PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 [Fanfiction] Une autre littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Pangolin a écrit:

LA JéKRI UNE FF SUR KATNISS ET PEETA (PACE KE TRO DéGOU T KOMEN SA FINI ET PEETA
MERITE MIEU KE KATNISS KI JOU TRO AVC C SANTIMEN

tro ate de l'alire!!!!
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Je l’avoue, j'ai écrit des fanfictions (Harry Potter, mais en allant vers ce qu'on appelle des Univers Alternatifs, ce qui signifie qu'on reprend les persos (leurs noms, plus ou moins leurs caractères...) en les transposant dans un monde qui n'a rien à voir avec celui de l’œuvre originale). C'est grave docteur ?

En fait, je ne le regrette pas du tout, j'ai beaucoup appris en m'adonnant à cette activité honteuse. J'étais suivie par de nombreux lecteurs qui n'étaient pas avares en commentaires, et ces échanges me plaisaient énormément (et me stimulaient pour écrire !). J'ai appris à créer un suspense, des "cliffhangers" etc. Très formateur, en somme. Et je me suis tellement amusée !

Si ce n'est pas de la littérature, je pense que c'est en tout cas un très bon exercice d'écriture. Et je préfère voir des jeunes s'occuper de cette manière qu'en perdant leur temps de diverses façons que je n'énumérerai pas pour éviter de blesser quelqu'un.

J'ai lu pas mal de fanfics aussi, il y a quelques années, dont certaines très bien écrites et vraiment excellentes. Certains auteurs de Fanfics ont énormément de talent.
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  327
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  03/07/2014
    
                         
Sème-Lys  /  Symbiose ténia


Comme quoi la définition de la "littérature" évolue avec le temps, hein.
Y'a pas siiii longtemps, il fallait à tout prix que l'histoire racontée soit une version d'une histoire "canon", déjà connue par le public (Roman d'Alexandre par exemple) ; inventer une histoire de toutes pièces était mal vu.

Donc au final la fanfic, c'est plus vieux que la littérature "d'auteur".
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6015
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  IStandWithPalestine<3
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Pandémonium  /  Iphigénie in a bottle


Ça me pose problème pour plusieurs raisons. La première et plus importante est que nous vivons dans un monde où les œuvres originales disparaissent peu à peu pour laisser place aux reprises, cover, n°2 le retour, n°3 le retour inattendu,  n°4 le retour et peut-être la fin mais pas sûr ça dépend des bénéfs, des suites sans fin, sans intérêt, encore, encore, encore, encore et encore.  Et dans ce monde où la singularité d'une œuvre est devenue un miracle, certains continuent d'enfoncer le clou en nous proposant l'énième univers parallèle de Machin bidule, genre que lui serait-il arrivé s'il était allé aux toilettes cinq minutes plus tard. Je trouve ça dommage.
L'autre raison, à prendre avec des pincettes, est l'aliénation du métier d'écrivain. Où est l'imagination et l'individualité dans la fanfiction ? Elle n'est pas. Il est connu que les écrivains s'inspirent les uns les autres, mais suivre la logique d'un univers que nous n'avons pas créé et faire avec ses contraintes, est-ce s'inspirer de la littérature ? Non, c'est s'inspirer d'un unique auteur et c'est rejeter ses propres idées (car oui, même les auteurs de fanfiction ont des idées, mais en fait, soyons clair, ce sont de GRANDS PARESSEUX !)


Dernière édition par Pandémonium le Sam 5 Sep 2015 - 15:24, édité 1 fois
http://lenuageetlecendrier.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Oui, sauf qu'il y a un aspect ludique, un amateurisme dans la fanfiction qui n'a rien à voir avec les remakes et autres reprises commerciales d’œuvres telles que... ben disons par exemple Millenium T4, puisqu'on en parle beaucoup actuellement. L'auteur de fanfic ne revendique aucun droit, surtout aucun droit d'auteur (de toute façon on ne lui en concède aucun), il se contente d'être "fan" et de répondre à une envie qui est celle de continuer à évoluer dans un univers qu'il aime et auquel il ne peut renoncer même si le "vrai" auteur a mis un point final à son histoire. Il publie sur des sites/plateformes gratuits. L'auteur de ffic écrit pour se faire plaisir et pour divertir/communier-avec d'autres "fans". Cela ne nuit aucunement à l’œuvre originale (qui sera tout autant admirée, adulée, commentée par ces mêmes fans.)
L'auteur de fanfic ne se considère en général pas comme un écrivain. Il n'a pas cette prétention.
Et puis je crois qu'il ne faut pas sacraliser l'écriture. Elle peut se pratiquer de multiples façons, y compris la plus modeste.


Dernière édition par Molly le Sam 5 Sep 2015 - 15:38, édité 2 fois
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  348
   Âge  :  45
   Localisation  :  le corps : près de Limoges La tête : je sais plus où je l'ai mise...
   Date d'inscription  :  05/09/2015
    
                         
Tine  /  Tapage au bout de la nuit


Je prend la discussion en route...

J'ai écrit une fanfiction... elle faisait presque 200 pages... pas si mal !
A l'époque, cela me suffisait. L'histoire dans un monde que j'adore était enfin sortie de ma tête.

Et puis, l'histoire a plu. Et la question d'en faire quelque chose s'est petit à petit imposée à moi.

J'ai repris ma fanfiction et j'ai créé mon propre univers, mes personnages... Un très gros travail de réécriture. Le roman existe désormais et il n'est que de moi !

Est-ce que je me sens plus auteur maintenant, non !

La plupart des auteurs s'inspirent de leurs lectures. Certains écrivent dans un monde créé par d'autres. Ce qui compte, au final, c'est ce que l'on en fait ! L'imagination, le style...

Oui, il y a de mauvaise fanfictions (j'en ai lu tellement) mais il y en a aussi de très bonnes ! Il ne faut pas juger un style par le bas... Il existe aussi de mauvais romans !

En bref, écrire c'est écrire, peu importe comment, où et pourquoi... Un auteur est celui qui écrit quelque chose que d'autres peuvent lire et apprécier !

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  547
   Âge  :  23
   Localisation  :  Entre deux lignes
   Pensée du jour  :  Pourquoi ?
   Date d'inscription  :  16/01/2015
    
                         
Writer  /  Gloire de son pair


@Molly : Un exercice d'écriture, tu as complètement raison. La fanfic' permet de s'essayer à divers styles, à divers tons et thèmes. De plus, les échanges avec les lecteurs permettent de s'améliorer et de travailler ses intrigues, ses phrases...

@Pandémonium : Je vois que tu restes parfaitement campé sur tes positions concernant l'écriture. Je trouve tes propos comme tu peux l'imaginer disproportionnés.
Je ne vois pas la fanfiction comme un danger à la singularité des œuvres. Nombreux sont les auteurs à ne faire des romans "uniques" où aucune suite n'est à attendre. Pour les reprises, beaucoup n'ont aucun rapport avec la fanfiction... D'autant plus que les fanfictions paraissent rarement en librairie contrairement aux oeuvres originales alors ne te tromperais-tu pas de fautifs ?

L'imagination de l'auteur ne réside qu'en la nomination de personnages et de lieux ? Car désolé mais tout ce qu'un auteur peut écrire existe déjà. Si un auteur de fanfiction s'inspire de personnages de série, de fiction, un auteur "classique" s'inspire même inconsciemment de la vie réelle.
Vie réelle ? Vie fictionnelle ? La différence étant qu'un auteur de fanfiction avoue ne pas avoir créer personnellement son univers et ses personnages alors que l'auteur "classique" ment et se ment. On s'inspire tous de quelque chose ; la nouvelle pensée n'existe plus depuis de nombreuses années.

Rejeter ses propres idées ??? Non, je peux te le certifier. Si je m'inspire des personnages, il m'arrive souvent d'aller où je veux et comme je veux avec eux.
Pour la paraisse, un auteur de fanfiction passe autant de temps même plus sur ses écrits qu'un auteur classique. Pourquoi ? Parce qu'on veut respecter les personnages (même si ce n'est pas obligatoire) ; on veut créer un univers complètement à part, etc. Je pourrais te citer encore des exemples mais je pense que c'est assez.

Je te remercie tout de même pour ton partage.

@Tine : Merci pour ta réponse Smile
Tes 200 pages d'écriture me font réagir car cela prouve que la paraisse n'est pas chez les auteurs de fanfiction comme a pu le dire Pandémonium. Les auteurs classiques eux se contentent de réécrire 20 pages pendant 10 ans alors...
Sinon, complètement d'accord avec toi écrire, c'est écrire et le plus important reste le style et l'histoire.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  234
   Âge  :  51
   Localisation  :  Bayeux
   Date d'inscription  :  23/08/2015
    
                         
Marc Valcoric  /  Autostoppeur galactique


Bravo ! Qu'importe la destination, c'est d'être lu et que l'on apprécie son texte.
La définition d'un auteur, c'est juste être lu et de soulever émotion, réflexion, surprise, et d'un style propre. Qu'importe l'environnement !
Il y a quelques années, j'ai repris mes études, et j'ai du pondre un mémoire sur l'accompagnement d'un apprenti en difficulté. L'examinateur m'a sorti cette remarque : "On lit votre mémoire comme un roman, vous devriez penser à écrire !" Et c'était un compliment., car malgré tout, non seulement j'avais rendu le texte agréable, mais je restais professionnel, avec les remédiations à mettre en place.
Je me suis plus senti auteur dans ce mémoire que dans mes écrits sur les "départs en vacance" ou les "aides aux logements" par exemple qui m'ont fait gagner plein d'argent.
Qu'importe le genre, ce qui compte, c'est écrire ! Donnons de l'émotion à nos lecteurs, qu'ils voyagent...
http://retoursepia.wix.com/entre
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6015
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  IStandWithPalestine<3
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Pandémonium  /  Iphigénie in a bottle


Writer a écrit:

@Pandémonium : Je vois que tu restes parfaitement campé sur tes positions concernant l'écriture.
C'est-à-dire qu'il faudrait que tu me connaisses un peu avant d'affirmer que je campe sur mes positions, ou bien que cela soit plus que mon premier message sur ce post, mais soit. Tu aimes utiliser des expressions toutes faites. Que le juge prenne note, cela servira d'exemple à ce que je disais précédemment (ahah, oui, je sais, c'est bas.)

Writer a écrit:

Je trouve tes propos comme tu peux l'imaginer disproportionnés.
Je ne vois pas la fanfiction comme un danger à la singularité des œuvres. Nombreux sont les auteurs à ne faire des romans "uniques" où aucune suite n'est à attendre. Pour les reprises, beaucoup n'ont aucun rapport avec la fanfiction... D'autant plus que les fanfictions paraissent rarement en librairie contrairement aux oeuvres originales alors ne te tromperais-tu pas de fautifs ?
Pas compris...

Writer a écrit:

L'imagination de l'auteur ne réside qu'en la nomination de personnages et de lieux ? Car désolé mais tout ce qu'un auteur peut écrire existe déjà. Si un auteur de fanfiction s'inspire de personnages de série, de fiction, un auteur "classique" s'inspire même inconsciemment de la vie réelle.
Vie réelle ? Vie fictionnelle ? La différence étant qu'un auteur de fanfiction avoue ne pas avoir créer personnellement son univers et ses personnages alors que l'auteur "classique" ment et se ment. On s'inspire tous de quelque chose ; la nouvelle pensée n'existe plus depuis de nombreuses années.
Ce que j'ai dit dans mon intervention :Electricité: : "Il est connu que les écrivains s'inspirent les uns les autres"

Writer a écrit:

Rejeter ses propres idées ??? Non, je peux te le certifier. Si je m'inspire des personnages, il m'arrive souvent d'aller où je veux et comme je veux avec eux.
Pour la paraisse, un auteur de fanfiction passe autant de temps même plus sur ses écrits qu'un auteur classique. Pourquoi ? Parce qu'on veut respecter les personnages (même si ce n'est pas obligatoire) ; on veut créer un univers complètement à part, etc. Je pourrais te citer encore des exemples mais je pense que c'est assez.
Ah bon ? Je suis pas très convaincu.

Writer a écrit:

Je te remercie tout de même pour ton partage.
En gros, je serai pas passé, ç'aurait été mieux. Si tu voulais des papouilles, désolé.

Writer a écrit:

Tes 200 pages d'écriture me font réagir car cela prouve que la paraisse n'est pas chez les auteurs de fanfiction comme a pu le dire Pandémonium.  Les auteurs classiques eux se contentent de réécrire 20 pages pendant 10 ans alors...
Et c'est moi qui suis disproportionné  Laughing
http://lenuageetlecendrier.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1670
   Âge  :  6
   Date d'inscription  :  21/11/2011
    
                         
Lohengrin  /  Chevalier au Pancréas


Merci beaucoup à Writer d'avoir ouvert ce sujet de débat. J'aimerais revenir/réagir sur quelques choses qui ont été dites.

Raven a écrit:
De toute façon, une bonne fanfiction, si elle est bonne, tu changes les noms et les lieux, elle est aussi bonne qu'une création originale !


Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça. Il existe plusieurs types de fanfictions : celui que tu évoques, les Univers Alternatifs, ont souvent assez peu en commun avec l'oeuvre originale. (Exemple : Hermione Granger, étudiante en Lettres à la faculté de Poudlard, tombe sous le charme de son professeur de rhétorique, Sirius Black. Alors qu'elle participe à un atelier d'écriture avec ses amis Ron et Harry, la faculté est prise d'assaut par un groupe terroriste auto-proclamés « les mangemorts ».)

Le support original n'est, souvent, qu'un prétexte pour développer une histoire entièrement nouvelle, ne reprenant que les noms et traits de caractère des personnages (ex : le meilleur ami roux issu d'une grande famille). Ce sont majoritairement ces fanfictions que l'on retrouve dans les « fanfictions remaniées-publiées » (After, 50 shades of Grey, etc.)
Les raisons d'être de ces fanfics peuvent être multiples : flirter sur la vague de succès d'un best-seller en s'attirant beaucoup plus de lecteurs que si l'on publiait la même histoire sur un site d'écriture « classique », assouvir ses fantasmes à propos d'un personnage en particulier/l'acteur incarnant ce personnage dans l'adaptation cinématographique (exemple : un auteur tombant sous le charme de Robert Pattinson va écrire une fanfiction Twilight UA, qui aura plus de chances de séduire les lecteurs si le personnage s'appelle Edward que s'il s’appelait Raoul, car dans l'esprit des lecteurs, chaque scène le concernant évoquera immédiatement Robert Pattinson).

Il peut y en avoir de très bonnes, et de très mauvaises, là n'est pas la question.
Mais il existe d'autres types de fanfictions, par exemple :


  • La fanfiction qui va exploiter une faille dans le scénario, ou les quelques infos données sur un événement/un personnage, pour les développer, prolonger l'oeuvre (Exemple : fanfiction Harry Potter se focalisant sur les Maraudeurs, à l'époque où ils étaient étudiants à Poudlard / Fanfiction Hunger Games centrée sur le personnage de Cinna, sa vie au Capitole avant qu'il devienne le styliste de Katniss / Fanfiction Twilight développant la relation de Leah et Sam avant sa transformation/son imprégnation) (J'en mets pour tous les goûts, huhu)
  • Les fanfictions humoristiques, utilisant un humour très référentiel vis-à-vis de l'oeuvre originale
  • Les fanfictions qui ne sont pas des histoires en tant que telles, mais des scènes isolées, favorisant l'introspection sur le ressenti de X personnage à X moment donné, adoptant le point de vue d'un autre personnage dans une scène connue, etc.


Ces fanfictions ne peuvent pas exister sans le support de l'oeuvre originale. Si j'écris une fanfiction sur les sentiments de Voldemort lorsqu'il crée son premier Horcrux, par exemple, cette histoire n'aura plus aucun intérêt si Voldemort devient Jean-Jacques, 32 ans, agent immobilier à Orléans. Sera-t-elle pour autant moins intéressante, moins bien écrite, moins « bonne » que la fanfiction sur Hermione étudiante en fac de Lettres ?
L'originalité n'est qu'un des multiples éléments qui peuvent permettre de juger la qualité d'une œuvre, selon moi. Par ailleurs, l'originalité ne réside pas uniquement dans le choix d'un scénario construit de toutes pièces, mais aussi dans la façon de cerner un personnage, de s'approprier sa psychologie, dans le style d'écriture de l'auteur, etc.


Jezebeth a écrit:
Je pense que cela peut être un point de départ dans l'écriture.


Ça peut, effectivement, être un point de départ, un appui pour débuter dans l'écriture. Mais ça peut aussi être tout autre chose. Une autre manière d'écrire, un autre exercice. Les fanfictions et les fictions originales ne sont pas incompatibles, il est tout à fait possible de s'adonner aux deux, et de continuer à écrire des fanfics même après avoir écrit, voire publié, des œuvres originales.

Jezebeth a écrit:
Là où je suis totalement réfractaire, c'est que les jeunes adolescentes prépubères ont tendance à oublier que larguer son texte sur le Malinternet, c'est le publier


1) C'est valable pour tout type d'écrits.
2) Les auteurs de fanfictions ne sont pas tous « des jeunes adolescentes prépubères ».

Jezebeth a écrit:
Et non dans leur démarche je ne pense pas qu'ils puissent se qualifier d'auteurs. De romanciers ou d'auteurs jeunesse, pourquoi pas.

Là, tu fais un dangereux amalgame entre littérature jeunesse et fanfictions. Si j'écris une fanfiction sur Emma Bovary, je doute que ça puisse être qualifié de littérature jeunesse. Par ailleurs, j'aimerais assez que tu m'expliques ce qui différencie un romancier d'un auteur. D'autre part, toutes les fanfictions ne ressemblent pas, structurellement, à des romans.

Jezebeth a écrit:
Oui je me sens supérieur à ces gens. Je ne pourrais pas parler écriture avec eux.

Sans commentaire.

Trôme a écrit:
Selon moi, nous pouvons écrire des fanfictions à n'importe quel âge sur un manga/anime, une série télévisée, qui nous bercent toujours, car nul ne guérit de son enfance.
Cependant, nous ne pouvons pas nous qualifier d'auteurs de littérature sérieuse, ce serait très vaniteux.
L'écriture de poèmes, de nouvelles ou de romans, c'est du plaisir.
L'écriture de fanfictions, c'est du plaisir aussi, mais pas sérieux.


Plusieurs choses intéressantes dans ce que tu dis, Trôme.

  • Je pense, effectivement, que l'on peut en écrire à n'importe quel âge ; pas nécessairement parce que « nul ne guérit de son enfance » (je répète que les fanfictions ne portent pas toujours sur des œuvres de littérature jeunesse! et qu'il peut y avoir X raisons d'en écrire, autres que le refus de voir un univers/une histoire aimés disparaître), mais ça me semble important de souligner, comme tu l'as fait, la diversité des auteurs (en âge et en genre) de fanfictions.

  • La notion de plaisir et de « sérieux ». Si par sérieux tu entends un travail approfondi sur l'oeuvre, je pense qu'il existe des fanfictions très sérieuses, et même bien plus sérieuses que certains romans publiés.


Là où je te rejoins, c'est que les fanfictions sont avant tout des œuvres d'amateurs, à entendre au sens premier du terme, « qui aime quelque chose », et donc, effectivement, des œuvres écrites par plaisir, pour le plaisir. J'écris des fanfictions et des fictions originales, avec plus ou moins d'efforts et de sérieux dans mon processus d'écriture, pour les unes comme pour les autres, mais là où ça diffère, c'est qu'il m'arrive parfois de ne prendre aucun plaisir à écrire mes textes originaux : je peux être absorbée par mon univers, aimer sincèrement l'histoire que je suis en train de construire, etc., mais souffrir lors de la rédaction, lors du « travail » d'écriture. Pour mes fanfics, jamais : s'il y a travail, ça reste toujours, avant tout, un plaisir.


Diomède a écrit:
En bref, je trouve que c'est un monde fascinant. Prendre le contenu d'une oeuvre, se l'approprier, le transformer, comme une sorte de thème et variations modelés par et pour les fans...c'est super intéressant. Et socialement doit y avoir pas mal de trucs à creuser.

+1000

Je vois davantage la fanfiction comme un matériau ultra-riche à façonner/modeler selon ses envies, un partage au sein d'une communauté rassemblée autour d'une même passion, un exercice de variations infinies, que comme un vol de l'oeuvre.
Pour moi, un fan publiant des variantes du texte de son auteur fétiche en ligne, en assumant totalement ses sources, fait preuve de bien plus de respect qu'un fan qui va simplement piller une scène, un concept, les particularités d'un personnage qui l'a marqué, en les paraphrasant avec plus ou moins de talent, pour les recaser incognito dans son roman.

Molly a écrit:
En fait, je ne le regrette pas du tout, j'ai beaucoup appris en m'adonnant à cette activité honteuse. J'étais suivie par de nombreux lecteurs qui n'étaient pas avares en commentaires, et ces échanges me plaisaient énormément (et me stimulaient pour écrire !). J'ai appris à créer un suspense, des "cliffhangers" etc. Très formateur, en somme. Et je me suis tellement amusée !

Ça me semble important de souligner ça aussi. Les fanfictions, les fandoms, sont une communauté, comme je l'ai dit plus haut, de personnes réunies autour d'une même passion. Cela permet des échanges autour de l'écriture qui, s'ils ne sont pas toujours hyper constructifs ou pertinents, ont le mérite d'être extrêmement stimulants. Je n'ai jamais autant écrit que lorsque je publiais très régulièrement des fanfictions, et les fanfictions ne représentaient que le tiers de ma production ; mais le fait d'avoir des lecteurs fidèles, encourageants, la plupart du temps bienveillants, me donnait envie d'écrire toujours davantage, repousser mes limites, explorer de nouvelles voies. Les plateformes telles que fanfiction.net ou LiveJournal favorisent l'émulation collective.

Pandémonium a écrit:
Et dans ce monde où la singularité d'une œuvre est devenue un miracle, certains continuent d'enfoncer le clou en nous proposant l'énième univers parallèle de Machin bidule, genre que lui serait-il arrivé s'il était allé aux toilettes cinq minutes plus tard. Je trouve ça profondément triste.


Je reprends un peu ce que j'ai dit précédemment, mais la singularité d'une œuvre ne repose pas uniquement sur un scénario ou des personnages, à mon sens. J'ai lu des centaines de fanfictions et si certaines se ressemblent, je l'admets, j'ai aussi eu l'occasion de lire des histoires très différentes les unes des autres, à tout points de vue (scénario, style, manière de cerner la psychologie d'un perso...)

Je comprends le désir de lire des œuvres complètement originales, mais je pense que la fanfiction n'est pas l'ennemi ; l'ennemi, c'est le type qui va reprendre Millénium à sa sauce et se faire de la thune avec, par exemple, ou les auteurs qui vont réécrire et proposer pour la énième fois la même histoire en changeant deux-trois éléments, histoire de (couleur de cheveux et profession du protagoniste, nombre de rivales amoureuses...)

La fanfiction a ses propres codes, qui ne sont pas forcément les mêmes que ceux de la littérature originale. Elle offre et restreint d'autres libertés, c'est un exercice différent. Je ne pense pas que l'une fasse ombrage à l'autre.

Il y a des auteurs (et lecteurs) de fanfictions qui ne vont jamais écrire de fictions originales, car ce qui les intéresse est moins l'écriture en tant que telle que l'oeuvre-support : ça ne fait de mal à personne, ça n'enlève rien à la production littéraire, car s'ils n'écrivaient pas de fanfictions, ils se consacreraient à un autre loisir, mais n'enrichiraient (ou n'appauvriraient) pas le capital littéraire de leur pays.

Il y a des auteurs qui vont commencer par les fanfictions et se consacrer ensuite à leurs œuvres originales : peut-être n'auraient-ils jamais écrit si les fanfictions ne les avaient pas mis sur la voie de l'écriture, donc, tant mieux !

Il y a des auteurs (dont je fais partie), qui vont combiner les deux, car les deux leur offriront différentes formes de satisfaction.

Par contre, je n'ai encore jamais entendu parler d'un auteur d'oeuvre originale, découvrant les fanfics, qui du jour au lendemain a cessé d'écrire ses propres œuvres pour se consacrer entièrement à l'écriture de fanfics. Donc, je ne pense pas que la fanfiction soit un danger pour la littérature.

Pandémonium a écrit:
L'autre raison, à prendre avec des pincettes, est l'aliénation du métier d'écrivain. Où est l'imagination et l'individualité dans la fanfiction ?


J'ai envie de répondre : partout. Beaucoup d'auteurs de fanfics mettent énormément d'eux dans leurs écrits, tu pourrais être étonné (et je ne parle pas du fait d'inclure des Mary-Sue dans son histoire pour se projeter dans l'univers de son héros préféré, mais de la manière d'appréhender une situation, un ressenti, de proposer sa propre vision des relations, du monde, par le biais d'un contexte donné que l'on transpose, à travers le filtre de sa personnalité, sa psychologie, son vécu ; ça peut être une forme d'auto-fiction).

_____

Bref, j'ai encore mille trucs à dire mais je vais m'arrêter là (pour l'instant).

Pour les intéressés, voici un petit lien qui peut vous permettre d'en découvrir davantage sur l'univers des fanfictions : http://etude.fanfiction.free.fr/lexique.php (lire notamment les études officielles...)
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  547
   Âge  :  23
   Localisation  :  Entre deux lignes
   Pensée du jour  :  Pourquoi ?
   Date d'inscription  :  16/01/2015
    
                         
Writer  /  Gloire de son pair


Lohengrin, je pense que tu as parfaitement su exprimer ce que je n'arrivais pas à dire en réponse aux différents participants de ce "débat". Je n'ai rien à ajouter tellement l'analyse est bonne.

@Pandémonium : Je voulais rester extrêmement courtoise (en confirme mes différents messages face aux critiques) dans ce débat parce que le sujet me tient à coeur mais quand je vois comment tu réponds, mes envies disparaissent.
A travers tes mots, je ne vois qu'une personnage arrogante, imbue de sa personne et qui se pense (je ne sais pas si tu l'es dans la réalité) un vrai auteur supérieur à toutes les autres personnes se saisissant d'un stylo.
Si tu avais pris la peine de lire ou de comprendre l'intégralité de mes messages, tu aurais vu que je n'attendais pas que des réponses prônant la fanfiction comme un art supérieur.
Quand au fait que je pensais que tu restais campé sur tes positions, ce n'était pas une attaque loin de là. Je faisais seulement la remarque que tu restais sur l'écriture avec un grand E et non la fanfiction.

NB : Je suis désolée si je n'ai pas assez de talent ou bien de répartie pour te répondre correctement. Est-ce parce que je viens du monde des fanfictions ? Surement à en croire tes messages.

@Dominici : Tu espérais que les territoriaux n'étaient pas présent sur ce forum mais je pense malheureusement que tu t'es trompée. La preuve en est...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6015
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  IStandWithPalestine<3
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Pandémonium  /  Iphigénie in a bottle


Je vais chercher mon uniforme nazi et je reviens pour répondre :mrgreen:

Mais pas de soucis Writer, ce n'est pas à toi que je répondrai, je vois bien que tu n'as pas envie de parler avec des gens qui ne sont pas de ton avis (et n'a même pas envie de faire l'effort d'argumenter ta pensée. "Paraisse" ? ).
http://lenuageetlecendrier.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Vive Astérix !
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2704
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Ecrire, c'est donner du matériau aux lecteurs pour qu'ils créent à leur tour l'histoire dans leur tête.  Et chaque histoire dans chaque tête de lecteur sera différente. Et parfois, le bois vert dont on fait ces histoires prend, s'enracine et germe dans l'esprit des lecteurs qui ont envie de partager et de faire germer dans d'autres têtes ce qui a si bien poussé dans leur esprit.

J'y vois une sorte de démarche généreuse et créatrice, une continuité de don, mais une continuité assumée.

Les auteurs se revendiquent créateurs (à tort où à raison, car si on se réfère à toutes les influences qui les ont nourris...)
Les "fan fictionneurs" se positionnent, de fait, dans une démarche de partage de ce qu'ils ont lu passé au prisme de leurs propres pensées.

Deux démarches qui ne sont peut être pas aussi éloignées l'une de l'autre qu'on veut bien le penser.
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1638
   Âge  :  21
   Localisation  :  Là.
   Pensée du jour  :  Notre père qui êtes aux cieux restez-y.
   Date d'inscription  :  18/01/2015
    
                         
Jezebeth  /  Fiancée roide


Vous m'excuserez, mais je me suis quand même fait à moitié traiter de connard, alors je me permets au moins un dernier commentaire de connard incompris. I love you

C'est assez marrant de se faire citer par des gens qui se contentent d'interpréter votre propos ou de le déformer au lieu de s'en tenir sagement au message, et qui crient à la rigidité d'esprit alors qu'ils ne respectent pas les avis des autres.

Ah et juste pour rétablir la douce vérité. Effectivement les auteurs de fanfics ne sont pas tous des adolescentes prépubères, c'est du reste à ces dernières que je me sens supérieur. Pas aux autres. Je parle de leurs publications en premier lieu. Celles de Wattpad qui ont trois fautes dans le titre.

Mon message n'appelait aucun commentaire, je suis bien d'accord. Dans la mesure où je réponds à une question du message père, je ne vois pas où il y a lieu de s'insurger. Je n'allais pas mentir pour plaire à mes détracteurs, dont l'existence, soit dit en passant, ne m'était pas encore connue.

La mise en scène de personnes réelles me gêne véritablement et je ne reviendrai pas là-dessus. Quand je vois un kéké à la télévision qui parle de son dernier roman dans lequel Umberto Eco fait du snowboard, je suis ulcéré de la même manière (je dédouble mon menton en projetant la tête en arrière). Et oui, c'est de la fanfiction.

Je partage à ce sujet l'avis de Pandémonium. Rage against the fanfic.

Je ne reparaitrai plus ici. Bisous.

#ZaynReviens
 

 [Fanfiction] Une autre littérature ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-