PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Trop de fantasy tue la fantasy?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bonjour à tous,

Je souhaitais partager une réflexion que j'ai eue hier soir.

J'ai fini d'écrire cette année un roman de fantasy que j'avais commencé à imaginer il y a plus de quinze ans (et oui, je ne suis plus si jeune!). Après relecture, traque des fautes, etc..., je me suis décidée il y a un peu plus de deux mois à l'envoyer à très exactement 10 maisons d'édition que j'aime plutôt bien. En deux mois, j'ai reçu 5 réponses négatives - et des réponses très vilaines, toutes des lettres type sans rien de personnel. Du coup, j'ai un peu lâché l'affaire, sachant que pour les 5 autres maisons, les délais de réponse semblent être incroyablement longs et que j'ai lu à peu près partout qu'en l'absence de réponse positive dans un délai de deux mois, il fallait considérer que les carottes étaient cuites!

Donc phase de remise en question. Je me suis décidée à mettre mon bouquin en ligne et accessible gratuitement afin d'essayer d'obtenir des commentaires objectifs dessus pour voir ce qui ne va pas. Potentiellement, plein de choses: un livre trop long, le style peut aussi être très mauvais, des tonnes de fautes peuvent subsister malgré une relecture attentive, la syntaxe peut être une catastrophe et l'histoire peut aussi être inintéressante. Bref, j'attends des retours avant de m'y recoller avec, peut-être, le recul nécessaire et parallèlement je m'attaque à l'écriture d'un livre "réaliste" histoire de varier les plaisirs.

Dans le même temps, je m'interroge. J'ai un peu parcouru le forum et je me suis rendue compte qu'il y avait un nombre plus que conséquent de JE qui écrivent de la fantasy. C'est certainement quelque chose de très normal, après les adaptations au ciné du Seigneur des Anneaux et le succès de Game of Thrones, mais je me demandais à quel point cela pouvait jouer de manière négative. Après tout, il y a finalement relativement peu de maisons d'édition spécialisées dans ce genre, qui reste tout de même une niche et elles doivent être actuellement submergées de propositions d'auteurs qui ont tous voulu écrire leur Tolkien ou leur George Martin. Et fatalement, plus de concurrence, moins d'entrain à s'enfiler des tonnes de livres qui commencent tous par une description d'un monde imaginaire et une certaine lassitude des éditeurs...

Ce n'est qu'une hypothèse, bien sûr, mais je me demandais ce que vous en pensiez?

Bonne journée!
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7296
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Le seul fait qu'il existe des maisons d'éditions spécialisées est déjà un signe, non ?

Je suis en phase de correction sur un western... Et pour autant que je me sois gratté la tête (pas encore beaucoup c'est vrai), il n'y a pas de maisons d'éditions spécialisées dans ce genre. Pas en France en tous cas. Je vais sûrement devoir axer mes recherches sur les maisons axées "roman historique"

Par ailleurs, le terme "Fantasy" est un peu simplificateur...
Ca me fait penser à certaines BD qu'on m'a offertes, partant du principe qu'il y avait des elfes, des vampires ou des loup-garous dedans, et que j'ai détestées parce que le sang y dégouline à toutes les pages. Non que je préfère la férie à l'eau de guimauve, mais il y a un juste milieu.
Il n'y a pas "une" mais "des" Fantasy...

Ceci étant, l'univers Fantasy souffre d'une très grande exigence du public et des éditeurs, qui n'est sans doute pas sans rapport avec le nombre des productions, tant en images qu'en textes.  Twisted Evil  C'est ce qui arrive à tous les courants de mode : un gâteau plus grand (le public) mais plus de bagarre pour se le partager. Suspect  Dis-toi qu'au Moyen-Age, c'était pareil avec les exploits de Roland à Roncevaux... Tous les jongleurs connaissaient la chanson, mais ils n'étaient pas tous applaudis pareil quand il la récitaient.

Bon courage !
http://scriptorium2.canalblog.com En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  542
   Âge  :  41
   Localisation  :  Morbihan
   Date d'inscription  :  16/01/2014
    
                         
Kamandi  /  Gloire de son pair


Très bonne réflexion Luvadea, tant pour ta remise en question propre à tes écrits, que sur la situation globale de la littérature dite Fantasy.

Pourtant je reste assez optimiste. Certes le nombre de JE actifs sur le forum et ayant écrit dans ce genre me semble majoritaire, mais je pense que l'attrait du public, le succès du genre, et l'effet de mode restent des facteurs plutôt favorables aux auteurs. J'y vois une brèche dans laquelle il est possible de s'engouffrer, sûrement plus facilement et plus légitimement que dans les années 90 par exemple.

