PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 

 retour d'expérience pour auto-édition via Amazon/Kindle Direct Publishing aka KDP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je ne vois pas pourquoi tu te focalises sur les dédicaces, puisque personne jamais te forcera à en faire.

Je ne vois pas non plus pourquoi tu décries ceux qui y trouvent expérience, enseignements et plaisir. Si tu considères que rencontres et échanges ne servent à rien, il n'y a sans doute aucune utilité à t'expliquer ce qu'on peut y trouver.

Par contre, je ne saisis toujours pas ta stratégie ni tes motivations : pourquoi t'autoédites-tu si le lecteur t'indiffère ? Et comment comptes-tu vendre ton roman ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2389
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Guère épais


Coline a raison : pourquoi l'auto-édition, du coup ?
(Aurais-tu été refusé par les maisons à compte d'éditeur ?)
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  114
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  08/05/2017
    
                         
Fabre  /  Barge de Radetzky


Les dédicaces ça fait vendre, c'est tout.

Sérieux les gars être édité ça sert à faire du fric et à choper un job dans le milieu. Si ça vous intéresse pas autant imprimer votre livre en dix fois, choisir un beau papier, payer un graphiste et un correcteur, et boum pour cinq cents boules vous avez votre superbe incunable.

L'autoédition c'est aussi une histoire de blé et de propriété intellectuelle. Mais souvent c'est la foire aux livres pas très bons, où l'auteur s'aveugle et s'épuise avec son invendable sous le bras. Ya deux trois perles mais pas plus et pas moins qu'ailleurs.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Coline a écrit:
Je ne vois pas pourquoi tu te focalises sur les dédicaces, puisque personne jamais te forcera à en faire.

Je ne vois pas non plus pourquoi tu décries ceux qui y trouvent expérience, enseignements et plaisir. Si tu considères que rencontres et échanges ne servent à rien, il n'y a sans doute aucune utilité à t'expliquer ce qu'on peut y trouver.

Par contre, je ne saisis toujours pas ta stratégie ni tes motivations : pourquoi t'autoédites-tu si le lecteur t'indiffère ? Et comment comptes-tu vendre ton roman ?

Le lecteur ne m'indiffère pas. Au contraire, il n'y a que lui qui compte ! Mais ce n'est pas une raison pour multiplier les occasions de rencontre. La vraie rencontre, c'est le livre.

Pour mon roman, je compte principalement sur le bouche à oreille, et les chroniques de quelques blogueuses influentes. Mais il est vrai qu'un auteur inconnu doit d'abord aller vers ses lecteurs, d'où ma présence sur ce forum (qui s'avère très utile, je suis le premier à l'admettre !).
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Les chroniques de blogs, ça fait très peu vendre. Et les blogueurs influents n'acceptent pas toujours de lire les autopubliés.

Si tu veux vendre beaucoup, il faut aller au charbon, au contact et te démener. Ton bouquin est un parmi les millions que contient amazon. Tu dois faire démesurément plus de comm que n'importe quel auteur d'une bonne maison d'édition.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Coline a écrit:
Tu dois faire démesurément plus de comm que n'importe quel auteur d'une bonne maison d'édition.

Ah ! Je te sens sceptique ! Des conseils ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2389
   Âge  :  41
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Guère épais


Toujours pas répondu à "pourquoi l'auto édition ?"
...
...
...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je pense que tu devrais lire les itinéraires éditoriaux et les topics de l'après-édition, des autopubliés et des autres.
Tu apprendrais beaucoup. J'ai l'impression, peut-être fausse cela dit, que tu penses qu'une fois le livre créé, les choses se font toutes seules.

Le fait de sortir un livre et ensuite seulement de s'inquiéter de sa promo tout en soulignant que l'on n'aime pas faire de comm me rend en effet sceptique quand il est question d'autoédition.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Nous aurons sans doute l'occasion de reprendre cette discussion. Pour plus de cohérence, j'ai créé un compte Andy Pierce et je vais tout de suite supprimer celui-ci.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2627
   Âge  :  27
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Le bruit et la pudeur


The Big Lebowski a écrit:


Mais une fois célébre, riche, invité chez Hanouna, harcelé par des groupies nues qui se jettent sur moi qui m’admirent et me tuent... alors peut être que je changerai d’avis et me retirerai pour écrire mon chef d’eouvre, mes mémoires que j intitulerai sobrement : « moi, ma vie, mon œuvre ».

En attendant tout ça, je m’entraîne à fumer comme Houellebecq...

Mince, j'avais prévu le même titre pour mes mémoires.

@AndyPierce: Pour le reste franchement je suis assez dubitative. Si le style est tout et la communication rien qu'une fiente à oiseau, alors je te suggère de poster tes écrits sur Amazon et laisser le Destin/Dieu/les Moires/le fatum etc...  faire son travail.

