PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

 [Nobel] Doit-on borner la littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  12
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Give the anarchist a cigarette.
   Date d'inscription  :  08/12/2014
    
                         
BobDylan  /  Homme invisible


Bon je m'excuse pour le titre un brin boiteux, mais je le voulais clair et point trop pédant.

Vous le savez sans doute déjà, l'académie de nos chers amis suédois a choisi il y a quelques jours de remettre le Nobel de Littérature au grand Robert Zimmerman - Bob Dylan pour les intimes - un projet qui avait déjà été évoqué plusieurs fois ces dernières, le nom revenant régulièrement parmi les challengers.

Bon je crois qu'il est un peu inutile de préciser ce que moi j'en pense - Razz - ; cela étant dit, là où je me suis dit que ça pourrait faire un sujet intéressant pour le forum, c'est quand j'ai vu la levée de boucliers chez certains - certes assez minoritaires - qui ne se sont pas privés de fustiger la "décadence des prix Nobel qu'on donne vraiment à n'importe qui, blablabla".

Et se pose alors la question de ce qui est littérature et de ce qui ne l'est pas. Un chanteur qui révolutionne les standards poétiques fait-il pour autant de la littérature ? Et la question peut bien sûr être élargie : qu'en est-il d'un auteur de fic sur Internet, un écrivaillon du dimanche, [insérez ici le nom du pire auteur que vous connaissez]...
Je ne ferai donc pas mon Sartre en demandant "Qu'est-ce que la littérature ?" mais je me suis en tout cas dit qu'une réflexion autour, non seulement du choix de l'académie Nobel, mais aussi plus généralement des limites de la littérature, pouvait s'avérer intéressante et constructive  Smile

Voilà-voilà, c'est à vous si vous le voulez bien king
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2771
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Mon niveau d'anglais étant ce qu'il est, Bob Dylan aurait aussi bien pu chanter sa liste de course que je n'aurais pas vu la différence. Je ne peux donc pas juger sur la pertinence de lui décerner le prix Nobel à lui en particulier, la valeur de ses textes me passant largement à dix miles pieds dans la direction que vous souhaitez.

En ce qui concerne le principe de décerner le prix Nobel de Littérature à un musicien, en revanche, ça ne me pose aucun souci.

D'un point de vu culturel, nombre de civilisations font converger le savoir, la littérature et la musique sur une même personne. Le griot, le troubadour...
Les opéras étaient l'occasion de l'édition d'un livret.
Avec l'apparition des pochettes de CD, au format livret, bon nombres de musiciens ont partagé avec leur public les paroles de leurs chansons.
L'usage du mot et de la musique entrent en synergie et n'enlèvent rien l'un à l'autre (ceci est un avis, j'en conviens). En ce sens, si rien n'est enlevé aux mots du musicien, pourquoi estimer que ses vers valent moins que ceux du poète ?

Et si l'on regarde bien, lors des reprises de chansons, ce sont plus les notes que les mots que les repreneurs s'arrogent le droit de modifier. Il reste quelque chose de "sacré" dans les mots qui fait qu'une chanson n'est plus elle même si on les change. Les mots portent un sens signifiant qu'ils soient mis en musique ou non.

Il semblerait inconcevable qu'on décide que les poètes modernes, qui n'écrivent pas en alexandrin, ne puissent prétendre à un prix littéraire à cause de la musicalité différente de leurs texte. Pourquoi la musicalité différente des chansons devrait-elle apporter un discrédit à la valeur de leurs textes ?


