PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Partagez ici vos astuces et vos vécus d'écrivains :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Ah maintenant je saisis mieux ! Je lis beaucoup Werber et c'est vrai que je préfère ses premiers livres.. Le dernier ''Demain les chats'' ne me donne pas très envie de l'acheter même si j'adore les chats et Werber aussi :/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6951
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Ma base d'inspiration n°1 (déclencheur, je ne sais pas...), ce sont les mythes, voire les clichés.
La n°2 étant ce que j'observe autour de moi, incidents, truc marrants, ou au contraire tristes.
Ce que ne nommerais déclencheur, c'est parfois l'envie de relever un pari avec moi-même
parfois simplement de vider ce qui me trotte dans la tête.
Du moins, pour le contenu.

Pour la structure, c'est une autre paire de manche...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Barge de Radetzky


Ma "base d'inspiration" ? Une simple phrase, une situation, quelques secondes de magie dans le quotidien, un léger imprévu. Et puis... que se passerait-il si ? Un titre, parfois, à partir duquel je déroule une histoire. J'écris par esprit, j'arrange les choses dans un coin de mon esprit. Je le laisse maturer, au calme. J'y pense en dormant. Lorsque c'est prêt, j'écris.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


DR RAY : je n'y ai jamais pensé cette idée de faire découler tout un roman d'un titre, en fait c'est toujours le dernier truc que je mets le titre haha ! Mais l'inverse peut se faire aussi et tes titres doivent vraiment sonner trop trop bien alors ! :p

Quelqu'un aurait quelque chose qui fait patienter pour les réponses des ME ?
Moi, je me suis mise à écrire un autre roman, une autre idée de plus serait la bienvenue ! Smile
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Barge de Radetzky


Je pousse même le bouchon jusqu'à établir des "listes de titres" qui "sonnent" bien à mes oreilles, et à réfléchir ensuite à l'histoire qu'ils suggèrent...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5874
   Âge  :  30
   Pensée du jour  :  Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon cœur,
   Date d'inscription  :  03/01/2010
    
                         
Lo.mel  /  Correcteur apolitique pour Sputnik


Je me lève à 5H30 du matin.

Je m'ébouriffe les cheveux, enfile ma robe de chambre pourpre et mes charentaises sur mon pyjama rayé.
Rapidement, je cire ma moustache pour recevoir dignement tout coursier qui aurait une lettre pour moi.

Un feu brûle dans l'âtre.
J'allume une cibiche et je fais préparer un café fraîchement moulu. En attendant qu'il coule, je croque un grain parce que je suis d'un naturel impatient, et puis parce que c'est bon pour l'haleine. Je l'ai lu encore récemment dans Médecine et Monde moderne.

Pendant une heure environ, je relis ce que j'ai écrit la veille, je rature, déchire ou me congratule, c'est selon la quantité de pur malt avalé pendant la rédaction.

Ensuite, j'entame un premier jet en poursuite de l’œuvre en cours.

Puis je passe au Earl Grey. Un demi sucre, une cuillère de miel si je souffre de mauvaise toux.

Je retourne à mon cabine pour répondre aux lettres de mondaines et galantes, ainsi que mes droits de réponse à la presse et quelques mots pour réagir aux lettres de mes lecteurs assidus.

Je cachète, j'appelle la bonne et lui demande de bien vouloir les remettre au garçon.

Généralement, il est environ 9H au moment où je me culotte, me peigne, me parfume et enfile mon complet trois pièces, "tuyau de poêle" (j'ai appris cet expression d'un charpentier moqueur) et monocle, avant de rejoindre à pied mon Café préféré. C'est à cette heure que j'ai l'habitude de remonter mon montre.

Je pense à mes muses devant mon premier café, compose un poème pendant le second. Si le poème est long, je le fais jeter (le café) pour en commander un nouveau, bien chaud. Les boissons froides sont connues pour être mauvaises pour la pilosité faciale. On me le sert, par habitude, avec trois cure-dents, pas un de moins.
Le livreur passe à 10H sonnantes pour me donner le journal à table.

Je prends des nouvelles du monde, lis les réactions des intellectuels européens sur les risques de conflit avec la Prusse. J'aime tout particulièrement les pamphlets et éditoriaux de ce petit viennois francophile, que j'ai déjà croisé à Genève.

Mon jeûne dure jusqu'à midi, pendant ce temps je prends des notes, puis je déjeune d'un trou normand et d'une frisée aux lardons, ou alors d'une roulade de veau aux lentilles.
J'achève mon repas sur une note salée, Raoul, le patron me sert des croûtes de fromage spécialement choisies et acheminées des halles.

Je règle l'addition, fais appeler une voiture et visite ma bonne amie Léonie.
Léonie discute et nous échangeons des nouvelles du monde, échange à sens unique, puisqu'elle déblatère en crochetant quelque pièce pour son mobilier. C'est trop souvent le temps de la journée où je me vide l'esprit et que je fais mes exercices faciaux. Menton en haut, sourcils froncés, petites moues et musculation de la glotte "Hum hum, hum hum."
Mais Léonie a une nuque à faire pâlir de jalousie les danseuses des Folies Françaises.

Ravie de mon écoute attentive, elle resplendit, je prends congé en lui donnant rendez-vous à 19H. 18H30 les jours d'hiver.

