PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 

 Nationalité/Région des membres du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2248
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Show me the monster inside of you
   Date d'inscription  :  28/07/2012
    
                         
DC  /  Gueule d'ange et diable au corps


Ah ben si on parle de décalage, le premier truc qui m'a marqué arrivé sur le continent...

J'étais avec des gens plus riches que moi, on sort. Je paye la première bouteille... On a passé la soirée sur celle-ci... Ils ont vu le pigeon qui payait tout.
C'est comme pour les tournées. Ca me fait encore bizarre aujourd'hui de voir des gens qui en soirée mettent pas la leur et payent chaque fois séparément. Je parle pas de ceux qui s'arretent juste boire un verre hein...
Mais si on a 4 personnes qui prennent 4 fois une pinte à 5 euros. Au final elles dépenseront 20 euros. Alors je vois pas où est le mal a chacun son tour balancer un billet de 20 euros en disant "celle là c'est la mienne"... Mais non faut que les gens partagent.

Et si quelqu'un met plus, c'est pas grave, la soirée suivante il mettra moins...

Chez nous, même si on a rien, on se bat pour payer l'addition (et quelque part montrer qu'on a du fric), tandis qu'ici il y a partage voire le challenge "celui qui regarde son telephone paye pour tout le monde"...

Les francais tendent à dire que "les juifs sont radins", pour nous c'est surtout les francais qui le sont...

Ou alors je me demande si ça a pas un rapport avec le fait que j'ai l'impression qu'en Corse, on est pas des homus economicus modernes, pour pas mal de choses on est encore restés dans le potlatch, le don contre-don... (Pour le peu que j'ai pigé de Mauss)...

On a aussi le "même si tu crèves la faim, aie l'air présentable et ne donne pas l'impression de mendier" (c'est pour ça qu'on est très sceptiques devant les rastas blancs et autres punkachiens alternodéconstruits). Bon parfois ca dérive en "même si t'es smicard aie l'air d'un multimilliardaire"...

Il y a un rapport à la terre, et au village, qui est vraiment à la limite du mystique... surtout quand en l'espace de 50 ans on passe d'un peuple de montagnards, ruraux, autosuffisants à un peuple de banlieusards, employés rurbains, qui vont à Leclerc...

Et je sais que je rentrerai au pays le plus tôt que je peux, quand je sentirais que je pourrais apporter quelque chose, je me considère comme seulement en transit sur le continent...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3900
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Ou lorsque la prodigalité est perçue comme de l'étalage... je connais ça. Ce que je retiens de ton dernier paragraphe c'est l'attitude conditionnée par la communauté : une réaction plutôt qu'une action. Et pour abonder dans ce sens, j'avais, étudiant l'opportunité de faire les vendanges. Mon beau-père (toujours le même)  a refusé net parce que les gens qui travaillent au soleil ce sont les pauvres et la logique de caste joue. Un comble quand on sait qu'il est lui-même loin d'être riche...

Or cette réaction s'est nettement effacée dans la société où l'individualisme prôné se traduit en littérature par des récits égo centrés, l'analyse méticuleuse de soi et un dépouillement volontaire de ce qui nous entoure. Il n'y a pas si longtemps  (moins de 5 ans) on a eu droit à une flopée de livres en ce sens où l'auteur (souvent auteure) publiait un roman sur son père une année, l'année suivante sa mère.... toute la généalogie y passait.

Signe des temps le questionnement identitaire croissant (après tout l'actualité nous pousse à nous interroger sur ce qui est combattu par l'autre et que l'on incarne.... malgré nous) et le retour à la littérature sur les origines,  la structure culturelle des sociétés...

Ne sommes nous pas renvoyés à ce que notre couleur, notre nom, notre accent ou nos vêtements représentent pour le quidam ? Les débat sur la laïcité, l'identité française et la liberté d'expression ne forcent-ils pas à se définir et donc, se revendiquer par... réaction ?

C'est là, à mon sens, où la littérature peut livrer le meilleur d'elle même : lorsque l'auteur à travers ses repères et expériences intrinsèques transmet au lecteur a priori différent un sentiment ou une idée universelle.

