystère, je n'ai aucun souci à communiquer l'adresse de mon blog à qui veut, parents et amis, pour qu'ils puissent lire les textes que j'y mets.

Vous semblez nombreux à être réticents... Peut-être est-ce plus facile pour moi parce que j'écris de la poésie ? Ou alors une forme de narcissisme qui fait que j'aime être lu. Allez savoir.
Razz
http://silenceecrit.wordpress.com En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  672
   Âge  :  39
   Localisation  :  Lausanne
   Pensée du jour  :  Doubt kills more dreams than failure ever will...
   Date d'inscription  :  17/05/2017
    
                         
PlumeSombre  /  Hé ! Makarénine


Citation :
forme de narcissisme qui fait que j'aime être lu. Allez savoir.
Ou de l'exhibitionnisme... selon le contenu? :mrgreen:  *pas-taper*
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  949
   Âge  :  31
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


J'écris pas de poème sur mon zizi.
Mes poèmes sont beaucoup plus courts.
http://silenceecrit.wordpress.com En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  672
   Âge  :  39
   Localisation  :  Lausanne
   Pensée du jour  :  Doubt kills more dreams than failure ever will...
   Date d'inscription  :  17/05/2017
    
                         
PlumeSombre  /  Hé ! Makarénine


:mrgreen:  100:0 pour Silence écrit What a Face
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  174
   Âge  :  54
   Localisation  :  Essonne et Creuse
   Date d'inscription  :  22/07/2017
    
                         
grenouille  /  Tycho l'homoncule


pale

Au début, je me cachais pour écrire : j'attendais que la maison s'endorme... Mais au bout d'un moment, les nuits passées avec mon ordi portable commençaient à être préjudiciable à mon activité professionnelle !
Ensuite, il y a eu la phase où je me coupais de la vie familiale, casque audio sur les oreilles pour écouter les morceaux de musique qui m'ont accompagnés dans ma phase écriture (pourtant, je me souviens de scènes qui me sortaient des doigts et me tiraient les larmes aux yeux... J'écrivais au kilomètre, en larmes, devant témoins !)

Puis l'envoi à quelques "proches" - pour me rassurer : je me trouve génialissime, mais le suis-je vraiment... ???

Et la question qui tue... "Euh... Chéri, Minou adoré... Voilà... ça fait quelques mois que.... et là, j'ai trouvé une correctrice pro, mais cela a un coût... Mes amies m'encouragent. Tu veux le lire ?".... Non, il n'a pas voulu -il sait lire pourtant, mais m'a de suite donné le feu vert pour dépenser notre argent commun !

Puis, je l'ai mis à contribution pour le reliage de l'ouvrage : besoin de connaissances techniques et de main d'oeuvre ! De suite, il m'a conseillé d'appeler son meilleur ami : ancien imprimeur !.... Je n'osais pas, je ne voulais pas non plus mettre la terre entière au courant. J'ai décroché le téléphone... Pris tous les conseils !

Premier reliage-maison avec notre petite machine dédiée... Pauvre de lui : pendant que je m'éclatais avec mes copines, il a passé un samedi après-midi à se battre avec mes 248 pages, pour un résultat  discutable. Nous avons donc décidé de confier le boulot à des pro : Office dépôt ! Contre quelques euroch', la nénette nous a fait un super boulot ! (m'a envahie de questions et fait promettre de donner des nouvelles !) (ce qui ne va pas tarder : besoin d'exemplaires supplémentaires !)

Enfin, nous avons été, ensemble, mon zhomme et moi, déposer à la poste nos grosses enveloppes pour envois en recommandé avec accusé de réception.

Il reste très discret -par pudeur, j'imagine, mais sait me consoler à réception d'un nouveau refus. C'est enthousiasmé de la réponse -pourtant négative- d'un éditeur qui a vanté mes mérites (flop ! j'ai mal visé sa ligne éditoriale !)... Alors, j'ai un soutien, certes silencieux, et un fan club de mes primo-lectrices, qui m'ont poussées dans l'attente des réponses à entamer le tome 2  !

Maintenant, c'est acté dans la famille : le mari et l'gamin (grand, l'enfant !)... Le soir, à partir d'une certaine heure, je ne suis plus là... Le signal ? Quand je met mon casque sur mes oreilles !

