PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 

 La poésie aujourd'hui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4142
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


ahah si tu savais, Philippe Be(r)ck est la coqueluche de toute une frange universitaire...
par contre tes élucubrations sur l'homme-de-génie-seul-vrai-lecteur, tu t'inclues dans ce lectorat aristocratique ? Sur le fond je ne suis pas du tout d'accord.
Je ne sais pas d'où tu sors que la poésie brille dans l'esprit du grand nombre par contre


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1441
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


c'est une petite plaisanterie, je ne m'inclue évidemment pas dans la caste du génie.

je remarque seulement qu'en général un créateur (authentique) interprète ce qu'il lit et s'en imprègne en un sens beaucoup plus vital et ambitieux que tout ce qu'on pourra élucubrer sur le mode de la presse universitaire française.

un exemple : ce qu'écrit Artaud sur le bluff surréaliste ou sur Van gogh me paraît tout à fait implacable. on a rarement (sinon jamais) écrit quelque chose d'aussi pertinent en si peu de mots sur ces sujets.

"De tout ce qui est écrit, je ne lis que ce que quelqu'un écrit avec son sang. Écris avec ton sang : et tu verras que le sang est esprit.
Il n'est guère facile de comprendre le sang d'autrui : je hais les oisifs qui lisent [...].
Que tout un chacun ait le droit d'apprendre à lire, voilà qui à la longue va gâter non seulement l'écriture mais aussi la pensée.
Jadis l'esprit était dieu, puis il s'est fait homme et maintenant il se fait même plèbe."

c'est à peu près ce que j'ai en tête quand l'on me parle de la poésie et de son accessibilité.


Dernière édition par Art. Ri le Mer 25 Mar 2015 - 23:14, édité 1 fois
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6083
   Âge  :  28
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


Il n'y a pas de grandes vérités sur de grands poètes. Il n'y a que des poètes qui nous touchent et d'autres pas. Des plumes qui nous parlent et d'autres moins, lorsqu'elles ouvrent les champs des possibles, chacune ayant le leur à entretenir. Ce qu'ils écrivent et aiment écrire sera subjectif, ce que nous y interprétons et aimons y interpréter sera subjectif, le choix du style, des présences de rimes, de sonnets, d'alexadrins, sera subjectif, le choix des mots sera subjectif jusqu'à décrire un même référent avec mille images, y compris celles qui s'y opposeraient le plus. Aucun poème ne peut se comparer à son voisin.
C'est cette absence de réelle grande vérité qui rend la poésie à la fois indéfinissable et parlante pour tout le monde. C'est le bel indicible qui ne repose sur aucune loi socio-culturelle de perfection artistique autre que sa propre idée de la chose. L'un la veut spontannée. L'autre la veut technique. L'un la veut brève. L'autre grandiloquante.
La poésie, vent de liberté aux codes légers... puis ultra rigides... puis légers...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2248
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Show me the monster inside of you
   Date d'inscription  :  28/07/2012
    
                         
DC  /  Gueule d'ange et diable au corps


C'est un peu comme l'art de manière générale, j'ai l'impression...

Ça dépend de la posture "publique", "sociale" de celui ou celle qui crée... Il suffit de voir un peu les clichés sur l'art contemporain qui ont toujours un fond de vrai. Je pense a l'artiste suisse qui éjectait des oeufs de peinture avec son vagin sur une place dans sa ville par exemple... Ou j'étais tombé sur un spectacle de danse contemporaine avec des danseurs-euses avec des corsets médicaux, des plâtres et des béquilles... En soi, ça me dérange pas, si ça leur plait... je vais pas censurer, c'est le besoin de créer de la mousse pseudoconceptuelle en surthéorisant l'acte et l'oeuvre... De façon à avoir un discours le plus obscur possible... Et c'est très facile d'être largué... Par moments avec la poésie contemporaine, j'ai l'impression de retrouver ça... Mais c'est purement subjectif hein.