Il y a pléthore de maisons d'édition spécialisées dans le genre ou ayant une catégorie "fantasy", celà me parait encourageant car les auteurs que tu cites, et en particulier George Martin, ont prouvé qu'il y avait un lectorat adulte, intelligent et très vaste, susceptible d'accueillir des histoires relevant à ce point de l'Imaginaire, de la même manière qu'il y a plusieurs sous genres de fantasy et donc autant de cibles potentielles pour les éditeurs.

Bon courage à toi.
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Merci beaucoup pour les encouragements! Mais j'avoue ne pas être trop découragée... Dans la "vraie vie", j'ai travaillé sur beaucoup d'études et de projets scientifiques, et j'ai appris qu'il ne fallait pas être trop impatient et savoir aussi se remettre en question et travailler, travailler, travailler avant de voir un petit article de 15 pages accepté par une revue scientifique! Donc là, j'ai davantage entamé une réflexion sur mes marges de progression et j'espère ne jamais sombrer dans le "tous pourris, de toute manière, ils ne lisent pas les livres qu'ils reçoivent et je suis un génie maudit!"

Séléné, tu parles de la difficulté à trouver des éditeurs pour le genre "western", et j'avoue que je n'y avais jamais pensé! Cela ne rentre pas dans les catégories généralistes des grandes maisons d'édition? Et puis, il y a peut-être quelque chose qui va se débloquer, avec notamment le roman "faillir être flingué" qui a gagné le prix du livre Inter cette année et qui est, il me semble, un western!

Kamandi, sur tes réflexions, je suis d'accord sur le fait que le lectorat potentiel en matière de fantasy s'est élargi ces derniers temps avec le succès du Seigneur des Anneaux et du Trône de Fer, mais je me demandais justement si cela ne s'accompagnait pas d'une hausse des exigences! Beaucoup d'auteurs potentiels, donc seuls les romans vraiment aboutis et avec des histoires originales seront sélectionnés... Alors que peut-être qu'il y a dix ans, on parlait vraiment d'une niche avec moins de propositions et donc peut-être plus de chances d'être publié si le livre était juste bon sans être excellent? Mais aussi certainement moins de ventes à la clé...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7296
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Citation :
Séléné, tu parles de la difficulté à trouver des éditeurs pour le genre "western", et j'avoue que je n'y avais jamais pensé! Cela ne rentre pas dans les catégories généralistes des grandes maisons d'édition?
Le Western est un genre plus ancien que la Fantasy. Il fut un temps où personne n'aurait eu l'idée de présenter un texte à un éditeur en disant "ceci est de la Fantasy". J'imagine qu'en ce temps-là, le genre entrait tout autant dans ce que tu nomme "généraliste"
De nos jours, la mode du Western a fortement décru. Il n'y a pas de maisons spécialisées et j'ignore s'il y a des collections spécialisées. Cela reste "incluable" dans le cadre des collections de type historique ou aventure (en tous cas, je l'espère).
http://scriptorium2.canalblog.com En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3823
   Âge  :  112
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


Il y a quelque part sur le forum un topic qui s'appelle "Est-ce que j'écris de la fantasy originale".
C'est un peu ça le problème. La fantasy est un genre qui motive beaucoup d'écrivains (sur ce forum en tout cas), c'est effectivement une mode et comme toutes les modes elle a tendance à normaliser les comportements. On se retrouve rapidement avec des clichés, à une époque c'était le simili-Tolkien, et maintenant de plus en plus c'est du simili-Martin. Je pense que les éditeurs ne prennent même plus la peine de lire en profondeur un texte qui ne semble pas se distinguer de ses illustres références. Ils en reçoivent tellement...

Ce que dit Séléné est très vrai : il y a "des" fantasy. Pour sortir un peu des clichés Tolkien-Martin, on peut par exemple trouver les racines d'autres fantasy chez Howard (auteur de Conan), chez Zelazny (auteur des Princes d'Ambre) ou chez Cook (auteur de la Compagnie Noire). Et sans doute chez bien d'autres auteurs.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  474
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  11/09/2012
    
                         
Pêche Melba  /  Pour qui sonne Lestat


Beaucoup de lecteurs de polar écrivent des polars, bons ou mauvais, et il ne vient à l'idée de personne de dire que c'est le polar le problème.

Le succès de la fantasy en librairie a provoqué un engouement chez tous ceux qui aimaient particulièrement ce genre et qui avaient envie de prendre la plume. Il faut davantage s'en réjouir que le déplorer, car dans la masse de tout ce qui peut paraître aujourd'hui il y a d'indéniables pépites, des choses que l'on ne trouvait pas voilà vingt ans, quand il y avait trois bouquins qui se battaient en duel sur un pauvre rayonnage.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  469
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  08/05/2014
    
                         
amysdream  /  Pour qui sonne Lestat


Pour moi il n'ya jamais trop de fantsay en fait. J'en écris moi même et bien sur je ne compte pas faire que cela.

