PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 La difficulté de motivation (ou : finir un texte qui devient ch... à force)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6747
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Habituée des textes entamés mais pas finis, et des textes finis mais pas relus et laissés en plan ensuite, j'ai pris la résolution, l'an dernier de ne plus me laisser aller à ce penchant.

D'où finition d'un roman...

Mais avec les Errances Galactiques, que j'essaye en ce moment de mener à leur terme, je commence à me dire que... C'est vraiment pas mon truc.
J'avais entamé ça de la même façon que j'entame beaucoup de choses = pour voir, pour tester. Et là, le test est négatif. Je ne me sens pas chez moi.
J'ai eu des bons moments avec ce bidule... mais dans l'ensemble, je n'accroche pas. Et le résultat, c'est que j'ai de plus en plus l'impression que personne ne peut accrocher. Avec en prime l'impression que je n'arriverai pas à aller jusqu'au point final parce que même si j'arrive à finir le 1° jet, je n'aurai pas la force d'effectuer le polissage et les corrections.
Et une peur qui s'installe = celle de produire un truc encore plus mauvais, parce que je me serai forcée à rester sur ce thème

Pourtant, tout ça n'est qu'une histoire de motivation !!!!
Après tout... Jusqu'en décembre, j'avançais assez bien...
Est-ce que c'est le moral qui n'est pas en "mode SF" ?
Ou bien le fait que les "Errances" soient entrées dans la phase finale, celle où il faut castagner pour dénouer le méli-mélo ?
Ce que je sais, c'est qu'en ce moment, j'ai un mal fou à trouver de l'inspiration SF et que je n'arrive pas à y rester longtemps.

Quelle expérience avez-vous des textes "difficiles à finir" ?  
http://scriptorium2.canalblog.com
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je connais ça, mais plutôt pour mes lectures.
J'ai l'impression que quelle que soit l'inspiration ou le style, il y a toujours des moments de pic et des moments de creux.
La Science-fiction, c'est ce que je préfère lire, c'est vraiment mon truc. Par contre, je peux passer des mois sans vouloir y toucher et à préférer lire autre chose, alors j'imagine très bien le même type de vagues pour ce qui serait d'en écrire. (En plus, personnellement et paradoxalement, je ne me vois pas trop écrire de la SF, alors que j'adore ça )

Alors, ça peut tout à fait être que tu n'as pas la tête à faire de la SF en ce moment seulement, un simple creux dans la vague...

As-tu déjà touché à un autre style ? As-tu un autre travail en cours hors SF auquel tu pourrais te consacrer ? Ou un simple exercice pour toucher un peu à autre chose, te changer un peu ?

Si tu sens au contraire que ce n'est pas qu'un passage à vide momentané, il faudra peut-être revenir à la base du problème pour voir si effectivement la SF te sied, ou si tu devrais explorer d'autres horizons pour écrire des choses qui te plaisent. Smile

En tout cas, bon courage !

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  885
   Âge  :  22
   Date d'inscription  :  05/05/2012
    
                         
Pohore  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Ce qu'il te faut, c'est un gros coup de pied au cul.
http://pohore.skyrock.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2616
   Âge  :  37
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans..."
   Date d'inscription  :  17/09/2008
    
                         
Marc Anciel  /  Sous-chef de projet démoniaque chez Édilivre


Ça fait 5 ans que je suis sur mon roman fantastique, qui à la base était... un recueil de nouvelles généralistes. Chaque fois que je me relis, je vois plein de choses à corriger, à virer, à ajouter. Et je le fais. Parce qu'il faut que je le fasse.
Mais chaque fois que je me relis, je vois aussi de bonnes choses, des passages, des tournures, des pans de l'histoire dont je suis fier. Et plus ça vient, plus les bonnes choses prennent d'importance. Au point que ça me fait presque plaisir de me relire une quarantième fois.
Ce qui m'aide énormément, c'est de me dire qu'à chaque nouvelle étape de correction, j'affine, je perfectionne ma technique et que du coup, la prochaine fois, je commettrai beaucoup moins d'erreurs et perdrai beaucoup moins de temps. Parce que c'est ça qui est important quand on tombe, c'est de comprendre pourquoi on est tombé et comment faire en sorte que ça n'arrive plus, ou au moins comment se relever mieux et plus vite.
http://leguidedelecrivainambitieux.blogspot.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1399
   Âge  :  26
   Localisation  :  Belgique
   Date d'inscription  :  13/08/2012
    
                         
Mahili  /  Tentatrice chauve


Je comprends ton problème.

Mais il y a deux définitions à "textes difficiles à finir".

