PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 J'aime pas écrire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  11/07/2015
    
                         
Porunga  /  Pippin le Bref


Bonsoir à tous.e

Dur constat, posé froidement comme ça, mais c'est une conclusion qui me revient de plus en plus souvent.
Les idées sont là, parfois dans l'univers, parfois pour les personnages, parfois dans la narration même, mais lorsque j'ai un stylo dans la main (enfin, plutôt un clavier sous les doigts) ben ça me saoule. Je pense que si j'écris, c'est parce que je ne savait pas utiliser d'autre médias, ou pire, j'ai l'impression que c'est la manière la plus simple. Une simple solution de facilité. (j'espère que je ne vexe personne en disant ça Smile )

Pour moi, écrire en ce moment, c'est un peu comme un petit démon, sur mon épaule, qui me titille du bout de sa fourche qui me chuchote "hey, écris unee nouvelle cette idée là". Mais j'ai pas envie, l'idée est trop jeune, elle est peut être même déjà foireuse ou trop ambitieuse. Puis, sans envie, ni motivation, je commence à écrire. Souvent, j'arrive pas à le finir. Et quand j'y arrive, je cache pas que ça me fait plaisir d'avoir terminé quelques choses, mais c'est pas bon. Je me dis que c'est pas mal parce que c'est moi qui l'ai fait de bout en bout, mais à chaque relecture, je voit des fautes partout (orthographe, conjugaison, cohérence ...) et j'arrête de relire, sinon je finirais jamais. Et quand je le soumets (à JE par exemple) je me prend une tonne de correction en plus. Des trucs que je pourrais éviter si j'étais plus concentré. Mais si j'aime pas écrire, j'y arrive pas ...

'fin bref, j'avais envie de venir pleurer un peu sur la place public. Je sais pas vraiment ce que j'attend de vous. Je suppose que je veut même pas de réponse. Epargnez moi quand même les "tu es pas si mauvais", "continues de t'améliorer et de travaillez", c'est trop bateau, c'est le genre de réponse que j'arrive à avoir seul à force de réflexion.

A la rigueur, ce serait intéressant de savoir si vous avez eut le même genre d'impression un jour ou ce que ma pensée vous amène comme réflexion sur vous.

Quoi qu'il en soit, merci tout de même de votre attention ^^
http://kuro-kame.over-blog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  190
   Âge  :  20
   Date d'inscription  :  04/02/2017
    
                         
Loïse  /  Tycho l'homoncule


Coucou !

Même si tu n'attends pas vraiment de réponse, je compte tout de même t'en laisser une. Parce que je n'aime pas laisser un message sans réponse.

Peut-être que tu n'es pas fait pour écrire, ou alors peut-être que c'est juste une mauvaise passe. Ça arrive à tout le monde de manquer de motivation, en particulier à moi ces derniers temps, mais je me reprends. Pour moi, l'écriture est mon seul moyen d'évasion. Peut être que le tiens est différent ? Peut être que d'autres passions t'emporteront plus loin ?

Enfin bon, il n'y a pas que l'écriture. Tout le monde n'aime pas écrire, alors c'est à toi de découvrir ce que l'avenir te réserve Wink.
http://les-histoires-de-sasha03.eklablog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2556
   Âge  :  27
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


C'est "amusant", j'ai souvent le problème inverse : j'ai envie d'écrire mais je n'ai pas d'idée... Mais quand j'ai une idée, je me retiens : je ne l'écris pas tout de suite, parce que comme tu dis, elle est trop jeune. Et si j'écris une idée trop jeune, j'ai l'impression de la gâcher, parce que je ne saurais pas lui donner le rendu qu'elle mérite.

Pour moi l'écriture c'est comme la boulangerie : tu as la matière première, tu mélanges les ingrédients, tu doses, et tu fais lever la pâte. Tout ça, c'est le travail sur les idées. Ensuite tu façonnes (l'écriture) et tu mets au four (la relecture). Du coup l'écriture c'est le moment où tu t'amuses un peu, où tu piques une peu de pâte crue, et la relecture le moment où ça sent bon la fin Wink, mais ce sont aussi souvent les moments les plus courts ! Et si tu aimes développer tes idées mais pas écrire, tu peux même diminuer le ratio idées/écriture, avec des textes courts par exemple, moins détaillés sûrement par rapport à ton idée de base, mais avec l'avantage de pouvoir en faire plein autour de la même trame d'idées. Et pour la relecture, tu as plein d'outils directement intégrés au traitement de texte pour une bonne partie des fautes communes...

Après, comme le dit mon voisin du dessus, il y a aussi d'autres manières de s'exprimer. J'avoue que les autres me passent personnellement bien au-dessus, mais dans tous les autres tu pourras avoir ce travail de "relecture". Et oui, le langage reste la manière la plus simple de s'exprimer Wink Mais je pense que si tu es venu ici, c'est que tout de même tu apprécies "produire" des textes, donc il doit bien rester un peu d'envie quelque part Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5516
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  "Quand je pense à tous le slivres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Quod  /  Pouyoute (© Birdy)


Citation :
J'AIME PAS ÉCRIRE !
ALORS N'ÉCRIS PAS.


 
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je sens que tu as vexé le fin fond de l'être de ''écrire"
Pourquoi tu ne l'aimes pas ? Sad Pourtant je sens bien qu'il t'aime bien lui
Allez réconciliez vous ! Faîtes vous la bise, si ce n'est pas pour aujourd'hui, j'espère que ça viendra
Toute histoire d'amour a une mauvaise passe
Bon dimanche !
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Les corrections, c'est une raison bien mince. Tu as peut-être des freins à l'écriture que tu ne t'expliques pas. Comme un prof de français acariâtre dans ta tête ? Dans ce cas, investis dans un logiciel de correction ! En tous les cas, on sent bien que tu es chagrin de "ne pas aimer écrire." Je vois pas quelqu'un s'accrocher à l'écriture s'il n'en a pas envie du tout à la base. L'écriture, c'est pas anodin. Après, que tu rencontres des difficultés ou que tu ne cernes pas tes motivations, c'est autre chose.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1911
   Âge  :  22
   Pensée du jour  :  Homo Homini Caleportus.
   Date d'inscription  :  28/06/2010
    
                         
Raven  /  ☠ Corps ☠ Beau ☠ Blond ☠


Je n'aime pas écrire non plus. Le processus est long, chiant, fastidieux. Je viens jouer l'avocat du diable après avoir lu :

Quod a écrit:
Citation :
J'AIME PAS ÉCRIRE !
ALORS N'ÉCRIS PAS.*
Loïse a écrit:
Peut-être que tu n'es pas fait pour écrire, ou alors peut-être que c'est juste une mauvaise passe.

* Je suspecte qu'il faille lire ça au second degré, mais comme j'en suis pas sûr, je me pose contre sa lecture au premier degré. Disons que je prends ça au premier degré et demi.

Non. C'est pas parce qu'on n'aime pas écrire qu'on doit ne pas écrire ou qu'on n'est pas fait pour l'écriture. Il y a des auteurs publiés, bien installés, qui vivent de leur art, qui ont dit ne tirer aucun plaisir de l'écriture, qu'ils éprouvent comme une corvée à laquelle ils s'attaquent avec discipline et aucune satisfaction. En général, c'est le résultat final qui leur importe.

Pas écrire, mais avoir écrit.

Les écrivains qui prétendent avoir atteint le sommet de leur art en chiant des arc-en-ciel au petit matin après leur séance d'écriture qui leur procure un orgasme intellectuel et esthétique continu, — pardon, — mais je trouve ça extrêmement suspect.

L'effort n'est pas forcément un plaisir, même s'il est — à la fin des fins — une joie, joie d'avoir surmonté quelque chose, de s'être exprimé/extériorisé à travers le texte, ou d'être parvenu à ses objectifs… ou quelque autre motivation qu'on fait sienne.


Avatar : On the Seashore (détail), George Elgar Hicks, 1879.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  190
   Âge  :  20
   Date d'inscription  :  04/02/2017
    
                         
Loïse  /  Tycho l'homoncule


Raven a écrit:
Non. C'est pas parce qu'on n'aime pas écrire qu'on doit ne pas écrire ou qu'on n'est pas fait pour l'écriture.