A part pour ça, cette lecture colorée de l'autre, je ne vois pas d'autre intérêts aux origines transmises en littérature que de faire voyager le lecteur...  pour qu'il appréhende le monde qui l'entoure avec d'autres cartes que les préjugés et se retrouve ou se découvre dans le récit de personnages a priori différents.
http://www.insequis.net/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
L'usage d'une langue étrangère, d'un patois ou simplement d'intonations mises en relief par des apostrophes ou tout autre procédé phonétique est une première strate, palpable, immédiatement transmissible, de l'influence de nos origines. Peu vu ici, vague souvenir d'un canadien sympathique du nom de Clovis peut-être...
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t38011-l-exil-sf-provencale
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t41121-new-inferno-fantastique-urbain
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36644-quietude-realiste
....
pour les plus évidents qui me reviennent de suite...

Citation :
qu'en reste t-il dans vos écrits ? Et surtout qu'est-ce que le filtre de la diaspora apporte à son témoignage conscient ou inconscient ?
ça me parait assez difficile de répondre objectivement, et justement de distinguer ce qui est "inconscient" ou juste des rapprochements que l'on peut faire soi même, et qu'on oriente peut-être déjà alors qu'ils ont peut être avoir avec tout autre chose.
Mais la sensibilité à certaines thématiques récurrentes, je pourrais dire, qui me paraissent intimement liées.
edit: donc quelque chose de lié au fondement de l'écrit mais pas à la langue même.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5831
   Âge  :  44
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  "L'amour ça s'fait à deux/Bien fait c'est du feu de Dieu/Mais qu'as-tu fait de moi ?/Je n'sais pas..." VP
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Maîtrise en tropes


Je ne crois pas que seules nos origines soient nos seules sources d'influences. Elles en font partie pour celles et ceux qui y sont attachés, mais d'autres tiennent absolument à s'en détacher, pour x raisons.

C'est sûr que c'est plus facile d'écrire sur ce qu'on connaît, mais certains vouent un véritable culte à la culture celte, aux mythologies grecques anciennes sans pour avoir une once de sang celte ou grec. Les centres d'intérêts, la curiosité et l'ouverture d'esprit sont aussi sources d'influences. L'éducation conditionne, oui, mais certains sont tentés de s'en affranchir pour suivre une autre route. On a une identité culturelle née de nos origines (lieu de naissance ou de vie et/ou héritage "ethnique") mais elle ne suffit pas à définir l'influence sur nos récits.


Dernière édition par Aventador le Mer 2 Mar 2016 - 15:49, édité 1 fois
http://raphaelnomezine.canalblog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6020
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  IStandWithPalestine<3
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Pandémonium  /  Iphigénie in a bottle


C'était la leçon de tolérance de DC ! (Qui distingue les français des corses... Mon lapsus préféré ! )

Heureusement Gea est là pour troller ce topic patriotique qui tourne en "étude des civilisations"...
http://lenuageetlecendrier.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Avent : On a jamais, je pense, de toute façon une seule source d'influence.
Sans parler même d'influence, je dirais plus que certains ont une aspiration, inclinaison, à véhiculer dans l'écrit une langue héritée de par la géographie, les origines... (je crois bien que c'est le cas pour les exemples de roman de JE dont j'ai c/c les lien, mais il faudrait les interroger Smile
Et puis ce qui valable pour les uns ne l'est pas nécessairement pour les autres.
Citation :

ce topic patriotique qui tourne en "étude des civilisations"...
Oh tu le vois complètement et uniquement comme ça ?


 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  503
   Âge  :  36
   Localisation  :  Var
   Date d'inscription  :  15/01/2016
    
                         
Kamaji  /  Gloire de son pair


C'est vrai que le topic a un peu dévié, mais c'est pas grave, je l'ai créé dans cette section exprès, sachant pertinemment que cela dévierait. Mais au-delà de ce qui peut être évident, comme localiser l'action dans sa propre région (je ne parle pas de région administrative) ou dans une région qui nous est chère, je me demandais si nos origines avaient quand même une influence.

