PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Le quotidien français durant les années 1970

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  334
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


Bonsoiiir !

Déjà, est-ce que c'est la bonne section ? Si ce n'est pas le cas, je m'excuse d'avance.


Alors, dans mon roman, une partie de l'intrigue se passe dans les années 1970 (entre 1973 et 1974) , assez à l'écart de la société mais tout de même. Il y aurait beaucoup de personnage et je voudrais qu'ils aient chacun une psychologie différente et en même temps propre à leur époque. De plus, comme je m'oriente sur un style très réaliste, j'aimerais en savoir le plus possible sur ce qu'était la vie à cette époque.
Comme je ne peux pas demander à mes parents ( qui avaient à peine 10 ans en 1970 ) ou à mes grands-parents et que j'aimerais un maximum de témoignage (pour les mélanger, les recouper) je serais vraiment super contente si vous pouviez témoigner ou demander autour de vous, ou encore me faire partager votre savoir.

Idée de question :
Aviez-vous tous des toilettes et la télévision ? (entre l'invention et la popularisation il peut y avoir une longue distance chronologique)
Comment envisagiez-vous l'avenir ?
Vous aviez une voiture ?
Tout le monde ressemblait vraiment au cliché des films (cheveux frisés, pantalon large, etc) ?
Est-ce que mai 1968 avait impacté votre vie et votre ressentit ou bien, au contraire, n'en avez vous rien eu à faire ?
Est-ce que vous avez senti les chocs pétroliers de 1973 et 1976 ?

Enfin, vous voyez, tout ce qui pourrait me permettre m'aider à rendre le livre vraisemblable.


Merci d'avance.


PS : je prends tout, vraiment tout. Toute vie étant humaine, je viens chercher des témoignages humains, ça peut être quelque chose de très simple, très éloigné de l'actualité, n'importe quoi. Juste un max de détail sur le quotidien.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Rien de mieux que d'aller directement au contact de ces gens et de leur demander ! Smile

(En attendant, je suis sûre que tu peux trouver plein de témoignages sur internet)

Bon courage !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2510
   Âge  :  27
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


Alors... d'après ce que mes parents m'ont dit et les photos que j'ai vues...

La famille de mon père (ouvrier en usine et mère au foyer, citadins) avaient des toilettes mais pas la télé, ils l'ont eu autour de 74-75. Du côté de ma mère (paysans et maçons, ruraux et bien au milieu de rien), ils avaient les deux. A noter que la famille de ma mère avait plus les moyens, même par rapport aux voisins.

Mes parents étaient trop jeunes pour conduire, mais mon père avait une mobylette et les deux familles avaient une voiture.

J'ai vu des photos où oui, c'était le vrai cliché (les lunettes !), mais pas pour tous. Beaucoup de jeans et de cols roulés quand même, et des couleurs dans les jaunâtres (mais c'est aussi le teint des vieilles photos).

Pour le reste je sais pas, je demanderai plus tard Smile

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1223
   Âge  :  32
   Pensée du jour  :  Rien d'intelligent.
   Date d'inscription  :  18/01/2015
    
                         
Reka  /  Barbare en mousse


Ma maman me dit que même ma grand-mère avait des WC dans sa jeunesse : "ce n'était pas la préhistoire ! Wink ", dit-elle.

Maman a eu la télé en 1964. Sa grand-mère (la mère de ma grand-mère) a, quant à elle, acquis la sienne en 1959 mais c'était alors extrêmement rare. Par contre, le four à micro-ondes a été commercialisé bien après 1973 : il était rare d'en trouver dans les foyers, même dans les années 1980, semble-t-il.

Sinon, ma grand-mère et mon grand-père conduisaient tous les deux dans ces années-là.
Ma grand-mère, 44 ans en 73, était mère de 3 enfants de 20, 18 et 16 ans, couturière dans le prêt à porter de luxe, très dynamique, élégante, soucieuse de la mode ; elle adorait conduire et conduisait d'ailleurs très vite et ce, avec beaucoup d'assurance.

Mon grand-père, même âge, était employé de banque.

