PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 La mode des trilogies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  142
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  Barge de Radetzky


Bonjour,

Avant de tenter d'écrire des trucs que je ré-écris 20 fois et que je jette, je suis une lectrice qui aime découvrir de jeunes auteurs. J'écume donc les salons et autres festivals pour découvrir tout un tas de livres, parfois auto-édités, mais surtout des montagnes de trilogies.
Et là c'est le drame.
1. Je n'en peux plus de voir des trilogies. Pourquoi pas 2 ou 4 tomes ? Pourquoi toujours 3 ?
2. Mais surtout je n'achète jamais. Je préfère avoir une histoire finie pour découvrir un auteur plutôt que de me plonger dans un livre dont je serais sûre de ne pas avoir la fin.

Donc je vous le demande ici chers JE, POURQUOI autant de trilogies ? Est-ce que cela est vraiment vendeur ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1418
   Âge  :  22
   Localisation  :  Sur l'Etoile de la Mort
   Pensée du jour  :  Oh it's beautiful !
   Date d'inscription  :  19/12/2014
    
                         
Nillac  /  Roland curieux


Pour ma part, si je me suis lancée dans une trilogie, c'est parce que l'histoire que je veux raconter ne peut pas l'être en un roman (le premier fait déjà près de 200 000 mots), peut-être même qu'il y aura quatre tomes au final. Pour moi s'il y a trilogie, c'est parce que l'auteur a besoin de trois livres pour bien raconter son histoire. Et puis, ça peut aussi rappeler la structure en trois actes.
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6747
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Perso, je suis pas fan de bouquins à acheter en plusieurs morceaux...

Le 3, c'est peut-être comme les plans de dissertation... Un chiffre commode.
Après tout, ça permet de = poser + développer + résoudre

Ca permet surtout de se lâcher sur un énorme bouquin, sans se contraindre à des limites
pourquoi pas 2 ou 4 ? question de découpage du plan, peut-être. Ou bien parce que chaque livre en plus, c'est du boulot pour convaincre de lecteur qu'il faut l'acheter". Ou bien les deux.

avis de lectrice qui n'aime pas les méga-trucs, mais c'est très hypocrite parce que moi non plus je sais pas m'arrêter quand j'écris

Ceci étant, il est possible que mes "Errances" soient découpées... en deux morceaux (pas en trois)
et possible aussi qu'elles rebondissent sur un autre roman (ça peut aller loin comme ça. jusqu'à épuisement d'inspiration ou ras-le-bol)
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Je pense que la préférence pour les trilogies doit venir du découpage basique de l'histoire, en trois actes. Premier tome : on pose les bases. Deuxième, on développe et on complexifie. Troisième, on donne une fin aux divers fils.
Bon après, y'a aussi le côté Tolkien qui doit se faire sentir sur la fantasy. Que l'oeuvre la plus vendue du genre soit une trilogie doit peser dans la balance.
En général, je ne suis pas non plus adepte du récit qui s'éternise sur plusieurs tomes. Mais il faut reconnaître que les textes fantasy qui peuvent tenir en un seul livre sont rares. Le genre demande souvent un plus gros développement, puisque tout dans ce nouvel univers est à expliquer. Et puis, il s'y prête mieux que beaucoup d'autres. On ne voit pas un polar s'arrêter en plein milieu d'une enquête et faire style "achetez le prochain tome pour découvrir qui est le meurtrier".
Les romans uniques en fantasy existent, mais ils sont moins fréquents. Ils demandent une trame qui le permet, et un fort esprit de synthèse de la part de l'auteur, une narration dense etc (car bon, certains auteurs abusent un peu sur l'aspect série).
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  22
   Localisation  :  Derrière toi !
   Pensée du jour  :  "Quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter"
   Date d'inscription  :  27/03/2017
    
                         
KattEvans  /  Barge de Radetzky


Je pense que les réponses au-dessus sont intéressantes :mrgreen:

Déjà, comme Séléné, je pense direct au chiffre trois privilégié tant en dissertation qu'en commentaire. Parce qu'il est porteur d'un certain équilibre dans le raisonnement Smile Et qu'il permet de passer par chaque aspect de la question, de la contrebalancer, et de la traiter dans toute son amplitude.

Mais il y a aussi le fait qu'il existe déjà beaucoup de trilogies (surtout fantasy et SF) et qu'on en connaît tous pas mal. On va dire que ça reste un modèle intéressant, qui a fait ses preuves Smile Inconsciemment on a le schéma de construction d'une trilogie quand on en a écumé quelques uns. Alors pourquoi pas le reprendre à notre compte ? Le reproduire ? C'est sécurisant Smile

Et puis, qui est le "papa de la fantasy" pour beaucoup ? Tolkien xD En combien de tomes connaît-on le Seigneur des Anneaux ? 3. Woups. Encore le chiffre trois. Même si ce n'était pas là le choix de Tolkien, c'est ainsi que sont parus les SDA !