Je ne faisais que des hypothèses, je ne disais pas cela à mal, loin de là Smile
http://les-histoires-de-sasha03.eklablog.com
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


@Raven, As-tu essayé d'écrire d'une façon qui te ferait plaisir ? Je veux dire une vraie démarche, avec des bosses et des creux, qui ne verse pas dans le raisonnablement raisonnable, objectivement neutre, marbre froid, etc. Mh ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  73
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  22/12/2016
    
                         
yannfrs  /  Clochard céleste


Si tu n'aimes pas écrire ne le fait pas. Il ne faut jamais faire quelque chose à contre cœur...

Si tu dis cela parce que tu penses être mauvais à l'écrit, saches que tout le monde a commencé en étant nul. C'est en écrivant qu'on s'améliore Wink

Je pourrais finir par: c'est à toi de savoir ce que tu veux, pas aux autres!
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  783
   Âge  :  36
   Localisation  :  Le désert de la Vacuité
   Pensée du jour  :  "J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché." Vladimir Boukovski
   Date d'inscription  :  18/02/2017
    
                         
Nibelung  /  Blanchisseur de campagnes


J'ai sensiblement le même problème que Porunga, dans la mesure où, si je suis toujours impatient et motivé à l'idée d'écrire, une fois devant mon écran et mon clavier, bim : SDPB (Syndrome De la Page Blanche). Je n'ai plus que l'impatience d'en finir et la motivation de passer à autre chose de moins ennuyeux. La lessive, par exemple.

Je schématise peut-être, mais je crois que c'est un problème d'ordination du général au particulier, et vice-versa. Les personnes plus "conceptuelles", celles qui imaginent facilement le cadre de leur récit (l'univers, les personnages, les grandes lignes et les tournants de l'intrigue, etc.) éprouvent souvent des difficultés lors de la rédaction, qui devient un exercice pénible, dans la mesure où elle les force à se focaliser sur un seul événement, une situation particulière, bref à restreindre et à brider une imagination qui n'aspire qu'aux grands espaces où viennent paître les généralités. Inversement, celles qui adorent folâtrer dans les détails peinent généralement à passer à l'échelle supérieure, comme si elles étaient myopes.

Je me situe nettement dans la première catégorie : au fil des ans j'ai bâti un univers complet dont je suis globalement satisfait, en revanche chaque fois que je tente de pondre un récit qui s'y déroule, je finis immanquablement par tout bazarder. Cela peut survenir très rapidement (je vais coincer sur le premier dialogue ou la première description) ou au bout de plusieurs centaines de pages. J'ai une demi-douzaine de projets avortés de ce genre qui hantent mon disque dur.

Mais en fin de compte, et pour en revenir au souci de Porunga, l'écriture c'est comme le footing : se forcer alors qu'on n'a pas la motivation pour courir constitue le plus sûr moyen de se fouler la cheville (j'en sais quelque chose Very Happy). Comme l'écrit Raven, l'écriture n'est effectivement pas nécessairement un plaisir, c'est plus souvent un effort. Encore faut-il avoir l'envie de se confronter à cet effort, sans quoi on s'expose fatalement à la frustration.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2340
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Guère épais


Perso, j'adore écrire, mais je ne te cache pas que par moments, écrire un roman de bout en bout, c'est gonflant. L'intérêt s'étiole au fil des semaines, puis la vie IRL tape l'incruste et nuit à la bonne avancée du travail. Ouais, c'est fastidieux. 

L'année dernière, j'avais pas de problème, j'enchainais facilement les romans. Là je galère un peu plus. Mais je me force. L'écriture c'est un exercice. Et comme tout exercice, cela peut parfois être pénible.

Peut-être que tu es trop ambitieux, peut-être que tu n'es pas prêt à écrire un roman. Pas grave. Rédige des nouvelles, des poésies, des aphorismes. Trouve ton propre format, ton propre rythme.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  296
   Âge  :  23
   Localisation  :  Toulouse/Montpellier
   Pensée du jour  :  Si la douleur rend plus fort, alors l'enfer ne doit pas être un si mauvais endroit "philosoraptor"
   Date d'inscription  :  09/10/2015
    
                         
Lechatquiflatule  /  Autostoppeur galactique


Peut être que tu te force trop.
Exerce toi régulièrement, mais ne t'oblige pas à faire un trop gros travail si tu n'en a pas envie, c'est le meilleur moyen de ce dégoûter de quelque chose.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  11/07/2015
    
                         
Porunga  /  Pippin le Bref


Quod a écrit:
Citation :
J'AIME PAS ÉCRIRE !
ALORS N'ÉCRIS PAS.
MERCI POUR TON INTERVENTION !