Dernière édition par Mikaroman le Mer 19 Oct 2016, 16:05, édité 1 fois
http://romainmikam.free.fr/ En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1216
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  A hunter is a hunter, even in a dream...
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


J'ai ri à l'annonce du prix Nobel de la littérature. C'est un peu faire un gros doigt à cet art oui. C'est pas qu'il est donné à n'importe qui, mais plutôt que bon, on pourrait donner le Nobel à un homme qui est dans le domaine correspondant. On ne va pas donner un Nobel de physique à un type qui bosse sur la chimie. Ça reste de la science, mais c'est différent, comme la littérature et la musique. Sinon on va donner un Nobel du cinéma à un développeur de jeux vidéo car, après tout, les deux sont de l'audiovisuel. Alors oui, on trouve des jeux vidéo avec de très belles cinématiques et d'excellents graphismes, de manière générale, mais ça n'en fera pas un film pour autant (et pourtant, il existe de très beaux films d'animation. C'est la même technologie, qui n'est toutefois pas utilisée de la même manière). De même, on trouve des chansons avec de très bons textes. Ça n'en fait pas de la littérature.
On reste dans un domaine proche, mais différent à la fois.
Pour moi, ça n'a pas de sens. Cela dit, je n'irai pas hurler à la mort, n'étant pas vraiment intéressé par les lauréats du Nobel, ni sa signification qui n'a rien de sacré.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3938
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


On peut ne pas comprendre l'anglais, mais on ne peut pas borner Dylan à un artiste rock : ses engagements politiques et sociaux ont existé et existent.
http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5987
   Âge  :  30
   Pensée du jour  :  Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon cœur,
   Date d'inscription  :  03/01/2010
    
                         
Lo.mel  /  Correcteur apolitique pour Sputnik


Ceux de Tryo aussi.


Mon n'sorte de roman : Pionniers, tentative d'une Âme      :rain:


Recette pour faire un bon livre :
1) Écrivez un mauvais livre ;
2) Recopiez le contraire.

Spoiler:
 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1216
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  A hunter is a hunter, even in a dream...
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


Je ne vois pas vraiment le rapport avec les engagements d'un artiste. Pourquoi ne pas lui donner un Nobel qui correspond à la musique ? A croire que les types n'ont pas voulu vraiment chercher dans la littérature.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3938
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


proportions
Définitions Web

La proportion est un rapport d'égalité entre deux quantités, traduit sous forme d'équivalence entre deux rapports : un paquet de chips = 5 €, donc quatre paquet de chips = 20 €, dans la mesure où 1/4 = 5/20. Regarder Également: Dictionnaire français.
http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1216
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  A hunter is a hunter, even in a dream...
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


Etre à l'ouest
Définitions Web

Locution verbale
être à l’ouest \ɛ.tʁa.lwɛst\

Ne plus très bien savoir ce que l’on fait ou dit.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4145
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Je ne connais pas les textes de Bob Dylan mais ça ne me semble pas incohérent. Comme le dit Mirkaroman, le flirt entre littérature et musique est ancien, presque fondateur, et n'a jamais été totalement évacué. Après on peut se poser d'autres questions, pourquoi ne pas plutôt décerner le prix à un écrivain qui flirte avec les limites de manière plus intentionnelle, un poète performeur par exemple ; ce serait prendre acte de manière plus pertinente des voies contemporaines de la littérature (champ bâtard de toute façon)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3938
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Mais un autre domaine dans lequel Dylan a frappé les esprits est celui des textes : dès son deuxième album (le premier étant presque entièrement composé de reprises, comme cela se pratiquait très couramment à l’époque), il a incarné une nouvelle manière d’envisager l'écriture de chansons. Inspirés par la littérature, la poésie surréaliste, mais aussi les « folksongs » réalistes de la grande tradition américaine, ses textes dessinent un univers intérieur d’une grande richesse. Dès le début, le thème principal de l’œuvre de Dylan est son expérience personnelle du monde, sa vision des choses, qu’elle soit réelle ou fantasmée. Le surréalisme et les images qui imprègnent la plupart de ses textes, même les plus simples, atteignent leur apogée en 1965 et 1966 lorsque Dylan délaisse le folk pour le rock 'n' roll. Les textes de cette époque ne cherchent pas à avoir un sens figé, mais à décrire des impressions et des sentiments au-delà des mots. Comme un tableau abstrait, ils peuvent acquérir un sens différent selon l’humeur de l’auditeur, tout en conservant une très forte identité. En cela, les mots de Dylan s’approchent de l’essence même de la musique, qui tire une partie de son pouvoir du fait qu’elle est le seul art à n’être aucunement figuratif, à une époque où la plupart des chansons populaires américaines, et particulièrement les chansons rock, parlaient encore de (més)aventures sentimentales et de voitures. Elles ont considérablement influencé l'ensemble des artistes pop de l’époque, y compris les Beatles88.

