PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 retour d'expérience pour auto-édition via Amazon/Kindle Direct Publishing aka KDP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Ombelle a écrit:
Et j'ajoute: quand tu es fonctionnaire autant tu peux toucher des DA sans problème, autant t'improviser auto-entrepreneur ce n'est pas compatible avec ton statut (même si personne ne viendra sans doute vous chercher des poux pour quelques euros).

Autre argument en faveur de l'édition, même petite: tu ne t'occupes de rien, c'est ton éditeur qui gère la mise en page, l'impression, la promo => gain de temps énorme pendant lequel tu peux tranquillement écrire tes bouquins au lieu de te prendre la tête avec le format de publication.

Enfin, à partir du moment où tu proposes un produit à la vente (et pas en libre lecture sur Internet) il faut te comporter comme un professionnel notamment en ce qui concerne les corrections. Si les ME engagent des professionnels pour procéder aux corrections c'est peut-être que ce n'est pas si facile à faire soi-même...

Merci pour ce post, Ombelle.

Pour moi, c'est ça. Étant fonctionnaire, je ne veux pas être auto-entrepreneur, m'embêter avec l'URSSAF,  etc.
L'écriture reste un loisir.
D'ailleurs, si, on vient te chercher des poux. Pour me rendre à un salon rémunéré ave interventions début 2015, j'avais pris un numero de ssiret. J'avais ensuite été ennuyée par une mutuelle inconnue, Audiens, qui m'ecrivait chaque semaine que la loi rend obligatoire pour un auto-entrepreneur d'avoir une mutuelle et de signaler ses salariés. Je leur ai écrit qu'etant auteur jeunesse, je n'avais aucun salarié.  Ils m'ont répondu que devant mon absence de réponse (?)... De guerre lasse avec des inconnus, j'ai enlevé mon numéro de ssiret, étonnée par toute la paperasserie. Globalement, en tant qu'auteur ou qu'illustrateur, on gagne des clopinettes, en France, et c'est dix fois plus compliqué, encadré et fastidieux au niveau administratif que le statut de fonctionnaire ou à part une déclaration d'impôts pré-remplie une fois par an, on n'a rien à faire.

Autre raison : vu le nombre d'auteurs qui balancent le moindre de leurs écrits sur Kobo ou Amazon, je ne vois pas comment vendre mes écrits, qui, en plus, ne sont pas "grand public". Le style pas prise de tête avec des scènes érotiques ou des scènes violentes fonctionne bien sur KDP. Mais j'écris dans le style dix-neuvièmiste.  Je n'ai pas vu beaucoup de recueils de poèmes sur Amazon. Plutôt des polars bien sombres et des romances avec du sexe. Donc je suis contente d'avoir la caution d'éditeurs. En outre, Tonton Roger Éditions, ça n'existe plus vraiment. Ils ferment. Ce qui se développe, ce sont les éditeurs numériques avec impression à la demande et comme je vois beaucoup d'auto-edites faire finalement publier leurs romans déjà auto-edites par de petites maisons d'édition, c'est que l'auto-edition ne doit pas fonctionner tant que ça, en tout cas pour tout le monde.
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  104
   Âge  :  33
   Localisation  :  Hanoi, Vietnam
   Pensée du jour  :  La poésie, c'est comme le toucher rectal : c'est délicat.
   Date d'inscription  :  07/03/2017
    
                         
Nicolipo  /  Barge de Radetzky


Citation :
je vois beaucoup d'auto-edites faire finalement publier leurs romans déjà auto-edites par de petites maisons d'édition

Mais du coup, ça pourrait être une bonne nouvelle plutôt qu'un aveu d’échec ? tu ne penses pas que l'auto-édition puisse juste servir de test, de tremplin ?

Un membre du forum avait posté dans un autre post que certains éditeurs numérique commençaient doucement à lorgner vers les écrits auto-édités pour trouver de jeunes auteurs. Je ne sais pas si c'est une vrai tendance ou pas....

Citation :
Tonton Roger Éditions, ça n'existe plus vraiment.

Merci de cette information.

