PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 

 Est-ce que vous lisez les livres du "genre" de ceux que vous écrivez ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  597
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Gloire de son pair


Je pose la question parce que (j'avoue) je m'étouffe toujours un petit peu quand je vois des auteurs dire "je ne lis pas de romance/du polar..." alors qu'ils écrivent de la romance/du polar *quinte de toux*, "je ne lis pas de romans" alors qu'ils en écrivent *suffoque*, voire "je ne lis pas" tout court, alors qu'ils écrivent cependant *décède*.
Pour moi, c'est une hé-ré-sie.
Et je vois ça en particulier sur deux genres :
- La romance. C'est fou le nombre d'auteurs qui méprisent le genre-même dans lequel ils écrivent : ils en écrivent, mais en lire ce n'est pas possible parce que ce qu'écrivent les autres n'est pas assez bien (WTF ?), - Et la poésie. Plein d'auteurs veulent publier leurs poésies mais achètent-ils des recueils de poèmes comme ceux qu'ils publient ? J'ai le sentiment que, si ça arrive, c'est minoritaire.
Mais ça peut toucher tous les genres : ce n'est vraiment pas réduit à ces deux genres-là.

Bref, d'où cette question : vous intéressez-vous en tant que lecteur au même domaine que celui dans lequel vous publiez (ou voulez publier) en tant qu'auteur ?
Avec des questions annexes : si oui, en tant qu'auteur, qu'est-ce que ça vous apporte ?
Et, si non, pourquoi ? Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  21
   Âge  :  29
   Localisation  :  Dans une galaxie pas très lointaine
   Pensée du jour  :  *Pouce levé*
   Date d'inscription  :  11/03/2017
    
                         
Ben K.  /  Homme invisible


Je suis un très grand fan de tout ce qui est philosophique et je ne peux écrire que dans ce domaine là. J'ai lu très peu de roman et ai généralement du mal à suivre vraiment une histoire. Je préfère apprendre des choses, ou modifier ma vision des choses en lisant, que de me divertir avec la lecture.

Avant de me lancer dans la philosophie, je ne savais pas qu'on pouvait écrire ce genre de choses. Je voulais écrire des choses et j'ai donc essayé d'écrire des histoires ; mais comme il me manquait les "bases" parce que je ne lis pas ce genre de livres, ça donnait n'importe quoi. En découvrant la philosophie, j'ai compris ce que je devais lire pour poser par écris ce qu'il se passe dans ma tête.

Bref, pour répondre à la question, j'écris dans le style que je lis, je trouverai ça impossible d'écrire dans un style que je ne connais pas du tout.
https://achatbenklbt.wixsite.com/benjaminklebert
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1101
   Âge  :  26
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


J'écris un peu de blanche alors que je n'en lis presque pas.
Sinon j'écris de la fantasy et de la SF à peu près au taux où j'en lis, mais j'ai eu une période où je n'écrivais que de la fantasy (sans en lire) et ne lisais que de la SF (sans en écrire).
C'est vrai que sans repères, pas forcément pour se "conformer en genre" mais pour savoir l'état des "grandes idées" récurrentes du genre, il existe un risque de faire quelque chose d'accidentellement convenu.
Genre : raconter des histoires de robots à la Asimov : c'est cool, mais en fait la science et la science-fiction ont passé ce stade depuis les années 40, ce serait bien de se mettre à jour.
Ou écrire un roman policier où à la fin l'assassin avait un frère jumeau accusé à tort, ça a l'air intelligent sur le coup mais en fait c'est ultra-rebattu.
Ce genre de petites choses.
En revanche, il est possible de cumuler le besoin de communiquer via l'écriture et un problème de lecture (reconnaissance des lettres/concentration/temps...) parce que bon, c'est la vie, c'est chaotique, ce sont des choses qui arrivent.



Blāūg
http://anowan.blogspot.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  26
   Localisation  :  Vendôme
   Pensée du jour  :  Le style, c'est ce qui survit à toutes les corrections.
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Tycho l'homoncule


Perso, j'ai du mal à voir en quoi c'est une hérésie.
Mais je ne suis pas objective, car je suis précisément dans ce cas-là.

