PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Lire ou écrire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  506
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  Misanthrope humaniste
   Date d'inscription  :  17/04/2013
    
                         
Joyo  /  Gloire de son pair


Tout dépend comment on lit.

1. Le lecteur passif. Il peut faire penser au téléspectateur qui regarde le sport. Il ne va pas devenir un grand sportif pour ça. Pas plus que d'avoir passé sa journée devant des films ne transforme en grand réalisateur. Le lecteur passif lit l'histoire d'un roman ou l'idée défendue dans un essai, sait de quoi parle l’œuvre, les passages qui l'ont marqué, mais s'intéresse rarement à l'ossature du livre ni à la façon dont les phrases sont agencées. Sa lecture est souvent rapide, élaguée et lui servira peu s'il se met à l'écriture.

2. Le féru de lecture. Fait ou ferait sans doute un excellent prof de littérature ou un non moins excellent conférencier. Mais les seuls livres qu'il est capable d'écrire concernent les critiques, éventuellement la biographie, de ses auteurs préférés. Il se lance rarement dans une écriture personnelle et originale.

3. Le littéraire "absolu". La littérature est son monde. Il aime lire et écrire, car il adore le verbe. Il lit les autres pour s'en inspirer ou pour les snober avec le sentiment que lui fera mieux ou aurait fait mieux. Son seul défaut est qu'en dehors de la littérature il est un peu largué. Il peut certes voyager, mais pour rencontrer d'autres écrivains ou pour chercher des idées en vue de sa future œuvre.  Cette dernière remarque concerne peu les essayistes et les romanciers à thème sur un sujet contemporain.

4. L'écrivain "disciple". A peu de livres dans sa bibliothèque, mais les connaît par cœur pour les avoir lus au minimum 10 fois, voire 100 fois pour certains chapitres.  Ses auteurs sont de véritables dieux de l'Olympe qu'il rêve d'égaler. Avant d'écrire, il débute toujours par la une lecture d'échauffement. Puis, s'il est bloqué, il cherche aussitôt le paragraphe d'un de ses maîtres qui correspond le plus et qui lui servira de modèle.

5. Le non-lecteur. Lire les autres ? Ça va pas, non ! Les anciens sont ringards et les nouveaux des pistonnés sans talent. Et puis, ça le déconcentre et il n'a surtout pas de temps à perdre, trop absorbé par son écriture. Car lui, ô lui, est le seul écrivain de l'univers et de l'histoire qui mérite ce nom.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  136
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/08/2016
    
                         
Richard-James  /  Barge de Radetzky


J'aime beaucoup ta façon de classer ces différents lecteurs Joyo. Je me décrirais d'ailleurs comme un écrivain disciple. Ça me correspond plutôt bien Wink
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  30
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  24/07/2015
    
                         
Kaeso  /  Petit chose


Ahah, c'est un peu caricatural comme classement, mais pourquoi pas !
https://lirepourlesraconter.wordpress.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  51
   Âge  :  44
   Localisation  :  Val de Marne
   Pensée du jour  :  "First things first. Get the champagne." Churchill, 1931, New York (cited in Langworth, Churchill: In His Own Words)
   Date d'inscription  :  14/12/2014
    
                         
Eve Vivante  /  Clochard céleste


Chez moi ça se régule tout seul. Quand je suis en phase d'écriture je n'ai pas envie de lire. Et cela ne me dérange pas plus que ça. Quand je n'ai plus envie d'écrire, je n'arrête pas de lire. Et parfois aussi je n'ai envie de rien du tout, juste de rêvasser... Je n'arrive pas à lire à un rythme soutenu et écrire en même temps mais cela est-il du sans doute au fait qu'en plus de l'écriture et/ ou de la lecture, il y a aussi les contraintes professionnelles et l'intendance familiale à gérer... Si je pouvais consacrer mes journées entières à mes passions cela serait sans doute différent.

Ta classification est pas mal Joyo, mais je pourrais me reconnaître dans plusieurs catégories à la fois :mrgreen:
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  655
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Je plussoie la première réponse : lire en tant qu'auteur est indispensable. Je suis parfois effarée en voyant des auteurs dire qu'ils ne lisent pas et s'étonner ensuite qu'on ait trouvé leur roman peu original ou usant de ficelles ou clichés vus et revus : s'ils avaient lu les autres romans, ils auraient pu apprendre à connaître des clichés, ficelles, etc., pour ne pas les reproduire.
Mais je comprends cependant ton besoin de t'immerger totalement dans ton écriture au point de ne plus lire.
Je dirais juste ceci : ne t'arrête jamais de lire. Et n'ait pas peur d'être influencé. Heureusement qu'on est influencé par ce qu'on lit, c'est aussi ce qui nous permet de nous construire en tant qu'auteur. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  51
   Âge  :  44
   Localisation  :  Val de Marne
   Pensée du jour  :  "First things first. Get the champagne." Churchill, 1931, New York (cited in Langworth, Churchill: In His Own Words)
   Date d'inscription  :  14/12/2014
    
