PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
 

 Ce que vous aimez et n'aimez pas dans un roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  08/02/2016
    
                         
Oksambre  /  Tycho l'homoncule


Le seul topic que j'ai trouvée à ce sujet se situe dans la corbeille, aussi j'espère ne pas commettre d'impair en le postant et sinon je m'en excuse d'avance.

Je pense que ceci peut nous aider dans nos récits, j'aimerais connaître vos différents points de vue sur ce que vous aimez et n'aimez pas dans un roman.

De mon côté, je n'aime pas lorsqu'il a trop d'inventions farfelues. Je m'explique. J'adore la littérature fantastique, mais par exemple, lorsque j'ai lu "Oksa Pollock", les deux auteures ont tellement inventé de créatures qui ne ressemblaient à aucune autre, que je me suis vite perdue dans ma lecture. D'autant plus quand la suite mettait du temps à sortir. Peut-être aurait-il fallu un glossaire avec récapitulatif et illustrations de ces personnages.

Je n'aime pas non plus qu'un roman soit trop lent.

J'aime le côté mystérieux, la magie et des étoiles plein les yeux lorsque je lis un livre.
http://socovici.free.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  381
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  21/02/2016
    
                         
Livia K.  /  Tapage au bout de la nuit


Intéressant ! Mais comme tous les goûts sont dans la nature, c'est vraiment une réponse personnelle. Je pense qu'elles vont toutes se différencier !

Personnellement je n'aime pas le manichéisme (le monde est bien trop complexe pour en être réduit au bien VS mal), je n'aime pas les personnages clichés surtout dans les romances faciles (genre le bad boy rebelle qui va succomber au charme de l'héroïne qui n'a rien de particulier). Ah et j'ai du mal avec les elfes, nains, orcs et autres.

J'aime beaucoup les univers assez sombres, les personnages atypiques (je lis un bouquin où les héros sont un croque-mort, une dame pipi, une prostituée et un serial killer, je trouve ça vachement cool !). J'aime pas mal ce qui sort de l'ordinaire, je crois.

Mais je crois que je fonctionne surtout à l'instinct / coup de coeur. Bon, je ne vais pas me diriger vers la bit-lit mais sinon c'est à la couverture qui va m'attirer que je cède !
https://lessencedeschimeres.wordpress.com/ En ligne
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


De même que Livia, je n'aime pas les visions manichéennes, la division franche entre "le bien" et "le mal", et simplement les personnages qui oscillent entre les deux. Je n'aime pas non plus clichés vus et revus, que ce soit pour les personnages, l'univers, etc.

En revanche, j'aime quand sont dépeints en profondeur les différents aspects de la nature humaine, et quand le roman est riche et complexe.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  439
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Pour qui sonne Lestat


Idem, j'ai vraiment du mal avec les visions simplificatrices (à tous les plans: moral, psychologique, institutionnel, technique, scientifique, bien que ça se discute dans les derniers cas), ou bien encore les personnages archétypaux, lorsque rien ne le justifie.

Je n'aime pas trop, non plus, les "Interventions Divines", les événements ou personnages cruciaux qui viennent trop commodément d'on ne sait où pour faire avancer l'histoire. A l'exception, bien sûr, d'un éventuel récit délirant d'où la vraisemblance est bannie.
http://cafeclopeblog.wordpress.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2342
   Âge  :  26
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Guère épais


Moi perso, je n'aime pas les personnages beau, successful et riches .... genre les personnages de Musso. Je vous promets, ça me gave à un point.
Mes personnages sont ordinaires. Souvent certes ils sont liés au monde universitaire parce que c'est mon environnement premier. Mais j'aime montrer qu'ils rament comme tout le monde.

J'aime pas l'américanisation. Genre Lévy et Musso (encore). Des histoires à Strasbourg, à Montpellier, c'est tout aussi cool que San Francisco ou New York, merde !

