PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 A quoi sert la lecture ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  54
   Localisation  :  gunstett bas-rhin france
   Pensée du jour  :  la franchise dérange, l'hypocrisie arrange
   Date d'inscription  :  17/10/2015
    
                         
benoit_vogel  /  Pippin le Bref


je distingue deux categories de livres

1.les livres et magazines scientifiques, d'actualités, de géopolitique, de sciences de la terre, les encyclopédies, les dictionnaires pour amasser de la connaissance pure
2.tous les autres livres, romans, classiques, sf, etc.....pour se divertir
____

résumé,
_j'accrois mes connaissances, j'apprends en lisant de la connaissance pure, scientiifique...... wikipedia ou l'encyclopédie universalis, etc
_en lisant les classiques français, zola, proust ou n'importe quel livre "classique" je me divertis.

quelles sont vos opinions, merci !
http://edilivre.com/les-gays-a-la-campagne-c-est-des-heteros-ben
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  747
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Pantagruélisme : vous entendez que c'est certaine gaieté d'esprit confite en mépris des choses fortuites
   Date d'inscription  :  01/08/2015
    
                         
Nedjma  /  Blanchisseur de campagnes


Je crois que la littérature produit aussi de la pensée.
Une pensée différente. Tu y apprendras autre chose que la géopolitique (quoique, à l'occasion...), plutôt des savoirs sur l'homme, sur l'existence.
Parmi mes oeuvres préférées, Le roi se meurt, où Ionesco se propose d'essayer d'apprendre à mourir... Difficile et crucial.
Ou encore L'idiot où Dostoïevski m'a pour la première fois fait ressentir, à moi, résolument athée, la sensation de la foi... (ça m'a duré quelques jours)
Pour simplifier, je pourrais dire que ça m'ouvre à la vie.

J'ai assisté une fois à une conférence du poète Gérard Macé, il disait qu'un livre c'est "un supplément de vie, un supplément de pensée, un supplément d'âme". J'ai vraiment apprécié cette idée de supplément : un livre, c'est quelque chose qui nous apporte, nous complexifie, densifie notre existence (parfois notre passé en nous permettant de le voir sous un autre angle, mais aussi notre futur en nous amenant à percevoir les événements de manière plus riche).

Lire de la fiction, ça sert aussi à sortir de soi-même, à entrer dans la subjectivité de quelqu'un d'autre qui n'est pas soi, de s'entraîner à se mettre à la place d'autrui.

Et puis il y a le langage : la littérature ça sert à maîtriser le langage, apprendre à trouver le mot juste, à aimer mettre l'expression exacte sur une idée. Et quand on y réfléchit, notre vie est essentiellement composée de mots (mots d'amour, contrats, compliments, reproches, insultes, chansons...), alors apprendre des mots, utiliser des mots, saisir des nuances, ça me paraît important.

Pour résumer, pour moi ça sert à :
- enrichir notre rapport à la vie
- comprendre autrui
- approfondir notre rapport au langage.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  550
   Âge  :  23
   Localisation  :  Entre deux lignes
   Pensée du jour  :  Pourquoi ?
   Date d'inscription  :  16/01/2015
    
                         
Writer  /  Gloire de son pair


Pour moi, la lecture peut avoir deux vertus.

Celle de me détendre, de me distraire, de me faire évader du quotidien par telle ou telle histoire. Du drame en passant par le comique ; sachant qu'un drame au même titre qu'une nouvelle humoristique peut me divertir. Le genre n'a rien à voir donc.

Pour la deuxième option, la lecture est un moyen d'apprendre ou de forger ses connaissances. On peut distinguer la découverte et l'approfondissement de certaines connaissances déjà acquises. D'ailleurs, un roman peut aussi bien apprendre certaines choses qu'un magazine...
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


A rien.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6084
   Âge  :  28
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


Je crois que ce topic te donnera aussi des pistes de réponses sur ta "catégorie 2", même si la question est posée autrement Wink

http://jeunesecrivains.superforum.fr/t40535-que-recherchez-vous-dans-la-litterature
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2774
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Les questionnements d'utilité, tout comme tout ce qu'ils servent à analyser, ne servent à rien.

Dans l'absolu, RIEN n'est utile puisque si on analyse l'utilité du but à atteindre, puis l'utilité du but du but, et ainsi de suite, on arrive vite à un questionnement existenciel insoluble.

Les visions utilitaristes du monde et de ce qu'il contient manquent de perspective et d'envergure. Les choses (et les gens) ont une valeur intrinsèque qui dépasse la notion d'utilité.