Pour prendre un exemple concret, est-ce qu'un livre de fantasy ayant le même univers et la même trame scénaristique mais écrit par des centaines d'auteurs d'origines différentes, permettrait de deviner un temps soit peu ces origines.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5878
   Âge  :  30
   Pensée du jour  :  Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon cœur,
   Date d'inscription  :  03/01/2010
    
                         
Lo.mel  /  Correcteur apolitique pour Sputnik


Kamaji a écrit:
Je serai curieux de savoir si la situation géographique de quelqu'un peut influer sur son style d'écriture.

A mon sens, absolument tout ce qu'a vécu une personne forgera ladite personne, et donc influera sur ce qu'il pourra écrire.
La personne se construit différemment selon son environnement géographique actuel et passé, mais aussi selon l'environnement familial, l'entourage humain,  ce qu'on lui a transmis, ce que les gens qu'il connaît sont ou ont été.

Raisonnement déterministe de base.

La première question à se poser est plutôt : à quel degré et comment cela peut influer.
Parce qu'il y a encore énormément d'autres choses qui font de l'auteur ce qu'il est, d'un récit ce qu'il est.

Il me semble évident qu'entre un champenois et un angevin, la différence culturelle est moindre qu'entre un français et un tchadien.
Pourtant, le français et le tchadien peuvent avoir eu des références et des influences communes et écrire des choses qui se ressemblent un peu.
Tout comme l'angevin et le champenois peuvent avoir eu des vies et une vision des choses radicalement différente, et avoir chacun leur vision de la littérature, irréconciliable.

J'avais posté il y a des années sur ce forum un fil un peu naïf qui reprenait grossièrement la même question avec l'influence du sexe / genre / genre / sexe de l'auteur.

Aujourd'hui, la réponse me semble trop évidente. Bien sûr que ça influe. Mais il m'est impossible de pointer du doigt la manière dont ça influe.

Il faut envisager la question plus globalement : l'individu est tout entier dans ce qu'il écrit ou n'écrit pas.


Mon n'sorte de roman : Pionniers, tentative d'une Âme      :rain:


Recette pour faire un bon livre :
1) Écrivez un mauvais livre ;
2) Recopiez le contraire.

Spoiler:
 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3900
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Hel a écrit:
Citation :
L'usage d'une langue étrangère, d'un patois ou simplement d'intonations mises en relief par des apostrophes ou tout autre procédé phonétique est une première strate, palpable, immédiatement transmissible, de l'influence de nos origines. Peu vu ici, vague souvenir d'un canadien sympathique du nom de Clovis peut-être...
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t38011-l-exil-sf-provencale
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t41121-new-inferno-fantastique-urbain
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36644-quietude-realiste
....
pour les plus évidents qui me reviennent de suite...

Merci, mon erreur aura au moins le mérite d'attirer l'attention sur ces trois là.

Hel a écrit:
ça me parait assez difficile de répondre objectivement, et justement de distinguer ce qui est "inconscient" ou juste des rapprochements que l'on peut faire soi même, et qu'on oriente peut-être déjà alors qu'ils ont peut être avoir avec tout autre chose.
Mais la sensibilité à certaines thématiques récurrentes, je pourrais dire, qui me paraissent intimement liées.
edit: donc quelque chose de lié au fondement de l'écrit mais pas à la langue même.
Complètement d'accord.


A l'exception des dernières interventions de Géadore et pandé, je ne vois pas en quoi ce topic dévie mal.

Quant aux influences générales d'un auteur, je ne crois pas que ce soit le sujet même si je suis d'accord avec tout ce qui a été dit là-dessus (Hel, Avent, Lo')

Enfin, s'interroger sur l'influence des origines sur la création artistique en l'occurence textuelle n'a de pertinence que si elle donne sa trame au récit. Parce que si les références culturelles, religieuses ou tout ce qu'on peut englober sous "les origines" ne singularisent pas le texte c'est que ces dernières sont secondaires.

