PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 [Edition - Publication] Sang d'Honneur chez NL Editions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Florence_C a écrit:
Une nouvelle corde à ton arc ,  FX. 😊

Oui Flo. En effet. Ca fait deux officielles. Mais je ne cache pas qu'une troisième corde risque de voir le jour d'ici la fin juin (je vous dirais cela le moment venu si cela se fait)

http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3672
   Âge  :  44
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  Sang-Chaud Panza


fxt.art a écrit:
Oui ma page FB j'essaie aussi -en dehors de mon actu- de découvrir des talents qui me "parlent" dans leur façon de faire et leur engouement à créer des choses insolites par l'art en règle générale.

C'est marrant, je fais dans le même style le mercredis sur ma page FB, j'essaie de mettre en avant un artiste qui touche au monde du livre, papier, écriture etc. Et c'est très enrichissant je trouve.
Tout aussi enrichissant que ton retour sur le côté narratif. En plus tu nous mets l'eau à la bouche et il faut attendre plus d'un mois pour savoir en quoi consistera cette autre corde à ton arc !!! Je te dis Merde pour que ça se fasse, quoi que ce soit Wink
https://ksangil.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Asyne a écrit:
Tout aussi enrichissant que ton retour sur le côté narratif. En plus tu nous mets l'eau à la bouche et il faut attendre plus d'un mois pour savoir en quoi consistera cette autre corde à ton arc !!! Je te dis Merde pour que ça se fasse, quoi que ce soit Wink

Merci Asyne. je vous dirais ce qu'il en est dès que j'aurai réponse à mes questions et confirmation du dit projet. Ca peut se faire à la fin de ce mois, comme le mois prochain, ou pas du tout... Mais c'est autre chose que le théâtre et le roman.
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2282
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Guère épais


Sympa la Maison d'édition, je ne connaissais pas du tout. Leurs couvertures sont divines.
Bonne route à ton roman.
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Merci Ahava. Pour la ME, j'en parlerai plus avant dans mes petites notes explicatives...

D'abord, comme convenu, on va parler du rythme!

Quand on écrit une enquête policière, on a plusieurs options. J'ai pris ce qui me correspondait le mieux en tant que lecteur et non téléspectateur de séries du même genre. Mes auteurs de référence en la matière sont pour la plupart des auteurs scandinaves comme Joe Nesbo par exemple. Et pour la France, Chattam reste pour ma part un auteur à suivre dans sa façon de maitriser une intrigue et son rythme.
De là à dire que je les égale, absolument pas. Je n'ai pas leur talent de conteur ni d'écrivain. Je me suis inspiré de leur univers et leur approche en terme de points de vue parce que le mélange /dosage entre réalité et fiction est pour ma part très bien foutu.
Rien de plus. Et parce que j'aime ce qu'ils écrivent.

Donc concernant le rythme, j'ai choisi un rythme de journée "ordinaire" ; un schéma qui donne en réalité un faux rythme au récit. On est pas non plus dans du Derrik je rassure tout le monde, mais on est pas dans 24 heures non plus.
Le rythme est souvent lié à ce qu'on appelle le Climax dans un récit : cet effet d'accumuler les évènements jusqu'à son dénouement où pour chaque porte ouverte on découvre un indice, des questions, puis d'autres portes. Un côté poupée russe sans fin mais qui permet de tenir en haleine le lecteur.
Perso j'ai choisi la démarche de "l'escalier". C'est quoi? C'est pareil que les portes, mais c'est un schéma d'échelle ou chaque indice, doute raisonnable, corps découvert, permet à l'enquête d'avancer, de monter à un palier suivant, pour atteindre le sommet (climax) et découvrir l'assassin et savoir accessoirement pourquoi.

Ayant choisi un axe unique à 95% sur le Cpt Delorme, on le suit comme son ombre, donc nous sommes dans ses pas, et donc nous suivons en tant que lecteur le même rythme que lui, dans sa façon de procéder, de commander une équipe, de réfléchir, de maïtriser ses émotions, d'avoir les interactions avec les membres de l'unité, de ses supérieurs, et de ceux auprès de qui il rend visite pour peaufiner son enquête... Ce qui donne son semblant de réalisme parce que ce n'est pas un superhéros, ni un simple fonctionnaire d'Etat (lui-même d'ailleurs ne se considère pas comme tel). Il a ses qualités, ses limites, ses doutes, ses colères, son côté tête brûlée mais qui donne des résultats, son côté contre-courant, et on vit avec lui tout au long de cette enquête, et c'est cette alchimie qui permet d'obtenir le rythme du récit...
Autre point important quand on parle de rythme : le dialogue. Venant du théâtre, les scènes dialoguées j'en ai mis quelques unes. On est pas non plus dans un schéma un chapitre, une narration, puis un chapitre un dialogue, etc. Ce n'est pas aussi basique. Mais les chapitres où le dialogue a le plus d'importance permet d'accéler le rythme global du récit, comme un nouveau souffle et un non un nouveau départ.
Puis le dialogue (ça c'est dans la structure d'un récit) à l'importance et la facilité de permettre dé découvrir pour un lecteur les personnages que le Cpt Delorme rencontre à travers son enquête. Ce qui est intéressant à travers le dialogue -et ceux qui me connaissent à travers la Roulette Russe de JE- le savent bien, c'est la phraséologie d'une réplique à une autre. Contrairement à un récit avec un seul axe, donc un seul point de vue, le style littéraire change peu, tandis qu'avec un dialogue selon le profil social que vous avez choisi pour un personnage, on s'ouvre à toutes les possibilités. C'est presque sans limite! Et perso j'adore m'amuser à cela...