Le texte qui te donne vraiment du mal, celui que tu n'as pas envie de continuer parce que tu n'as aucune idée de la façon dont il devrait finir.

ET le texte que tu n'as PAS envie de finir. PAS DU TOUT.


J'ai moi même plusieurs romans en cours et il n'est pas facile de tout écrire en même temps (et heureusement, d'ailleurs).

Ce sont des romans (ou des écrits) de styles différents. Le truc, c'est que quand je bloque sur l'un des récits, je passe à un autre pour voir si l'inspiration est au rendez vous, et généralement ça fonctionne.

Après, si je n'ai aucune envie de poursuivre l'un de mes écrits en cours, mais que j'ai quand même besoin d'écrire, je m'autorise une "pause littéraire" durant laquelle je mets par écrit tous mes blocages, que ce soit en rapport à mes romans ou non/ à l'écriture ou non.
Et ça fait du bien.
Souvent, les blocages sont psychologiques, et si tu les mets sur papier, tu peux même trouver quelques éléments intéressants pour ton roman ^^

ce que je veux dire, c'est que te "forcer" à continuer ton roman n'est effectivement pas une bonne solution. Ton texte sera lui aussi forcé, et donc pas naturel, ce qui risque, si tu souhaites avoir des lecteurs (ce dont je ne doute pas), de les bloquer.

Il faut que tu t'aères l'esprit en écrivant autre chose qui va te libérer. Pourquoi pas un journal intime ? ou bien juste un texte de quelques lignes pour simplement mettre des mots sur tes blocages, très frustrations...


Ensuite, le fait de terminer un roman et d'en continuer un autre est toujours difficile.
La fin d'un roman (surtout si c'est une série) marque aussi la fin d'une époque pour toi. une époque où tu as passé du temps avec tes personnages, ton imagination, tes écrits. finir ce genre de textes, c'est comme faire un deuil, dire adieu à ses perso. C'est normal que ça te bloque un peu...

Personnellement, ça fait au moins 2 tomes que ma série devait être terminée. Et pourtant....

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  46
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Comme je te comprends Séléné. Moi c'est pas lassitude qu'il m'est arrivé de jamais finir un projet de roman. Alors que j'arrivais facilement à finir une pièce de théâtre ou de scénar. Mais c'était lié au temps. M'atteler tous les jours à un même roman pendant un an, eurgh... Pas la patience. Du coup c'était l'échec assuré.

Et puis un jour suis tombé sur le livre de Stephen King "Ecriture" qui expliquait qu'il avait toujours le sentiment qu'il ne finissait jamais ses romans. Qu'il perdait en énergie et en conviction par lassitude justement...

Du coup j'ai cherché à trouver comment palier au problème. Et j'ai croisé JE pendant l'écriture d'un nouvel essai de roman. Et jongler entre les deux (travaux persos et exos JE) m'ont permit de moins me lasser et de garder le rythme... En gros, bosser sur plusieurs projets en même temps par des stimuli extérieurs du genre concours Roulette, Nouvelles, Duos, m'ont permit d'être moins le nez dans le guidon de projet plus perso, et quand j'y retourne j'ai le sentiment d'avoir un regard neuf et de moins me lasser sur le dit projet...
http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6077
   Âge  :  28
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


Osciller entre plusieurs projets, quand on en a mare d'un et qu'on va sur l'autre, c'est aussi ce que je fais parfois, si vraiment je veux changer d'air sans cesser d'écrire.
je reviens après dessus. Genre récemment, je voulais revenir dans l'univers de "qu'aeliga me soit rendue", dont je n'ai pas fini le tome 2, eh bien j'ai un peu écrit du tome2, pour faire autre chose que "de terre et de racines", puis je suis revenue dans l'univers de "de terre et de racines". C'est une technique.

Sinon, je pense avoir déjà dit ce que je pouvais pour tenter d'aider ceux qui ne finissent pas leurs récits, ici ;

http://jeunesecrivains.superforum.fr/t39066-la-disserte-des-ecrits-finis-le-retour

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1130
   Âge  :  23
   Localisation  :  Toulouse
   Date d'inscription  :  09/07/2014
    