Pour moi, la communication c'est crucial. Ça n'a rien à voir avec l'envie de devenir un pantin marketing, mais pour jeter un oeil sur ton chef-d'oeuvre, encore faut-il savoir qu'il existe. Les gens sont pas devins.
Le salon littéraire me parait un bon moyen de faire sa pub sans trop emmerder le tout venant car ceux qui viennent déambuler dans les rayons sont (normalement) plus ou moins enclins à acheter un livre. Puis discuter avec un potentiel lecteur, c'est pas la mort.
Et si tu veux simplement être lu et te tenir loin du business de l'édition, eh bien tu peux aussi poster tes écrits sur le forum, sur Scribay ou autre.

Pareil que les autres: pourquoi l'auto-édition finalement ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1571
   Âge  :  39
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Roland curieux


Pour l'instant, quand je fais le bilan, je suis nulle pour signer les bons contrats, sauf en littérature jeunesse, donc mieux vaut arrêter les dégâts momentanément et tester l'auto-édition.
Donc comme 2017 prend fin...

Bonne année 2018 à tous, auto-édités, édités, futurs édités !
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Tapage au bout de la nuit


Coline a écrit:
Il y a certes des petites maisons qui peinent à rendre visibles leurs auteurs, mais je ne vois pas ce qui te permet de faire une telle généralisation. Il y a aussi beaucoup de maisons bien diffusées.

Permet moi d'en douter sérieusement.
La plupart des ME qui acceptent les "inconnus" sont des structures microscopiques, avec un seul employé multicarte, ou très peu, où même une structure associative, qui ne disposent d'aucun diffuseur digne de ce nom. Du coup, le "travail de promo", c'est bien souvent, l'auteur qui s'y colle.

D'où la question : pourquoi accepter le minable % de droit d'auteur (Pas très éloigné du vol pur et simple), le délai parfois délirant entre acceptation et publication (plus d'un an....) et le fait de devoir faire soi même sa promo ? Cela vaut il de donner 90 % du prix de vente de son livre ?

Je donne un exemple : tout le monde (ou presque) crie haro sur les "grands méchants" de la grande distribution. Je prends un exemple dans un torchon "journal" peut suspect d'opinion favorable aux patron : l'Humanité. J'y lis (avec les pincettes d'usage) : à 6,88€ le kilo de longe de porc dans votre grande surface, la part du prix de cette viande revenant à l’éleveur qui a nourri le cochon est de 2,50€.
J'en déduis que le prolétaire honteusement exploité par le grand capital perçoit 36 % du prix de vente. Et nous, nous devrions nous prosterner devant môssieu l'éditeur parce qu'il nous accorde royalement entre 5 et 10 % de ce même prix ? Faut pas pousser !

Les ME bien diffusées sont les grosses, qui possèdent d'ailleurs leur propre diffuseur (une filiale de leur groupe). Alors, en effet, l'auto édition me semble de plus en plus incontournable, voire indispensable. Les grosses ME le savent, qui ne se privent pas pour y faire leur marché. Jusqu'à présent, les auteurs démarchés ainsi acceptent, "pour la gloire". Jusqu'à présent.

Bon, à présent, j'ai hâte de lire ce qu'écrit notre ami Bierce (déjà, le pseudo est tout un programme). Parce que je peux comprendre son attitude, si derrière il y a du répondant. Du style, certes, mais jusqu'où aller dans "l'art pour l'art" ? Vaste interrogation "Wildienne" !
http://www.exobiologie.info
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Il faut donc croire que j'ai eu de la chance de trouver une bonne maison qui fait bien son job... Cela signifie au moins que ça existe. Par ailleurs, je trouve qu'asséner sans nuance "les éditeurs sont tous méchants et leurs auteurs nécessairement des martyrs" est assez stérile, en plus d'être inexact, donc. Puis si je me rappelle bien, DrRay, tu as toi-même signé avec un éditeur cette année et je ne crois pas que tu l'aies fait le couteau sous la gorge.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Tapage au bout de la nuit


Même si l'on signe, ce ne vaut pas un blanc-seing pour des pratiques difficilement acceptables en 2017.

Comment trouver normal qu'au point de vue du % des ventes, Leclerc rémunère davantage un éleveur de porcs que Gallimard ne l'a jamais fait pour Françoise Sagan (qui, je crois, est l'auteur français qui a eu la plus grosse marge) dans ses plus "grandes" années ?

Les éditeurs ne sont pas "méchants", ce sont simplement des acteurs économiques qui cherchèrent à maximiser leurs profits. Rien de moral ou d'immoral là dedans. Ils profitent simplement de la désorganisation de leur matière première : nous. Même si je ne partage pas toutes ses vues, l'ami Stoni a tout a fait raison sur ces points.

Les prochaines années vont être passionnantes, lorsque viendront de nouveaux auteurs qui, contrairement à nous, seront étrangers au caractère sacralisé du livre imprimé...
http://www.exobiologie.info
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  65
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  16/10/2017
    
                         
Gustav  /  Clochard céleste


Légèrement confus Amazon KDP concernant la publication sous nom d'auteur et nom de plume.
Déjà que dans l'onglet "communauté", on peut poser des questions mais seulement sous son véritable nom (et visiblement dans l'impossibilité de changer). Et j'ai vu qu'on pouvait lier plusieurs comptes mais après seulement une publication...
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 retour d'expérience pour auto-édition via Amazon/Kindle Direct Publishing aka KDP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-