Cependant, peut être qu'au lieu de fermer, ils passent au numérique justement, et ça devient "tonton-roger-edition.com" ? Ces gens là ont ils les réseaux et les finances suffisantes pour faire correctement leur métier ? Si c'est pour que l'éditeur investisse 200€ sur facebook pour acheter des encarts de pub, on peut le faire nous même ça Smile

En tout cas, merci encore pour les info, je vais aller regarder de plus près ces éditeurs numériques, je ne connaissais pas, je ne sais pas ce qu'ils font, ni comment ils fonctionnent.

Bonne journée
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Bonne journée.

Tous ne fonctionnent pas de la même manière : certains publient à tour de bras, d'autres, peu. Certains payent les participations aux salons de leurs auteurs, les trajets, etc, d'autres non. Idem pour les corrections : les correcteurs ne demandent pas tous le même prix, certains sont même bénévoles.
Et même au sein d'une même ME, il peut y avoir des différences de traitement entre les auteurs.

Et puis enfin... Certains sont spécialisés comme le petit caveau ou les éditions du Chat noir, et moi, je salivais devant leurs couvertures (mais je n'écris pas des romans fantastiques...). Smile Mais j'en rêvais pour mon roman. Ma ME y a pensé d'elle-même, sans que je le demande. Mais la couverture, en auto-edition ? Ça a un coût aussi.

En tout cas, il y a une grosse variété de ME numériques, et il y en a de plus en plus.


Dernière édition par MaddyForeigner le Sam 11 Mar 2017 - 9:48, édité 1 fois
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1491
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Zelia a écrit:
Par exemple tu as les ME comme Michel Lafon qui ne prennent même pas les manuscrits d'auteurs inconnus, qui vont draguer les auteurs dont le bouquin auto édité cartonne sur Amazon : eux, on s'en doute, ne sont là que pour le chiffre, pas pour la beauté de la littérature.

Hahaha! Tu fais référence à un livre en particulier ? Je viens d'en lire un (de chez eux) qui rentre dans cette catégorie. Juste bon à faire des confettis. Et encore, les confettis sont plus beaux, plus colorés, plus vibrants !

***

Question de débutante : peut-on utiliser mixer les outils ? Par exemple :
- Faire de la POD avec Lulu en vente directe sur son propre site (et sur Lulu bien sûr)
- Utiliser Createspace pour faire de la POD sur Amazon (donc pas via Lulu)
- Passer par KDP pour la vente numérique sur Amazon
- Passer par l'outil de Kobo pour faire de même sur la Fnac
- Etc.

Vous suivez l'idée ? Donc ne pas avoir 1 livre, mais plusieurs livres parfaitement identiques mais créés à chaque fois avec l'outil propriétaire.

Possible ? Inutile ?
http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Sinon, pour l'auto-edition comme tremplin, j'ai toujours eu du mal à comprendre.
Bien sûr que quand on est inconnu, on peut avoir besoin d'un éditeur pour aider à se faire connaître.
Mais une fois qu'on est (un peu) connu, c'est là qu'il me semble intéressant de s'auto-editer. Pourtant Stephen King, Guillaume Musso ou JK Rowling ne s'auto-editent pas. Vous pensez qu'il y a une raison à ça ?
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  931
   Âge  :  39
   Localisation  :  Nantes
   Pensée du jour  :  La larme à l'oeil, je parle fort et je ris pour oublier l'angoisse qui m'étreint, chaque nuit
   Date d'inscription  :  16/03/2014
    
                         
Zelia  /  Bile au trésor


Alice de Castellanè a écrit:
Zelia a écrit:
Par exemple tu as les ME comme Michel Lafon qui ne prennent même pas les manuscrits d'auteurs inconnus, qui vont draguer les auteurs dont le bouquin auto édité cartonne sur Amazon : eux, on s'en doute, ne sont là que pour le chiffre, pas pour la beauté de la littérature.

Hahaha! Tu fais référence à un livre en particulier ? Je viens d'en lire un (de chez eux) qui rentre dans cette catégorie. Juste bon à faire des confettis. Et encore, les confettis sont plus beaux, plus colorés, plus vibrants !