                         
Laura Atréïdes  /  Effleure du mal


Je rencontre exactement le même problème, j'ai écrit quelque chose "pour tenter" et au final, c'est devenu un roman d'importance (au vu de sa taille et de mon implication). Sauf que j'ai l'impression de ne pas avoir les épaules pour cette ambition nouvelle, et au final j'ai un peu abandonné. Le premier jet est "fini" mais il manque dedans 3 chapitres, et je n'arrive pas à relire. Je n'ai pas de remède miracle, si ce n'est que, écrire un roman, le finir, le corriger, demande une certaine expérience et un état d'esprit particulier. Si tu te sens à côté de l'histoire, rien ne sert de te forcer, laisse poser, tu y reviendras quand il faudra avec le recul nécessaire. Je prends pour exemple le roman de sf que j'ai adressé aux éditeurs, j'en ai écrit les première pages en 2012, puis blocage complet. Jusqu'en 2013 où j'ai pu le reprendre, et le finir en un mois seulement grâce au nano (je parle de l'écriture pure, pas de la correction). Après encore faut-il arriver à prendre ce recul, ça fait des mois que je m'obstine sur mon projet parce que "quand même c'est bête il est presque fini" alors que je ferai mieux d'appliquer les conseils que je te donne. Very Happy
http://lesdessousdelaplume.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6747
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Osciller entre plusieurs projets... J'ai essayé.
J'ai repris les "Chroniques des Gardiens de la Nuit" et les ai un peu fait avancer. Mais il faut quand même que je me remette aux Errances.
D'ailleurs, hier soir, j'ai fini par réussir à rentrer dans mon sujet. Mais il a fallu un sacré bout de temps.
Et si je m'écoute et que je mets de côté des Errances pour faire autre chose, elles ne seront purement et simplement jamais finies... C'est couru d'avance.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Tout a été dit,
Je rejoins Mahili quand elle  dit que se forcer à finir un texte, juste parce qu'il faut le finir, ce n'est pas la bonne solution ( tu risques de t'épuiser à écrire des choses qui ne te conviennent pas forcément, car elles auront été écrites "sous la contrainte" , tout comme certains auteurs qui sortent des bouquins à la chaîne qui n'ont plus aucune âme ).

Et si on parle de productivité, tu ne seras pas moins productive si tu oscilles d'un projet à l'autre. Ton autre projet avancera et tu reprendras la fin de tes Errances quand tu te sentiras d'attaque Smile

( Je fais un léger parallèle avec le burn-out professionnel, où on conseille souvent aux personnes de faire autre chose et de se détacher du travail qui les fait souffrir, car plus ils continuent de s'acharner, plus ils épuisent leurs ressources.  )

Et comme l'a dit fxt.art, JE regorge d'exercices un peu plus fun , qui te redonneront peut-être le goût d'écrire ! Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6747
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Bon... Ben à force, la concentration, ça finit par payer.
L'inspiration galactique a l'air de revenir.
Je ne dirai pas que je m'y sens comme un poisson dans l'eau, mais au moins, ça s'écrit...
Ce qui est con, c'est que j'ai dû aller dormir, hier soir, au moment où ça commençait enfin à venir. Trop fatiguée. Et mal dormi, en plus...
Enfin bon... les idées étaient encore là au réveil.
je reprendrai ça ce soir.

Merci tout le monde !


Dernière édition par Séléné.C le Sam 18 Avr 2015 - 13:35, édité 1 fois
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4467
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  30/01/2013
    
                         
Akëdysséril  /  À tës risques et péryls


Tous mes textes qui sont devenus "ch...." se sont trouvés recyclés en quelque chose d'autre. Et en général, ça donne une bonne matière pour produire un projet plus abouti :] Peut-être faut-il creuser par là et revoir un peu le projet initial ?
En ligne
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6747
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Rien de pire que se sentir en trop
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Quand il s'agit d'un roman en 10 tableaux et qu'on en est au 9°...
Est-ce bien le moment d'avoir envie de tout recompiler ?


Par contre, ce qui est sûr c'est que je ne vais pas me ruer sur la phase de polissage...
Ni sur les corrections...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4467
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  30/01/2013
    
                         
Akëdysséril  /  À tës risques et péryls


Dans ce cas-là, et excuse-moi pour le travail accompli, mais peut-être bien qu'il faudrait revoir en substance le projet, si la motivation est aussi peu prononcée aussi proche de la fin ! Parce que je doute que la peur de finir soit ce qui t'empêche d'écrire, non ? Surprised
En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1826
   Âge  :  46
   Pensée du jour  :  rien n'est en soi ni bon ni mauvais: tout dépend de la pensée.
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
fxt.art  /  Journal du posteur


Ou alors y a une autre possibilité : image que ton projet galactique soit prit par un éditeur et qu'il défini des dead-line! 30 jours pour le finir. Trois mois pour les corrections. Ca te laisse jusqu'au 31 juillet pour tout finir...

Mais c'est radical c'est clair... Mais c'est aussi une réalité qui ne faut pas oublier... Les deadlines ont leur importance.

http://fxtart.wix.com/francoisxaviertorre
 

 La difficulté de motivation (ou : finir un texte qui devient ch... à force)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-