Du souvenir que j'ai des albums photos seventies de ma maman, les clichés sont très orangés et sonnent... années 70, haha. Mais je la vois plus en robe ceintrée à gros pois qu'en jeans large. A vérifier.
http://grazouillis.tumblr.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6745
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Aviez-vous tous des toilettes et la télévision ? (entre l'invention et la popularisation il peut y avoir une longue distance chronologique)
Heu... Tu parles sans doutes des toilettes avec chasse d'eau et reliées au tout à l'égout ?
Quand j'étais toute petite, chez ma grand-mère, j'ai connu des toilettes avec un broc d'eau, et un petit battant fonctionnant par contrepoids. A trois-quatre ans, pour manier un broc, mieux vaut ne le remplir qu'à moitié. Dans la même maison, il n'y avait pas de chauffage central.

Comment envisagiez-vous l'avenir ?
Heu... Joker ! En 1979, j'avais quatre ans.

Vous aviez une voiture ?
En 1975, un landau... Ensuite, j'ai eu un tricycle. Et plein de petites voitures pour jouer sur la moquette.
Mes parents avaient chacun une voiture (celle de ma mère était la précédente de mon père...)

Tout le monde ressemblait vraiment au cliché des films (cheveux frisés, pantalon large, etc) ?
Heu... sur une même époque, des clichés, il y en a plusieurs.
Sinon: à cette époque, mon père a été le premier prof de son établissement (et en classe prépa, SVP) à ne pas porter la cravate. Mais pas cliché-ciné, non plus.
C'est marrant. Hier, il a exhumé un bouquin des années 80, sans doute plutôt début, qui "clichette" les mouvements de mode.

Est-ce que mai 1968 avait impacté votre vie et votre ressentit ou bien, au contraire, n'en avez vous rien eu à faire ?
La mienne... Ben... J'étais pas née.
Celle de mes parents, oui, un peu. Surtout lui. Il était prof à Paris, à cette date.
Mais ce qui a impacté ma vie, c'est plutôt les différentes évolutions de leur vie, et je crois que la phase la plus marquante de leur jeunesse est leur passage par l'Ecole Normale. Tout simplement.

Est-ce que vous avez senti les chocs pétroliers de 1973 et 1976 ?
Pas eu mal. En 73, je n'existais pas. En 76, j'étais dans mon landau, voiture sans essence.
Par contre, qu'est-ce que j'ai pu me noircir les pieds avec les taches de mazout sur la plage...



( clown j'ai pas pu m'empêcher de retomber un peu en enfance...)


Dernière édition par Séléné.C le Lun 23 Mai 2016 - 20:33, édité 1 fois
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  334
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


Merci beaucoup à vous tous Smile

Oui par toilettes je parle du tout à l'égout. Après, je sais que mes arrières grands parents ont vécu au pot de chambre jusqu'à leurs morts dans les années 80. Avec la fameuse cabane au fond du jardin. Mais je veux bien croire que c'était un cas peu commun xD
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1417
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Ahh, je peux répondre, j'étais juste née Smile

Aviez-vous tous des toilettes ?

Oui, oui, bien sûr ! Mais pas avec une chasse d'eau automatique. Il fallait tourner une poignée le temps nécessaire. Ce qui, je trouve, est nettement mieux que de balancer des litres pour rien du tout.

Le tout à l'égout, ha, c'est très, très variable. J'habite à la campagne et mon voisin n'a toujours pas le tout à l'égout. Ces chiottes (et tout le reste) partent directement dans le ruisseau. Et ce n'est pas le seul ! Nous, on est sur fosse septique privée. Je te parle de 2016, hein !

Machine à laver le linge (je rajoute pour le fun)

Nous avions une machine tout ce qu'il y a de plus normale, mais en plus, nous avions une petite machine en plastique rose que l'on posait sur la baignoire et qui permettait de laver rapidement des petites choses (nos langes de bébé en tissus par exemple). C'était électrique, mais il en existait aussi à manivelle Smile

La télévision ?

Oui, d'aussi loin que je m'en souvienne. En noir et blanc avec des boutons qui faisaient "scrountch" quand on les enfonçait (de gros boutons bien durs). Pas de télécommande, bien sûr.

Comment envisagiez-vous l'avenir ?

Sereinement. On savait qu'on pourrait faire les études de notre choix et qu'on aurait un job à la sortie. C'était le plein emploi.

Vous aviez une voiture ?

Oui ! Mais pas de sièges bébé, pas de ceintures de sécurité et moi, j'étais toujours malade Sad

Tout le monde ressemblait vraiment au cliché des films (cheveux frisés, pantalon large, etc) ?