A contrario, il y a les versificateurs accros a la poesie classique (comme celle qu'écrit Ake (sans dire qu'Ake est quelqu'un comme ça hein)), qui sont mine de rien à te foutre beaucoup de complexes... Et même d'ailleurs par moments, vu qu'il faut que ça tombe bien pile poil comme il faut pour les pieds, les rimes et tout; on se retrouve avec des formulations là aussi plus qu'obscures... Même si ça peut sonner joli à l'oreille... Mais bon, si t'as pas forcément tous les codes, c'est simple, tu te retrouves en mode "je suis pas assez intelligent pour comprendre, c'est pas pour moi... Et le pire c'est d'ailleurs quand il y a des versificateurs pompeux... Y'en a d'ailleurs sur JE même si on les voit plus trop en ce moment...

Mais après la poésie ça s'est jamais vendu... Mais ça s'est toujours écrit et ça continuera... Pas tout le monde peut être ne poursuivra après l'adolescence... Mais que tant de jeunes continuent à en écrire c'est un signe que la poésie reste à part, et a de l'avenir...
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Domini-COLL a écrit:

A contrario, il y a les versificateurs accros a la poesie classique (comme celle qu'écrit Ake (sans dire qu'Ake est quelqu'un comme ça hein)), qui sont mine de rien à te foutre beaucoup de complexes... Et même d'ailleurs par moments, vu qu'il faut que ça tombe bien pile poil comme il faut pour les pieds, les rimes et tout; on se retrouve avec des formulations là aussi plus qu'obscures... Même si ça peut sonner joli à l'oreille... Mais bon, si t'as pas forcément tous les codes, c'est simple, tu te retrouves en mode "je suis pas assez intelligent pour comprendre, c'est pas pour moi... Et le pire c'est d'ailleurs quand il y a des versificateurs pompeux... Y'en a d'ailleurs sur JE même si on les voit plus trop en ce moment...
Pourquoi se dire que l'on est pas asse intelligent pour comprendre ? Si tu écoutes un morceau de musique créé par un artiste "de génie", c'est pareil, rien ne t'empêche d'apprécier l’œuvre, de l'interpréter à ta manière.
[/quote]
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2248
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Show me the monster inside of you
   Date d'inscription  :  28/07/2012
    
                         
DC  /  Gueule d'ange et diable au corps


Legaht a écrit:
Domini-COLL a écrit:

A contrario, il y a les versificateurs accros a la poesie classique (comme celle qu'écrit Ake (sans dire qu'Ake est quelqu'un comme ça hein)), qui sont mine de rien à te foutre beaucoup de complexes... Et même d'ailleurs par moments, vu qu'il faut que ça tombe bien pile poil comme il faut pour les pieds, les rimes et tout; on se retrouve avec des formulations là aussi plus qu'obscures... Même si ça peut sonner joli à l'oreille... Mais bon, si t'as pas forcément tous les codes, c'est simple, tu te retrouves en mode "je suis pas assez intelligent pour comprendre, c'est pas pour moi... Et le pire c'est d'ailleurs quand il y a des versificateurs pompeux... Y'en a d'ailleurs sur JE même si on les voit plus trop en ce moment...
Pourquoi se dire que l'on est pas asse intelligent pour comprendre ? Si tu écoutes un morceau de musique créé par un artiste "de génie", c'est pareil, rien ne t'empêche d'apprécier l’œuvre, de l'interpréter à ta manière.
[/quote]

La musique, t'entends les notes, les sonorités. Donc tu es avant tout dans la perception pure.

Un poème obscur, c'est pas auditif, c'est visuel. Donc tu lis, tu vois éventuellement que c'est des mots qui ont l'air intelligents, mais que tu piges pas, donc tu savoures pas.