Je ne citerai pas de noms Laughing J'ai deux connaissances dans ce cas-là, une j'ai bien aimé son roman qui sortait un peu de l'ordinaire, l'autre, bof, c'est de la chick litt/feel good book , plat, cliché, vraiment pas mon style. Après, je ne dénigrerai pas les auteurs, compréhensible qu'elles aient sauté sur l'occasion, mais plus Michel Lafon. Le principe même de "N'envoyez pas vos manuscrits on a nos propres réseaux " dit tout : on s'en fout si vous avez une voix singulière, une écriture originale, nous ce qu'on veut, c'est être sûrs de se faire de la thune avec. Ok, tous les éditeurs veulent se faire de l'argent, mais certains plus que d'autres quoi, et tant pis si ça veut dire publier de la merde. Bref...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Depuis qu'une auteure de chick litt/feel good m'a écrit que trop de monde sur le net se prend pour un auteur, qu'elle en est une et pas moi, cette pseudo littérature fast reading me fait feel bad.
Si c'est ça la littérature en 2017, où est la corde ? Kennedy Toole, reviens, les imbéciles sont devenus fous !
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1491
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Zelia a écrit:
Après, je ne dénigrerai pas les auteurs, compréhensible qu'elles aient sauté sur l'occasion,

On est bien d'accord ! Et je n'ai pas mentionné de nom moi non plus Wink J'en veux à Michel Lafon d'avoir publié un tel navet, pas à l'auteur !
http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Librinova débouche souvent sur Michel Lafon.

Préludes, Fayard Mazarine, Michel Lafon.
Des proverbes, des histoires du quotidien, qui nous parlent.

Neuf mois pour un bébé.
Un jour de pluie sur l'avenue.
Non, je ne t'ai pas oublié...
Pratiquement belle, toujours célibataire.

Et tant d'autres succès, déjà parus ou à paraître.  Pop corn
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  274
   Âge  :  35
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  18/03/2016
    
                         
Menerva  /  Autostoppeur galactique


Citation :
Question de débutante : peut-on utiliser mixer les outils ? Par exemple :
- Faire de la POD avec Lulu en vente directe sur son propre site (et sur Lulu bien sûr)
- Utiliser Createspace pour faire de la POD sur Amazon (donc pas via Lulu)
- Passer par KDP pour la vente numérique sur Amazon
- Passer par l'outil de Kobo pour faire de même sur la Fnac
- Etc.
Vous suivez l'idée ? Donc ne pas avoir 1 livre, mais plusieurs livres parfaitement identiques mais créés à chaque fois avec l'outil propriétaire.
Au lieu de ? ne le faire que sur une plateforme (amazon, ou fnac, ou lulu...) ? ou passer par un site qui dispatche sur toutes les plateformes (ou presque) ? ça dépend de ce qu'on veut...
Le faire que sur une plateforme, ça empêche d'avoir des ventes sur les autres, mais c'est plus simple et puis parfois pour certains trucs y a des exclus (genre amazon, pour faire je ne sais plus quoi ils demandent une exclu de 3 mois je crois)...
Le faire sur une plateforme à la fois, ça prend un peu temps pour les mettre, mais c'est possible je pense...
Le faire sur une plateforme, qui dispatche sur toutes les autres, ça fait gagner du temps mais ils doivent garder un pourcentage (ou faire payer sur le moment)...
(en passant, KDP permet de faire en numérique et en papier)
En bref, faut voir si on a le temps, et ce qu'on paie pour faire quoi... mais donc oui, théoriquement tu peux mixer... Wink

Citation :
Mais une fois qu'on est (un peu) connu, c'est là qu'il me semble intéressant de s'auto-editer. Pourtant Stephen King, Guillaume Musso ou JK Rowling ne s'auto-editent pas. Vous pensez qu'il y a une raison à ça ?
Peut-être qu'ils sont vieux et que l'auto-édition c'est pas dans leurs habitudes... ^^ Ou peut-être qu'ils trouvent qu'ils y gagnent, dans le sens où ils n'ont qu'à écrire, tout le reste c'est l'éditeur qui s'en occupe, d'autant qu'ils gagnent déjà bien leur vie, pourquoi s'emmerder pour gagner quelques dollars de plus...  Wink