Le chiffre trois n'est pas non plus totalement anodin. Comme dit par Nillac, ça peut être une réminiscence des trois actes au théâtre tels que les concevaient Aristote :') Pourquoi trois ? Parce que trois est un chiffre "magique" par excellence. Jamais deux sans trois, en plus Very Happy On relève aussi souvent en poésie l'efficacité et la beauté des rythmes ternaires. Le trois c'est la sortie du binaire : le binaire c'est le classique (grossièrement). Le trois est un chiffre impair, qui vient bousculer l'évidence du deux, l'évidence des pairs.

Puis plus terre à terre : l'argument commercial. Y a pas mal de tomes uniques qui sont rallongés, étirés, puis divisés en trois tomes par des éditeurs dans le seul but de vendre Smile Il y a aussi des auteurs, malheureusement, qui pensent ainsi.

Mais il y a également quelque chose qui est de l'ordre de "l'air du temps". De plus en plus de producteurs de cinéma se tournent vers le format série. Certes, ça n'a aucun rapport avec les livres vu comme ça, mais ça montre une certaine volonté de raconter en prenant son temps, de faire le tour de la question et de ne pas devoir rusher dans un film d'1h30. On développe plus. On s'attarde. Je pense qu'il faut un grand talent pour écrire une trilogie qui tient la route, mais il faut plus que ça encore pour écrire un one-shot qui permette la création d'un univers riche et complet, de personnages attachants, et d'intrigues palpitantes !
Perso, je m'attache moins aux personnages dans un one-shot parce que je sais que c'est un "coup d'un soir", que je vais trop vite les quitter. Alors que quand je commence une trilogie, déjà je prends le temps de m'y attacher, je laisse mes petits sentiments aller vers eux en toute liberté : je sais que je les retrouverai. Et je les retrouverai avec plaisir, comme de vieux potes qu'on a pas vu depuis une paye Smile
La trilogie permet un attachement au personnage sans que lesdits personnages ne se mettent à trop tourner en rond (l'exemple probant pour moi d'une saga trop longue : Tara Duncan xD Et puis les chevaliers d’Émeraude aussi... même si j'ai aimé les deux, je me suis lassée, j'aurais aimé que ce soit plus concentré...).

Voilà pour mon pavé xD
http://alkattraz-jaderiver.weebly.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  142
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  Barge de Radetzky


J'ai l'impression que chez certains auteurs, il y a un côté un peu "auteur sérieux" à faire une trilogie. Comme si l'ambition littéraire devait obligatoirement se concrétiser en trois tomes. Un côté : Regardez moi, je ne fais pas de la basse littérature, je me suis lancé dans une trilogie, j'ai de l'ambition !

Après je comprends aussi qu'en fantasy ou en SF on ne puisse se limiter en un tome, mais regardez, la Belgariade fonctionne très bien en 5 tomes. J'ai l'impression que c'est un peu devenu un format "facile", rassurant comme dit au-dessus.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  116
   Âge  :  22
   Localisation  :  Derrière toi !
   Pensée du jour  :  "Quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter"
   Date d'inscription  :  27/03/2017
    
                         
KattEvans  /  Barge de Radetzky


Oui c'est vrai qu'on peut parfois sentir ce côté-là chez certains :') Peut-être qu'une trilogie est vue comme une consécration ? Et je pense qu'on peut ramener l'origine de ce sentiment aux trilogies tant au cinéma qu'en livres Smile Heureusement beaucoup d'autres formats intéressants sont proposés. D'ailleurs, on entre dans la furie des romans en épisodes depuis quelques temps. Des trucs à la Calendar girl. On rapproche de plus en plus cinéma/série et livres xD
http://alkattraz-jaderiver.weebly.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  151
   Âge  :  26
   Localisation  :  Vendôme
   Pensée du jour  :  Le style, c'est ce qui survit à toutes les corrections.
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Tycho l'homoncule


J’avoue, j’aime lire des multi-logie. Parce que j’aime retrouve un univers qui m’a plus et des personnages à qui je me suis attachée. Deux ou quatre, c’est bien aussi. Quand c’est plus, j’ai très souvent l’impression d’avoir fait le tour de l’univers et des personnages, ou que l’auteur se permet lui-même dans toutes ses intrigues (Georges Martins, si tu me lis…).

Du coup, après avoir passé 10 ans à concevoir des one-shot, je me lance dans un projet de trilogie. Ça devait être un one-shot, mais je ne peux pas m’y résoudre. Si le 1 sera conçu le plus possible comme un one-shot, je ne peux pas tout développer de cette façon : il me faut plus d'espace pour résoudre la trame de fond.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  142
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  Barge de Radetzky


Lilia a écrit:
je me lance dans un projet de trilogie.