J'adore lire. J'adore écrire. Mais pour une raison qui m'échappe toujours, je suis incapable d'écrire dans les genres que je lis. J'aime lire de la romance, du fantastique, de la fantasy et de la SF. Et un peu de tout, bien sûr, mais surtout ces genres-là. Et bien je n'ai jamais rien écrit dans ces genre-là.  Pire : je n'en ai jamais ressentit le besoin!

Je lis très peu de thrillers. Ma première histoire en était une. Je ne connais pas le conte? J'en ai écris un. Actuellement, j'écris du space-opéra, alors que je ne suis pas certaine d'en avoir jamais lu. Peut-être que je ne serais jamais avant-gardiste dans ces genres-ci. Peut-être même que je ne serais jamais publié.

J'aime ce que je lis et je prends du plaisir à écrire. Et à mes yeux, c'est l'essentiel.

EDIT : je planche sur une histoire se déroulant à Paris, en 1894. Je ne lis pourtant très peu de romans historiques (et aucun sur cette période).
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  17
   Date d'inscription  :  09/02/2017
    
                         
Dream_Of_Love  /  Barge de Radetzky


Je lis tous les romans qui comporte de la romance et c'est ce que j'écris aussi. Ensuite quand j'écris, je peux mélanger la romance avec du fantastique ou pas.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  597
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Gloire de son pair


Lilia a écrit:
Perso, j'ai du mal à voir en quoi c'est une hérésie.
Pour les raisons qu'explique très bien now@an :

@now@n a écrit:
C'est vrai que sans repères, pas forcément pour se "conformer en genre" mais pour savoir l'état des "grandes idées" récurrentes du genre, il existe un risque de faire quelque chose d'accidentellement convenu.
Genre : raconter des histoires de robots à la Asimov : c'est cool, mais en fait la science et la science-fiction ont passé ce stade depuis les années 40, ce serait bien de se mettre à jour.
Ou écrire un roman policier où à la fin l'assassin avait un frère jumeau accusé à tort, ça a l'air intelligent sur le coup mais en fait c'est ultra-rebattu.
Ce genre de petites choses.

Parce qu'écrire dans un genre qu'on ne lit pas, c'est naviguer dans le vide, dans le vague, c'est ne voir ni ce qui s'y fait, ni ce qui peut s'y faire, ni ce qui fait qu'on va apprécier un roman et s'ennuyer avec un autre... Bref, c'est se priver de tout ce que peut apporter la lecture des livres écrits dans ce genre. Smile
Après, bien évidemment, rien n'empêche de le faire quand même : tant qu'on se fait plaisir, c'est le plus important, je suis d'accord tout de même à ce sujet. ^^

Et tu sais pourquoi tu n'éprouves pas d'envie d'écrire sur des genres que tu aimes lire et/ou pourquoi tu éprouves l'envie d'écrire sur des genres qui, finalement, tu ne connais pas (ou que peu) ?
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  33
   Localisation  :  Nantes
   Pensée du jour  :  J'aurais le dernier mot.
   Date d'inscription  :  21/11/2012
    
                         
DNDM  /  Barge de Radetzky


Perso je lis beaucoup, et de tout, parce que j'estime qu'il y a des choses bonnes à apprendre dans tous les livres, que ce soit en terme de style, de construction de l'intrigue, de construction des personnages...

Je ne me limite pas aux genres SFF dans lesquels j'écris en général, mais j'en lis. Je n'en fais pas une orgie monomaniaque non plus. J'essaye de garder un œil sur les grands classiques, et l'autre sur ce qui se publie actuellement. Déjà parce que j'aime ça, et ensuite pour voir un peu la "concurrence", et ce que veulent les éditeurs, et ce qui pourrait les surprendre.

