PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 

 La crainte de dire: Je suis écrivaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  28
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  31/12/2015
    
                         
JaneD  /  Homme invisible


Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce forum, mais j'aimerais ce que vous pensez face à cette problématique. Avouer, se dévoiler enfin; oui je suis auteure, écrivaine etc...  Certains ne considèrent surement pas cela comme un enjeu et j'aimerais avoir votre opinion.

Pour ma part, le processus a été discret. Mon conjoint m'a toujours soutenu et m'encourage fortement. Plus j'écrivais, plus je prenais confiance et j'ai commencé à révéler à mes amis proches et ma famille que j'écrivais un roman. La gêne a laissé place tranquillement à de la fierté face à ces gens qui ne me jugent pas. À présent, le cheminement commence à être plus ardu. Je dois dire au reste que je suis écrivaine, que j'aurai peut-être bientôt mon livre entre mes mains et qu'ils pourront le lire. J'ai peur du rejet, de leur jugement, malgré que je crois très fort en mon projet. Je devrai franchir cette étape si je veux promouvoir mon roman un jour. Je sais que je le ferai, mais au prix d'un énorme stress.

Je sais que c'est ridicule cette peur qui me paralyse, mais bon avez-vous des conseils?


Dernière édition par JaneD le Jeu 31 Déc 2015 - 18:44, édité 1 fois
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je ne comprends pas ta peur. Non plus l'utilité d'arborer un statut. Tout ça me semble être une affaire de vision fantasmée de l'écrivain. Faut rester simple.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  28
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  31/12/2015
    
                         
JaneD  /  Homme invisible


Peut-être bien que c'est une vision fantasmée comme tu dis. C'est surtout la crainte plutôt des critiques, de me faire dire que je n'ai pas ce qui faut pour être écrivaine.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  877
   Âge  :  25
   Localisation  :  allez savoir où, allez savoir quand, dans quelque monde psychédélique -
   Pensée du jour  :  "La haine rend fort. La vengeance est un but." Shadow, in Project Viper - Faceless.
   Date d'inscription  :  25/12/2015
    
                         
LadyRavenya  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Je pense que tu ressens ça parce qu'écrivain n'est pas admis comme un "vrai" travail tant que tu n'as été ni publié, ni reconnu. Peut-être qu'une fois que tu auras effectivement ton livre en main, tu te sentiras mieux. Les gens aiment ce qui est tangible, c'est malheureux mais c'est comme ça. Pour te dire, j'en suis à mon troisième tome d'une saga, je n'ai pas encore été publiée (et pourtant je démarche les éditeurs, c'est pas faute d'essayer !) et on ne me considère toujours ni comme auteur, ni comme écrivaine, parce que justement je n'ai pas de "pièce", de "preuve tangible" à fournir.
http://ellenmartin.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1211
   Âge  :  26
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  Don't you dare surrender ?
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Nordgia  /  No fun allowed


C'est peut-être aussi d'offrir une partie de toi aux yeux du monde. C'est quelque chose que j'éprouvais à mes débuts, restreints, dans l'écriture, avant qu'on me lance l'idée d'étendre mes textes à un plus grand lectorat.
Il faut distinguer je pense tes productions, le statut d'auteure et toi en tant que personne. Si tu reçois une critique extrêmement négative sur ton travail, il ne faudra pas la prendre comme une insulte contre toi personnellement.  Les critiques (les vraies, les utiles) servent toujours, qu'elles soient positives ou non. Peut-être que tu auras plus de mal à faire lire à des gens que tu connais plutôt qu'à des inconnus, et ça me semble normal. Ecrire est une activité artistique au même titre que les autres: si tu avais été comédienne, tu recevrais des critiques sur ton jeu et sur la qualité de ton personnage et non sur toi précisément -les remarques sur le physique ça ne compte pas *sifflote* -. Eh bien, la littérature c'est pareil !

Après, comme le dit LadyRavenya, le fait de ne pas être publié peut te faire éprouver une certaine "honte" de dire que tu es auteure, comme si tu ne méritais pas ce titre. Mais là, ça rejoint ce que disais Maspalio, c'est à dire à la perception que tu te fais d'un auteur.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  28
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  31/12/2015
    
                         
JaneD  /  Homme invisible


Merci vos commentaires sont très pertinents! Effectivement, faire lire nos écrits, c'est un peu comme se dévoiler, mettre notre âme à nu. J'étais très gênée au début de faire lire mes textes par mon conjoint. Maintenant, ça va. Je sais qu'il ne me critiquera pas méchamment et que ce sera toujours constructif.

Tu as raison Ryvem, lorsque que tu dis que je ne dois pas prendre la critique comme une insulte personnelle. J'ai du travail à faire sur moi Wink
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  877
   Âge  :  25
   Localisation  :  allez savoir où, allez savoir quand, dans quelque monde psychédélique -
   Pensée du jour  :  "La haine rend fort. La vengeance est un but." Shadow, in Project Viper - Faceless.
   Date d'inscription  :  25/12/2015
    
                         
LadyRavenya  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Ne t'en fais pas, plus on te lira, moins tu te sentiras gênée. Le tout est de faire le premier pas, et je pense que poster sur le forum t'aidera beaucoup ! :calien:
http://ellenmartin.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  242
   Âge  :  68
   Localisation  :  Saint Maur (Indre)
   Date d'inscription  :  16/12/2013
    
                         
gilles  /  Autostoppeur galactique


Si tu es génée de te présenter comme écrivaine alors que ton roman n'est pas encore terminé et surtout publié, tu peux aussi dire simplement que tu écris, ce qui te positionnerait de façon plus convenable.
http://www.hancotte.com
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je vais dans le sens de Maspalio et Gilles, tu écris voilà tout. Comme des tas d'autres personnes écrivent, peignent, font de la musique ou du point du croix, le reste, les grands mots collés, c'est de la dentelle pour faire joli dessus, cela part et reste, entre autre, un besoin d'expression, et pas besoin de permission ou..., pour ça.