Citation :
Après, je ne dénigrerai pas les auteurs, compréhensible qu'elles aient sauté sur l'occasion, mais plus Michel Lafon. Le principe même de "N'envoyez pas vos manuscrits on a nos propres réseaux " dit tout : on s'en fout si vous avez une voix singulière, une écriture originale, nous ce qu'on veut, c'est être sûrs de se faire de la thune avec. Ok, tous les éditeurs veulent se faire de l'argent, mais certains plus que d'autres quoi, et tant pis si ça veut dire publier de la merde.
J'ai regardé sur Placedeslibraires, ils ont 5 pages de publication jusqu'à juin déjà ! donc pas besoin de nouveaux auteurs... ^^
Je pense qu'entre les traductions, les auteurs qu'ils "empruntent" aux autres éditeurs le temps d'un bouquin, les bios de célébrités, et les auteurs avec qui ils sont en contact et à qui ils demandent de bosser sur tel ou tel sujet, ils ont de quoi faire...
Effectivement, leur volonté ne semble pas de trouver des voix originales, mais juste de vendre ce qui se vend bien.
Sinon j'avais lu que effectivement il y a une ou deux personnes chez eux, chargé(s) de regarder sur internet ce qui marche ou pas pour les ramener dans leur giron, sans doute parce qu'ils ont déjà un petit public...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1491
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Menerva a écrit:
Au lieu de ? [...] Le faire sur une plateforme, qui dispatche sur toutes les autres, ça fait gagner du temps mais ils doivent garder un pourcentage

Oui, c'est ça. Si tu le fais sur Lulu, ils te prennent une grosse com' (ou un montant fixe, j'ai oublié) pour être diffusé juste sur Amazon (bon aussi sur des sites américains). Bref, pas très intéressant je trouve.

Je regarderais pour cette histoire d'exclusivité. C'est ennuyeux ça.

MaddyForeigner a écrit:
Librinova débouche souvent sur Michel Lafon.

Ahhh, ben je saurai pour la prochaine fois (à éviter). Merci !

http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1335
   Âge  :  38
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Tentatrice chauve


Librinova débouche sur Préludes, Michel Lafon, Eyrolles. Soit la littérature feelgood et des maisons d'édition récentes (ou des annexes de maisons d'édition, comme Préludes ou Fayard Mazarine, parce que ces editeurs veulent vendre, donc surfer sur l'air du temps, mais sans mélanger les torchons et les serviettes).
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  104
   Âge  :  33
   Localisation  :  Hanoi, Vietnam
   Pensée du jour  :  La poésie, c'est comme le toucher rectal : c'est délicat.
   Date d'inscription  :  07/03/2017
    
                         
Nicolipo  /  Barge de Radetzky


Citation :
théoriquement tu peux mixer...

Oui je pense que tu as raison, un autre membre avait évoqué plus haut choisi Amazon, puis Kobo. Mais Je rajouterais qu'il y a parfois des contraintes d'exclu si tu signes des partenariats avec eux.

_ Si ton livre est dans la formule " Abonnement Kindle" par exemple, tu n'as pas le droit de l'avoir mis sur une autre plateforme.

_ Une autre membre avait écrit dans un autre post qu'elle avait eu des problèmes en passant d'une plateforme à une autre, et qu'Amazon l'avait enquiquiné pour des raisons de droit d'auteur.

Donc bien lire tous les contrats, et se dire qu'en cas de problèmes, c'est le pot de fer contre le pot de terre.... Sad
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1491
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Merci Nicolipo ! Je lirai attentivement les petites notes, caractères taille 4 Twisted Evil
http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  104
   Âge  :  33
   Localisation  :  Hanoi, Vietnam
   Pensée du jour  :  La poésie, c'est comme le toucher rectal : c'est délicat.
   Date d'inscription  :  07/03/2017
    
                         
Nicolipo  /  Barge de Radetzky


Citation :
Je lirai attentivement les petites notes,

Le soucis, c'est qu'il n'a a parfois pas de petites notes Sad

_ L'autre membre JE qui se plaignait d'Amazon était dans une situation qu'elle n'aurait pas pu prévoir, et se retrouvait à devoir justifier auprès d'Amazon comme étant l'auteure du bouquin, alors qu'elle avait fait un dépôt légal ! En plus elle recevait des mails en anglais Sad la galère pour se faire comprendre !

_ Sur un site d'auto-édition style Bookelis, pour mettre ton écrit, c'est gratuit. Mais pour l'enlever, c'est 60€ ! Bien sûr, ces petits polissons ne préviennent pas à l'avance !

Donc en plus de bien lire les contrats et les petites notes, je me permets de conseiller de bien fureter sur tous les forums pour récupérer un max d'info cachées sur le sujet Smile
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 retour d'expérience pour auto-édition via Amazon/Kindle Direct Publishing aka KDP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-