Les stock characters, je déteste ça, truc de fou. En gros, les trucs typiques genre "la jeune prude" "le bad boy sombre et mystérieux" "le geek que personne n'aime", ou bien "Ze chosen wane" (l'élu donc !) Enfin vous avez compris.
Sinon, je n'aime pas du tout la Fantasy (mais je reconnais que j'en ai une vision très cliché donc je vais pas m'étendre sinon on va me jeter des pierres).
Je lis du réaliste et en général ça me va. Mais dès que ça vire un peu romance, y'a toujours le cliché du mec ténébreux aux lèvres sensuelles qui revient, et bon... je rigole bien.
J'aime bien quand les personnages principaux ont un côté "pas aimable", ils ont leur défauts et faut composer avec. Comme Houellebecq qui prend plaisir à mettre en scène des tocards.
Et puis tout histoire reprenant de près ou de loin les poncifs douteux de Cinquante Nuances de Gray, à bannir.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  12
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Give the anarchist a cigarette.
   Date d'inscription  :  08/12/2014
    
                         
BobDylan  /  Homme invisible


Le manichéisme et le manque de nuances sont en effet rarement agréables, à part chez quelques types bien précis où c'est justifié voire complètement assumé...
Dans ce qui me débecte personnellement, j'ajouterais aussi les descriptions archi-détaillées à chaque entrée en scène d'un nouveau personnage, descriptions qui sont hélas une quasi-constante dans les récits amateurs. Je veux dire, savoir qu'un personnage a les cheveux châtain clair ou une cicatrice apporte rarement grand-chose au récit, et bon Dieu qu'est-ce que ce genre de passage est chi... à lire ! D'autant que ça tourne en rond, c'est très rarement original, et ça dure des plombes. J'aime pas non plus un truc qui est très à la mode en ce moment, c'est de faire des phrases très courtes. Je sais pas si vous voyez. Et hachées. Vous savez. Pour donner du style. Inutile les trois quarts du temps. Si vous voulez mon avis. What a Face
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  439
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Pour qui sonne Lestat


BobDylan me fait brusquement songer qu'un autre truc qui me débecte, c'est le name-dropping. Si, dans "American Psycho", ça passe, parce que distancié, chez Beigbeder (qui se voudrait parfois aussi distancié sans que personne ne soit dupe) ou d'autres, ça me gonfle, ça crée une barrière qui m'empêche de rentrer dans l'univers décrit.
http://cafeclopeblog.wordpress.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  146
   Localisation  :  Ici et ailleurs
   Pensée du jour  :  Qui sera ma prochaine victime?
   Date d'inscription  :  16/08/2012
    
                         
Jana-Ships  /  Barge de Radetzky


Eh bien Livia a dit tout ce que je n'aimais pas, merci Smile

Je reviens sur les clichés, en particulier ceux dans la romance. Beurk, tout simplement, je ne peux plus les voir. C'est un gros défaut chez moi, dès que je bouffe trop de clichés, après je me refuse à lire des romans qui pourraient y ressembler.

Et puis la fantasy et la romance, j'aime moins que les autres genres, à cause de ces clichés, justement. Je sais qu'il y a des codes, en particulier dans la fantasy, mais trop d'elfes tuent les elfes. Voilà, c'est dit x)

Autre truc qui m'hérisse les plumes: les longues phrases parsemées de métaphores de collège et lycée. De longues descriptions d'un personnage. Dîtes, vous savez que vous avez un livre entier à votre disposition pour décrire le personnage? Que vous n'êtes pas obligés de tout caser en un seul chapitre?

Bien sûr, c'est une vision personnelle Smile Un peu trop encrée, ça sera dur de m'en défaire.

Et puis dans ce que j'aime, je peux parler des trucs farfelus que j'apprécie. Un roman sérieux mais avec quelques touches de bizarre, et d'humour. J'aime l'humour (surtout noir) :p et ce qui surprend, aussi. Un truc qu'on aurait pas vu venir et qui nous laisse la bouche ouverte pendant une minute!
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  235
   Âge  :  26
   Localisation  :  Millau
   Pensée du jour  :  Certains d'entre nous recherchent l'éternité dans un bout de papier.
   Date d'inscription  :  13/02/2016
    
                         
Alex.G.Morina  /  Autostoppeur galactique


Holà !!! Ce topic m'a interpellé. ^^ J'ajoute mon petit commentaire.