À quoi est censé servir ce topic qui juge de l'utilité des lectures ? Quelle est son utilité ?
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  747
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Pantagruélisme : vous entendez que c'est certaine gaieté d'esprit confite en mépris des choses fortuites
   Date d'inscription  :  01/08/2015
    
                         
Nedjma  /  Blanchisseur de campagnes


Mikaroman a écrit:
Les questionnements d'utilité, tout comme tout ce qu'ils servent à analyser, ne servent à rien.

Dans l'absolu, RIEN n'est utile puisque si on analyse l'utilité du but à atteindre, puis l'utilité du but du but, et ainsi de suite, on arrive vite à un questionnement existenciel insoluble.

Les visions utilitaristes du monde et de ce qu'il contient manquent de perspective et d'envergure. Les choses (et les gens) ont une valeur intrinsèque qui dépasse la notion d'utilité.

À quoi est censé servir ce topic qui juge de l'utilité des lectures ? Quelle est son utilité ?

Je n'avais pas compris comme ça le verbe "servir". Evidemment en terme d'utilité pratique... c'est un questionnement idiot...
J'avais plutôt compris ça comme : qu'est-ce que ça vous apporte ? pourquoi vous aimez lire ?

C'est une question souvent posée par les élèves qui ne lisent pas. Je trouve qu'on peut essayer d'expliciter ce que ça nous apporte, sans balayer la question d'un revers de main.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2774
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Je ne la balaye pas, je tente de la remonter : puisque la question de l'utilité de la lecture puis l'utilité de l'utilité puis l'utilité de l'utilité de l'utilité conduit à un vide, j'essaye de voir si en amont de cette chaine, il peut y avoir quelque chose.
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  27
   Localisation  :  va voir sur La Carte si j'y suis.
   Pensée du jour  :  On ne caillasse pas des gens avec des chats, sinon on les chaillasse.
   Date d'inscription  :  06/10/2013
    
                         
Aomphalos  /  Hé ! Makarénine


Je suis assez d'accord avec Mika sur la question de l'utilité. Je rencontre moi-aussi ce genre de question lorsqu'on m'interroge sur l'utilité de la philosophie. De fait, je peux faire une liste très longues de ce qu'il y a d'utile dans la lecture ou la philosophie (en terme d'ouverture d'esprit, d'intelligence dans les relations, de compréhension du monde, d'attitude critique, etc.), mais se faisant je n'aurais en aucune manière décrit ce que m'apporte ces deux manières de me rapporter au monde. Je crois comme Mika que les choses ont parfois une valeur qui dépasse l'usage (spéciale dédicace à cette vieille bique d'Arendt).

Plus encore, je me méfie de cette question de l'utilité, parce qu'elle donne l'illusion que la valeur des choses dépend de leur rentabilité. Il y a une forme très spéciale de beauté dans la gratuité d'une lecture ou dans l'inutilité apparente d'une pensée. Harmut Rosa, qui est un sociologue que j'aime beaucoup, considère que notre modernité est caractérisé par l'accélération des rythmes et le découplage de plus en plus profond entre les aspirations individuelles et les développements technologiques. Il croit que la vocation éthique de l'homme moderne est de construire, en marge de cette accélération techno-scientifique, ce qu'il appelle des "ilots de décélérations", des moments à la marge du mouvement général et qui laissent la place à la créativité de l'individu et à l'expression de son intimité. Je crois que les activités inutiles offrent à l'homme moderne des espaces de contemplation qui valent précisément parce qu'ils sont sans valeurs au regard des critères d'évaluations de la modernité. C'est une redéfinition contemporaine de l'otiumantique ou de l'idée selon laquelle le sel de l'existence se situe en marge des activités utiles.

Bref, je dirais que la question est moins de savoir à quoi peu bien servir la lecture que de comprendre quel est son enjeu, c'est à dire de saisir ce qui est en jeu en elle.


https://aomphalos.wordpress.com/ En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  14
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  27/10/2015
    
                         
Sherbrook  /  Homme invisible



Je ne pourrais sans doute jamais parler aussi bien que le membre au dessus, mais je suis très d'accord avec lui. king

Je ne comprends pas pourquoi ceux qui aiment lire veulent forcer les autres à lire en leur donnant une preuve d'utilité. C'est comme si ceux qui aiment jouer d'un instrument forçaient chacun à jouer d'un instrument en donnant une preuve d'utilité. Je lis partout car j'aime lire, si j'aimais dessiner, je pense que je dessinerais tout le temps aussi.
Je saurais pas dire à quoi ça sert de lire, mais je saurais dire pourquoi j'aime bien lire. Car ça reste quelque d'un minimum subjectif, comme activité. Heureusement.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  54
   Localisation  :  gunstett bas-rhin france
   Pensée du jour  :  la franchise dérange, l'hypocrisie arrange
   Date d'inscription  :  17/10/2015
    
                         
benoit_vogel  /  Pippin le Bref


Mikaroman a écrit:
Les questionnements d'utilité, tout comme tout ce qu'ils servent à analyser, ne servent à rien.