Voilà pour le rythme.

Prochaine étape : la bible des personnages.

Fx'
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3672
   Âge  :  44
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  Sang-Chaud Panza


fxt.art a écrit:

Puis le dialogue (ça c'est dans la structure d'un récit) à l'importance et la facilité de permettre dé découvrir pour un lecteur les personnages que le Cpt Delorme rencontre à travers son enquête. Ce qui est intéressant à travers le dialogue -et ceux qui me connaissent à travers la Roulette Russe de JE- le savent bien, c'est la phraséologie d'une réplique à une autre. Contrairement à un récit avec un seul axe, donc un seul point de vue, le style littéraire change peu, tandis qu'avec un dialogue selon le profil social que vous avez choisi pour un personnage, on s'ouvre à toutes les possibilités. C'est presque sans limite! Et perso j'adore m'amuser à cela...

Ca aurait été sympa d'avoir quelques mini extraits de dialogue pour donner encore plus l'eau à la bouche Rolling Eyes
https://ksangil.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Asyne a écrit:

Ca aurait été sympa d'avoir quelques mini extraits de dialogue pour donner encore plus l'eau à la bouche Rolling Eyes

Oh la gourmande!
Bon allez, je vais essayer de répondre à Asyne qui veut en savoir plus sur ce point.
Je vais donner quelques exemples sur mon idée de changer style par le dialogue selon le personnage développé. Juste pour dire aussi que les exemples qui vont suivre ne sont pas tirés du roman, seulement des illustrations qui auraient pu l’être tout autant.

On va prendre donc un exemple : annoncer la mort de quelqu’un. Et selon la personne qui reçoit l’information et selon son statut social, et sachant que le défunt ne fût aimé de personne cela pourrait donné ceci :

La haine pure et simple : Dessoudé vous dites? Bon débarras! Cette raclure ne méritait que ça!
La vengeance : J’espère qu’il a souffert l’enfoiré!
Le curieux : Ah... Et il est mort comment? De vieillesse? Ou quelqu’un s’en est chargé?
L’envieux : Il laisse un pactole?
Le détaché, celui que rien ne touche : Et alors? Qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse?
Le soulagé : Enfin! Il en a mit du temps à clamser le vieux!
Le radin : Foutez le dans une fosse commune, je paierai pas les obsèques!
L'hypersensible : ne peut dire un mot et pleure de joie ou de tristesse, ou encore tombe dans les pommes.

On peut aussi brosser un trait encore plus cas social aussi, du genre : Vrai? Mort le vieux? ‘Tain mais faut fêter ça! qu’est-ce qu’on se mettre dans le gosier ce soir avec Roro! Faut refaire les courses... Y a plus de 12 dans le frigo. Vous filerez une médaille à celui qui l’a buté! C’est quoi déjà comme médaille qu’on au héros? La médaille d’honneur c’est ça?

Voilà tout un panel de réponses éparses qui donnent ou aiguillent rien que sur une réplique une intention, un élément sur la personne qui parle, sans en faire un portrait social de trois pages...

Fx’
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Bon. Il est temps de passer à la bible des personnages...

«Sacrée» bible!

La première fois que j’en ai entendu parler, c’était en BD. Quand je me suis essayé à faire un ou deux scénarii de bd juste comme ça pour savoir comment s’y prendre. ‘Tain le boulot que ça représente! J’en ai bouffé des ronds de chapeau pendant des mois. Mais ce fut très formateur puisque j’ai appris les différents plans possibles pour en écrire.

Plans qui m’ont été utile par la suite pour m’essayer ensuite au roman. Et la bible des personnages en fait partie; du moins elle fait partie d’un circuit créatif plus grand. Pour schématiser, on peut dire que pour écrire une histoire il faut établir des règles basiques, et en théorie s’y tenir. Les règles en question (du moins c’est comme ça que j’ai appris à travers mes lectures et conseils de gens confirmés dans l’écriture) ont pour étapes celles-ci :

- Le synopsis
- La bible des personnages
- Le traitement

Et ensuite on attaque le brouillon de notre «chef d’oeuvre» qui n’a de chef que nous-mêmes.

Je parlerai du traitement dans le post suivant. Mais attardons-nous d’abord à cette fameuse bible.

