PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 L'auto-édition n'est pas une voie facile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  43
   Localisation  :  Fribourg (Suisse)
   Date d'inscription  :  16/04/2014
    
                         
Slayer  /  Petit chose


Je te souhaite bon courage dans ta démarche. Mais effectivement mieux vaut tenter l'autoédition plutôt que de vivre avec des regrets.

Et qui sait ? Peut-être qu'un jour un éditeur le remarquera ? Un vrai, qui ne se moque pas de ses auteurs (si si ça doit exister).
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Il ne faut pas trop compter dessus, non plus. Qu'un éditeur le remarque, ce ne serait pas franchement sur sa qualité mais bien sur son nombre de lecteurs. Donc bon, le mythe de l'éditeur qui repêche un chef d'oeuvre des ordures (une bonne partie des livres auto-édités), je n'y crois pas du tout.
Cela dit, le gros point positif en tant qu'auto-édité est de pouvoir avoir le choix sur tout, du titre jusqu'à la couverture. Et puis, c'est extrêmement méritoire. Toutes les ventes que tu auras seront là uniquement grâce à tes efforts.
Mais comme dit, c'est évidemment plus difficile. Pouvoir se faire remarquer dans une masse, où règnent deux-trois genres en hégémonie, est une tâche compliquée. Surtout quand on ne fait pas partie desdits genres Razz


Dernière édition par Nordgia le Mar 22 Nov 2016 - 13:12, édité 1 fois
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  43
   Localisation  :  Fribourg (Suisse)
   Date d'inscription  :  16/04/2014
    
                         
Slayer  /  Petit chose


Question genre je connais... Nous traitons du même sujet... Les loups-garous ça ne passionne pas vraiment. Ou un public fort restreint.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Le genre et le sujet choisi sont deux choses différentes. Les loups-garous, en l'occurrence comme les vampires, passionnent... mais plus un lectorat romance qu'horreur/fantastique.
C'est très con à dire, mais je les comprends. Moi-même, j'aurais quelques réticences à lire un texte se revendiquant horreur, si je vois qu'il traite de loup-garou ou de vampire. L'ombre de Twilight est toujours là, quelque part. Déjà, Anne Rice avait donné au vampire quelque chose de bien plus humain que Stoker. Avec Meyer, nous sommes bien plus proches de l'humain standard que de la figure vampirique du XIXème. Dracula est plus démon qu'humain, pour un exemple très simple. Il en va de même pour le loup-garou, qui est censé être bien plus animal. Twilight a fait énormément de mal à ces deux créatures, au point qu'elles finissent par agacer. Et ce n'est pas avec mon nom d'inconnu que je changerai la donne.
Il faut faire avec, tenter d'inventer de nouvelles façons d'appréhender le genre, créer de nouvelles créatures de cauchemar, loin des standards de la romance.
C'est vraiment étrange que la romance soit parvenue à défigurer des mythes appropriés par l'horreur, dans le sens où les deux genres sont diamétralement opposés dans leur rapport au lecteur. Mais c'est un fait qu'il faut prendre en considération.

Si toi aussi tu fais dans l'horreur, j'y ai beaucoup réfléchi et je pense sérieusement que l'auto-édition est une voie noble pour le genre. Peu d'éditeurs acceptent de l'horreur. Il existe un véritable mépris envers le genre, que beaucoup ne prennent même pas la peine de citer lorsqu'ils listent les genres de l'imaginaire. Cela dit, l'auto-édition peut ouvrir des portes. Il ne faut pas oublier non plus que ce qui est vrai en France ne l'est pas forcément ailleurs. En l'occurrence, l'horreur anglo-saxonne se porte très bien.
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  43
   Localisation  :  Fribourg (Suisse)
   Date d'inscription  :  16/04/2014
    
                         
Slayer  /  Petit chose


Et je ne te parle même pas de la Suisse... L'horreur est apparenté à du roman d'adolescent. Effectivement merci Twilight... Alors quand on essaie de mêler loups-garous et Histoire avec un grand H les éditeurs se disent "Il est fou !". Et bien oui peut-être. L'autoédition est heureusement là pour nous permettre de prouver que non. ça peut aussi être intéressant, mais la finalité demeure toutefois toujours la même : comment sortir d'une telle masse ? Pourquoi lirais-je ce roman plutôt qu'un autre ? Surtout s'il émane d'un auteur totalement inconnu. Vaste question à laquelle je n'ai hélas pas de réponse.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  137
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  On verra.
   Date d'inscription  :  19/11/2015
    
                         
Leti  /  Barge de Radetzky


Heureusement qu'on écrit aussi (et surtout) pour le plaisir! Smile
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Oui mais la finalité reste la même : on a envie de partager le fruit de nos efforts. Un minimum :<
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  43
   Localisation  :  Fribourg (Suisse)
   Date d'inscription  :  16/04/2014
    
                         
Slayer  /  Petit chose


Sinon autant les laisser dans un tiroir et attendre que le papier jaunisse. ça fera un bon manuscrit dans le sens stricte du terme.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5397
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  "Quand je pense à tous le slivres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Quod  /  Pouyoute (© Birdy)


Citation :
dans le sens stricte du terme
Non.


 
Dernière édition de JE Bouquine avant les vacances ! Inscrivez-vous !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3692
   Âge  :  44
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  Sang-Chaud Panza


Si jamais, côté auto-édition, on m'a dit que Cultura avait un site à ce sujet, comme je ne connaisssais pas, je vous met le lien ici : http://laboutiquedesauteurs.cultura.com/

Je ne sais pas ce que cela vaut, je n'ai pas encore trop regardé, mais sait-on jamais si ça peut intéresser quelqu'un Wink
https://ksangil.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1045
   Âge  :  26
   Localisation  :  Londres
   Pensée du jour  :  "Oh, I know very well. How the secrets beckon so sweetly."
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  Effleure du mal


Slayer =>
Je ne vois pas franchement l'intérêt de laisser un texte moisir. L'édition française ne possède qu'un marché restreint et orienté dans une seule direction (ce qui est logique. Quitte à avoir peu, autant être cohérent et ne pas s'étaler). Ce serait idiot de dire "merde" à un texte sous prétexte que quelques têtes n'ont pas été séduites. M'enfin, après, je comprends le fait de ne pas avoir envie de défendre un texte au point de s'adresser aux éditeurs d'un autre pays et, par conséquent, de tout traduire. Il n’empêche que pour l'horreur (et, à moindre mesure, pour la fantasy), ce n'est pas une idée farfelue.

Asyne =>
Hum, c'est utile oui. Après, on est plus dans le prestataire de services. Amazon Kindle (pour un exemple) est gratuit, et ouvert à n'importe qui, comme devrait l'être l'auto-édition. S'il faut se farcir un comité, autant passer par l'édition traditionnelle. Surtout que les prix sont franchement élevés. 500 boules le premier "pack" de services... Sur le papier, leur système est plus proche du compte auteur que de l'auto-édition. Alors oui, on peut ne pas payer. Reste à savoir si l'oeuvre est un minimum visible, dans ce cas. :/
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  47
   Âge  :  43
   Localisation  :  Fribourg (Suisse)
   Date d'inscription  :  16/04/2014
    
                         
Slayer  /  Petit chose


C'était bien sûr du second degré.
 

 L'auto-édition n'est pas une voie facile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-