PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

 L'édition fait-elle l'écrivain ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  185
   Âge  :  52
   Pensée du jour  :  N'espère rien de l'homme s'il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité (Saint Exupéry)
   Date d'inscription  :  06/04/2012
    
                         
AdL  /  Tycho l'homoncule


Amis JE, vous considérez-vous comme écrivain ? Mais à vrai dire, quand peut-on se considérer comme écrivain ? Dès parution d'un livre ? Edité, auto-édité, à compte d'auteur ? Difficile de se positionner. Faut-il être "reconnu" pour se dire écrivain qui passe forcément par une édition notoire de ses oeuvres ? Je crains de n'être qu'un auteur ... ce qui est tout de même pas mal déjà  Razz
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


On est écrivain parce qu'on le veut. Quand on veut, on peut. Loin de toutes considérations, c'est le meilleur métier du monde. On peut en une seule prise tout abandonner pour ne faire que ça, quand on a la plume( Stephen King) - On peut connaitre la gloire qu'après, juste après avoir publié un enième livre( John Irving - Le monde selon Garp) - Le métier d'écrivain est loin de la gloire et de la reconnaissance, car si vous pensez que vous n'êtes pas encore écrivain, vous ne le serez jamais.

On est aussi bien loin des choix. On a pas le choix, pas besoin d'être reconnu, sinon vous serez un fou( un auteur non lu). Tout est dans la tête.Le mot écrivain gardera toujours son mystère avec lui, malgré tout. On est bien des jeunes écrivains. Quoique d'aucun diront qu'ils ne le sont pas parce qu'ils ne sont pas publiés. Ecrivain, c'est bien au-delà des mots, il faut être habile et apprendre de jour en jour. N'attendez pas ce bonheur en creusant, cherchez ce qu'il faut pour devenir celui-là.

Vous savez que Maupassant est passé par l'auto-édition?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  109
   Âge  :  20
   Localisation  :  Nowhere... ou Elsweyr, peut-être...
   Date d'inscription  :  27/01/2014
    
                         
Kraal Pendragon  /  Barge de Radetzky


Et au delà de ça, on devient écrivain (et artiste par extension) dès qu'on se met à écrire quelque chose qui nous inspire, quelque chose où on met de l'émotion, une certaine passion. Si on veut faire écrivain pour la célébrité, laissez tomber et allez faire du foot, c'est mieux payé. Wink
Non, il faut vivre ses textes. Ils sont prioritaires à toute notion d'argent ou autre. D'ailleurs, d'un point de vue logique, si nos récits sont une part de nous, et qu'on en fait commerce, ça ne devient pas de la prostitution ? Very Happy

Enfin bref, je divague... le plus important est de se dire que la qualité d'un texte ne fait pas l'écrivain. C'est plus profond.
http://theelderscrolls.fr/
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Plusieurs étapes :
1 - RIBERY
2 - LOANA
3 - MUSSO
4 - HEMINGWAY
5 - ZOLA

Eux aussi sont écrivains. Où vous situez vous ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  109
   Âge  :  20
   Localisation  :  Nowhere... ou Elsweyr, peut-être...
   Date d'inscription  :  27/01/2014
    
                         
Kraal Pendragon  /  Barge de Radetzky


Allez, je me fais le patient 0 - Nabilla.  Laughing 
http://theelderscrolls.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3142
   Âge  :  105
   Localisation  :  Haute-Garonne
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


L'édition fait-ELLE l'écrivain. Merci.
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Dans un tel monde, c'est l'édition qui fait l'écrivain.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3801
   Âge  :  27
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Kraal Pendragon a écrit:
Ils sont prioritaires à toute notion d'argent ou autre.

Moi j'aime pas écrire le ventre vide et malheureusement, ça coûte de sous. Tout comme mon matos informatique, mon loyer et ma facture d'électricité.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  285
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  06/05/2013
    
                         
Firefrost  /  Autostoppeur galactique


Disons que c'est un cercle vertueux : tu as envie d'écrire donc tu écris, tu écris donc tu t'améliores, tu t'améliores donc tu deviens publiable, tu es publié donc tu gagnes de l'argent et tu continues d'écrire, et donc tu t'améliores encore plus, etc.
Mais c'est clair que c'est la passion d'écrire et non le besoin d'argent qui permet d'amorcer cette dynamique Smile

+1 Molly, ça m'a piqué les yeux aussi ^^
http://firefrost.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1170
   Âge  :  26
   Localisation  :  Entre deux eaux.
   Pensée du jour  :  
   Date d'inscription  :  08/01/2011
    
                         
@now@n  /  @n, bête @lph@


Ecrivain
Auteur

En gros, l'écrivain écrit tout court tandis que l'auteur écrit comme profession principale.

Ces définitions acceptées, l'édition ne fait pas l'écrivain. L'écriture fait l'écrivain. L'édition fait l'auteur.

Je suis persuadée que la question a déjà été abordée sur le forum.



