PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 

 Rédaction épicène / inclusive: compatible avec la littérature?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2569
   Âge  :  20
   Pensée du jour  :  [citation de merde]
   Date d'inscription  :  25/10/2014
    
                         
Trench  /  Le bruit et la pudeur


Mâra a écrit:
Pour ma part, je viens de tomber sur ça:

Citation :
c’est vouloir le beurre, l’argent du beurre, et le cul du crémier en option  

edit modération : :flower:
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  102
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  29/01/2016
    
                         
leoneo  /  Barge de Radetzky


@Judie

Merci pour tes éclaircissement fort instructifs !

Citation :
je signale aussi qu'il vaut mieux placer le féminin devant le masculin, de manière à ne pas suggérer la discordance entre un substantif féminin et un adjectif masculin (une conjointe ou un conjoint pressé, et non pas un conjoint ou une conjointe pressé)

Bien évidemment, c'est là la parade ! Wink
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2480
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


Pas besoin d'être homosexuel pour profiter du plaisir prostatique, Trench I love you
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1455
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


Mâra a écrit:
Pas besoin d'être homosexuel pour profiter du plaisir prostatique, Trench I love you


I love you drunken Embarassed
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6520
   Âge  :  79
   Date d'inscription  :  20/11/2014
    
                         
Pangolin  /  Très premier degré


Tu touches là un point sensible, Mâra.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2480
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


Hey, j’ai commencé mes lectures d’été. J’ouvre en premier « Grammaire historique de la langue française, tome V ». J’ai recopié tous les passages qui parlent des « rapports de force » entre les genres des mots. Certains sembleront pertinents, d’autres non ; ce qui compte, c’est d’avoir le panel le plus large et représentatif possible, pour pouvoir ensuite choisir en conscience ce que l’on va confirmer ou infirmer. Dans les passages que je cite, j’ai parfois fait des raccourcis (par flemme de tout recopier) mais le sens n’est jamais altéré. Les petits commentaires que je fais parfois n’engagent que moi : on peut en discuter, mais ils n’ont pas valeur de prescription.
Pour l’instant, j’ai fait les chapitres 1 et 2 du livre II.

Généralité:
 
Rien de nouveau, sinon l'énoncé clair de ce qui me pose problème. Ah si, on a identifié l'un des auteurs de ce trouble. Vous allez voir, on va le croiser souvent par la suite.

Écoute mon petit, tu ne peux pas dire ça:
 
Je serais curieuse de voir si l’inverse serait vrai. Sachant comme les petits garçons peuvent mal prendre qu’on les assimile à des filles, il y aurait l’occasion de rigoler un bon coup… ou de déconstruire quelques clichés.

le / la dans "je le suis":
 
Je me posais justement la question de ce "le" un peu étonnant, en me demandant si une autre forme était grammaticalement possible ou si je me fourvoyais. Découvrant que c'est notre ami Vaugelas qui nous y a condamné, je compte faire ma vaugelasse et adopter la tournure sévignoise.

Désaccord dans le genre:
 
Marrant qu’il ait pris l’exemple de « auteur », dont on a parlé avec le topic de Mikaroman. Je trouve très intéressant qu’il envisage cela dans les deux sens. On a déjà réagi à ma faveur pour la féminisation des noms de métiers en me disant qu’alors il faudrait faire de même pour les quelques métiers au féminin, en présentant cela comme quelque-chose d’absurde. Ici, on voit bien que ce n’est pas un argument, puisque ça a déjà eu lieu (bien que « dupe » ne soit pas un métier, hrm).
Suite:
 
Mmh, ça doit pouvoir s’arranger.

Généralité (1):
 
Gent et gens:
 
Une personne:
 
Je trouve ça très étonnant ! Jamais il ne m’est venu à l’esprit d’accorder « personne » au masculin, sinon dans « personne n’est allé ». Je n’ai pas non plus l’impression de l’avoir vu. Bref, il semblerait que l’auteur et moi n’ayons pas l’expérience du même usage.

Chose:
 

C'est incompréhensible:
 
Là c’est simple, je n’ai rien compris, sinon qu’on parle de « c’est » et d’accord. Ne parlant aucune des langues citées, je voudrais bien qu’un connaisseur m’éclaire.