Non, mais j'ai une photo de ma mère avec une mini-jupe jaune, un pull vert, brun et jaune avec de gros cercles et une perruque (c'était la mode à l'époque !!!). J'avais des pattes d'eph et des velours côtelés. Mais pas que. J'avais aussi des jupes très classiques avec des chaussettes blanches. J'ai les cheveux raides, mais mon mari avait les cheveux frisés comme dans le cliché  :mrgreen:

Est-ce que mai 1968 avait impacté votre vie et votre ressentit ou bien, au contraire, n'en avez vous rien eu à faire ?

Pas née ! Mais mes parents sont rentrés de voyage de noces en mai 1968 et leur avion n'a jamais pu se poser à Paris, il avait été dévié je ne sais plus où. Ha !

Est-ce que vous avez senti les chocs pétroliers de 1973 et 1976 ?

Je ne m'en souviens pas. Je ne crois pas que mes parents en ont particulièrement souffert. Comme je le disais, il y avait du boulot pour tous.

Photos

On avait un polaroïd pour faire des chouettes (horribles) photos aux anniversaires et aux fêtes diverses. Sinon, c'était un appareil avec une bobine Kodak 12, 24 ou 36 poses. Inutile de te dire qu'on réfléchissait à deux fois avant de presser sur le bouton ! Par contre, les photos ratées (floues) n'étaient pas facturées. On devait attendre 10 jours avant de recevoir les tirages.

Sinon, dans certains milieux, il y avait les soirées diapos ! On t'invitait et les hôtes projetaient à la fin de la soirée des diapositives de leurs vacances. affraid Le pire cauchemar !

Bon, c'est tout ce qui me vient à l'esprit pour l'instant...
http://alicedecastellane.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai eu 21 ans en 1970 ; autrement dit, c'est l'année qui me rendit majeure, et par conséquent, titulaire du droit de vote.
...
Aviez-vous tous des toilettes et la télévision ? (entre l'invention et la popularisation il peut y avoir une longue distance chronologique)
Oui, j'ai eu la chance d'avoir toujours des toilettes en céramique avec chasse d'eau ; ce n'était pas encore le cas de tout le monde. A Paris, pas mal d'immeubles vétustes avaient encore un unique WC par étage, sur le palier, partagé avec les voisins... Mais les toilettes personnelles se généralisaient.

 
La chasse d'eau à l'ancienne était encore courante:
 
...
En revanche, pas de télévision à la maison, par choix, car presque tout le monde autour de nous l'avait. Ma famille n'en voulait pas, y voyant (déjà) une machine à abrutir et un organe du pouvoir politique. Ce n'était pas tout à fait faux, et les programmes y étaient d'une médiocrité affligeante.
...
Comment envisagiez-vous l'avenir ?
Sereinement, et même avec un certain enthousiasme. Les carcans de la société d'avant la 2ème guerre mondiale craquaient les uns après les autres, les femmes (accès à la contraception, à l'avortement, la fin de leur dépendance de leur mari, ou de leur père) et les jeunes commençaient à avoir réellement la parole, ou, au moins, plus de potentiel qu'avant la guerre. Plus de liberté, moins de préjugés et/ou de contraintes que nos parents... et on commençait à s'amuser franchement. Ce fut vraiment la fin de l'après-guerre. Ce fut aussi le début du règne de la consommation.
...
Vous aviez une voiture ?
Ma mère en avait une. Dans les 70s, ce devait être une Simca 1000 ; rares étaient les jeunes de mon âge qui en avaient une personnelle. Ah si, mon frère en avait une ; une Austin mini toute pourrie qu'il s'était offert avec ses gains de ses jobs de vacances (on trouvait facilement des jobs d'été, des temps partiels, et des jobs en général). Et je me suis offert une Coccinelle VW avec mes premiers salaires, en 77, je crois ; ma soeur, elle, s'offrait une 2CV, qu'elle a gardé plus de 15 ans.