Blague à part, désolé de t'avoir énervé, mais t'as réaction m'a fait rire. C'était une réaction attendu et j'imagine facilement ce qu'elle veut réellement dire. Comme je l'ai dit dans mon premier message, je ne voulait pas de ces réactions parce qu'il était évident que je la reçoive, et je me la fait régulièrement.

Pour répondre vaguement à vos réactions : j'ai essayé d'autre médias, j'écris pas depuis l'été dernier (ça doit faire plus de 10 ans que je le fais je pense), je pense pas être mauvais et je ne pense pas que j'abandonnerais un jour.
http://kuro-kame.over-blog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  218
   Âge  :  35
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  18/03/2016
    
                         
Menerva  /  Autostoppeur galactique


Quelques réflexions en passant.
Oui, l'écriture ça peut être difficile, surtout si tu n'es pas du genre à t'emballer pour une idée et écrire non stop pendant 2 semaines. Ce qui peut aider, c'est :

1/ Avoir une routine d'écriture : tous les jours, ou quelques jours par semaine bien définis à telle heure, tu prends 1 ou 2h pour te mettre à ton bureau, et écrire (ou réécrire, ça dépend à quelle phase tu es, ou planifier, si c'est avant). C'est important de prendre l'habitude, ton cerveau se met alors en mode "On" facilement.

2/ Te dire que ce sera peut-être nul, et c'est pas grave, tu arrangeras ça à la réécriture, ou tu passeras à la prochaine histoire, l'essentiel étant d'écrire car c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

3/ Planifier ! Si tu trouves ton idée trop jeune, que tu as du mal à l'écrire, c'est sans doute qu'elle n'est pas assez développée. Donc, tu peux essayer de faire un plan, avec début, milieu, fin, en pensant à l'évolution des persos et de l'histoire. C'est plus rapide d'écrire un plan, et puis ainsi quand ce sera le moment d'écrire tu auras tout mâché le travail, il ne restera qu'à lui donner corps.

4/ Pour t'aider à planifier (sur feuille, ou dans ta tête si tu n'as pas envie d'écrire tous les détails mais simplement mûrir l'histoire), lis des bouquins de conseils sur l'écriture (de roman ou de scénario, ça aide aussi même s'il y a des conseils très spécifiques à ce format), ça devrait t'aider. Le but n'est pas de suivre tous les conseils, mais de voir ce que ça inspire pour l'histoire qu'on veut écrire.

5/ Se dire qu'un jour ça ira mieux. J'ai passé des années à galérer pour écrire, j'avais l'envie d'écrire, d'exprimer des choses, mais je n'arrivais pas à le faire, j'avais trop d'idées, je les abandonnais en cours de route, je trouvais le résultat pas extra... je me demandais quand je réussirais, mais j'ai gardé espoir. Et puis un jour, j'ai réussi à m'y mettre. Il y avait peut-être une question de blocage, pour diverses raisons, et un jour ça se débloque, un jour l'histoire est mûre et nous aussi pour l'écrire. Et on trouve un certain plaisir à écrire, même si certains jours sont plus difficiles que d'autres.

6/ Et si certains jours on a plus de mal à faire sa session d'écriture... dans ce cas c'est pas mal d'avoir un objectif par session (genre 500, 1000, 2000 mots), du coup on s'oblige un peu pour avancer (et au final on trouve d'autres idées et souvent ça avance bien)

7/ Je me dis que ça dépend peut-être aussi de ton état d'esprit, si tu commences ton écriture en te disant "ppfff ça me saoule d'avance et ça va être merdique", ça motive pas trop je pense... ;-) Il faut partir en se disant qu'on va écrire une scène intéressante (faut tout faire pour !), et si la scène promet d'être moyenne car ça parle d'un truc pas fun, trouver peut-être un détail qu'on trouve marrant/intéressant à introduire (une info intéressante que tu peux faire passer discrètement, ou même juste un clin d'oeil à quelqu'un de ton entourage qui le lira). Et si la session d'écriture ne s'annonce vraiment pas facile, essayer de garder un esprit positif en se disant que l'essentiel c'est d'avancer, et de bientôt finir son roman...
 

 J'aime pas écrire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-