I love you
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  71
   Âge  :  34
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  14/03/2016
    
                         
Vallome  /  Clochard céleste


Pour le moment, personne ne sait que j'écris. Mais avec l'achèvement du premier tome de ma saga, les choses vont peut être changer. Mais comme je raconte des choses un peu sensibles dessus, j'attendrai quand même quelques avis avant d'en parler à mes proches. Ils savent que la lecture est une de mes passions et me disent parfois que je devrais me lancer dans la publication alors je ne voudrais pas les décevoir. Même s'il ne sont pas vraiment fan du thème que j'aborde Laughing
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  118
   Âge  :  13
   Localisation  :  paris X
   Pensée du jour  :  "Les gens sont libres, et l'attachement est une absurdité, une incitation à la douleur." Marc Levy
   Date d'inscription  :  24/05/2017
    
                         
Kinlee  /  Barge de Radetzky


moi il y a juste quelque amies qui le savent , a la base je suis tres timide sur certains points (dire que j'écris en fais partis),bon pour parler à des inconnus ou pas ne me dérange pas plus,mais certains sujets ne vont pas du tout et dire à mes parents que j'écris est carrement pour moi impossible jamais ils ne le sauront ça me fais trop peur!
donc mes parents ,ma soeur et mes frères ne savent rien ,enfaite personne a par les amies.
et certaines de mes amies m'aide ou même lit mes écris les corriges sur certains point et même une m'a proposé de les mettre sur watpad mais sous son pseudo comme elle sait que je ne veut pas le faire moi meme!
mais pour l'instant je préfère resté à écrire sur des fueilles chez moi ou en cours.


Dernière édition par Kinlee le Jeu 28 Sep 2017 - 19:13, édité 1 fois
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1080
   Âge  :  18
   Localisation  :  Dans un endroit Ô combien inconnu...
   Pensée du jour  :  A défaut d'avoir un cerveau, nous avons un ordi. Et c'est bien.
   Date d'inscription  :  06/10/2012
    
                         
Maelis  /  Effleure du mal


Vos témoignages sont tous très intéressants et remplis de sens, et ça m'a fait réfléchir sur certains points.

Moi, je n'ai pas eu la chance de choisir si je voulais que les gens sachent ou pas. J'écrivais déjà des histoires quand je ne savais pas tenir un stylo, je dictais à ma mère et je faisais les dessins. Et quand j'ai su écrire... Alors là, les histoires (courtes) ont fusé ! Comme certaines personnes ici le savent, j'ai écrit mon premier livre à 11 ans. Ma mère, très fière de moi, l'a mis en autopublication (ce qui m'a fait ma toute première source d'argent de poche autre que ma mère) et j'ai écrit un tome 2 dans la foulée. Sauf que voilà. A partir de là, mes deux livres ont tourné (sous mon vrai nom, évidemment) dans toute la famille, chez les amis, chez les collègues de boulot curieux et tout le tsoin tsoin, et j'avais encore 12 ans à l'époque.

Donc maintenant, même si certaines choses que j'écrit sont très personnelles et autobiographiques (sans le faire exprès), eh bien toute ma famille, les amis de mes parents, leurs collègues... savent que j'écris, donc je peux pas le cacher. Ils m'encouragent à participer à des concours alors que je ne veux pas, m'interrogent tout le temps sur comment avancent mes écrits, et si je répond que ça n'avance pas, ça part en grande discussion familiale sur le fait que je n'exploite pas mon talent et que je suis une paresseuse.

C'est très très compliqué ce genre de situation, surtout quand je croise des amis ou des collègues de mes parents qui me disent "Alors, l'écrivaine ?" quand je suis en plein dans une période de page blanche. C'est lourd. C'est pesant.

J'aurais préféré pouvoir prendre un nom de plume, mais là si je le fais et que je dis à mes parents que j'écris plus, je sais que ça va être un énième discours réprobateur. Donc je suppose que c'est trop tard


Voilà, voilà !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  271
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Suis le fil de ma métaphore !
   Date d'inscription  :  12/02/2013
    
                         
La Main Noire  /  Autostoppeur galactique


Un sujet très intéressant, je suis soufflée de voir les différentes manières pour chacun de vivre l'écriture avec son entourage !
C'est un sujet finalement assez grave pour beaucoup, on dirait !

Mon témoignage sera plus... naïf/positif ? Je ne sais pas.
Tous les gens m'entourant savent que j'écris, et j'ai la chance d'avoir, je pense, des personnes très critiques parmi eux, qui me donnent un avis franc sur mes productions, ou ma manière de travailler. Et justement, si je n'avais pas mes proches, ce serait une partie de mon carburant pour réussir à écrire régulièrement qui disparaîtrait.
J'écris, comme nous tous, d'abord pour moi. Mais j'écris aussi pour partager mes récits avec d'autres, et parmi les autres, ma famille et mes amis occupent une place de choix.
Leur avis, comme le vôtre sur le forum, m'aide à rendre mes projets meilleurs, et je ne peux pas considérer mon travail sans cet échange.