Et ce n'est pas parce que j'écris de la fantasy que tout ce que je lis en fantasy m'enthousiasme, loin de là. Et quelque part ça me reboost, d'ailleurs: quand je vois que des livres que j'estime faibles ont été publiés, je me dis que j'ai mes chances. ;-)

Mais plus généralement, sur ces questions, je suis totalement d'accord avec Stephen King:

"Si vous voulez être écrivain, vous devez privilégier deux choses: lire beaucoup et écrire beaucoup. Si vous n'avez pas le temps de lire, alors vous n'avez pas le temps (ou les outils) pour écrire."
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1843
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Journal du posteur


Ben... maintenant que tu en parles... je ne lis pas vraiment d'anticipation young adult.
Le dernier "proche" de ce genre, c'est Hunger games.
Par contre, je lis énormément de littératures de l'imaginaire et regarde films et séries.
Pareil pour la romance. Je n'en lis pas beaucoup. (J'en ai beaucoup lu dans ma "jeunesse".)
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  105
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Je lis des romans dans tous les genres, même si je n'irais pas "naturellement" vers la romance, la chik-lit, la bit-lit ni même le polar (mais j'en lis quand même, par curiosité parfois, mais aussi parce que je fais partie d'un jury de pré-selection pour un prix littéraire).

Je trouve dommage, d'une façon générale, de se cantonner à un seul genre. Il existe une telle diversité, en littérature ! Mais pourquoi pas ? Chacun est libre de faire comme il veut.
A l'image de ce que je lis, j'écris également dans tous les genres, le seul point commun entre mes bouquins étant qu'ils s'adressent plutôt aux ados (mais en les écrivant, je pense tout public, adultes compris)(un autre point commun étant aussi, un peu, la musique, mais ça c'est parce que je préfère parler de ce que je connais, par souci de crédibilité).
La lecture nourrit mon écriture. Et depuis que j'écris, je suis à la fois plus critique vis à vis de ce que je lis, et plus admirative aussi quand je tombe sur quelque chose de vraiment chouette (parce que je mesure mieux le travail/le génie qu'il y a derrière).
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  597
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Gloire de son pair


DNDM : je lis aussi de tout. Smile Effectivement, ne lire qu'un genre est trop réducteur, aussi, je pense : il y a du bon à prendre partout ! Et j'aime beaucoup la citation de Stephen King.
Et Molly, puisque tu as posté entre temps : oui oui, dire qu'il est utile/important de lire le genre dans lequel on écrit ne veut pas dire qu'il ne faut lire que ça, bien sûr. Perso, je trouverais même ça dommage, mais je comprendrais déjà mieux que le fait de ne pas du tout s'intéresser, en tant que lectrice/lecteur au genre dans lequel on écrit. ^^

Florence : Après, ne pas lire de "sous-genre", ça me choque moins. Je pense toujours que c'est utile, pour les raisons citées ci-dessus, mais si on lit de la fantasy, de la SF... on a déjà de la matière pour écrire dans ce genre-ci, même si c'est en YA. Le bagage passé compte aussi.
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  26
   Localisation  :  Vendôme
   Pensée du jour  :  Le style, c'est ce qui survit à toutes les corrections.
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Tycho l'homoncule


Le soucis, c'est que je ne suis pas d'accord avec now@an :mrgreen:

Citation :
Genre : raconter des histoires de robots à la Asimov : c'est cool, mais en fait la science et la science-fiction ont passé ce stade depuis les années 40, ce serait bien de se mettre à jour.
En fait, il ne s'agit plus seulement de lire des livres qui se rapprochent de ce que l'on aime écrire, c'est en plus se tenir au courant des dernières parutions ? Si je désire écrire de la SF, lire K. Dick, Asimov et Herbert, ça ne sert à rien?

Citation :
Parce qu'écrire dans un genre qu'on ne lit pas, c'est naviguer dans le vide, dans le vague, c'est ne voir ni ce qui s'y fait, ni ce qui peut s'y faire, ni ce qui fait qu'on va apprécier un roman et s'ennuyer avec un autre...
Le soucis, c'est que quand j'écris... du space-op par exemple, je me moque de savoir ce qu'il s'y fait ou pas. Mon monde n'est pas pour autant vague, je ne navigue pas dans le vide! J'ai jamais lu de space-opéra à part la Strétégie Ender (et il est sortit en 85 donc je ne sais pas si ça compte). C'est une aventure en huis-clos, à bord d'un vaisseau. Peut-être que ça a déjà été fait. Peut-être que non. Je m'en moque.
Quand à savoir ce qui me fait aimer un roman, c'est simple : les personnages avant tout. Et je suis vernie : il y a des personnages dans tous les genres de roman Very Happy

Citation :
Et tu sais pourquoi tu n'éprouves pas d'envie d'écrire sur des genres que tu aimes lire et/ou pourquoi tu éprouves l'envie d'écrire sur des genres qui, finalement, tu ne connais pas (ou que peu) ?
Je n'écris pas sur ce que je lis le plus (la romance et la bit-lit) pour 3 raisons :
- J'en lit le plus parce que ça me détend. Mais ce n'est pas forcément ce que je préfère comme lecture.
- Je n'ai pas d'idées, pas d'inspiration sur le sujet. Je ne vais pas me forcer.
- Les rares fois où j'essayais, je passais mon temps soit à comparer (en mode : je suis trop nuuulle!) ou à essayer de ne surtout pas faire comme les autres (et c'est aussi une façon de comparer).

Je ne lis pas dans le genre que j'écris pour 2 raisons :
- Je n'ai jamais dit que je n'aimais pas en lire. Juste que ça arrivait peu souvent. En fait, c'est surtout un manque d'occasion.
- Mes idées qui me donnent le plus envie de travailler, celles qui m'emballent le plus, sont celles qui sont originales à mes yeux, celles qui sortent du lot. Et par force des choses, je me retrouve souvent à écrire dans un genre que je connais peu : le fantastique historique, par exemple ( Je crois n'avoir lu que le Déchronologue qui corresponde à cette catégorie. Mais je ne vais pas chercher à en lire plus sous prétexte que je vais en faire.)

je tiens quand même à rappeler que je lis énormément. Seuls les auto-biographies me gonflent et l'horreur. Et là, bien entendu, je n'en lis pas, ni n'en écris.
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5389
   Âge  :  28
   Localisation  :  Montréal
   Pensée du jour  :  Oui, je connais cette théorie.
   Date d'inscription  :  23/12/2007
    
                         
Tim  /  Morceau de musique survitaminé


Ma disait un truc du genre "J'écris pour écrire le livre que j'ai toujours voulu lire". Ça m'a toujours paru une motivation parfaitement plausible, et du coup, ça me paraît tout comme à toi aberrant de porter comme un étendard le fait de ne pas lire le genre qu'on écrit ; ce serait comme avouer que si quelqu'un d'autre avait écrit notre texte, on ne l'aurait pas lu, pas aimé.
http://timslam.blogspot.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  105
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Je comprends ce que veut dire Lilia par "moi, ce qui m'importe, ce n'est pas le genre, ce sont les personnages". Ces classifications par genre me gênent beaucoup, même si je veux bien admettre qu'elles peuvent être utiles, ne serait ce que pour ranger les bouquins sur les étagères dans les librairies. Je trouve que ça enferme terriblement, et ça n'incite pas les lecteurs à être curieux et à sortir de leur zone de confort.

De même que la notion de genre "démodé", qui ne serait plus dans l'air du temps, me consterne. Un bon bouquin est un bon bouquin, quel que soit son genre, son époque, le contexte...

Et puis beaucoup d’œuvres transcendent les "genres", et pourraient être classées dans plein de catégories différentes. Parfois, définir le genre d'un bouquin est un vrai casse-tête, et je trouve ça chouette (et plutôt bon signe).

Mais bon, je sais que je réponds à côté de la question de départ, j'avais juste besoin de me lâcher, désolée.

EDIT : la SF est à part. Il est vrai que dans ce domaine, la notion de bouquin démodé peut avoir du sens. En même temps, des gens continuent à lire Jules Verne et à y prendre plaisir, le tout étant de replacer dans le contexte 19ème.