WIki

Pour les engagements, me vient à l'esprit cette chanson "Hurricane" sur le sort d'un boxeur noir condamné à tort à de la prison...

Concernant la pertinence de ce Nobel autant s'intéresser aux critères retenus par le jury. Moi j'ai voté pour personne et mon vote s'il avait existé n'intéresse que mon poisson rouge (que j'ai noyé)
http://www.insequis.net/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bosie a écrit:
Comme un tableau abstrait, ils peuvent acquérir un sens différent selon l’humeur de l’auditeur, tout en conservant une très forte identité.

Il aura peut-être un jour le prix nobel de peinture Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1686
   Âge  :  6
   Date d'inscription  :  21/11/2011
    
                         
Lohengrin  /  Chevalier au Pancréas


 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1417
   Âge  :  21
   Localisation  :  Canapé
   Pensée du jour  :  Titouan H.
   Date d'inscription  :  12/05/2012
    
                         
Red-Scarf  /  Guacamole de radis rouges


Je suis tout à fait d'accord pour dire que la chanson est bien une forme de littérature qui mérite récompense peut-être en dehors de sa forme musicale, il n'empêche que la nomination de Bob Dylan pour le prix Nobel me fait bien rire et reste un joli doigt d'honneur à tous les écrivains.
Si on peut imaginer qu'un musicien ait un prix Nobel de littérature pour ses textes, les écrivains, eux, ne peuvent pas avoir un Grammy's pour un roman. Pour autant on pourrait arguer de la musicalité des romans, surtout avec la tendance de la chanson parlée et du slam qui s'assimilent à de la lecture. Et pourtant, ça paraitrait fou, dans ce sens-là, non ?
Certes les deux domaines sont similaires et parfois interdépendants mais ils restent tout aussi différents, touchant les gens pour des raisons différentes. De telles récompenses, que ce soient pour les musiciens ou pour les écrivains ne courent pas les rues. Pour le bien de tous, ne commençons pas à se marcher sur les pieds pour des choses différentes. Un musicien n'est pas un écrivain et un écrivain n'est pas un musicien.
TL ; DR : Meh. C'est cool que ce soit possible mais faut être sérieux, Bob Dylan n'écrit pas des livres et il n'a pas besoin d'un Nobel. Bon en plus il faut rappeler que le bougre n'a pas donné signe de vie depuis sa nomination et donc si ça se trouve il en veut même pas et il va faire son rebelz comme Sartre.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3938
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Si, si : les prix littéraires courent les rues. En tout cas, en France vu que même des grandes enseignes de distribution s'y mettent, voir des opérateurs téléphoniques également dans le bâtiment.

Je ne vois pas les arts comme cloisonnés à une expression. Une chanson c'est un texte chanté. Si ce texte a vocation à changer la perception de son public sur des questions essentielles comme la discrimination, le respect de l'environnement... sa portée dépasse celle du divertissement.

Le Nobel de littérature à Dylan m'a surpris mais je trouve le titre audacieux, sorte de reconnaissance des auteurs derrière les succès populaires. Parce que l'auteur, il ressent s'interroge et écrit. N'y a t-il pas de la musique dans la poésie, même en prose ?
http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1216
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  A hunter is a hunter, even in a dream...
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


Il y a du texte et de la musique dans un film. Du coup, on peut prendre l'équipe d'un même film et le rendre éligible pour les trois Nobel ?
Il y a des films engagés, qui ne pourront recevoir qu'un seul Nobel. Je ne saisis pas l'argument du "Mais dans la musique, y'a un texte". Car le scénariste, il va écrire de la fiente qui ne pourra donc pas être récompensée ? Si bien sûr, le scénario est récompensé... avec un titre dédié au cinéma. Alors pourquoi une chanson sortirait des distinctions musicales, et dériver dans le littéraire ?
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Nobel] Doit-on borner la littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-