D'autre part, je n'envisage absolument pas de prendre un nom de plume. Sans rentrer dans trop de détails, j'ai une revanche à prendre contre de nombreux obstacles rencontrés au cours de ma vie, et afficher ce nom qui est le mien sur un livre dont je serai fière est un vrai objectif. C'est peut-être un peu naïf ou con, mais bon, c'est aussi une petit quelque chose qui résonne en moi et me redonne un coup de fouet quand je traîne. Wink
C'est aussi important pour moi parce que je porte le nom de mon père, qui a été le premier à croire en moi et en ce que j'écris.
http://arcanesduscriban.wordpress.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  174
   Âge  :  54
   Localisation  :  Essonne et Creuse
   Date d'inscription  :  22/07/2017
    
                         
grenouille  /  Tycho l'homoncule


Embarassed

C'est vrai qu'il est très intéressant ce post, et très important pour nous. Tant de témoignages différents. Ecrire, c'est se livrer, forcément. La pudeur peut s'imposer vis-à-vis de se qu'on couche par écrit...

Je me fouterais des baffes : emmené en vacances l'un de mes manuscrit revenu à la maison -grâce à mes enveloppes retour. Notre ami, ex-imprimeur, qui m'avait conseillé sur le procédé de reliure à choisir, sans entrer dans les détails, est venu passer notre première semaine de vacances avec nous. Je voulais lui montrer "la bête", avoir son avis (Le diamètre du boudin : on aurait du prendre un plus gros, non ? Le manuscrit a-t-il été ouvert ? J'en doute parfois, vu l'état impeccable dans lequel je récupère mes pavés)... Je voulais l'interroger aussi sur un sujet que j'aborde dans mon tome 2.... A part le régaler par mes p'tits plats, regarder avec lui les photos d'antan : pas osé causer de "ça"... Il est reparti, je m'en veux déjà de ma lâcheté What a Face !!!

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  775
   Âge  :  33
   Pensée du jour  :  Schiavitù... o schiavo io?
   Date d'inscription  :  16/05/2017
    
                         
VelvetRope  /  Blanchisseur de campagnes


Moi qui écris dans mon placard depuis des années, je ne peux que te comprendre, Grenouille !
C'est si difficile de se mettre à nu de cette façon.
Quoique, je dois vous avouer que pour moi, ce forum est en train de changer la donne : j'ai écrit une nouvelle pour mon fils, mais l'idée vient de mon compagnon (pour lui expliquer la présence d'une vilaine cicatrice sur mon bras). C'est la première fois que j'officialise un écrit. J'en ai profité pour lui dire que j'allais poster cette nouvelle ici pour avoir des avis. Il sait donc, depuis, que je lis et commente beaucoup de vos écrits ici. Je commence tout juste à lui dire que j'ai envie de me lancer dans un roman. Pour moi, même si ledit roman est en cours d'écriture depuis des années, avouer que je pense à le faire est un pas de géant.
Merci les JE !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  655
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Je suis très cool avec ça et mes proches (famille, amis), même si j'écris de l'érotique. Smile Je leur laisse à eux le choix de lire ou ne pas lire, en fait, et je sais que, si les membres de ma famille m'ont déjà lu, ils ont la pudeur de sauter les passages sexuels et je les en remercie. Je crois donc que tout dépend la relation qu'on a avec eux. Ma soeur, en particulier, m'a dit qu'elle ne voulait pas me lire parce qu'elle avait peur de lire ainsi ma vie sexuelle ou mes fantasmes, et je lui ai répondu que je n'écrivais ni l'un ni l'autre, mais que je comprenais, et elle ne me lit donc pas. J'ai donné au début à mes parents, sous leur demande, quelques uns de mes écrits à lire, mais d'abord ce n'était que des passages sans aucun érotisme ou même romance, puis de l'ultra ultra ultra ultra soft, puis une nouvelle softette mais ils ont sauté eux-mêmes les passages sexuels... Mes ami.e.s, par contre, ou des collègues de boulot ont lu des histoires plus hard. Bref, chez moi ça se passe bien mais c'est un choix : j'assume très bien le sujet, j'en parle tranquillement, et je pars du principe que c'est eux qui décident de ce qu'ils veulent lire ou non. Leur choix. De mon côté, je suis cool par rapport à ce que j'écris, donc je suis cool sur le fait qu'ils puissent le lire. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Vos proches savent-ils que vous écrivez ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-