Maintenant c'est le style peut être majoritaire du forum certe mais peut être que dans d'autre c'est les policier, dans d'autre la politique..... Brefeu ! Il y a beaucoup de livre qui traitent de sujet diverse et variée.Un truc tout bête les histoires d'amour !! Les romans à l'eau de rose... Ca aussi on peut dire qu'il y en a trop.

Pour moi, il n'y pas de "trop" le jour où cela ne vendra plus croit qu'on en verra moins =)
http://mchevalier.canalblog.com/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Merci pour toutes vos réponses, c'est super intéressant (et enrichissant!). Je suis assez d'accord avec ce que dit Pêche Melba, dans le sens où je pense que l'augmentation de la production a dû conduire les maisons d'éditions à augmenter leur niveau d'exigence et aussi, parce qu'il y a maintenant plus de publications, à élargir le champ des possibles... D'où la publication de "pépites" et l'existence maintenant de différents sous-genres de fantasy...

Mais ce n'est pas pour autant qu'ils semblent prêts à publier un roman moyen comme doit l'être le mien (si j'en juge par leurs réponses)! Donc au travail, encore et encore!

Et Séléné, que tous mes vœux de réussite t'accompagnent pour la publication de ton western!
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


E


Dernière édition par inconnuaubataillon le Mer 15 Oct 2014 - 14:43, édité 1 fois
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Inconnu au bataillon: je crois que tu soulèves en filigrane un problème intéressant. Pour ma part, j'ai toujours écrit de tout, surtout des nouvelles, plutôt réalistes, même si parfois certaines étaient saupoudrées de fantastique. Mais lorsque j'ai eu envie d'écrire un roman un peu plus conséquent, c'est vers la fantasy que je me suis tournée. D'abord et avant tout parce que j'avais eu l'idée de cette histoire il y a bien longtemps et que j'avais très envie de l'écrire, et ensuite, peut-être, parce que c'est plus évident d'écrire de la fantasy. Le fait que tout se passe dans un monde imaginaire permet en effet de créer une distance avec l'histoire et les personnages qui facilite l'écriture.

Là, je travaille à nouveau sur un roman "réaliste" et je trouve cela plus compliqué. D'abord, parce qu'il ne faut pas mélanger roman et autofiction, ensuite parce qu'il faut créer de véritables personnages, et pas uniquement faire des copier/coller de personnes croisées dans la vie. C'est plus dur aussi parce qu'il s'agit de restituer la réalité dans sa banalité tout en ayant un propos qui soit intéressant - problème qui n'existe pas avec la Fantasy.

Enfin, tout ceci n'est que mon ressenti!
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  154
   Âge  :  51
   Localisation  :  Scy-Chazelles
   Pensée du jour  :  Pas de bruit... pas de cri...
   Date d'inscription  :  21/04/2013
    
                         
RGDSL  /  Tycho l'homoncule


inconnuaubataillon a écrit:
Il y a pléthore d'auteurs de fantasy parce que la plupart des auteurs ne peuvent écrire que cela.

Holà holà ! Super réducteur tout ça... En plus ce n'est pas très réaliste. Il y a bien plus d'auteurs de livres policiers que de fantasy... Croire qu'il est plus facile d'écrire un roman de fantasy qu'un livre au thème plus réaliste parce que tout est inventé me semble complètement faux. Inventer un univers cohérent n'est pas si facile que ça, même si on peut s'inspirer de ce qui a déjà été fait. Pour reprendre l'exemple des romans policiers, je ne pense pas qu'ils soient tous identiques, même si l'action et le thème ne se résume en général qu'à une enquête.
Il y a des "bons" et des "mauvais" auteurs dans tous les genres de littérature. Un bon auteur, même s'il se spécialise dans un genre particulier, est, à mon avis, fort capable d'être efficace dans un thème qu'il ne maîtrise pas forcément.
Je ne saurait donc que te conseiller de revoir ton jugement, ou du moins de l'étayer un brin, au risque de froisser certains auteurs spécialisés en fantasy...

http://www.123siteweb.fr/RGDSL/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  320
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  19/05/2014
    