Il me reste environ 2H30 pour continuer mon œuvre. C'est le meilleur moment de la journée ou travailler les scènes statiques. La réaction d'un Colonel que je juge improbable ou malement dans l'air du temps, je la raye tout simplement et puis m'y replonge.
J'étiquette les feuillets, préférant une version à l'autre, numérote, recopie, découpe, puis épingle jusqu'à ressentir une satiété d'accomplissement ou de progression.
Mon jeune secrétaire s'occupe du reste.

Ma bonne m'appelle : c'est l'heure de mes ventouses. Ces migraines ne me quitteront donc jamais ?
Le médecin, Docteur Frau, est un homme de confiance, quoique très versé dans les rumeurs mondaines. C'est pour celà que je subis encore ses ventouses, ses traits d'esprit et racontards sont autant de matière exploitable que je note, l'air de rien, muet, ou peu s'en faut.  

Je me rhabille, fais raccompagner le docteur après lui avoir proposé un petit verre, qu'il refuse généralement pour la forme et l'avale pour la sienne.

S'en suit une heure de visite. Amélie, lointaine cousine issue de la noblesse d'Empire, ou la juive Sarah aux yeux qui hurlent, parfois mon ami Hubert se joignent à moi dans le salon. Si je suis seul, alors il est temps de m'occuper des parutions. Une heure de lecture n'est jamais perdue, même la décadence littéraire ambiante est bonne à consulter.
La visite ou le chapitre achevé, il est l'heure de sortir. La bonne m'apporte une veste fraîchement brossée, ainsi que des souliers cirés par ses soins.

Au bout de ma course, Léonie m'attend dans son boudoir. Nous sortons dîner puis assistons à un opéra, une pièce, tragique ou comique selon son humeur, je suis conciliant, nous avons même déjà audacieusement assisté à un exercice DADA, une plaisanterie à laquelle elle tenait tant !

Quand je n'accompagne pas la douce Léonie dans ses veillées, je prends un fiacre, rentre à la maison, allume mon PC et me connecte sur JE. Je poste mon nouveau chapitre et me retrouve souvent à troller sur la chatbox.

Il est 23H30 lorsque je me couche. Deux cuillères de calomel, et je m'endors.


Dernière édition par Lo.mel le Jeu 16 Fév 2017 - 17:00, édité 3 fois


Mon n'sorte de roman : Pionniers, tentative d'une Âme      :rain:


Recette pour faire un bon livre :
1) Écrivez un mauvais livre ;
2) Recopiez le contraire.

Spoiler:
 
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Admiration béate ( ce flow et jusqu'aux moindre petits détails!) et crampes de rire.
Définitivement roi des zygotos en zygoterie.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1405
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Lo.mel : I love you

Dr Ray a écrit:
Je pousse même le bouchon jusqu'à établir des "listes de titres" qui "sonnent" bien à mes oreilles, et à réfléchir ensuite à l'histoire qu'ils suggèrent...

C'est ce que j'ai fait pour mon roman Les cicatrices des piscines ! J'ai fait tourner la roulette => http://www.omerpesquer.info/untitre/index.php et quand j'ai vu ce titre, je me suis dit: "c'est celui-là ! " Sans savoir du tout où j'allais mettre les pieds :mrgreen:
http://alicedecastellane.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


LOMEL : j'ai adoré votre récit !!!
Alice : Ecoutez, j'ai toujours eu du mal à choisir les titres, et vous venez de me sauver ! je n'en prendrai jamais un comme il est mais ça rafraichit beaucoup les idées alors merciii
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1405
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


C'est ça ! J'ai souvent fait ça pour trouver des titres à mes nouvelles. Je tourne la roue jusqu'à ce qu'une idée surgisse. Souvent un doux mélange entre les propositions et d'autres trucs qui affluent dans ma tête à ce moment-là. Cet outil est magique :Electricité:
http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  17
   Date d'inscription  :  09/02/2017
    
                         
Dream_Of_Love  /  Barge de Radetzky


Moi j'ai pas vraiment d'astuce, quand j’écris, je met une musique avec l'idée que j'ai en tête pour commencer le chapitre. Puis, je laisse ma plume me guider, bien sûr après je repasse pour approfondir, corriger et par moment réécrire quelque phrase et même en ajouter. Dans n'importe quel chapitre que j’écris, j'essaye de mettre du suspens. Pour m'inspirer, c'est toujours la musique, bizarrement quand j’écoute une musique, des idées explosent dans la tête et aussi dans tout ce qui m'entoure.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je suis d'accord Alice c'est de la magie ton truc ! J'en utiliserais toujours maintenant

c'est vrai qu'il y a des musques qui m'aident à penser à mon livre, des mélodies dans lesquelles je reconnais mes personnages.. Mais moi quand j'écris, idéalement il me faut aucun bruit, lumière éteinte et tout le monde à l'extérieur !
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  123
   Âge  :  49
   Date d'inscription  :  19/12/2016
    
                         
Dr Ray  /  Barge de Radetzky


Mami inès a écrit:
il me faut aucun bruit, lumière éteinte...

Tu écris donc dans le noir ? :Electricité:
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Oui sur ordinateur bien sûr mdrr !!
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
à des être lumineux comme vous.



Wink wink à 7min 50






Les imaginales I love you Jaworski I love you
 

 Partagez ici vos astuces et vos vécus d'écrivains :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-