Et du coup, comment as-tu déterminé ton nombre de tomes ? Est-ce comme dit plus haut pour avoir une structure de type théâtre ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Citation :
Après je comprends aussi qu'en fantasy ou en SF on ne puisse se limiter en un tome,

Mais si ! Viens voir par chez-moi ! C'est tout à fait possible, et sans aboutir à un pavé qui dépasse le million de mots.
Ou sinon, tu vas voir du côté de l'horreur. La grande majorité des écrits sont des textes courts, et avec extrêmement peu de séries. What a Face
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  142
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  Barge de Radetzky


Au temps pour moi :
Après je comprends aussi qu'en fantasy ou en SF on ne puisse pas toujours se limiter en un tome.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2979
   Âge  :  26
   Localisation  :  Riding a Black Unicorn Down the Side of an Erupting Volcano While Drinking from a Chalice Filled with the Laughter of Small Children.
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
Arkash  /  Roberto Bel-Agneau


C'est beau une trilogie, pour tout un tas de point cités ci-dessus : le découpage en trois actes, prendre son temps pour dérouler son récit, faire évoluer ses personnages, jouer sur le cliffhanger (ce qui peut être un véritable art, hein, quand c'est bien fait, ce n'est pas forcément qu'à but vendeur, et après tout, où elle se place la frontière entre "vouloir plaire et vendre" et "vouloir faire saliver le lecteur" ?)... 

Mais plus encore que la trilogie, du moins en fantasy, il y'a aussi la question de la saga en sept tomes, qui est un chiffre tout aussi magique que trois et structure également un récit en trois actes, mais trois actes différents : trois tomes d'intro, un pilier central, trois tomes d'outro, et pour certaines histoires vraiment fleuves et tentaculaires, c'est un super format aussi, qui permet d'exploiter tout un tas de facettes de la narration et qui a, du moins pour moi, ce petit aspect utopique et idéalisé (ça fait vibrer de rêver à un jour pondre un truc en sept tomes, presque autant que réussir à créer un récit transmédia de fou... mais ça, c'est encore une autre histoire). 

Par contre, quel putain de boulot ça doit être !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  151
   Âge  :  26
   Localisation  :  Vendôme
   Pensée du jour  :  Le style, c'est ce qui survit à toutes les corrections.
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Tycho l'homoncule


Tengaar a écrit:
Lilia a écrit:
je me lance dans un projet de trilogie.
Et du coup, comment as-tu déterminé ton nombre de tomes ? Est-ce comme dit plus haut pour avoir une structure de type théâtre ?

Disons que je n'ai pas commencé mon idée en me disant "Trilogie !". J'ai attaqué une intrigue comme je le fais d'habitude, en one-shot. Sauf que je m'autorisais de ne pas expliquer mon monde au lecteur (Pourquoi cette magie particulière était-elle apparue en Europe, au milieu du 19e siècle?) et que je finissais sur une fin semi-ouverte. L'intrigue et mes sous-intrigues se terminent toutes à la fin de l'histoire.

A partir de cette question de base et au fur et à mesure de mon écriture, la suite s'est imposée d'elle-même. Quand j'ai capitulé et décidé de mettre à la plat le plan entier pour que la suite soit cohérente avec mon one-shot, je me suis rendue compte qu'il me fallait 2 tomes de plus.

Effectivement, ça suit les 3 actes logiques, mais je m'en rend compte à postériori.
Tome 1 : Découverte du monde. Des questions sont posées.
Tome 2 : Gestion du monde. On cherche des réponses.
Tome 3 : Bouleversement de monde. Les questions sont résolues.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5381
   Âge  :  28
   Localisation  :  Montréal
   Pensée du jour  :  Oui, je connais cette théorie.
   Date d'inscription  :  23/12/2007
    
                         
Tim  /  Morceau de musique survitaminé


À noter aussi que l'édition voire la traduction peuvent modifier tout cela. Le seigneur des anneaux, c'est trois tomes, mais ce sont 6 "livres" (chaque volume contient un Livre I et un Livre II) ; et dans l'esprit de Tolkien c'était fait pour être publié d'un seul tenant mais, hé, à l'époque, ça aurait fait un bouquin qui aurait coûté les deux bras. Autre exemple avec l'Assassin Royal, de Hobb, qui a pour certaines parties du cycle deux fois plus de tomes en France que dans l'édition originale. Pour les sortir plus vite une fois que la moitié est traduite ou pour se faire plus de blé ? Probablement pour se faire plus de blé.

(Et n'oublions pas la plus célèbre trilogie de SF en cinq volumes)
http://timslam.blogspot.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2979
   Âge  :  26
   Localisation  :  Riding a Black Unicorn Down the Side of an Erupting Volcano While Drinking from a Chalice Filled with the Laughter of Small Children.
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
Arkash  /  Roberto Bel-Agneau


Tim a écrit:
(Et n'oublions pas la plus célèbre trilogie de SF en cinq volumes)

Sept si on compte les préquels.  :mrgreen:
 

 La mode des trilogies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-