PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 Création de carte au début de vos livres : Pour ou contre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  154
   Âge  :  51
   Localisation  :  Scy-Chazelles
   Pensée du jour  :  Pas de bruit... pas de cri...
   Date d'inscription  :  21/04/2013
    
                         
RGDSL  /  Tycho l'homoncule


Quand j'étais plus jeune, j'aimais bien les bouquins où il y avait quelques pages illustrées. Ces illustrations avaient l'avantage de stimuler mon imagination. J'aimais bien les cartes, aussi. Pour exemple; celles du monde de Conan me permettaient de me faire une idée plus précise de la géographie d'un monde totalement imaginaire. Bien sûr, il ne faut pas non plus que les cartes soient aussi détaillées qu'un plan de métro parisien, mais si ces dernières peuvent apporter un visuel du monde en question, je pense que ce n'est pas plus mal. Perso, quand dans un roman, je tombe sur des longues tirades décrivant la géographie du monde, inconnu pour moi, où évoluent les personnages, il arrive souvent que je n'en retienne pas pas tout et que ces infos me fassent vite défaut quelques chapitres plus tard... Avec une petite carte, c'est tout de suite plus simple. Il suffit de revenir au début du bouquin et en un coup d’œil, l'info géographique recherchée est accessible.
http://www.123siteweb.fr/RGDSL/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  160
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  08/02/2016
    
                         
Oksambre  /  Tycho l'homoncule


C'est drôle, en relisant ce topic j'ai l'impression de lire une analyse de nos différentes façons d'appréhender le monde.
Personnellement, pour me sentir bien, j'ai besoin de comprendre les choses dans leur moindres détails, de sentir que je peux non pas contrôler mais presque, au moins maitriser la situation. Le fait d'avoir une carte dans un livre me permet de me situer sans m'égarer. Et finalement, peut être que ceux qui n'en ont pas l'utilité sont d'avantage capable de lâcher prise.
Bref, c'était ma réflexion du jour. Razz
http://socovici.free.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  113
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  07/03/2015
    
                         
Nihil  /  Barge de Radetzky


Je poursuis le déterrage de sujet en suivant le fil d'Ariane laissé par Flora Cool

Je rejoins les avis de ceux disant que la carte ne doit pas être un support obligatoire et une béquille que l'auteur laisse aux lecteurs... tout comme le glossaire des noms. Autant pour la carte je n'ai pas souvenir d'avoir lu déjà un bouquin où elle se soit révélée nécessaire (vous si ?) autant j'ai déjà sué sang et eau à la lecture d'une série qui avait bien 6 pages ou plus de glossaire en prologue absolument nécessaire pour éviter de se perdre en court de route.

Et là, ma première réaction est : juste non o_O ça ne se fait pas.
Allié aux dessins maladroits des armures des personnages ça donnait vraiment un esprit amateurisme détestable xD


Après perso je suis une feignasse : je ne fais pas de carte. J'aime bien en avoir, tout comme des glossaires, pour le fun, l'anecdote et voilà, rien de plus. Des petits à cotés sympa. Je trouve ça chouette et intéressant de voir la géographie/logie des mondes prendre forme de cette manière mais je ne m'attarde jamais dessus plus que le temps d'un coup d'oeil rapide dessus avant de passer à la lecture
http://tresadenn.portfoliobox.net/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3098
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Who cares if it doesnt make sense as long as it works ?"
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
Arkash  /  Didon de la farce


Nihil a écrit:
Autant pour la carte je n'ai pas souvenir d'avoir lu déjà un bouquin où elle se soit révélée nécessaire (vous si ?) 

Question de point de vue.

Pour moi elles sont toutes nécessaires. J'aime les cartes, j'aime me repérer dans un monde fictif, et j'aime rêver a ce qu'il peut bien y'avoir sur ces endroits de la map qui n'apparaissent pas dans le récit.

Quand j'ai une map, je suis constamment en train de l'étudier pour suivre précisément les persos, évaluer les distances, essayer d'analyser les influences de l'environnement sur la culture de ses habitants, patati, patata...

Donc je réitère un point que j'ai déjà avancé dans ce topic, avis qui va un peu a contre-courant de la globalité de ceux donnés ici, mais pour moi une carte pour un monde fictif est un must. 
Après, les glossaires de noms, arbres généalos, inventaires, toussa toussa, je m'en fous un peu (sauf pour une oeuvre comme le Livre Malazéen des Déchus ou c'est juste vital vu la complexité de l'oeuvre... tiens d'ailleurs, je reviens là-dessus juste après...) mais la map j'en ai un grand besoin perso. Tant par amour de celles-ci que par besoin de me repérer dans le monde que je découvre.