Adjectifs
Fort:
 
Qui est Marguerite Buffet ? http://siefar.org/dictionnaire/fr/Marguerite_Buffet
Feu:
 
Grand:
 
Et encore, c’est une faute maintenant que d’écrire grand’mère au lieu de grand-mère (enfin, mon correcteur orthographique a tendance à refuser. Mais attendez, quoi ? Un féminin invariable ? Ça existait ?).
Demi:
 
Nu-pieds, plein, être sauf:
 

Yeux dans les yeux:
 
J’ai souvent lu égal à égale ou assimilés ; l’usage changerait-il ? Ou sont-ce des erreurs anecdotiques ?
Bon enfant:
 
Faire le mort:
 
Le plus:
 

Couleurs:
 

Pronoms figés:
 
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4149
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Mâra a écrit:

C'est incompréhensible:
 
Là c’est simple, je n’ai rien compris, sinon qu’on parle de « c’est » et d’accord. Ne parlant aucune des langues citées, je voudrais bien qu’un connaisseur m’éclaire.

en fait tu as raison, ça se passe au niveau du "c'est" qui est la contraction de "cela est", donc une forme masculine. En italien comme en latin (je ne connais pas l'espagnol mais j'imagine que ça se passe de la même manière), tu ne contractes rien donc tu accordes : hic, haec, hic d'une part ; questo, questa, questi de l'autre veulent dire : ce, celle, ceux. Donc tu remplacerais en français comme suit : Celui-là est mon frère, celle-là est ma sœur, ceux-là sont mes amis. En contractant avec le verbe, on a conservé "ce", la forme masculine !


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2480
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


Je vois! Mais du coup, est-ce qu'on peut réellement dire qu'il s'agit de la forme masculine? Celui et celle ont le même dénominateur "ce", ou même "c" ; avec c'est, on ne voit pas trop quel genre est mis en valeur... Enfin, là je pars de la langue moderne, peut-être qu'il y a d'autres subtilités en ancien français
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4149
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Ah je ne sais pas trop. Mais on ne dira jamais : c'est belle, c'est gentille, etc. Donc ça indique déjà la masculinité invariable de la forme contractée, mais je ne saurai pas l'expliquer pour autant


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2480
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


Mais c'est que tu as raison! Je n'y avais pas pensé!
Sauf dans la chanson que chépluki a posté, là, "une fille c'est belle" ou un truc du genre.
Ce sonnait bien en plus :mrgreen:
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  376
   Âge  :  21
   Date d'inscription  :  13/10/2016
    
                         
Moira  /  Tapage au bout de la nuit


à partir de 12:30 environ


En gros, l'accord du participe passé tendrait à disparaître pour les verbes du premier groupe comme en anglais, du coup on s'en fout et on accorde tout de la même manière, avec "é" en l’occurrence.

Vous en pensez quoi, en lien avec ce sujet ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  563
   Âge  :  28
   Localisation  :  Gard
   Date d'inscription  :  25/11/2010
    
                         
Matrix  /  Gloire de son pair


Mâra a écrit:
Mais c'est que tu as raison! Je n'y avais pas pensé!
Sauf dans la chanson que chépluki a posté, là, "une fille c'est belle" ou un truc du genre.
Ce sonnait bien en plus :mrgreen:

C'était moi,

et non c'est pas beau.

Je suis désolé mais je trouve ridicule cette façon de remettre encore et toujours le débat sur l'égalité des sexes dans la langue écrite... C'est totalement inconvenant.
Je suis politiquement pour l'égalité des sexes, mais modifier la langue pour la féminiser me semble vraiment à coté de la plaque.
Si modification de la langue il y a à faire, c'est bien plus dans l'oralisation de celle-ci (en supprimant les accords pluriels inutiles et ce genre de truc non présent à l'oral et qui n'apportent aucune information utile), mais féminisé la langue n'aidera pas à ce que les femmes est plus de droit dans la vie, faut arrêter de tout mélanger.

Bref......


PS : il n'aurait pas pu faire le jeu de mot sur "belle" si ce mot existait vraiment d'ailleurs...

Pour la route : "BAISSE du niveau en DICTÉE : les jeunes savent-ils encore écrire? " https://www.youtube.com/watch?v=p8SJ6v2A0qU
http://rapturestudio.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2480
   Âge  :  21
   Pensée du jour  :  "Et à l'intérieur j'ai tellement mal que je ne peux pas croire qu'il y aura un temps soulagé, un jour"'
   Date d'inscription  :  13/02/2014
    
                         
Mâra  /  Mérou


Oui oui Matrix. Tu n'as pas à être désolé de tes opinions ne t'inquiète pas. Par contre tu peux l'être de les apposer n'importe-où (cf. Edit 2 du premier post de ce topic). 

