PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
 

 Le passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  163
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  18/09/2015
    
                         
mithra  /  Tycho l'homoncule


Bonjour, je me suis poser ces deux question : pourquoi le passé est il le plus employé dans les romans selon vous ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6943
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Peut-être parce qu'il comporte plus de nuances que le présent...
Il peut indiquer quelque chose de rapide, quelque chose qui s'étend en longueur...
Alors qu'il n'y a qu'une seule forme de présent.

Peut-être parce qu'il permet d'envisager les choses dans leur globalité sans avoir un besoin absolu de narrateur omniscient, tout autant que de faire des bonds entre points de vue ou d'éclipser discrètement un morceau de chronologie
http://scriptorium2.canalblog.com En ligne
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Edit : Haha j'ai rien compris en fait, je pensais pas au temps de la narration. Je laisse quand même pour ceux que ça intéresse.
à côté de la plaque : :
 


Dernière édition par Gallifez le Jeu 24 Déc 2015 - 11:06, édité 1 fois
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4535
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  30/01/2013
    
                         
Akëdysséril  /  À tës risques et péryls


Ma réponse sera imparfaite car le sujet est trop compliqué pour mes connaissances, mais je vais quand même essayer de poser ce que j'ai retenu de ce temps du point de vue de la grammaire.

Sans aller dans les tréfonds du passé simple — je prends celui-là en particulier, qui est le temps du récit par excellence —, de son historique dans la langue ou de la sensibilité qu'on peut avoir vis-à-vis de ce temps, on peut quand même en dire deux ou trois choses. Par exemple, on l'a beaucoup opposé au passé composé en disant que ce dernier devait évoquer des événements récents, datant de "moins de vingt-quatre heures". Cela rejoint Benveniste qui distinguait l'énonciation de discours et l'énonciation historique. En gros, la première est assumée par son énonciateur, et on peut y trouver les marques de son énonciation. La seconde, elle, se distingue par la distance maximale que le locuteur prend par rapport à son énoncé, qui est alors pris en charge par un narrateur anonyme. Je ne sais pas si ça sera clairement dit, mais c'est un peu cette différence que l'on retrouve entre "hier" et "la veille", ou bien entre "demain" et "le lendemain" : "hier" et "demain" prennent sens quand on les raccroche à l'acte d'énonciation présent, tandis que "la veille" et "le lendemain" en sont totalement décrochés.

Du coup, le passé simple est plus adapté à ce second type d'énonciation où comme le dit Benveniste "personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter eux-mêmes." Je ne sais pas ce que vaut cette page, mais elle m'a l'air bien pour démêler tout ça.

Après, encore une fois, je ne sais pas si le récit a créé le passé simple ou si le passé simple a créé le récit, mais voilà en tout cas pourquoi, aujourd'hui, on emploie plus volontiers ce temps qu'un autre dans un récit (et non pas dans un texte ; une pièce de théâtre, par exemple, mêlera tous les temps et se trouvera davantage dans une énonciation de discours où les personnages assument leur énoncé, puisqu'il s'agit exclusivement de dialogue). Quant à l'imparfait, on pourrait en dire à peu près la même chose avec cependant encore plus de nuances dans ses emplois (d'habitude, de description, hypocoristique et tout le reste !).
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5516
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  "Quand je pense à tous le slivres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Quod  /  Pouyoute (© Birdy)


Les temps de narration marquent différents degrés d'implication du narrateur dans le récit.

Le présent est ce qui rend l'action plus vivante.

Le passé composé indique que, bien que passés, les faits ont encore un impact sur le narrateur au moment où il raconte. Il est donc partie prenante.

Enfin, dans un "système de récit" où l'on utilise les autres temps du passé (passé simple pour la narration, imparfait pour la description, plus-que-parfait pour les actions antérieures à la narration, etc.), la distance entre narrateur et récit (c'est-à-dire entre le moment où se sont déroulés les événements racontés et celui où il raconte) est portée à son maximum.
Cela ne veut pas nécessairement dire que les faits rapportés par le passé simple seront plus anciens que ceux rapportés par le passé composé (même si c'est le cas le plus souvent, traditionnellement). C'est une question de positionnement du narrateur.
Le narrateur ne prend plus à son compte le récit qu'il fait : l'histoire est comme "coupée" du moment où il raconte. Il a du recul par rapport à ce qu'il dit.

EDIT : Le lien d'Akë est pas mal.


 
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  711
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Pantagruélisme : vous entendez que c'est certaine gaieté d'esprit confite en mépris des choses fortuites
   Date d'inscription  :  01/08/2015
    
                         
Nedjma  /  Blanchisseur de campagnes


Il y a une théorie (je crois dans Stylistique de la prose de Anne Herschberg-Pierrot mais à vérifier, je n'ai aps le bouquin à proximité), qui dit que je passé des histoires (Il était une fois...) marquerait non pas une rupture temporelle mais une rupture entre la réalité et la fiction.
Ca arrive souvent qu'on utilise le passé pour marquer d'autres ruptures que celle du temps. Par exemple, quand on veut être poli : "Je voulais vous demander si vous acceptez les manuscrits par mail...". En fait, je veux toujours hein ^^
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  163
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  18/09/2015
    
                         
mithra  /  Tycho l'homoncule


Merci pour ces réponses ^^ En fait j'ai remarquer qu'en littérature jeunesse le présente (en tout cas celle que lis) le présent est un peu plus employé ces dernières années.
 

 Le passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-