Les critiques c'est autre chose, et inévitable dans tout ce qu'on fait et que l'on soumet au regard.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Eh bien dire qu'on est écrivaine quand on n'a pas encore terminé, relu, corrigé et publié son bouquin, c'est une peu présomptueux, je crois. La bonne question, c'est à quel moment peut-on prétendre au titre d'écrivain. Et le vrai problème (de grâce, pas de "problématique" à toutes les sauces ! peut-être est-on écrivain quand on sait la juste valeur des mots, tiens) ; le vrai problème, disais-je, c'est l'ego et son irrésistible besoin de se flatter en balançant sa qualité d'écrivain (je n'aime pas écrivaine) à des gens qui s'en fichent pas mal (ta boulangère, tes collègues, le véto de ton chat...) À partir du moment où les personnes qui te sont importantes te reconnaissent comme telle sans broncher, c'est déjà parfait. Et si tu obtiens l'adhésion des éditeurs, critiques et lecteurs...

Quant à la critique, elle fait partie du jeu. Il faut apprendre à l'apprécier et à l'accepter. Oui, ça chatouille l'ego parfois douloureusement. Mais elle fait avancer, quand on sait s'en servir.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  28
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  31/12/2015
    
                         
JaneD  /  Homme invisible


Je prends note de vos commentaires/suggestions et opinions. Merci beaucoup! Smile
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'écris des nouvelles mais je ne me considère pas comme écrivain personnellement, c'est une sorte de hobby . J'ai fais un bac littéraire où j'ai eu un niveau médiocre du début à la fin, je suis mauvais en orthographe et en grammaire, je ne lis pas autant qu'un écrivain le devrait. Peut-être faut-il considérer les choses en terme d'ambition, se dire qu'il y a des degrés, et au final, te demander à quel degré tu corresponds. Si tu fais ça sans grandes ambitions, tu peux dire que tu es auteure amateur, et je suis sûr que ça t'exposeras tout d'un coup à beaucoup moins de jugement... Le mieux étant de faire preuve de prudence et ne pas dire sur tous les toits que tu te considère romancière si tu n'en es pas certaine.

D'un autre côté, je pratique beaucoup de dessin, et de nombreuses autres pratiques plastiques, j'ai fait des études d'art que j'ai terminées (même si elles ne m'ont pas appris grand chose: j'ai sacrifié mon avenir professionnel en choisissant de consacrer ces années aux Arts plastiques, alors que j'aurais pu m'orienter vers des choses beaucoup plus porteuses...). J'ai participé à de nombreuses expositions et j'en ai organisé. Je réalise des projets divers, j'y consacre beaucoup plus de temps et d'argent. De fait, autant je me considère tout juste comme ecriveux hobbyste, j'ai moins d'hésitation à me déclarer artiste, dessinateur ou illustrateur... Je vois plus de légitimité.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je comprends la question et que ce soit pour auteur ou pour écrivain, en se fiant à la définition, même un amateur peut être concidérer comme auteur ou écrivain.

Mais dans tous les cas, que ton livre soit abouti ou non, tu n'as pas à avoir peur de le dire, au contraire, on doit toujours être fière de ce que l'on fait non ?

Wink
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  649
   Âge  :  39
   Localisation  :  Montréal, Québec
   Pensée du jour  :  " Dont let yours dreams just be a dreams"
   Date d'inscription  :  29/01/2014
    
                         
Lady Bella  /  Hé ! Makarénine


Salut,
j'étais comme toi au départ. Puis peu à peu je n'ai pas eu honte de dire que j'écrivais. Ça m'a prit quelque temps avant de me définir comme un écrivain ( jusqu'a ce que j'aie fini mon premier roman ) Il ne faut pas avoir hôte il y a pire comme passion n'est-ce pas ? Il ne faut pas se prendre la tête pour un titre Smile Pendant un moment ce qui me gênait le plus c'est quand les gens me demandais ce que j'écrivais XD mais en voyant que de nombreuses lectrices aimaient mes écris j'ai arrêter de l'être et j'assume pleinement Smile
http://isabellew.x10host.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  22
   Âge  :  28
   Localisation  :  Québec
   Date d'inscription  :  31/12/2015
    
                         
JaneD  /  Homme invisible


Lady Bella a écrit:
Pendant un moment ce qui me gênait le plus c'est quand les gens me demandais ce que j'écrivais XD mais en voyant que de nombreuses lectrices aimaient mes écris j'ai arrêter de l'être et j'assume pleinement Smile

Tu as bien raison! Cela me gêne encore un peu, mais plus j'en parle, moins je suis timide et plus je m'assume!
 

 La crainte de dire: Je suis écrivaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-