Parc automobile 70s:
 
...
Tout le monde ressemblait vraiment au cliché des films (cheveux frisés, pantalon large, etc) ?
ça, c'est vraiment un cliché ; ces tenues là, on les a vues plus souvent sur les plateaux TV ou au cinéma que dans la rue ; peut-être plus répandues à Paris, au Quartier latin, ou sur "les Champs", ou à St Trop... Moi, j'étais plutôt Cacharel, en rêvant de Courrèges et d'Yves Saint-Laurent. Pas vraiment beatnik, quoi.
...
Est-ce que mai 1968 avait impacté votre vie et votre ressenti ou bien, au contraire, n'en avez vous rien eu à faire ?
Les "évènements" m'ont laissée assez indifférente ; j'écoutais, je trouvais certaines idées intéressantes, mais les débordements excessifs. Certains de mes amis, très motivés, allaient donner des leçons de révolution chez Renault... pour rentrer dans les 200m2 de papa-maman dans le 7ème arrondissement, en jetant leur linge sale à la bonne. Ma vision de la "révolution" fut assez vite désabusée. En revanche, des conséquences furent immédiatement visibles : fin des interdictions à la con dans les lycées (de jeunes filles), comme le port du pantalon quand la température était égale ou supérieure à 5°, ou le port des bas et collants toute l'année (mais oui, mais oui, chaussettes pour toutes jusqu'à 18 ans !) : les blouses et uniformes scolaires disparurent, au moins dans les établissements publics. Des détails qui avaient leur importance.
...
Est-ce que vous avez senti les chocs pétroliers de 1973 et 1976 ?
Dans le quotidien, pas vraiment. Mais oui, les coûts en énergie grimpaient, les prix aussi, par conséquent. Le recours au nucléaire fut presque unanimement salué, et, oui, il a assuré longtemps notre indépendance économique. Je ne me rappelle pas avoir entendu parlé, à l'époque, de ressources alternatives. Mais les écologistes (car ils existaient) n'avaient guère de visibilité auprès du grand public. Ils émergèrent vraiment des limbes lors de la candidature du Pr René Dumont aux élections présidentielles, en 1974 ; il fut reçu comme un doux rêveur, un hurluberlu.
...
J'ajoute qu'au cours de cette décennie, bon nombre de lois importantes ont vraiment changé la vie de tous, notamment sous le mandat de Giscard d'Estaing : contraception, avortement, majorité à 18 ans, rapprochement des familles pour les étrangers vivant en France, indépendance des femmes vis à vis de leur mari (elles devaient avoir son accord formel pour ouvrir un compte en banque, passer le permis de conduire, disposer de leurs actions, acquérir des biens immobiliers... brefs, elles étaient mineures sous tutelle de leur mari. Partage de l'autorité parentale, etc...

Si tu veux d'autres info, n'hésite pas à me questionner.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  334
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


J'avais écrit une longue réponse mais ça c'est effacé. Merci beaucoup à vous deux, ça va vraiment m'aider et je reviendrai sûrement avec des questions plus précise dans l'avenir Smile
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Les soirées photos et diapos... mais quelle horreur ! Nous avons tous failli mourir d'ennui, je crois. Mais elles étaient l'indice d'un truc important : nous commencions massivement à voyager dans le monde... en dépensant des tonnes de pétrole Very Happy ! Au moins, les dizaines de selfies reçues chaque jour, on peut les balancer en douce !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1417
   Âge  :  45
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Roland curieux


Héliotrope !!! Ravie de te revoir bounce

Ah oui, ces chasses d'eau avec tirettes, j'ai connu ça aussi Smile

J'ai repensé à 3 trucs :

Vidéo
Mon père s'était acheté une caméra Super 8 (donc un truc assez lourd, mais portable avec une bobine) dans les années 60, je crois. Ses premiers films étaient en noir/blanc, mais début des années 70 on a eu assez vite la couleur. La bobine durait quelque chose comme 3 minutes et avec un petit appareil on pouvait relier plusieurs bobines entre elles. Dans notre cas, ça restait des productions bébés (dont moi) - animaux - vacances - bébés. Il n'y avait pas de son.

Magasins
Les gens faisaient leurs courses principalement chez les commerçants dédiés (boucher, boulanger, etc.). Il y avait aussi des petites épiceries. Certes, il y avait aussi des grandes surfaces (mais très petites comparées à ce que l'on voit de nos jours). À la campagne, les commerçants avaient une petite camionnette dont l'arrière s'ouvrait. Ils passaient dans la rue principale en klaxonnant et s'arrêtaient pour que les ménagères puissent venir faire leur course. Le lundi, c’était le boucher, le mardi, le poissonnier, etc. Le boulanger passait 3 jours par semaine.

Il n'y avait ni sac plastique ni contenant d'aucune sorte. On venait avec son panier et un bidon dans lequel le laitier versait le lait frais. On avait très, très peu de déchets !

Mercerie
C'était un magasin très fréquenté car les femmes raccommodaient encore leurs affaires, notamment les bas, les chaussettes, les culottes sans parler bien sûr des boutons !

Edit: et encore ça :

Cigarette
Beaucoup, beaucoup de gens fumaient à cette époque. Et partout ! Dans les voitures avec des bébés à l'arrière (ou sur les genoux !), dans les appartements, au cinéma, dans les bureaux. Des cigarettes bien sûr, mais aussi des cigares de toutes tailles.
http://alicedecastellane.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2510
   Âge  :  27
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


Alice a écrit:
À la campagne, les commerçants avaient une petite camionnette dont l'arrière s'ouvrait. Ils passaient dans la rue principale en klaxonnant et s'arrêtaient pour que les ménagères puissent venir faire leur course. Le lundi, c’était le boucher, le mardi, le poissonnier, etc. Le boulanger passait 3 jours par semaine.
Ça existe encore Wink Même si maintenant, il y a surtout un épicier qui vend de tout.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  334
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


Oh ça c'est parfait, j'y avais pas du tout pensé. Et les couches étaient en tissu et on les lavait c'est ça?

Les enfants fumaient aussi ? Vers quel âge c'était considéré comme normal ? C'était cher ? Et l'alcool?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6745
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Les couches en tissu, mon frère y a eu droit (1973)

Les enfants qui fument : ben... dans les 70, je sais pas. Mais quand j'étais en 6°, ceux qui fumaient le faisaient en cachette.


Alice a écrit:

Il n'y avait ni sac plastique ni contenant d'aucune sorte. On venait avec son panier et un bidon dans lequel le laitier versait le lait frais. On avait très, très peu de déchets !
Hum... Je ne me souviens pas s'il y avait des sacs plastiques dans les magasins quand j'avais 4 ans, mais il y a quelques années, on a exhumé du grenier, pour ma nièce, des cubes en bois rangés dans un sac monoprix... Hyper-solide. Le sac était en meilleur état que beaucoup de sacs plus récents rangés à proximité (quand il fait chaud, le plastique se délite, et dans un grenier, il fait facilement chaud...). Saurais pas dire l'année du sac, ceci dit.
Je sais aussi que  ma mère nous faisait faire des tas de bricolages à base de pot de yaourt. On a fait ça très tôt. Avec de la feutrine, par exemple. On a aussi fait joujou avec des bouchons en liège (un jour, j'en ai reçu un dans le nez... je crois que c'est pour ça que ma narine saigne tous les hivers)
Et je n'ai jamais connu la bouteille de lait remplie par le laitier (sauf une fois en montagne, où je suis allée chercher le lait à la ferme)
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2203
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


L'une de mes grand-mères avaient beaucoup de contacts avec le vivier aristocratique de l'époque. Globalement, tous ces gens étaient un peu perdus. La société n'avait vraiment plus rien à voir avec ce qu'ils avaient été éduqué à en attendre. Du coup, ma GM leur rendait service en leur expliquant de petites choses comme le fonctionnement de la sécu, etc. Ils étaient catastrophés de quitter leur position de rentier pour devoir gagner leur vie. Aujourd'hui encore, beaucoup sont à la ramasse!
Elle me dit volontiers des choses comme: "ma pauvre, tout est bien plus compliqué pour toi. Moi j'avais un mari, un héritage, voilà."
Elle n'a jamais travaillé, mais elle a fait des études. Vers le milieu de sa vie, s'ennuyant, elle est retournée sur les bancs de la fac. Il était encore très admis socialement qu'une femme reste à la maison, ça ne lui a pas posé de problème, elle s'est fait une joie de n'apprendre "que des choses inutiles".
Les enfants étaient très libres. En pension la semaine, en colonie pendant les vacances. Les couver était vu comme néfaste, on préférait les laisser faire leurs expériences (et se prendre un gadin). Qu'un gamin de 8 ans aille seul à l'école était tout à fait normal.
Par contre, on attendait d'eux beaucoup de respect.
C'était une époque étrange, entre ouverture d'esprit et protocoles sociaux très clairs.
 

 Le quotidien français durant les années 1970

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-