PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 

 [Zizi VS Littérature] Trop de personnages féminins dans mes écrits, dois-je m'interroger?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  865
   Âge  :  29
   Localisation  :  Arles
   Pensée du jour  :  Violence musicale pour une paix sociale.
   Date d'inscription  :  30/12/2012
    
                         
Dromar  /  Sean Bean ET survivant.


Quant à moi mes persos ont tendance à être d'heureux célibataire ou en couple, mais ces derniers deviennent vite veuf ou veuve :mrgreen: .

Je crois que je puise un peu trop dans mes expériences moi. ( personne n'est mort je vous rassure )
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1170
   Âge  :  26
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Merci pour ce moment.



Blāūg
http://anowan.blogspot.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5433
   Âge  :  28
   Localisation  :  Montréal
   Pensée du jour  :  Oui, je connais cette théorie.
   Date d'inscription  :  23/12/2007
    
                         
Tim  /  Morceau de musique survitaminé


Je crois qu'à un moment il y a eu un raccourci "le féminisme c'est un délire" qui n'était pas du troll. scratch

Pour répondre sérieusement quelques instants, lorsque j'ai commencé à être conscientisé sensibilisé aux enjeux féministes, au fait qu'il y avait bien souvent une sous-représentation des personnages féminins dans la fiction (quel que soit le support), si ce n'est pour être passablement potiche, j'ai pris un peu de recul sur mes textes ; et je me suis rendu compte qu'effectivement, peut-être simplement par identification, ou alors par reproduction des clichés, j'avais moi aussi essentiellement des personnages masculins lorsque le genre n'avait pas fondamentalement d'importance sur l'intrigue. Du coup, eh bien, j'ai simplement switché quelques hommes pour des femmes. Ça ne changeait rien à part quelques pronoms, mais sur le principe - même si probablement personne ne lira la plupart de ces textes -, ça m'a paru important.
http://timslam.blogspot.com En ligne
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


@now@n a écrit:
Merci pour ce moment.
La même chose.
Dire que j'étais passée à côté.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  52
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  11/04/2014
    
                         
Muda  /  Clochard céleste


Il y a une chose qui est bien pour te libérer l'esprit quand tu écris, c'est te dire que tu seras toujours inapte à représenter la réalité. Les gens ici sont nombreux à faire l’aveu de leurs expériences personnelles derrière leurs choix narratifs (conscients ou non) ; faut pas se leurrer, c'est ça l'écriture (on pourrait débattre de cela, si vous vous sentez de discuter sciences sociales). Tu peux bien faire des recherches sur les capacités d'un sous-marin pour ton roman, au final, tes représentations prendront le pas sur la réalité. Mais peu importe, puisqu'en assumant tes écrits comme le résultat de ta sensibilité, tu n'es plus prisonnier d'un devoir d'exactitude : ici, paritaire. Il y a bien cette bande dessinée où les femmes sont constamment menacées par des hommes-crocodiles ; surreprésentés. Ce choix narratif dit quelque chose. Il relève ici d'une somme d'expériences, vécues par des femmes.

Personnellement, si je n'ai pas de mal à esquisser des hommes ou des femmes, j'ai tendance à davantage m'investir émotionnellement dans mes personnages féminins (même si ce n'est pas un absolu). J'ignore ce que cela dit de moi. Appréciant les personnalités torturées, je les conçois peut-être plus naturellement chez des femmes qui m'apparaissent plus sensibles que les hommes. Cela pourrait être ma représentation sociale. Au fond, ce n'est pas important. Ce sont des limites qu'il est facile de dépasser, si tant est que tu vas au bout de tes idées. Au départ de l'inspiration, tu questionnes tes principes, tes sentiments, ton vécu. Tu fais travailler l'empathie, qui porte toujours en lui le filtre de ton regard propre. La forme de tes interrogations est secondaire, à mes yeux ; sauf à faire évoluer ton regard (mais si c'est juste convenir au regard d'autrui, il n'y a pas grand intérêt). Comme je le vois, un écrivain (notamment, mais pas seulement) ne devrait toujours que poser des questions. S'il veut donner des réponses, il n'a qu'à publier un témoignage. Il faut savoir rester humble °°.

PS : ce moment où tu te rends compte que tu déterres un sujet dont le dernier message remonte à un an... De toute, je suis reparti pour disparaître quelques années.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1565
   Âge  :  113
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Cueillir les escargots sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roland curieux


Je ne suis pas venu depuis des lustres et tombant par hasard sur ton fil, ça m'a interpellé.
Je n'ai pas lu tout le fil de la discussion mais tu poses en quelque sorte la question d'une "sous-représentation" des femmes en tant que personnage de la littérature. Récemment à la dernière remise des Oscars à Hollywood, une réalisatrice américaine s'est plaint publiquement d'une sous-représentation des femmes-réalisatrices dans le monde du cinéma aux USA: a priori, contrairement à la France et l'Europe en général, il me semble bien que c'est vrai. Il n'y a guère que le nom de Sofia Coppola qui me vienne à l'esprit quand je cherche quelles sont les femmes réalisatrices aux USA. En dehors de son talent (indéniable comme dans Lost in Translation et Virgin Suicides et d'autres) il est clair que son patronyme l'a poussé vers le succès. Ceci dit ce phénomène existe aussi en France, comme avec Julie Depardieu, Charlotte Gainsbourg et bien d'autres. Il y a des dynasties de comédiens et de réalisateurs tout comme il y a des dynasties de banquiers, de chefs d'entreprise etc.
Pour l'avoir fréquenté, je peux te dire qu'il y a beaucoup plus de comédiennes ou apprenties-comédiennes dans le milieu du théâtre que d'apprentis-comédiens. Il me semble bien qu'en général, il y a plus de femmes qui exercent des métiers artistiques que d'hommes: théâtre, décoration, beaux-arts en général... Si ta question est relative à ces doutes que nous avons tous en matière d'écriture, il faudrait peut-être creuser cette question et essayer de comprendre pourquoi. Consciemment ou inconsciemment, comprendre pourquoi tu as fait ce choix.  Je ne pense pas pour les éditeurs que le nombre de personnages féminins soit un critère discriminant au niveau de leur lecture et d'une éventuelle acceptabilité. C'est connu que ce sont majoritairement des femmes qui lisent les romans. Est-ce qu'elles préfèrent lire des romans où le nombre de personnages féminins excède celui des hommes (ou bien le contraire) , c'est une tout autre question sur laquelle je ne m'avancerai pas!!
Voilà j'ai rien de plus à raconter sur ce sujet mais il serait intéressant d'essayer d'établir des statistiques pour voir et compter le nombre de personnages féminins vs celui des  personnages masculins dans la littérature. Où ça nous mène? Vers une sociologie de la représentation autour de la différence des sexes.
Il y a certainement des choses intéressantes à dire et à découvrir autour de ce thème, je n'en doute pas une seconde. Bon WE
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


 

 [Zizi VS Littérature] Trop de personnages féminins dans mes écrits, dois-je m'interroger?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-