Faut arrêter de croire que tout le monde a bac +18
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


L'homme a toujours eu du retard sur la poésie. C'est un art auquel il a tellement jamais rien bité qu'il a inventé des religions sans se rendre compte que la poésie-même était la seule chose suffisamment mystique pour leur donner l'impulsion, le goût d'une certaine foi en quelque chose. Quand l'homme a tendance à ne pas comprendre quelque chose, il le transforme en quelque chose de compréhensible et le dégrade par là même. Toutefois celui qui est poète sera pris pour un gros taré parce qu'il fonce dans le tas sans réfléchir et débroussaille toute cette crasse noire dont l'humain se recouvre pour se donner l'impression qu'il n'y a rien au delà de son enveloppe corporelle. Et de ses voyages considérés comme débiles et farfelus par le plus grand nombre, il va ramener des connaissances brutes et sensationnelles que le peuple bitera 2 ou 3 ou 400 ans plus tard. Du coup aujourd'hui, tout le monde associe la poésie à Rimbaud, Verlaine et baudelaire en disant "c'est eux qui ont fait la poésie" et après eux, qu'y a-t-il ? Oh et bien encore bien deux ou trois pignoufs type Desnos Appolinaire et Morrison mais tout ça se dilue dans la décadence ultramoderne. Et la populasse actuelle continue de se complaire dans ses "Rimbauds" sans se rendre compte qu'il y a des plumes, ci et là, dans l'ombre, qui grattent et qui grattent, qui ont déjà bité ce qu'elle (la populasse) ne fera entrer dans sa petite cervelle sclérosée que bien après qu'un connard ait fait sauter la planète à coup de bombe nucléaire.
Tout dans le monde est tendance. Actuellement, on se branle sur les génies du passé parce qu'on est persuadé que notre monde vaut pas un clou. Heureusement, il y en a qui prennent déjà la relève. Les gros pessimistes gavés à l'Amérique que nous sommes s'en rendront bien compte quand les poules auront des réacteurs à plasma couplés intégrés dans leurs ailes et des dents qui chantent la marseillaise.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4142
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Encore le vieux discours tarte à la crème et terriblement lassant des romantiques, en finira-t-on jamais ?
Ce n'est pas parce que l'histoire nous a montré que se méfier de la nouveauté est mal qu'il faut pour autant rentrer dans le jeu inverse : il y a beaucoup de déchets parmi les pseudo-modernes.
Et je note plutôt le phénomène inverse à celui que tu décris : les gens, loin de se réfugier dans leurs Rimbaud et cie, font des complexes et honorent ce qu'ils ne comprennent pas, plutôt que de prendre le risque de passer à côté de quelque chose.

Domini, je suis curieuse, qui sont les versificateurs pompeux de JE ? Parce qu'à part Akë et Diva, je ne vois pas qui pratique la poésie "classique" ici (je dirai plus poésie XIXe que poésie classique d'ailleurs)


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2248
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Show me the monster inside of you
   Date d'inscription  :  28/07/2012
    
                         
DC  /  Gueule d'ange et diable au corps


Pasiphae a écrit:
Encore le vieux discours tarte à la crème et terriblement lassant des romantiques, en finira-t-on jamais ?
Ce n'est pas parce que l'histoire nous a montré que se méfier de la nouveauté est mal qu'il faut pour autant rentrer dans le jeu inverse : il y a beaucoup de déchets parmi les pseudo-modernes.
Et je note plutôt le phénomène inverse à celui que tu décris : les gens, loin de se réfugier dans leurs Rimbaud et cie, font des complexes et honorent ce qu'ils ne comprennent pas, plutôt que de prendre le risque de passer à côté de quelque chose.

Domini, je suis curieuse, qui sont les versificateurs pompeux de JE ? Parce qu'à part Akë et Diva, je ne vois pas qui pratique la poésie "classique" ici (je dirai plus poésie XIXe que poésie classique d'ailleurs)

Feu apxetc... Et fracflo par moments dans mes souvenirs...
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Nul n'est plus anti-romantique que moi. Fuck the World bitches.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4590
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  30/01/2013
    
                         
Akëdysséril  /  À tës risques et péryls


Je suis resté un peu en dehors de la conversation, mais comme j'y ai vu mon nom, je vais tout de même dire un petit quelque chose.