                         
paty  /  Tapage au bout de la nuit


Amysdream trop de romance ? O_o

J'écris de la romance et je peux te dire que je galère. Tout comme la fantaisy il y a plusieurs genres de romances .
Je trouve qu'il y a bien plus de ME de fantaisy que de romance. Bcp de petites ME commencent par la fantaisy puis s'ouvrent à d'autres catégories de romans.
La fantaisy attire car quand tu racontes un monde imaginaire , tout est permis. Tu peux inventer n'importe quoi. Les autres romans sont plus cadrés dans la réalité. On a moins de liberté. Mais là où il y a liberté il y a aussi plus de risques. Ton monde imaginaire doit être cohérent, originale et ne pas s'éparpiller au risque de se perdre à la lecture. C'est sans doute cela le plus dur dans l'écriture d'une fantaisy.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36114-creations-infographi
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  7296
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


inconnuaubataillon a écrit:
Il y a pléthore d'auteurs de fantasy parce que la plupart des auteurs ne peuvent écrire que cela.
En fait, cette réflexion est intéressante en ceci que
- construire un univers Fantasy cohérent dépend surtout de l'imagination de l'auteur et de sa faculté à l'organiser. Il faut aussi que cet univers soit suffisamment bien exposé au lecteur pour qu'il puisse s'y immerger, se l'approprier (sans quoi, cela reste l'univers de l'auteur et seulement le sien) ce qui peut se faire par de bonnes descriptions ou par l'emploi d'éléments-repères (mythèmes fantasy = Ex: les elfes)
- un univers Réaliste ne peut être cohérent que s'il est un tant soit peu documenté. de nos jours, c'est beaucoup plus facile qu'autrefois, grâce à internet. Ce qui pourrait favoriser l'écriture de romans réalistes...
Ceci étant valable aussi pour les univers semi-réalistes comme le Fantastique ou la Science-Fiction...
Suspect  => Faut-il en conclure qu'il y a dans cet engouement une part de paresse devant la documentation ?
http://scriptorium2.canalblog.com En ligne
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3823
   Âge  :  112
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


Bof, on a eu un JE qui affirmait aussi que "la fantasy n'est pas de la littérature".
Ce genre de posture ne mène pas loin en général.

Il y a plein de façons de venir à l'écriture. Mais globalement, on en vient à vouloir écrire une histoire parce qu'on a été inspiré par d'autres histoires.

Quand à savoir écrire autre chose... dans le monde les auteurs écrivant de la fantasy sont moins nombreux que les auteurs n'écrivant pas de fantasy. Est-ce que c'est parce que les seconds ne savent pas écrire de la fantasy ?

Edit pour répondre à Séléné (et être un peu constructif, quand même) :

Citation :
Il faut aussi que cet univers soit suffisamment bien exposé au lecteur

Pour moi c'est cet élément qui est primordial, finalement. Un univers peut être formidablement riche et complexe, s'il n'est pas énoncé clairement, le lecteur passera à côté. Il y a des tas de gens qui ont une imagination incroyable, mais qui seront incapables de raconter une histoire.

Citation :
de nos jours, c'est beaucoup plus facile qu'autrefois, grâce à internet. Ce qui pourrait favoriser l'écriture de romans réalistes...

Ca dépend ce qu'on appelle réaliste. Il y a le réalisme de ce qui, d'une part, prétend coller au réel tel qu'on le vit (à mon avis c'est une illusion, mais bon) et il y a le réalisme de ce qui prétend être cohérent. Quand Aldav fait un sujet sur l'usage des armes, c'est notamment pour combattre des clichés qui rendent irréalistes certains textes fantasy... c'est pour coller à une certaine réalité.
Du coup, je ne suis vraiment pas certain que le développement d'Internet - et l'accès libre et immédiat à tant d'information - soit supposé favoriser des écritures de genre "réalistes" par opposition à des genre de "l'imaginaire". Ni que les seconds nécessitent a priori moins de documentation que les premiers. C'est toujours, plutôt une question d'écrivain que de genre littéraire : certains se fichent de la vraisemblance, la cohérence, le réalisme, d'autres en sont obsédés.

D'ailleurs, je ne suis pas certain qu'un texte "réaliste" soit moins un produit de l'imagination qu'un texte de fantasy ou d'autres genres dits "de l'imaginaire". D'abord parce que le réel tel qu'on le voit est toujours une reconstruction, une déformation de la réalité. Et puis surtout parce qu'à moins de raconter sa propre vie au quotidien, on est bien obligé d'inventer - et de réinventer. Le type qui veut écrire un polar, il a intérêt non seulement à se documenter sérieusement sur les us et coutumes de la pègre et sur les méthodes de la police, mais il devra également construire des personnages, des lieux, des événements, des organisations, peut-être même des idéologies...

Finalement, il y a d'une part la documentation, d'autre part l'imagination, et finalement la capacité à rendre tout ça clair et agréable à la lecture.


Dernière édition par Le Condor des Andes le Jeu 2 Oct 2014 - 12:44, édité 1 fois
 

 Trop de fantasy tue la fantasy?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-