Moira > d'un côté c'est en lien parce qu'alors le genre ne serait plus marqué, mais d'un autre le participe passé est l'un des endroits où il est le plus invisible (d'où la disparition de son inflexion) donc... ça ferait juste disparaître naturellement un truc déjà transparent. Limité, quoi.
Pis je ne suis, personnellement, pas pour un appauvrissement de la langue. C'est de la sensibilité particulière, mais j'ai plus le goût des apparitions, des inflexions ad hoc, du néologisme, de l'enrichissement.

Je me disais, en envoyant des textos narratifs ("et puis il s'est passé ça, et ensuite truc m'a dit..."), que y'avait une sérieuse lacune de vocabulaire courant en ce qu'il s'agit de désigner la fille anonyme. La plupart des équivalents féminins de mots adéquats ont versé dans le domaine de l'insulte. 

Exemples:
Un gars, c'est un homme. Une garce, c'est une pute.
Un type, c'est un homme. Une typesse, c'est une pute.
(etc.)

C'est comme si la féminité souillait les mots... À mettre en lien avec la profusion d'insultes féminisées dont j'ai parlé plus haut dans le topic.
(nanméçan'arienàvoirfautarrêterdetoutmélanger!)

Mais en fouillant les vieux dicos j'ai trouvé que "souris" désignait "l'humain adulte de sexe féminin". Ce serait chouette s'il était courant d'écrire: "y'a un type qui m'a bousculé et alors une souris m'a retenu de tomber" Very Happy
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2774
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Matrix a écrit:
Je suis désolé mais je trouve ridicule cette façon de remettre encore et toujours le débat sur l'égalité des sexes dans la langue écrite... C'est totalement inconvenant.
Je suis politiquement pour l'égalité des sexes, mais modifier la langue pour la féminiser me semble vraiment à coté de la plaque.
Si modification de la langue il y a à faire, c'est bien plus dans l'oralisation de celle-ci (en supprimant les accords pluriels inutiles et ce genre de truc non présent à l'oral et qui n'apportent aucune information utile), mais féminisé la langue n'aidera pas à ce que les femmes est plus de droit dans la vie, faut arrêter de tout mélanger.


Matrix a écrit:
Marengo a écrit:

Matrix a écrit:
Réhausser l'importance de la langue française dans le monde et de la vision qu'elle véhicule.
Suspect  Je ne pige pas.
Concrètement, comment fait-on pour rehausser l'importance de la langue française dans le monde ?
Une langue pourrait donc porter une vision, une image, une philosophie ?
Si tu ne sais pas ça, tout en trainant sur ce genre de forum, c'est assez inquiétant à mon sens.

Une langue c'est une vision du monde

Traduction :
"En résumé, la langue porte un sens ou n'en porte pas selon que ça va dans le sens de mes idées ou pas."
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  376
   Âge  :  21
   Date d'inscription  :  13/10/2016
    
                         
Moira  /  Tapage au bout de la nuit


Matrix a écrit:
Je suis désolé mais je trouve ridicule cette façon de remettre encore et toujours le débat sur l'égalité des sexes dans la langue écrite... C'est totalement inconvenant.
Grossier et barbare, même.

Matrix a écrit:
mais féminisé la langue n'aidera pas à ce que les femmes est plus de droit dans la vie, faut arrêter de tout mélanger.
Simplement à ne plus intérioriser le fait que ce qui est masculin l'emporte.

Citation :
Moira > d'un côté c'est en lien parce qu'alors le genre ne serait plus marqué, mais d'un autre le participe passé est l'un des endroits où il est le plus invisible (d'où la disparition de son inflexion) donc... ça ferait juste disparaître naturellement un truc déjà transparent. Limité, quoi.
Effectivement, c'est loin d'être le truc le plus marquant, mais ça semble intéressant à étudier de ce point de vue aussi.

Citation :
Je me disais, en envoyant des textos narratifs ("et puis il s'est passé ça, et ensuite truc m'a dit..."), que y'avait une sérieuse lacune de vocabulaire courant en ce qu'il s'agit de désigner la fille anonyme. La plupart des équivalents féminins de mots adéquats ont versé dans le domaine de l'insulte.

Exemples:
Un gars, c'est un homme. Une garce, c'est une pute.
Un type, c'est un homme. Une typesse, c'est une pute.
(etc.)

C'est comme si la féminité souillait les mots... À mettre en lien avec la profusion d'insultes féminisées dont j'ai parlé plus haut dans le topic.
(nanméçan'arienàvoirfautarrêterdetoutmélanger!)
Il y a quelques temps j'ai essayé de lister mentalement les insultes non féminisées. C'est très limité.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Rédaction épicène / inclusive: compatible avec la littérature?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-