Dans l'absolu, RIEN n'est utile puisque si on analyse l'utilité du but à atteindre, puis l'utilité du but du but, et ainsi de suite, on arrive vite à un questionnement existenciel insoluble.

Les visions utilitaristes du monde et de ce qu'il contient manquent de perspective et d'envergure. Les choses (et les gens) ont une valeur intrinsèque qui dépasse la notion d'utilité.

À quoi est censé servir ce topic qui juge de l'utilité des lectures ? Quelle est son utilité ?
bonjour Mikaroman, une lectrice m'a dit cela : "la lecture me permet d'avoir d'autres expériences existentielles en me mettant dans la peau d'un héros de roman par exemple !"
Moi même lorsque je lis de la SF, je me sens déconnecté parfois de la réalité, dans un monde virtuel."
http://edilivre.com/les-gays-a-la-campagne-c-est-des-heteros-ben
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  54
   Localisation  :  gunstett bas-rhin france
   Pensée du jour  :  la franchise dérange, l'hypocrisie arrange
   Date d'inscription  :  17/10/2015
    
                         
benoit_vogel  /  Pippin le Bref


JE NE COMPRENDS PAS LA CHARTE DES SITES ONLINE LITTERAIRES
on a le droit mikaroman de parler des livres de houellebecq et de trierweiler qui ont gagné des millions et vendu des centaines de milliers de livres
par contre le nouvel auteur qui survit avec le RSA ne peut pas parler de son bouquin....
c'est insensé ! si un auteur ne peut pas parler de son livre sur un site littéraire, il ne pourra le faire nulle part ailleurs
salutations benoit !
http://edilivre.com/les-gays-a-la-campagne-c-est-des-heteros-ben
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2774
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


benoit_vogel a écrit:
JE NE COMPRENDS PAS LA CHARTE DES SITES ONLINE LITTERAIRES
on a le droit mikaroman de parler des livres de houellebecq et de trierweiler qui ont gagné des millions et vendu des centaines de milliers de livres
par contre le nouvel auteur qui survit avec le RSA ne peut pas parler de son bouquin....
c'est insensé ! si un auteur ne peut pas parler de son livre sur un site littéraire, il ne pourra le faire nulle part ailleurs
salutations benoit !

Moi qui croyait que tu lançais ce sujet pour parler de l'intérêt de la lecture...

Tu veux dire que pendant tout ce temps là tu as pris les gens de la plateforme pour des cons en lançant des sujets dont tu n'avais rien à foutre pour qu'on te regarde et qu'on achète ton livre ? En les faisant parler dans le vent ?

Que tu sois au RSA n'est pas une justification suffisante pour te permettre d'enfreindre les règles du forum. (et si Houellebecq ou Trierweiler s'inscrivaient sur le forum pour faire leur promo, ils recevraient le même accueil)
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  54
   Localisation  :  gunstett bas-rhin france
   Pensée du jour  :  la franchise dérange, l'hypocrisie arrange
   Date d'inscription  :  17/10/2015
    
                         
benoit_vogel  /  Pippin le Bref


(et si Houellebecq ou Trierweiler s'inscrivaient sur le forum pour faire leur promo, ils recevraient le même accueil)

je ne vois aucune différence entre un lecteur qui parle du livre A et de l'auteur qui parle de son livre A LE MËME .....
http://edilivre.com/les-gays-a-la-campagne-c-est-des-heteros-ben
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  80
   Âge  :  54
   Localisation  :  gunstett bas-rhin france
   Pensée du jour  :  la franchise dérange, l'hypocrisie arrange
   Date d'inscription  :  17/10/2015
    
                         
benoit_vogel  /  Pippin le Bref


pardon ! je voudrais vous demander où peut-on parler des livres parus ? je ne vois pas où, car j'aimerais poster sur le livre de george orwell, 1984.
merci pour votre aide
http://edilivre.com/les-gays-a-la-campagne-c-est-des-heteros-ben
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 A quoi sert la lecture ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-