PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 

 Pourquoi VOUS devez acheter vos livres en librairie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3867
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Et oui... pourquoi ? Internet, c'est tellement plus simple. Parce que Amazon, la Fnac ou Gibert Joseph sont des commerçants qui ne diffusent que ce qu'ils sont surs de vendre.
Les libraires, eux, fonctionnent au coup de coeur la plupart du temps. Des commerciaux arrivent chez eux pour placer leurs livres. Mais parmi eux il y a ceux qui représentent des petits réseaux, pas La Martinière et le Seuil, non, des petits réseaux qui diffusent quoi... je vous le donne en mille : VOUS.

Ceux qui tentent ou ont tenté les gros éditeurs parisiens le savent bien : ils ne publient pas de premiers romans. Alors comment exister, en tant qu'écrivain, sans réseau ni recommandation, aujourd'hui ?

En trouvant l'éditeur qui croira en vous, celui qui aura pris la peine de lire votre livre comme il doit être lu, sans même parcourir la lettre de présentation, simplement en commençant par le début, sans lecture diagonale, en prenant le temps de s'imprégner l'univers que vous avez mis tant de temps à créer.

Ces éditeurs là sont petits, très petits. J'en ai rencontrés aujourd'hui. Ils sont la personnification de nos fantasmes : ils lisent, prennent le temps de comprendre, de corriger, d'éclairer votre démarche intérieure.

Et parce qu'ils prennent le temps ils ne gagnent pas ou peu d'argent. Mais ils s'organisent. Autrement qu'en créant un site web et vendre un livre ici ou là au petit bonheur la chance. Non, eux aussi ont un réseau de diffusion avec des commerciaux. Mais ça leur coûte cher. Et ces commerciaux là démarchent les libraires, qui sont leurs seuls clients.

La librairie est un secteur en crise, la concurrence d'internet ne donne même pas une décennie pour survivre. Virgin ferme. Coup dur pour les éditeurs. Ils vont être encore plus durs avec les mansucrits reçus. Mais la librairie c'est le premier endroit où votre livre existe. Le premier endroit où des yeux professionnels, souvent désintéressés, ceux de votre libraire, qui a mis un petit cœur découpé dans du carton sur la couverture de votre livre. C'est LUI qui dira au passant hagard, en quête d'autre chose, que cet autre chose : c'est vous qui l'avez écrit.

Donnez-vous la chance d'être édité, donnez votre argent à un passeur de talent plutôt qu'à un commerçant.

20 euro que ça coûte un bouquin neuf, 20 euro. C'est une somme quand on y pense. Mais ce pourrait aussi être le salut de votre foi en votre plume. Faites un effort, fermez votre session Windows, sortez près de chez vous trouvez le libraire qui saura vous éclairer... et laissez vous tenter. Ce livre d'un éditeur et d'un auteur inconnus, ce sera peut être un jour le votre que ce libraire donnera.
http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Super initiative, David ! J'applaudis des deux mains (et des deux pieds) cheers

Il faudrait mettre cette injonction en Post-it !

Et je peux témoigner que les libraires sont un relais extraordinaire (et indispensable) entre les "petits" auteurs et les lecteurs. Surtout ceux qui sont passionnés, et qui lisent vraiment les livres pour ensuite les conseiller (quand ils les ont aimés, bien sûr).

Actuellement, les librairies indépendantes ont beaucoup de mal à (sur)vivre. Il FAUT ABSOLUMENT les soutenir (les livres n'y sont pas plus chers !) Et franchement, des plate-formes comme Amazon, c'est de la m***e, ils arnaquent les éditeurs et cassent toute la chaîne du livre (en prenant un énorme pourcentage, alors qu'ils ont beaucoup moins de frais que des libraires). Si vous habitez une ville, n'hésitez pas, allez chez votre libraire !
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  869
   Date d'inscription  :  31/08/2010
    
                         
Arcturus  /  Double assassiné dans la rue Morgue


.