J'aime:

- Le suspens, quand un livre, peu importe son genre sait nous tenir en haleine sans tomber dans l'exagération. Quand on sent dès le départ, que l'auteur a tellement bien ficelé son oeuvre qu'il y a peu de chance d'être déçu à l'arrivée. Et cela, indépendamment de son style (même s'il y participe, il faut l'avouer) ou de la longueur de l'intrigue.
- Les clichés. Eh oui, étonnamment, on se dit généralement que les clichés ne servent à rien. Je trouve au contraire que bien employés, les clichés dénote une réelle force et capacité d'adaptation de l'écrivain au genre qu'il dompte dans l'ouvrage. Un cliché pour un cliché = caca xD. Mais savoir les utiliser avec parcimonie et habileté est aussi impressionnant que celui qui tentera de les contourner pour ne pas faire avec.
- Les personnages variés. Plus le personnage montre des qualités, défauts et faiblesses humaines, plus j'ai de faciliter à me connecter à lui et de créer une relation toute autre avec le livre, indépendamment du personnage (humain, elfe, coccinelle, chat... - bah oui ! Y'a de tout !)

Je n'aime pas:

- Les "Mary Sue", à l'exact opposé de ce que j'ai indiqué juste avant. Pour moi, un bon personnage est un personnage qui souffre, dont la vie n'est pas linéaire, morne, plate. Vous avez déjà obtenu tout ce que vous vouliez vous ? Pas moi ! Ça m'éloigne de l’œuvre et ça m’écœure. Je vais peut-être passer pour un c*nnard mais les livres bourrés de ses personnages sont de ceux, à mon sens, qui ne sont là que pour une forme de "masturbation émotionnelle - pseudo intellectuelle". C'est pour quoi au juste ? "Tout le monde, il est beau, il est gentil ?" On va pas faire la danse des bisounours non plus ! Petite exception: je tolère certains de ces aspects dans un genre spécifique, à savoir, pour les enfants (à la limite -___-)
- Les fils décousus. C'est un truc qui me peine autant que cela me déplaît. C'est triste même. C'est quand l'auteur perd son histoire. Sans s'en rendre compte, il zappe un élément, il créé une incohérence. C'est d'autant plus frustrant que même si l'histoire est bien écrite, les personnages attachants et le fil conducteur passionnant, je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est une erreur qui aurait pu être éviter. La relecture sert à ça. Un oublie = un manque de travail à un moment donné. C'est rageant. Cela peut nous arriver à tous. Je relativise un peu ^^'
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bonjour,

Pour répondre à la question, je serai naturellement d'accord avec les précédents commentateurs, d'autant plus leurs réponses sont déjà très pertinentes.

Je pourrai tout supporter dans un roman ; qu'il véhicule des pensées contraires aux miennes, qu'il soit dans un genre qui me déplaise, que son auteur écrive d'une façon intenable et exaspérante ... vraiment je pourrai tout supporter et ne jamais me plaindre mais ce que je déteste ce sont justement les clichés/stéréotypes.

Lorsque je lis la préface d'un roman, je me fais tout de suite une idée sur le contenu, j'y pense et ça me fait rêver. Lorsque je le lis, mon plus grand désir est qu'il me transporte, me fascine et me surprenne. Donc, les histoires stéréotypées, ruminées, me filent des indigestions. Les fins devinées d'avance me font regretter certaines lectures. Car, bien que ce soit à mille bornes des mathématiques, les histoires restent des équations semblables, lesquelles, sans le talent et l'imagination de l'auteur, si elles répondent aux mêmes données, elles ont tendance à mener au même résultat. Ce qui est dommage.

Un roman dont on devine la fin mais qui nous prend de court aux derniers chapitres par une fin toute autre, mais toute aussi logique, ça j'aime. Ce que j'aime encore davantage c'est l'inédit !
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je n'ai pas trop d'à priori en fait, je me rends compte, mais vis à vis de ce qui a été dit, le name dropping oui ça m'irrite aussi, ou disons plus justement que je trouve le procédé artificiel souvent, c'est rare que ça paraisse naturel, du coup ça me fait sortir du récit et je n'y crois pas trop. y a ce sentiment de bricolage, d'artifice, qui fait que j'arrive pas à plonger et vivre le truc, non je sais que je lis une histoire, donc je la vis pas, donc le livre me tombe des mains.