J'ai un point de vue quelque peu particulier, qui est celui d'une personne qui s'intéresse beaucoup aux concours de poésie depuis une année maintenant, ou aux recueils collectifs qui peuvent être publiés çà et là. Je vais donc m'exprimer d'après mon expérience en la matière sans forcément balayer tout le panorama poétique actuel : les poètes dont on parle dans mon monde ne sont pas ceux dont on parlera forcément ailleurs.

Quand je regarde ces recueils, où figurent la plupart du temps des informations sur les poètes qui y publient, je me dis que l'état de la poésie est le suivant aujourd'hui : elle est tremblante comme un vieil arbre. La moyenne d'âge est extrêmement élevée, et lors des remises de prix, c'est encore plus flagrant : avec mes 32 ans, je peine réellement à trouver des gens qui n'ont pas deux fois mon âge. C'est quelque chose qui se ressent violemment sur des choses toutes bêtes, comme la diffusion de la poésie sur Internet. Le train technologique n'a pas toujours été pris en marche, et les sites des diverses associations poétiques en souffrent énormément. Les mises à jour sont rares, les sites peu fonctionnels et mal fournis. Certaines de ces associations, qui organisent des concours, n'en disposent même pas ! Tout tourne en vase clos et manque de rayonnement à l'échelle nationale. C'est dommage. Et tout ceci est exacerbé par les phénomènes que relève Pasiphaé, à savoir que le lectorat poétique n'a jamais été bien fourni.

Et ceci concerne les sections classiques, néoclassiques ou libérées (si l'on pouvait, sait-on jamais, commencer à penser que le classicisme est réservé aux vieux et le libre aux jeunes :mrgreen: ). Je n'ai jamais autant côtoyé la mort que depuis mon entrée dans ce monde, où chaque discours (ou note de blog) est l'occasion de rappeler le décès d'un proche des collectifs sus-cités. D'ailleurs, il n'est pas rare que les sections "Enfants" ne soient pas primées lors des concours, faute de candidats. Même si, heureusement, il y en a !

Ensuite, Pasiphaé parlait de Lautréamont et "d'une poésie écrite par tous". Personnellement, je militerais déjà pour une poésie écrite pour tous ! Je ne suis pas certain que la subtilité amène spécialement à des formulations obscures ou des thèmes improbables, ni que parler aux gens soit une manière de brader son talent. En revanche, il faut très certainement accepter qu'un poème à la syntaxe complexe, aux images obscures et au sens, finalement, qu'on ne peut soi-même pas expliquer à son lecteur (je dis ça parce que ça m'est arrivé très souvent), soit peut-être plus pour soi-même que pour les autres ; ou en tout cas qu'il trouve plus difficilement un lectorat.

Je ne sais pas trop comment prendre la remarque de Domini-COLL (mais je ne me sens pas attaqué, en tout cas, et je préfère le préciser), mais malgré mon amour du vers, j'ai toujours essayé d'être clair dans mes propos. Quelqu'un qui ne comprend pas l'un de mes textes, c'est un échec pour moi. Une image peut échapper par moment, et sûrement parce qu'elle est mal formulée ou trop alambiquée — et donc par là même ratée —, mais tout un poème, je ne l'admets pas. C'est qu'il est mauvais — Et même si j'élargis un peu cette pensée à l'ensemble de la poésie, je tiens à préciser que là, je parle surtout de mes textes. Je ne dis pas que tout ce qui est incompréhensible est mauvais.

En ce qui me concerne, les meilleurs versificateurs du forum — pompeux ou non, c'est à mon sens une autre histoire : ça ne se ressent pas spécialement sur les œuvres, mais plutôt sur les échanges qu'on peut avoir, et la tolérance à la critique, par exemple —, ce sont ceux que l'on comprend. En passant, puisque l'on cherche qui pratique le vers, je ne vais pas reciter Diva, apxetc ou fracflo qui l'ont déjà été, ni certains qui arpentent les concours de poésie et qui font des choses parfois assez belles, mais on oublie aussi Shoegazer ou Jadsée, qui sans aller jusqu'au bout du classique / néoclassique produisent des vers, Legaht ici présent qui s'est essayé à l'alexandrin, Art.Ri de mémoire en a fait un ou deux, Pierre de cœur à la technique solide, samedisoirs également, Alex Bresson, Amaranth, Enelos, Bzh0, Combray, et énormément d'autres qui, sans avoir forcément la technique, produisent des choses dans une intention qui se veut résolument classique.