Pour faire court, cette étape n’est rien d’autre qu’une accumulation de personnages qu’on trouvera dans l’histoire qu’on veut écrire, du plus important au simple figurant. Il est évident que plus le personnage est important, est la clé d’une histoire, plus celui-ci va peser sur le récit, va être présent, aura des chose à dire ou à faire. Donc dans la bible il faut en savoir le plus possible sur ce personnage. Bref se poser des tas de questions et de pouvoir y répondre. En dehors d’une fiche bateau du genre concours de recrutement pour L’Oréal quand c’est le physique qui prime, il y a bien plus important que cela : son histoire, son passé, son présent, son devenir possible, ses désirs, ses loisirs, ses fantasmes, son statut social et comment en est-il arrivé là. Causes, conséquences. Puis les questions de bases : où? comment? Par qui? Pour qui? Pourquoi? Question de taille le pourquoi. Pourquoi penses t-il ceci? Pourquoi agit-il comme ça? Pourquoi parle t-il de cette façon? Il a une cicatrice? d’où elle vient? Il bégaye? Quelle en est la raison? Il est handicapé? De naissance? accident? attentat? etc, etc, etc...

Et selon l’importance des personnages, les questions sont tout aussi utile pour les interactions entre les personnages. Qui peut être avec untel? Qui parle avec qui et pourquoi? Dans quelle mesure ils se voient? etc...
Il est évident qu’un figurant qui fera un demi paragraphe sur 300 pages n’aura pas les mêmes recherches en amont qu’un personnage central qui «mangera» de sa présence tout l’ouvrage.

Mais ce travail aide à maîtriser nos personnages, à ne pas les laisser divaguer, s’échapper, à rester dans une logique selon les critères prédéfinis parce que réfléchis en amont. Même si dans cette bible il m’arrive souvent de ne pas tout prendre, de mettre de côté certains aspects d’une personnalité, d’un bout de son histoire, pour en faire des révélations possibles dans des romans suivants si il peut y avoir une suite, non de l’histoire qu’on cherche à vouloir écrire, mais dans une autre aventure où le personnage en question pourrait être exploité de nouveau...

De là à dire que j’écris cette bible systématiquement, non. Il faut être honnête. On ne pense pas à tout dès le départ. Les personnages peuvent aussi évolué au fur et à mesure des chapitres que l’on écrit. Toujours est-il... cette bible a son importance et facilite malgré tout en partie l’opération suivante : le traitement!

Fx’
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  45
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Bon. Passons donc au ‘traitement’.

Ce que j’appelle pour ma part le «traitement», c’est une phase qui permet de résumer grosso modo la suite des évènements de l’histoire en planifiant par paragraphes les futurs chapitres à écrire et développer.

L’idée étant de gagner du temps grâce à ce pseudo plan. Pour exemple : au fur et à mesure de l’écriture du traitement, on peut s’aperçoit qu’un paragraphe de début peut être mit à la fin, qu’une connexion entre personnages peut permettre de lier des paragraphes entre eux et donner des liens entre les chapitres, par forcément les uns à la suite des autres mais qu’un élément déterminant apporté dans le paragraphe 16 (chapitre 16) fait écho au paragraphe 5 (chapitre 5) par exemple.

Le traitement est une sorte de vue d’ensemble de toute l’histoire, comme les contours d’un puzzle personnel dont on peut moduler à notre gré. Et le faire à ce moment de l’aventure est plus facile qu’après avoir écrit plusieurs chapitres d’affilé.

on peut le voir aussi comme ça : le traitement c’est le plan! Il peut-être discontinu, évolutif, sous forme de tableau, vignettes, ou simple résumé comme je l’ai précédemment expliqué, où les enchaînements des scènes se lient les unes les autres comme un train avec des wagons, ou comme un effet domino comme si le chapitre un amenait au chapitre deux comme si l’un était la conséquence de l’autre ou encore le chapitre deux répond à la question du chapitre un, ou encore utiliser une architecture moins basique du genre «livre dont vous êtes le héros»...

Bref, le traitement peut-être considéré comme la colonne vertébrale du roman à écrire. A nous d’y donner l’ossature que l’on veut, tant que cela reste cohérent ou compréhensible pour le lecteur...

Et puis après ce travail on attaque! chapitre par chapitre, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, avec nos personnages de plus en plus ancré en nous, vivant à travers notre plume, limite schyzo (non je déconne! enfin presque...).
On écrit au kilomètre. Puis on peaufine, on colle à une réalité tout en la mêlant à notre imaginaire; des dicos et autres encyclopédies papiers et numériques comme un rat des bibliothèques pour des recherches nécessaires à des thèmes qu’on aimerait développer dans notre histoire.

Bref c’est l’heure d’entrer en bulle où le temps n’a plus de prise, où les 35 heures sont inexistants, où le monde -notre réalité- s’efface à un autre plus personnel, plus imagé, plus enfoui, plus fantasque, plus artistique, plus artisanal surtout...

Fx’
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 

 [Edition - Publication] Sang d'Honneur chez NL Editions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication :: Itinéraires éditoriaux-