J'aime surtout qu'on perçoive un regard, une voix, que le texte soit habité, qu'il y ait une empreinte que je vais retrouver ou "agrandir" si je lis un autre ouvrage de l'auteur. J'aime aussi découvrir une nouvelle langue/écriture, les choses assez lyriques et emportées. J'aime que la lecture fasse décoller en somme, ça c'est pour ceux qui me marquent et vers qui je vais retourner, et aussi beaucoup les romans à atmosphère, contemplatifs.
Mais je peux lire une histoire gentillette à l'écriture tout à fait sage, tout dépend comment, quelle histoire.
J'ai pas vraiment de goûts stricts et arrêtés, même si je note des préférences chez les auteurs qui me marquent et vers qui je retourne tout dévorer, et du coup je trouve ça assez chouette, parce que ça me permet de découvrir beaucoup de choses, très différentes les unes des autres.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  08/02/2016
    
                         
Oksambre  /  Tycho l'homoncule


Il y a tout de même énormément d'avis qui se recoupent, c'est intéressant d'autant que personnellement j'ai tendance à y aller en descriptions Embarassed .
C'est drôle l'image que vous avez du fantasy, c'est à cause du seigneur des anneaux ? Parce que c'est un côté dont j'ai horreur, ils passent leur temps à se faire la guéguerre, mais je n'ai fais que voir le premier film et ne l'ai jamais lu (justement à cause du film). Donc dans les romans que je lis je ne retrouve pas des trolls à tout bout de champs et heureusement.
http://socovici.free.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  381
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  21/02/2016
    
                         
Livia K.  /  Tapage au bout de la nuit


C'est vrai que je ne pensais pas non plus que les avis se recouperaient autant ! Ce qui ressort, ce sont bien les clichés, le manque de profondeur quoi. Intéressant !

Oui, probablement à cause du Seigneur des Anneaux et de tout ce qui a suivi (comme la vague de vampires après Twilight). C'est vrai que ça donne une seule vision de la fantasy, mais c'est beaucoup plus large comme genre ! J'écris par exemple de la fantasy de moeurs, très politique, pas d'elfes ni de dragons quoi.

Ah une autre chose que je n'aime pas ! Les pavés explicatifs. En fantasy, notamment. Des tartines pour expliquer la formation du monde, ou son histoire, ou les dernières guerres. Bouuh ce que c'est barbant ! Et je trouve que ça souligne une faiblesse de l'auteur (ou sa fainéantise), parce qu'il y a toujours d'autres moyens plus subtils pour apprendre aux lecteurs.
https://lessencedeschimeres.wordpress.com/ En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  235
   Âge  :  26
   Localisation  :  Millau
   Pensée du jour  :  Certains d'entre nous recherchent l'éternité dans un bout de papier.
   Date d'inscription  :  13/02/2016
    
                         
Alex.G.Morina  /  Autostoppeur galactique


Je viens simplement ajouter que je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose de décrire. C'en est une de s'étaler sur quatre pages pour décrire un arbre, même s'il est magnifique, magique et tout ce qu'on veut. Pour ma part, j'aime qu'il y ait une grande part de suggestion. Certains de mes propres personnages sont décris en surface sur certains aspect afin de laisser au lecteur la possibilité de créer son image, comment il s'imagine le personnage. Ainsi, quand je lis un livre qui va jusqu'à m'indiquer la "petite culotte" qu'elle porte... Vous aurez compris que je trouve cela assommant. =/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  439
   Âge  :  40
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Pour qui sonne Lestat


J'irai plus ou moins dans le sens d'Alex, mais avec des nuances.
Il y a des descriptions qui, parfois, s'imposent, parce que, tout simplement, on ne peut pas ressentir l'atmosphère que l'auteur veut transmettre. "Avec ses tombes pourries et ses moisissures partout, il est flippant, ce cimetière!", c'est un peu succinct à mon goût. Pire, elle est parfois nécessaire pour comprendre l'histoire: comment, sauf à décrire les fresques découvertes par l'expédition sous la calotte polaire, peut-on prendre la mesure de la grandeur de cette civilisation extra-terrestre aujourd'hui disparue?

Bref: faut que ce soit approprié, pas que ça ne soit qu'une manière de transmettre le plus précisément possible la vision de l'auteur.
http://cafeclopeblog.wordpress.com
 

 Ce que vous aimez et n'aimez pas dans un roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-