Et parmi tous ceux-là, il ne faut pas oublier Dadouw et Trikopp, ou encore ce qui se fait de mieux dans le coin à mes yeux : Mithridate !

Puisque nous y sommes, Pasiphae, notre poésie est tantôt néoclassique, tantôt classique avec Diva (surtout classique actuellement), mais la poésie du XIXe — au moins jusqu'à Rimbaud —, en dehors des rejets et autres enjambements, et même pour Hugo, a toujours respecté des règles extrêmement classiques. Du coup, notre poésie a très longtemps été néoclassique et non pas classique (irrespect du hiatus, alternance des rimes, -e muet et tout le tintouin !), mais aujourd'hui elle se rapproche davantage du XIXe et périodes antérieures :]
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2248
   Âge  :  29
   Pensée du jour  :  Show me the monster inside of you
   Date d'inscription  :  28/07/2012
    
                         
DC  /  Gueule d'ange et diable au corps


Justement, ne la prends pas. Toi tu ne sacrifies pas le sens à la rime, le fond à la forme, et tu ne te la joues pas génie incompris qui a des formules qui tuent mais qu'un profane peut pas comprendre.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6083
   Âge  :  28
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


Domini-COLL a écrit:
et tu ne te la joues pas génie incompris qui a des formules qui tuent mais qu'un profane peut pas comprendre.

En effet, c'est bien là une qualité à saluer, car ce genre d'état d'esprit est un vrai tueur d'échanges sur la poésie. Ceux qui se rassemblent autour de cette idée doivent déprimer sévère...

J'ai mes conceptions, pas pour autant que je déclarerai les autres moins bonnes. Sauf vraiment celle-là, parce que là, cela touche à une forme d'irrespect pour quiconque ne serait pas tip top pareil.

Le poète cherche normalement à ouvrir les esprits, non à les refermer sur ses conceptions. Smile
Preuve en est des débats de fou avec AKë, Diva, Trik ou fxt, d'ailleurs, qui sont bien riches. Very Happy
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4142
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Je ne sais pas si le rôle du poète est d'ouvrir les esprits, ni de se mettre à la portée de tous... Je ne pense pas que le poète "ait" à faire quoi que ce soit, il existe des poètes difficiles d'accès (Mallarmé, Lautréamont, beaucoup de poètes contemporains), des poètes faciles d'accès (Aragon, Prévert), et leur qualité ne dépend pas de leur accessibilité, je vois mal quelle sorte de théorème on pourrait en tirer.

Sinon, je suis allée voir les posts d'apxetc et c'était sacrément drôle.

Et je ne suis pas tellement étonnée que la poésie classique / néo-classique ait tant de mal à surnager - on voit déjà bien comment un Roubaud peut s'évertuer à renouveler les formes anciennes sans trouver d'émules... alors que sa poésie est superbe, à mon sens bien plus intéressante que celle de Quintane et cie.

(pour le coup j'ai trouvé un sonnet de Roubaud diablement classique, et très rigolo, même si anecdotique par rapport au reste de son oeuvre)
Le lombric:
 

Pour ce qui est de la classification de ce que vous faîtes Diva et toi, merci de m'éclairer ! Je connais mal les différences entre poésie classique et néo-classique, mais votre poésie me semblait très XIXème (dans ses thèmes, son lexique, sa construction), à vue d'oeil et bien que je sois mauvaise connaisseuse du sujet.


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1441
   Âge  :  18
   Date d'inscription  :  17/05/2010
    
                         
art.hrite  /  Chantre brahmane ज्ञानयोग


il se demerde bien Roubaud dans ce genre
 

 La poésie aujourd'hui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales :: Agora-