PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 24 ... 48  Suivant
 

 Livre présent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  580
   Âge  :  59
   Localisation  :  Néant
   Pensée du jour  :  L'amour, c'est que tu sois pour moi le couteau avec lequel je fouille en moi.” Kafka
   Date d'inscription  :  25/06/2015
    
                         
James Wouaal  /  Gloire de son pair


Hel. Même si je doute qu'un tel chef d'oeuvre ait pu t'échapper tu as "Au dessous du volcan" de Lowry. Enfin Lyrique et perché, sont des choses bien suggestives.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Merci James :flower:
Je rajoute à ma liste pour feuilleter si je le trouve et plus si affinités.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1686
   Âge  :  6
   Date d'inscription  :  21/11/2011
    
                         
Lohengrin  /  Chevalier au Pancréas


Hel a écrit:
Quelqu'un(s) aurait des suggestion de livres lyriques perchés très emportés à me conseiller ?
(pas trop louche non plus, perchés ce qu'il faut)
Ou de belles choses avec de la nature ?
(mais pas chiantes)

Romans ? Poésie ? Théâtre ?
Développe "perchés très emportés" ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6506
   Âge  :  79
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
Pangolin  /  Très premier degré


Perso, je lis les commentaires des lecteurs du Figaro.fr quand j'ai besoin de retrouver foi en l'Homme.
Si tu veux tu peux me MP Hel, et je te mitonne un petit recueil des meilleurs coms (piochés dans les sections "société", "politique" ou "international").
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5605
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  "Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Quod  /  Pouyoute (© Birdy)


Je te conseillerais bien Aurora de Leiris, mais je ne sais pas ce que tu entends par "pas trop louche".


 
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


JE LIS AMERICAN PSYCHO DE BRET EASTON ELLIS CA FAIT DU BIEN DE LIRE UN TRUC BIEN Very Happy
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai jamais lu le figaro Pangolin, tu me fais presque peur, je sens énormisitées sous roche.

Loh, plutôt roman, même petits, ou gros d'ailleurs. J'entendais quelque chose qui fasse vibrer, avec une écriture singulière, mais qui reste accessible. Je me rends compte que définir est dur.

Pouyoute trop louche c'est trop intellectuo fouillé blablateur. Mais je note aussi. (d'ailleurs j'ai lu de tops extraits ça me botte bien).

Merci je commence à avoir une petite liste, avec mes fouineries du matin.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


NEIGE de Maxence Fermine. Tu connais ?
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je l'ai oui Smile
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Et NOTRE BESOIN DE CONSOLATION EST IMPOSSIBLE A RASSASIER, de Stig Dagerman ?

D'ailleurs faut que je le relise.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai pas eu le temps de voir Sad
(mais neige je l'avais oublié quelque part du coup je l'ai retrouvé)
J'ai pas trouvé Aurora, mais Au-dessous du volcan oui.
Merci en tout cas.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3245
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  31/10/2008
    
                         
Hobbes  /  Attention : chat méchant


Bouclé Oreiller d'herbes, art poétique déguisé en roman à la fois très moderne — méta, refus de la profondeur et de la psychologie, primauté de l'objet sur le signe — et gentiment daté, ne serait-ce que par sa construction gigogne ou la posture a priori réactionnaire du narrateur. Pas très sensible — à tout le moins pas en pratique — à ce miniaturisme un peu rigide, fuligineux, limite fantomatique, qui se développe par notes impressionnistes en marge et au travers du texte. Je remercie quand même Sōseki pour l'épisode maniaque de son protagoniste qui, après cent cinquante pages de cerisiers en fleurs et de méditations sur les tableaux de Millais, décide que les grandes villes abritent des contingents de détectives qui veulent « compter ses pets » pour deviner « la forme de son trou du cul ». Je reproduis tel quel. Meilleure critique du germanopratisme au monde ?

Enchaîné, au hasard, sur Eugène Oniéguine. Je pense que c'est du fait de la traductrice, mais une grande part des vers — des tétramètres iambiques : bonne chance pour en faire quelque chose en se passant d'accents toniques — achoppent un peu partout, même en usant de synérèses, diérèses, apocopes et béquilles de toute sorte pour faire entrer l'original dans une métrique française. Reste l'épure narrative de Pouchkine et ce pathos tout simple et sans affectation qui le caractérise. Portrait d'un « homme de trop » presque mieux réussi — moins terne, plus virtuose, plus solidement construit ; ce qui, tout bien considéré, l'éloigne sans doute aussi de son sujet — que celui de Tourgueniev.

Lu les Écrits de Rigaut. Pas passionné par la majorité de ses aphorismes, sauf quelques-uns qui se signalent par leur sécheresse et par leur méchanceté — « Je vous écris pour vos cheveux frisés qui rendent bien improbable le rendez-vous à la place de la Concorde » : très bonne idée râteau. Idem pour ses dialogues, des petites bricoles un peu grossières, trop affectées, bêtement cyniques, qui tournent en rond dès leur première itération. Plus emballé, une fois les contes ouverts, par son usage du topos du miroir pour proposer des modèles narratifs où les individus se désagrègent à petit feu. Les deux derniers segments, composés de lettres et de témoignages de personnalités du début du XXe, sont de chouettes lecture aussi, en excluant celle de Breton — toujours à chier, comme d'habitude — et en se concentrant sur les cinq ou six pages pleines d'amertume et de brolove écrites par Drieu la Rochelle.

Dans Agonie d'agapè. Pas transporté, mais très bon titre — ou, en tout cas, malin.


Dernière édition par Hobbes le Mer 16 Mar - 1:41, édité 1 fois
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


A propos d'Eugène Onéguine, j'ai adoré la traduction de Roger Legras. Déjà, il n'écrit pas des vers de mirlitons. Son œuvre française n'a pas une allure choucroutesque. Et il n'oblitère pas l'humour, l'esprit, et la vivacité du texte.

(J'en ai lu d'autres pas mal sinon, mais pas la tienne je pense)
 
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  170
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  26/03/2012
    
                         
Cyprien  /  Tycho l'homoncule


Ô vous, frères humains d'Albert Cohen. «Un enfant juif rencontre la haine le jour de ses dix ans. J'ai été cet enfant», voilà pour le pitch. On retrouve l'écriture lyrique de Cohen, l'humour aussi (mais bcp moins que dans Solal ou "Mangeclous). Le trait est parfois trop forcé à mon goût, mais le message passe bien (en gros, vous n'avez rien d'autre à foutre que haïr ? ).
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'AI RECU BEAUTIFUL LOSERS


Je veux être Catherine Tekakwitha.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Livre présent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 48Aller à la page : 1, 2, 3 ... 24 ... 48  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque-