PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  264
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  11/01/2015
    
                         
24bits  /  Autostoppeur galactique


Pasiphae a écrit:

Oui sauf que les grands classiques antérieurs à 1945 sont... libres de droits.

Les grands classiques d'auteurs morts avant 1945. Wink
Mais bon quand même, un Camus est depuis très longtemps rentabilisé et ne coûte rien en terme de promotion (atteindre la postérité ça fait une bonne pub !) et on sait que ça continuera de se vendre encore et encore, chaque année, sur des générations à venir.

L'éditeur ne prend pas de gros risques et peut se permettre un petit prix quand c'est que du benef.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3978
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Oui, ce n'était pas très clair !
Mais même si Camus se vend très bien, les éditeurs doivent encore reverser des droits pour chacune de leurs ventes, et j'imagine consulter les ayant-droits s'ils veulent faire une édition moins chère (tout en pouvant se permettre de très gros tirages qui de toutes façons continueront à s'écouler sur le long terme)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je pense que ce n'est pas trop la problématique de ce fil, non ? Libres de droits ou non, les ouvrages de ces auteurs (y compris ceux morts avant 1945) sont (ou ont été) vendus à moins de 2 €. Et ce prix ne déprécie en rien l'ouvrage ou l'auteur.  C'est, au contraire, une promotion qui permet de faire connaître ces auteurs à des jeunes (ou moins jeunes) pas toujours très argentés – encore que pour acheter une tablette... mais bref – qui n'iraient pas spontanément vers ce genre de littérature. Donc, loin de déprécier l'ouvrage, c'est une très bonne initiative (qui ne doit pas rapporter beaucoup aux ayants droit et/ou aux éditeurs à ce prix).
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Le juste prix pour un "ebook" est de 0 euros. Ni plus, ni moins.
C'est le prix honnête pour l'accès à un fichier texte que le lecteur ne possèdera jamais, ne pourra pas revendre, ne verra pas prendre de valeur avec le temps, et à travers lequel il sera même parfois espionné (ses goûts, son temps de lecture, etc).

Après si les gens veulent payer pour ça je ne suis pas un dictateur pour les en empêcher, mais je suppose que j'aurais toujours une impression malsaine à propos de l'argent gagné à travers mes ebooks, comme si j'arnaquais les gens quelque part...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  474
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  11/09/2012
    
                         
Pêche Melba  /  Pour qui sonne Lestat


J'en déduis que tu ne vas jamais au cinéma (puisque tu ne ressors pas avec une copie du film) et que tu ne regardes aucune vidéo à la demande non plus.

Tu n'as pas de téléphone (car on t'écoute, on te flique) et une fois que tu as raccroché, la conversation que tu as eue avec tel ou tel n'est plus accessible.

Tu ne vas sûrement pas au musée non plus, puisque tu ne repars pas avec les tableaux que tu as vus...

Je grossis le trait, mais la question est bien celle-là : que fais-tu donc de l'expérience de la lecture ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  213
   Âge  :  37
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Si le juste prix pour l'électronique est de 0, ça veut dire que ce qui fait le prix d'un livre (papier) ce n'est pas le texte qui est imprimé dessus (qui d'après toi en vaut rien), mais le support physique. Pourquoi tu achètes des livres, alors, et pas des ramettes de papier vierge ? C'est moins cher, non ?

Si tu proposes ton livre en version électronique à zéro euro, ça veut dire que tu considères que la simple lecture de ton livre (sans espoir de spéculer sur sa valeur de revente future) n'apporte aucune satisfaction au lecteur. C'est un peu dommage, non ? Avec infiniment plus de livres à lire que je ne pourrai en lire de toute ma vie, pourquoi je lirais le livre d'un auteur qui estime lui-même que son travail ne vaut rien ?

etc.
http://fabiendelorme.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Citation :
J'en déduis que tu ne vas jamais au cinéma (puisque tu ne ressors pas avec une copie du film)


Le cinéma est un service qui offre une atmosphère particulière, qu'on ne peut pas avoir chez soi (écran géant, sortie entre amis...), même chose pour le musée. Néanmoins ton exemple met en relief le fait que l'ebook est un service et non un achat, mais à la différence du cinéma et du musée, il n'offre rien de plus qu'un livre.
Et non je ne regarde aucune vidéo à la demande. J'achète les DVD/Blu-R.
Les conversations téléphoniques ne peuvent normalement être espionnées que par le gouvernement dans un cadre précis.

Citation :
Si tu proposes ton livre en version électronique à zéro euro, ça veut dire que tu considères que la simple lecture de ton livre (sans espoir de spéculer sur sa valeur de revente future) n'apporte aucune satisfaction au lecteur.


Disons que je considère le livre comme un produit fini, imprimé et luisant d'une belle couverture. Ce produit fini contient une histoire, bien sûr. Mais il est là, il est sur une étagère, il passe de main en main, il existe.
Je trouve qu'un texte word, même mis en page en pdf ou autre, n'est pas un produit fini. Après c'est peut-être une question de point de vue...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  213
   Âge  :  37
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Ben oui mais faut pas être aussi matérialiste Wink

Blague à part. Je comprends tout à fait ce point de vue, d'ailleurs tout le monde s'offusque à juste titre de ces ebooks vendus au même prix que le livre papier (parfois plus cher). De là à considérer qu'un texte brut, en tant que produit non fini, ne vaut strictement rien, c'est bien mal considérer le travail des auteurs (qui n'ont déjà pas besoin de ça).
http://fabiendelorme.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  264
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  11/01/2015
    
                         
24bits  /  Autostoppeur galactique


Nan mais attendez le support c'est hors sujet total là. Un livre ça coûte pas cher à imprimer !

L'argent il va aux gens qui ont bossé dessus hein ! Faut quand même comprendre comment et qui se réparti l'argent sur un livre, de l'auteur au vendeur en passant par éditeur (et tous ses intervenants) et distributeur/diffuseur, sans oublier l'état qui prend sa tva.

Déjà qu'on ne peut quasiment plus vivre du métier d'écrivain, alors en plus s'il faut travailler 2 ans sur un bouquin pour le vendre 0e.

Ahah les oufs.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  51
   Date d'inscription  :  19/12/2012
    
                         
Nagio  /  Pippin le Bref


Je suppose également que tu achètes ta musique sur CD et que tu appliques le même raisonnement au téléchargement de mp3 ?

Sinon la remarque de 24bits est pertinente. La part de l'imprimeur représente une faible part du prix du livre. Tu as surtout la part du libraire, celle du distributeur, celle de l'éditeur (sur lequel il paye les corrections éditoriales, le fonctionnement de sa structure, la couverture, la mise en page - oui, curieusement, tu ne peux pas te contenter de convertir ton word en pdf et de le balancer sur le web - le graphiste, etc) et celle de l'auteur.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  213
   Âge  :  37
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Un livre ne coûte pas cher à imprimer s'il est gros (d'où la mode actuelle aux livres de plus de 400 pages) et si le tirage est important.

Pour un petit tirage (< 1000 ex) d'un bouquin d'environ 200 pages, on est très vite à 2 ou 3 euros par exemplaire juste pour l'impression.

Mar-Édouard Nabe qui a pris il y a quelques années la décision d'autopublier ses bouquins de A à Z (pas d'éditeur, pas de vente en librairie en ligne ou physique, etc. : seule l'impression est sous-traitée) dit qu'il touche 70% du prix de vente, ce qui laisse 30% pour l'imprimeur. Et on parle d'un auteur qui vit de sa plume, donc avec des tirages pas complètement dérisoires (de mémoire, entre 1000 et 5000). 30%, c'est loin d'être négligeable (c'est trois fois la part d'un auteur édité "normalement", par exemple).
http://fabiendelorme.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Nagio a écrit:
Je suppose également que tu achètes ta musique sur CD et que tu appliques le même raisonnement au téléchargement de mp3 ?


Oui j'achète ma musique sur CD, en magasin. Pourquoi cette question ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3978
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


C'est un peu naïf de penser que lorsque tu achètes un livre papier c'est le support que tu achètes. C'est complètement ignorer le fonctionnement de la chaîne du livre, de ses indispensables acteurs, comme l'a expliqué Nagio. Il est tout à fait normal de payer un e-book, si le texte n'est pas libre de droits (et par droits, j'entends aussi bien ceux de l'auteur que ceux de l'éditeur, qui permet au texte d'exister).


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4004
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  15/12/2011
    
                         
Février  /  La Papesse


24bits a écrit:
Nan mais attendez le support c'est hors sujet total là. Un livre ça coûte pas cher à imprimer !

mais à distribuer, diffuser et stocker si
donc pas totalement hors sujet
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3978
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


C'est justement ce qu'il disait ! Que le support en soi n'est pas grand-chose, alors qu'il ne faut pas considérer que c'est le vif du sujet (même si on s'épargne les problèmes du stockage et de la distribution avec le numérique, mais pas ceux de la diffusion)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-