Blāūg
http://anowan.blogspot.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  185
   Âge  :  52
   Pensée du jour  :  N'espère rien de l'homme s'il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité (Saint Exupéry)
   Date d'inscription  :  06/04/2012
    
                         
AdL  /  Tycho l'homoncule


En lisant @now@n, ça me fait penser à Sartre qui disait que dès l'instant où tu écris tu es écrivain, tu joues de la clarinette tu es clarinettiste, tu joue au foot, t'es footballeur !!! Entièrement d'accord mais je joue du piano et je ne suis pourtant pas un Chopin  Laughing 
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5829
   Âge  :  44
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  "L'amour ça s'fait à deux/Bien fait c'est du feu de Dieu/Mais qu'as-tu fait de moi ?/Je n'sais pas..." VP
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Maîtrise en tropes


Firefrost a écrit:
Disons que c'est un cercle vertueux : tu as envie d'écrire donc tu écris, tu écris donc tu t'améliores, tu t'améliores donc tu deviens publiable, tu es publié donc tu gagnes de l'argent et tu continues d'écrire, et donc tu t'améliores encore plus, etc.
Mais c'est clair que c'est la passion d'écrire et non le besoin d'argent qui permet d'amorcer cette dynamique Smile

+1 Molly, ça m'a piqué les yeux aussi ^^

Moui, enfin, ce n'est pas parce que tu es publiable et publié que tu vas vendre et gagner autant que Musso ou Levy. A moins de bénéficier d'une couverture médiatique de grande envergure...
Ce n'est pas non plus parce que tu publies un roman par an que tu t'améliores. Il y a les bouquins de commande, qui sont écrits parce que bon, l'écrivain célèbre doit bien ça à son éditeur. Mais on sent bien que l'inspiration n'est pas là, la qualité d'écriture non plus, que tout est forcé et au final beaucoup moins digeste que le récit qui a fait qu'un jour, cet auteur est devenu publiable.
L'inspiration est la base de tout. Si tu n'as aucune inspiration, tu auras beau être un super écrivain, tu n'arriveras à rien (d'un point de vue littéraire, pas mercantile).

Comme tu le dis si bien, c'est la passion d'écrire qui est le moteur de notre créativité. Si ça devient une obligation, une contrainte, le "feu sacré" s'éteint et il n'y a plus rien de bon qui en ressort...
http://raphaelnomezine.canalblog.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6083
   Âge  :  28
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


de ce que je lis des définitions proposées par nono, l'écrivain est celui qui a perfectionné son écriture, qui est dans une démarche d'amélioration de son style. La citation de Valéry vient à dire que celui qui rédige un premier jet autobio n'est pas un écrivain, publié ou pas.

Et l'auteur est celui qui a posé les actes de création d'une chose (toujours en lisant les définitions). Tout artiste qui pratique est "auteur" s'il ne plagie pas ou n'imite pas. Il est responsable de sa création.

Aussi bien l'un que l'autre ont donc davantage avoir avec la recherche de perfectionnement que le fait d'être publié. L'auteur peut avoir fait un sms plein de fautes d'orthographe, il est l'auteur du sms. Tous ceux qui créent un topic ici sont auteurs d'un topic. Et ceux qui rédigent un roman/poème sont auteurs. Maintenant, cherchent-ils à améliorer leurs textes, cherchent-ils à corriger, réécrire, travailler dessus ? Alors, ils sont écrivains.

Moi, les clivages machos fausses excuses me font tellement chier autour du mot "écrivaine", que j'emploie davantage poétesse et romancière.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  33
   Localisation  :  Moselle
   Date d'inscription  :  29/01/2014
    
                         
BloodyShoes  /  Petit chose


Moi j'ai un problème avec la définition du mot écrivain, j'ai du mal à en trouver une qui me convienne tout à fait et entièrement. Si l'écrivain c'est simplement le type "qui écrit" (sens basique du mot) alors n'importe quel gamin qui entre au CP est écrivain. Si c'est celui qui est célèbre, connu, etc alors 70% des écrivains (je parle pour les morts hein) célèbres, reconnus de nos jours ne l'étaient pas de leur vivant donc quoi ils sont devenus écrivains à leur mort quand la grande-tante a décide de faire éditer les correspondances du petit dernier et qu'un éditeur s'est dit "ah ouais ça peut le faire" ? Est-ce que le fait d'être qualifié "d'écrivain" a forcément avoir avec la publication ? En fait je crois que mon problème avec ce terme c'est que j'ai tendance à voir dans le mot "écrivain" un rapport avec une certaine qualité de l'écrit… (du coup, me dire que Lévy est "écrivain", même si oui c'est vrai, ça fait mal) mais bon, ça c'est mon petit problème perso.

La où on voit que définir le terme est complexe c'est que même wiki arrive pas à trancher : "Un écrivain ou une écrivaine est une personne qui rédige des ouvrages littéraires ou scientifiques, OU qui est habile dans l'art d'écrire". (par contre, merde faut arrêter avec "écrivaine" c'est pas un mot c'est une aberration)

Par contre, juste une truc, les Loana, Nabilla, Ribéri et compagnie ne sont ni des auteurs ni des écrivains ou quoi que ce soit, ils ont des biographes, des nègres et pour le coup ce sont ces derniers les "écrivains" en question...
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  185
   Âge  :  52
   Pensée du jour  :  N'espère rien de l'homme s'il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité (Saint Exupéry)
   Date d'inscription  :  06/04/2012
    
                         
AdL  /  Tycho l'homoncule


Pour Sartre, c'est clair ! celui qui écrit est écrivain !
Ecrivain, Ecrivaine , c'est pareil ! pas de formalisme ... surtout à l'heure de l'égalité H/F qui n'est pas encore réglé depuis 1789 ! Vaudrait mieux se poser les questions de ce côté-là mais c'est un autre débat.

Pour les écrivains découverts sur le tard et même après leur mort, n'ayons pas peur des mots en les qualifiant de génie ! Je dis pas ça parce que je suis un "ancien"  Razz 
 

 L'édition fait-elle l'écrivain ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-