Dernière édition par Arcturus le Ven 7 Juin 2013 - 15:51, édité 1 fois
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Naon. 30 ou 35%. Du moins ceux à qui j'ai eu affaire. Amazon, c'est au moins 50%.
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3823
   Âge  :  112
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


Si je résume :
- les libraires vendent les auteurs,
- les auteurs achètent dans les librairies.
C'est un système clos, fermé... pas très viable, je trouve.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  746
   Âge  :  37
   Localisation  :  Indonésie
   Pensée du jour  :  Tout bien considéré, il n'y a que deux sortes d'hommes dans ce monde, ceux qui restent chez eux et les autres. (R. Kipling)
   Date d'inscription  :  17/04/2012
    
                         
Elenita  /  Blanchisseur de campagnes


Et 35%, ça ne paraît pas démentiel quand on sait ce que ça coûte de gérer un commerce avec un loyer, du stock, du personnel etc, et qu'on vend des produits souvent entre 7 et 20 euros.

Et sinon, moi j'aime les libraires.
D'ailleurs, à ce propos, est-ce qu'on ne pourrait pas mettre quelque part un post qui liste les libraires préférés des JE, par zone ou ville je ne sais quel classement ?
http://www.maviesousleau.net
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3116
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


@ Condor : Heu... J'espère pour les libraires qu'ils ont une clientèle plus large que les seuls auteurs... (sinon, c'est vraiment désespérant).

@ Elenita : oui, ce serait bien, cette liste.
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1627
   Âge  :  53
   Localisation  :  un jour ici l'autre là
   Pensée du jour  :  Mon âme est à l'océan ce que mon coeur est à l'amour
   Date d'inscription  :  31/07/2012
    
                         
fleurdepat  /  Fiancée roide


David je comprends fort bien ce que tu écris, et je partage ce rêve du vieux bouquiniste qui sort de derrière ses étagères poussiéreuses, un roman ou un recueil de poésie d'un auteur génial et méconnu qui pourrait fort bien être vous dans un temps pas si éloigné. Mais comme le dit Arcturus et le Condor derrière cette image d’Épinal, il y a la triste réalité qui consiste à vendre son livre à un vieux libraire fauché qui en vendra peut-être deux exemplaires avant de fermer boutique et comme vous ne toucherez que 10% maximum de votre prix de vente je vous laisse calculer votre "salaire" sur un prix de vente de 20 euros. J'ai souvent été fureter dans ses vieilles librairies, en Bretagne il y en a encore quelques unes, j'adore l'ambiance et on peut discuter pendant des heures avec le patron (les employés sont trop cher, et il a le temps puisque les clients ne se bousculent pas à sa porte). Cependant, toute prétention mise à part, je préfère, à choisir entre les requins de l'édition pro et les vieux libraires passés de date, l"'auto édition et la librairie en ligne. Il y a aujourd'hui pas mal de possibilités pour s'éditer à compte d'auteur sans trop de frais et les librairies en ligne ne manquent pas.


Dernière édition par fleurdepat le Sam 19 Jan 2013 - 22:46, édité 1 fois
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3867
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  16/10/2010
    
                         
Bosie  /  Il fut Bosie, il n'est plus


Merci Molly. J'en ai pris conscience qu'aujourd'hui en rencontrant beaucoup d'éditeurs indépendants

Paul... je ne connais pas les marges des libraires. Mais je sais ce que c'est que de gérer une affaire. Et que ce soit 20 ou 40 % ce qui reste dans la poche c'est pas 5%. Et oui, sous les mots taxes, charges, impôts, cotisations, frais se cachent une sangsue grosse comme la crédulité des gens. J'avais déjà par le passé démontré, chiffres à l'appui ce qui me restait à moi, qui ne suis pourtant pas le plus assommé de charges, après avoir vendu un produit 1500 euro, payé 500 euro. Hormis loyer, assurances, publicité... bref tout ce que l'on nomme charges fixes, le gain est de 135 euro. Quand aux éditeurs, je le sais. La moitié du prix du livre revient au diffuseur.

Fleur, je ne parle pas de livres auto édités. je te cause d'éditeurs traditionnels, avec un comité de lecture sérieux et une ligne éditoriale. Et eux, ne vendent pas en ligne (enfin, c'est pas par ce moyen qu'ils se font connaitre). Le succès c'est sur le bouche à oreille qu'ils le misent. Il ne s'agit pas d'un ou deux exemplaires par librairie. Y'a pas de quoi, en France, rémunéré un commercial pour qu'il place un ou deux ex chez les libraires.


Dernière édition par David le Sam 19 Jan 2013 - 22:46, édité 2 fois
http://www.insequis.net/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3823
   Âge  :  112
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


Molly a écrit:
@ Condor : Heu... J'espère pour les libraires qu'ils ont une clientèle plus large que les seuls auteurs... (sinon, c'est vraiment désespérant).