Dernière édition par Molly le Lun 13 Mar 2017 - 9:47, édité 1 fois
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1101
   Âge  :  26
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Tim a écrit:
Ma disait un truc du genre "J'écris pour écrire le livre que j'ai toujours voulu lire". Ça m'a toujours paru une motivation parfaitement plausible
Et je la partage.

Pire que ça : peut-être parce que je m'adonne à la SF qui est une bonne grosse littérature de nerds, la qualité de la forme ne m'intéresse que pour déployer les idées du fond.
J'adore jouer avec les concepts des différents courants de la SF (parce que mince, explorer le futur* en pensée, y a pas que moi qui trouve ça cool !), et du coup ça m'emmerderait un peu de découvrir que ces idées ont déjà été assemblées exactement de la même façon dans un autre roman.
Le travail d'architecte imaginaire était déjà fait. J'aurais pu me projeter sur ces fondations-là pour explorer un peu plus loin.

Évidemment les gens qui ont mon roman en bêta-lecture doivent un peu rire jaune devant ce message :B Mais c'est aussi pour ça que je me considère comme un bébé écrivain de SF : je ne suis pas encore cet idéal d'aller un petit peu plus loin.

Voilà je voulais expliquer un peu mon point de vue, parce qu'on a enchaîné des messages de gens qui ont des pratiques d'écriture assez différente, je crois. Valéry K. est éditée, Lilia "fait ce qu'elle veut dans son coin", @now@n se la joue OuLiPo et délire sur l'extension du domaine du turfu. J'trouve que nos points de vue reflètent bien ça.

*je suis au courant que tous les bouquins de SF n'explorent pas le futur mais vous voyez ce que je veux dire ?!?!



Blāūg
http://anowan.blogspot.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  26
   Localisation  :  Vendôme
   Pensée du jour  :  Le style, c'est ce qui survit à toutes les corrections.
   Date d'inscription  :  31/01/2017
    
                         
Lilia  /  Tycho l'homoncule


Non, je ne fais pas les choses « dans mon coin ». La preuve, je suis ici pour partager mes textes et pouvoir les améliorer, commenter ceux des autres et débattre sur de sujets de ce genre-ci.

Ce que tu aimes dans les histoires, ce sont les mondes, les concepts, les idées du futur ou d’une civilisation. Voilà pourquoi, une idée déjà traitée ou peu originale ne se séduira pas.

Mais il faut aussi comprendre que nous ne cherchons pas tous la même chose dans un texte. Ce que me séduit moi, ce sont les personnages et leur profondeur. Asimov a beau être une référence, je n’ai pas accroché à un seul de ses textes : il a de bonnes idées, mais pas de personnages à qui s’attacher. La horde du Contrevent a pitch simple (Un groupe cherche à découvrir l’origine du vent), mais mon dieu le traitement des perso… Une merveille !

Là, je peaufine le syno de mon nouveau projet. Et bien au risque d’en choquer plus d’un, j’avais déjà travaillé plusieurs jours sur l’intrigue et mes perso avant de choisir le genre.
Ensuite, dans ma tête, ça a donné ça :
- Je n’ai pas envie que ça se passe dans le monde réel (exit fantastique et réalisme)
- Fantasy ? j’ai fait l’échauche d’un monde ou deux. Ça ne me tentait pas.
- SF ? Je suis partie là-dessus quand…
- Je me suis dit que le Paris des années folles, ça serait un cadre intéressant.

Je me moque de créer un monde original, certes. Mais ce n’est pas pour autant que mes histoires ne sont pas dignes d’intérêt et que je fais les choses dans mon coin !

Non, ce que je fais ce n’est pas une hé.ré.sie (dicit Valérie K.) Il faut juste d’admettre que nous ne cherchons pas tous la même chose. Tu t’intéresses aux mondes, aux univers. Tu lis donc de la SF et tu écris de la SF. Je m’intéresse surtout aux personnages, je lis donc ce qui me plait et j’écris ce que je veux.
En ligne
 

 Est-ce que vous lisez les livres du "genre" de ceux que vous écrivez ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-