Now... back to the Malazan Book of the Fallen... 
Il s'agit de l'oeuvre fantasy la plus dense et la plus complexe que je connaisse : l'auteur te plonge dans un monde d'une complexité et d'une ancienneté rarement égalés a mon sens, et il ne file a son lecteur quasiment aucune explication sur tout le vocabulaire / dialecte / cultures / etc, etc... de ses peuples. Ce qui rend la lecture très ardue durant le premier tiers de chacun des onze tomes du cycle (les tomes sont plus ou moins dissociés les uns des autres malgré des fils rouges), mais putain, au bout d'un moment, tu réalises que : waaaaw, en fait je suis a fond ! J'ai lu genre 60 pages en six mois, perdu et noyé sous toutes les infos, mais en fait, sans m'en rendre compte, je me suis fait totalement happer par l'univers et je le maîtrise bien plus que ce que je croyais !
Mais pour cette oeuvre en particulier, la carte, le glossaire, l'index, etc, sont vitaux. Ce serait littéralement impossible de s'en sortir sans ceux-ci. Y'a toute une cosmogonie dans cet univers, plusieurs continents avec des millénaires d'histoires et des centaines de peuples aux cultures variées, près de six ou sept espèces différentes chacune avec leur Histoire, leur mixitudes, leurs ponts avec les autres, toussa toussa.. et vraiment un vocabulaire très spécifique a l'univers qui peut intimider clairement... jusqu'au, comme j'ai dit, jour où tu réalises que tu comprends plus ou moins tous les tenants et aboutissants (du moins immédiat) du récit et que tu réalises que ce foutu anthropologue de Steven Erikson est en fait un génie.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  113
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  07/03/2015
    
                         
Nihil  /  Barge de Radetzky


Citation :
et que tu réalises que ce foutu anthropologue de Steven Erikson est en fait un génie.

tu soulignes un point intéressant là : anthropologue. Je pense vraiment qu'il y a différentes approches, que ce soit au niveau du travail des univers des auteurs, que de ce que veulent lire les lecteurs et ce qu'ils acceptent comme degré d'immersion.

Après, il n'y a ni bon, ni mauvais, tous les goûts se défendent et il y aura toujours un lectorat même de niche pour une approche littéraire. Après, de mon côté, je sais que je n'apprécie pas d'avoir un recueil d'anthropologie là où je cherche de l'évasion. J'aime être embarqué par le récit et les personnages et devoir décortiquer le monde et passer par une carte ou des recueils à côté, ça me sort du trip, je ne suis plus dedans.

Mais voilà, ça se vaut, je comprends bien que tu prennes énormément de plaisir à suivre l'auteur dans sa démarche fouillée et que ça te fasse triper d'absorber toute cette richesse et de t'émerveiller au fur et à mesure, en une espèce de seconde 'lecture' de son oeuvre, avec d'un côté l'histoire en elle-même et de l'autre tout l'univers sur lequel il est bâti.

De mon côté, j'aime aussi énormément cette lecture un peu plus scientifique et j'aime que les auteurs se cassent le cul pour inventer quelque chose d'original mais... à côté. En encyclopédie à part du monde. Je raffole de ce genre d'ouvrage, j'aime juste quand les choses sont séparées, le récit d'un côté, l'encyclo de l'autre et n'ai pas envie de buter dans ma lecture du roman et d'en sortir à cause d'une richesse mal dosée pour ce que je peux absorber. (:
http://tresadenn.portfoliobox.net/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2569
   Âge  :  20
   Pensée du jour  :  [citation de merde]
   Date d'inscription  :  25/10/2014
    
                         
Trench  /  Le bruit et la pudeur


C'est traduit en fr votre truc de fantasy anthropologique ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3098
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Who cares if it doesnt make sense as long as it works ?"
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
Arkash  /  Didon de la farce


Trench a écrit:
C'est traduit en fr votre truc de fantasy anthropologique ?

http://www.elbakin.net/fantasy/news/Comment-lire-le-cycle-malazeen
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  32
   Âge  :  23
   Localisation  :  Evreux-Rouen
   Pensée du jour  :  C'est quand qu'il arrive Superman ?
   Date d'inscription  :  19/06/2016
    
                         
Clément L  /  Petit chose


Question fort intéressante !

En tant que lecteur, honnêtement, ça ne me fait ni chaud ni froid. J'ai tendance à passer ces pages sans les regarder, elles ne m'intéressent guère ! Je ne pense pas que ce soit indispensable... Il faut juste que ça serve le lecteur, mais après, l'utilité c'est tellement subjectif qu'on dépasse du cadre de la règle...

C'est différent quand tu rédiges toi même quelque chose. Sur mes premiers écrits, en étant bien plus jeune, je n'ai jamais fait de carte, car, premièrement, je n'étais pas forcément motivé, et enfin, je n'en voyais pas forcément l'utilité.
J'étais encore jeune, et je n'y voyais pas encore la pertinence.

Là, sur le tout nouveau projet auquel je me destine, c'est bien différent. Dès que tu inscrits un roman dans un univers modifié, inventé, je pense que la carte est un outil très utile pour l'écrivain afin que l'action soit correctement située.
Je ne suis qu'à mon premier chapitre, mais c'est vrai qu'avoir posé une idée globale de la géographie m'aide à visualiser et faire quelque chose de cohérent.
Dans, je ne pense pas qu'une carte au début d'un livre soit indispensable, en revanche, elles peuvent apparaître comme une véritable aide pour l'écrivain.
Après, tout dépend de la personne !
 

 Création de carte au début de vos livres : Pour ou contre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-