C'est bien pour ça que je suis très sceptique vis-à-vis du message en tête de cette discussion.
Si vraiment les libraires devaient compter principalement sur les wanabe-auteurs, alors ce secteur n'aurait tout simplement plus aucun raison d'être.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1627
   Âge  :  53
   Localisation  :  un jour ici l'autre là
   Pensée du jour  :  Mon âme est à l'océan ce que mon coeur est à l'amour
   Date d'inscription  :  31/07/2012
    
                         
fleurdepat  /  Fiancée roide


De toutes façons, le secteur librairie est en plein changement et dans moins de dix ans, seules les grosses librairies seront encore ouvertes. On ne peut pas lutter contre le progrès bon ou mauvais. Aller dans les librairies oui mais ce n'est certes pas ça qui sauvera les petits auteurs. Pourquoi ne pas dire que les CD qui ont remplacé les cassettes vidéos ont tué les petits réalisateurs? Aujourd'hui, grâce à you tube de petits réalisateurs de films ont pu se faire connaître et mettre à jour leur projet. Il en sera de même avec les librairies en ligne, les petits écrivains pourront mettre en ligne leurs œuvres et se faire connaître grâce à ces réseaux.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  138
   Âge  :  18
   Localisation  :  St-Hyacinthe,Québec,Canada
   Pensée du jour  :  la cruauté est le produit de l'amour, car l'amour est cruel
   Date d'inscription  :  03/06/2012
    
                         
mélyiou  /  Barge de Radetzky


moi je n'aime pas les livre électronique et la seule place ou je peut me procurée tout les livres que j'ai envis de lire; ces a la libraire
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6755
   Âge  :  42
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Et les bouquinistes !
n'oublions pas les bouquinistes...
c'est pas du neuf, mais on y trouve des petites merveilles parfois, au détour d'un hasard
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  669
   Âge  :  23
   Pensée du jour  :  "Si le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde"
   Date d'inscription  :  25/10/2012
    
                         
Aredhell  /  Déesse rousse des koalas, éleveuse de panda roux et trolleuse d'Elfe


Moi dans l'ensemble, je préfère acheté mes livre en librairie ( ou a défaut en grande surface ). Comme ça au moins, ben je peux commencé la lecture et éviter d'acheter un bouquin qui finira en dessous d'une pile d'où il ne sortira jamais ! C'est pas vraiment une possibilité qu'on a quand on achète des bouquins sur internet...

Internet, moi c'est bien juste pour un bouquin de temps en temps qu'on arrive absolument pas à trouver en librairie et qu'ils ne peuvent pas commander pour une raison X (oui, ça m'est arriver ça...).

fleurdepat a écrit:
De toutes façons, le secteur librairie est en plein changement et dans moins de dix ans, seules les grosses librairies seront encore ouvertes.

Heu... Y'a pas Virgin qu'à fermé ?
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1358
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  02/06/2011
    
                         
Magdalena  /  Tentatrice chauve


Mes seules expériences en librairie (à Marseille) ne sont pas concluantes : entre le libraire qui tire la gueule parce que je lui demande des livres précis — dans une librairie tellement petite qu'on peut pas circuler, et encore moins fouiner dès qu'il y a plus de deux personnes à l'intérieur — et la patronne, dans une autre librairie plus grande, qui tient la caisse et qui est pressée d'y mettre les sous et qui ne décroche pas un mot aimable — je ne parle même pas des employés, qui sont aussi motivés que si on les amenait à l'abattoir — j'ai depuis longtemps passé mon tour.
Alors j'achète à Virgin. Dans laquelle je peux flâner sans que personne ne me presse. Et où j'ai entendu une libraire (vendeuse ? je ne sais pas trop si les employés Virgin ont le statut de libraire, si ce statut existe) vendre Dans le nu de la vie de Jean Hatzfeld (récit sur le génocide au Rwanda) à une dame qui cherchait un roman "joyeux" à offrir à une copine... Cherchez l'erreur.
J'achète aussi sur le Net, car souvent les livres que je cherche ne se trouvent pas ailleurs.

Donc pour moi la conclusion s'impose : les libraires sont avant tout des commerçants. Ils sont là pour faire du chiffre, pour être rentable, et sûrement pas pour faire plaisir à des auteurs. Qu'il en existe des plus passionnés que d'autres, je veux bien. Mais ça reste un commerçant.
 

 Pourquoi VOUS devez acheter vos livres en librairie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-