                         
Eve Vivante  /  Clochard céleste


Mais je suis évidemment d'accord avec tout le monde, on ne peut pas écrire si on ne lit pas...
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je ne comprends pas non plus l'idée de "phase d'écriture" dans le sens où il faut lire et écrire tous les jours. Dès lors la question ne se pose pas et l'idée d'influence est une idée fausse; on est influence en permanence.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  51
   Âge  :  44
   Localisation  :  Val de Marne
   Pensée du jour  :  "First things first. Get the champagne." Churchill, 1931, New York (cited in Langworth, Churchill: In His Own Words)
   Date d'inscription  :  14/12/2014
    
                         
Eve Vivante  /  Clochard céleste


Ce que je voulais dire par "phase d'écriture" c'est que quelques fois, je suis tellement accaparée par un passage que je suis en train d'écrire que je n'ai pas assez d'une journée pour lire autant que je le souhaiterais, en plus de tout le reste (travail prenant et contraintes familiales)... Et je sais aussi qu'il y a des moments où je n'ai envie de rien faire, ni lire, ni écrire. rien du tout. Suis-je la seule dans ce cas? Very Happy
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4142
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Mais si Fabre, par contre c'est indéniable, certaines personnes ont des phases pendant lesquelles la lecture devient impossible


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bon, je radoucis mon avis. Pour l'instant ça me semble inconcevable, en dehors de choix pratiques : trop crevé, boulot chronophage. Je verrai quand je finaliserai un gros travail d'écriture
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  25
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  31/07/2016
    
                         
Glitched  /  Petit chose


Si un écrivain lit peu, c'est sûrement parce qu'il croit qu'il a un talent inné, chose qui est très rare. Si l'on veut apprendre et comprendre on ne peut pas échapper à la lecture, on ne se lance pas dans la cuisine sans lire des recettes et si on arrive à faire un plat superbe sans recette, on risque juste de ne pas se souvenir comment on a fait ou même réitérer le même plat sans avoir les connaissances pour aller plus loin.

Pour le reste, là c'est mon propre parcours typique, bizarrement je me mets à écrire quand je suis en pleine phase de lecture et j'écris et lit en parallèle pendant toute la phase. Après je passe un temps à ne plus écrire ou lire. Je sais que je suis forcément influencé par ma lecture lorsque j'écris, ce qui me permets de ne pas la copier mais de l'utiliser pour créer quelque chose de différent, tout en m'appuyant sur une base solide qui me permets de voir ce qui marche ou ne marche pas.

Après si tu veux vraiment éviter d'être influencé par un auteur lors de tes phases d'écriture mais que tu veux lire tout de même, essayes peut être de lire un genre totalement opposé à ce que tu écris, ou un style vraiment opposé au tien.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  23
   Localisation  :  Toulouse/Montpellier
   Pensée du jour  :  Je pen... Rhaaaa la flemme !
   Date d'inscription  :  09/10/2015
    
                         
Lechatquiflatule  /  Tapage au bout de la nuit


Pour les exceptions, il y a aussi ceux qui regardent des films ou des séries.
Il y a un travail de scénario derrière donc forcément on peut y générer l'envie de créer une histoire. Mais ils sont handicapés lorsqu'ils doivent écrire sur le papier puisqu'ils n'ont pas d'idée de la forme à prendre pour raconter leurs histoires.


Dernière édition par Lechatquiflatule le Lun 15 Aoû 2016 - 10:16, édité 1 fois
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  136
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  09/08/2016
    
                         
Richard-James  /  Barge de Radetzky


Pour ma part les séries télé boostent pas mal mon imagination. Après effectivement, s'il n'y a pas de travail ou de recherche pour améliorer sa pratique d'écriture ...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5597
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  "Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Quod  /  Pouyoute (© Birdy)


Glitched a écrit:
Si un écrivain lit peu, c'est sûrement parce qu'il croit qu'il a un talent inné, chose qui est très rare.
Lechatquiflatule a écrit:
Pour les exétions, il y a aussi ceux qui regardene des films ou des série.
Il y a un travail de scénario derrière donc forcément on peut y générer l'envie de créer une histoire. Mais ils sont handicapé lorsqu'ils doivent ecrire sur le papier puisque qu'ils n'ont pas d'idée de la forme a prendre pour raconter leur histoire
Richard-James a écrit:
Pour ma part les séries télé boostent pas mal mon imagination. Après effectivement, s'il n'y a pas de travail ou de recherche pour améliorer sa pratique d'écriture ...
Ça, c'est un truc que je n'ai jamais compris.

J'extrapole peut-être beaucoup, mais en lisant ces posts, on a l'impression d'une lecture qui existe uniquement pour s'exercer à l'écriture. Une lecture-travail, pas pour le plaisir, ni la découverte, ou l'enrichissement de l'âme.

Pourquoi donc s'adonner à l'écriture de quelque chose que vous ne liriez pas si vous ne y sentiez pas "obligés" ?
Pourquoi ne pas plutôt écrire quelque chose vers lequel vous vous sentez spontanément attirés (en tant que lecteur/spectateur), comme un truc pour la télé ?


 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  303
   Âge  :  23
   Localisation  :  Toulouse/Montpellier
   Pensée du jour  :  Je pen... Rhaaaa la flemme !
   Date d'inscription  :  09/10/2015
    
                         
Lechatquiflatule  /  Tapage au bout de la nuit


Si on parle de s'exercer à lecriture, c est juste par ce que c'est le sujet du poste et rien d'autre.^^
 

 Lire ou écrire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-