@Pandé : soit tu as lu le sujet en diagonale, soit tu es hermétique à une réflexion très actuelle qui jouera certainement beaucoup lors des prochaines élections et de toute façon imprimera son effet à la production littéraire (ça a déjà commencé).
Comme dit précédemment, l'influence des origines dans le texte, lorsqu'elle lui apporte sa singularité, fait appel à un patrimoine puissant, qu'il soit douloureux ou pas il est partie intégrante de l'Histoire. C'est pour ça que "les origines" dont la mesure où elles peuvent définir une narration, une histoire ou une dynamique font appel au concept de civilisations. Comme le dit Lo Mel, la différence entre deux français de deux régions différentes n'est pas suffisante. Il faut donc voir plus loin dans le temps et l'espace. Avec les réflexions et idées préconçues que ça implique.


http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6962
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Séléné.C a écrit:
Durant l'année : Dijon, Côte d'Or.
Parce que mes parents, enseignants, ont été mutés en Bourgogne et y sont restés.

Durant l'été ; un petit patelin de Côte d'Opale.
Parce que mes aïons et mes rataïons sont du Pas de Calais (et quelques-uns de Belgique, si on remonte assez haut)

Simple comme mer bleue et feuillages d'or, quoi Smile


Concernant les influences sur mon style...
Il m'arrive d'employer par mégarde des mots plus picards ou chti que français. Ceux que Asyne m'a signalés durant la bétalecture de Howahkan ou des ChrGN ont été remplacés.
Par contre, lors de l'Appel à Textes Rosanera, j'ai axé mon texte sur un détail de culture locale.
Parmi mes trop nombreux projets en attente pour cause "pas possible tout faire à la fois", j'ai un projet de recueil sur la thématique Opalienne. Un truc à réaliser quand j'en aurai l'énergie, ou bien petit à petit. Plus probablement petit à petit.



Spoiler:
 
http://scriptorium2.canalblog.com En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6020
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  IStandWithPalestine<3
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Pandémonium  /  Iphigénie in a bottle


Bon moi je suis 1/4 italien (de Vénétie), 1/4 breton, 1/4 tarn-et-garonnais, 1/4 corse.

Voilà de quoi ne pas débattre !
http://lenuageetlecendrier.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Kamaji a écrit:
C'est vrai que le topic a un peu dévié, mais c'est pas grave, je l'ai créé dans cette section exprès, sachant pertinemment que cela dévierait. Mais au-delà de ce qui peut être évident, comme localiser l'action dans sa propre région (je ne parle pas de région administrative) ou dans une région qui nous est chère, je me demandais si nos origines avaient quand même une influence.

Pour prendre un exemple concret, est-ce qu'un livre de fantasy ayant le même univers et la même trame scénaristique mais écrit par des centaines d'auteurs d'origines différentes, permettrait de deviner un temps soit peu ces origines.
Je dis ça comme ça mais plutôt que de demander l'origine de tous le monde. 
Pourquoi ne pas créer un événement d'écriture
Tu donnes toutes les bases et tous le monde écrit ....
Car ca m'étonnerai que tu trouves plusieurs personnes qui écrivent avec le même univers
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1124
   Âge  :  26
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Nat. française. Quelques ancêtres d'ailleurs, comme tout le monde. Comme ça ne se voit ni sur mon visage ni dans mes paroles, je n'ai jamais eu à en souffrir. Voilà voilà.



Blāūg
http://anowan.blogspot.com/ En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  503
   Âge  :  36
   Localisation  :  Var
   Date d'inscription  :  15/01/2016
    
                         
Kamaji  /  Gloire de son pair


Oui ViiViiNette, un peu comme je le dis dans le message que tu cites.
Cependant il aurait fallu que je fasse cela de manière plus vicieuse, en proposant un événement d'écriture sous un autre prétexte. Hélas je n'y ai pas pensé tout de suite et maintenant c'est un peu tard, car si les gens connaissent la raison, leur écriture s'en trouvera forcément modifiée.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Honnetement, je ne pense pas qu'on puisse modifer sa manière d'écrire (consciement) et surtout que l'histoire de nationalité joue quelques choses Wink
Mais tu peux toujours tenter
 

 Nationalité/Région des membres du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-