PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant
 

 [Edition - Autopublication] LTPR : une saga de 7+1+1 tomes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


(J’ai un peu hésité à intituler mon post : comment je ne me suis pas faite éditer – guide pratique à l’usage de ceux qui ne veulent pas devenir riches et célèbres grâce à leur plume, mais c’était un peu long)

Il ne s’agit ici ni d’établir un constat d’échec, ni de faire la démonstration flagrante d’un succès. Mais de relater une expérience qui se situe un peu entre les deux. Mon but n’est pas de promouvoir l’autoédition, ni de la descendre en flammes. Mais de montrer ce qu’elle peut apporter en grandes joies et en petites frustrations (qui peuvent être grandes aussi parfois).

Nous sommes en 1995, j’ai 19 ans, je suis élève en prépa scientifique dans un grand lycée parisien. J’ai pourtant dit à mes parents : je veux faire écrivain, mais ils m’ont répondu : fais Polytechnique d’abord. Je prépare donc Polytechnique en me gavant d’exos de maths, de physique, de chimie, dans un environnement que je perçois comme hostile. Pour me détendre (en vérité, pour ne pas mourir) j’écris. Les aventures de Peter Agor, un taupin de base, qui a les mêmes profs que moi et les mêmes doutes existentiels. J’écris à la 3ème personne (je ne suis pas encore lui) des histoires rocambolesques où mes profs sont des espions à la solde du gouvernement. J’essaye de faire drôle, en tout cas, ça fait rire mes camarades quand mes feuillets A4 circulent sous le manteau après que j’ai piraté la photocopieuse du secrétariat.

1997 : j’intègre une école d’ingénieurs. Qui n’est pas Polytechnique. Mes parents sont sympas, ils ne me déshéritent pas. Je m’investis dans le journal de l’école où je profite de mon statut de rédac’cheftaine pour faire paraître mes histoires sous forme de feuilleton. Petit succès d’estime, mais tout cela reste de l’ordre de la blague potache et du private joke.

2007 : oui, 10 années ont passé. Vie normale d’ingénieur télécoms, je n’ai pas ré-écrit depuis que j’ai quitté l’école. Mon mari se remet à la guitare et moi j’ouvre un vieux .doc en me disant : est-ce que je pourrais en faire quelque chose de partageable. J’essaye pendant 6 mois de retravailler  les aventures de Peter, mais ça ne marche pas. Pendant ce temps, mon mari fait des progrès à la guitare. Je suis frustration. Et puis sur un coup de tête, je reprends ma centaine de pages et je passe tout à la première personne. Déblocage. Pendant l’été, un voyage en République Tchèque est l’occasion d’une balade de 2 heures dans une forêt au nom imprononçable. Au retour, je sais que je vais écrire une saga en 7 tomes et j’ai la trame globale de chacun d’entre eux. (En fait, je ne veux pas vous donner le nom de la forêt en question ^^)

Novembre 2007 : j’ai fini mon tome I. Je suis très fière de mon point final. J’imprime mon manuscrit selon les canons en vigueur (A4, recto seul, police taille 12, interligne double) et j’envoie le tout aux 5 plus grandes maisons d’édition françaises. Et puis en attendant le Goncourt tout en me demandant si j’accepterais le Femina, j’enchaîne sur le tome 2.

Mai 2008 : j’ai reçu 5 lettres de refus type et j’ai terminé mon tome 2. Je découvre le site lulu.com et pour 10€ pièce, je commande deux exemplaires de mes romans. Ils arrivent une semaine plus tard. La couverture est toute verte, avec le titre et mon nom écrits en jaune dessus. C’est très moche mais je trouve ça beau. Au point que je me dis : et si j’essayais d’utiliser la plateforme de Lulu pour vendre mes livres ? Quelques clics de souris plus tard, c’est fait : je suis en vente, aussi bien au format pdf que papier. Je me souviens que je suis ingénieur télécom et je développe mon site web en utilisant joomla (ok, je fais les specs et c’est mon mari qui développe). Ça y est, j’ai une vitrine. Et je commence à dire timidement autour de moi que j’écris des romans policiers.

Décembre 2008 : tout le monde s’en fout, en fait, j’ai vendu 10 exemplaires. Mon premier tome est en téléchargement gratuit et j’en ai écoulés une centaine, mais sans savoir s’ils ont été lus. Pas grave, je viens de boucler mon tome 3 qui va rejoindre ses deux autres compères chez lulu.

Janvier 2009 : je m’inscris sur le forum prepa.org et je fais mon petit topic à moi avec un teasing qui aurait dû me faire mettre dehors manu militari par n’importe quel modo même bien luné. Pour une raison toujours inconnue, cela ne se produit pas. Je recrute quelques lecteurs. Je commence à cerner mon public cible.    

Avril 2009 : je m’inscris sur Facebook. J’ai plein d’amis. Je découvre comment ça marche et j’ai moins d’amis. Vive le marketing 2.0.

Juin 2009 : je fais de la pub sur geekzone.fr. Là, le modo fait bien son boulot : je suis lockée rapidement. Je supplie : on me délocke. Et je découvre la jouissance suprême d’avoir de vrais fans. Ceux qui vous demandent : mais put***, il sort quand, le tome suivant ?

Août 2009 : je lance un appel sur geekzone.fr. Il me faut un illustrateur. Des couv toutes vertes, ce n’est plus possible. Drakulls répond à l’appel. Et je découvre quelques semaines plus tard l’œuvre d’un vrai artiste qui dépasse mes espérances les plus folles. Il enchaine sur les 2 tomes suivants pendant que je peaufine le 4ème de mon côté. Il est intéressé aux ventes  - ce qui signifie en gros qu'il travaille de façon bénévole avec moi depuis 3 ans.

Septembre 2009 : Hervé Lehning du magazine Tangente Sup me contacte. Suis-je intéressée par l’écriture de nouvelles courtes qui paraîtraient dans son magazine ? Au terme d’une danse de la pluie dont les conséquences manquent de rayer la Bretagne de la carte, je dis oui. Je suis officiellement publiée dans un vrai magazine auquel je livre depuis 4 nouvelles par an ainsi que des articles pointus que je ne me serais jamais crue capable d’écrire. Un bonheur n’arrivant jamais seul, je suis interviewée par la radio Canal B dont l’animateur a apprécié le tome 1. Il ne donnera toutefois pas suite à ma proposition d’adapter la Tentation en feuilleton radiophonique. Dommage.

Décembre 2009 : Le 4ème tome paraît, j’ai enfin des livres dignes de ce nom, avec couv et 4ème de couv à livrer. Fierté.

Décembre 2010 : un congé maternité plus tard, je livre le tome 5 de ma saga. J’ai droit à une vraie critique dans le journal des Mines, qui a de quoi faire rougir des tomates. J’échange régulièrement avec ma petite communauté de lecteurs. Qui se sent impliquée dans mon travail. Je les kiffe.

Juillet 2011 : Daniel Fattore sur son blog me gratifie d’une nouvelle critique. Youpi. J’ai l’impression d’être un vrai auteur.

Août 2011 : Mon nombre de lecteurs stagne. Je n’ai plus vraiment d’idées pour augmenter leur nombre. Le système de l’autoédition commence à être connu – et d’autant plus dénigré. Je contacte une maison d’édition avec laquelle j’ai l’échange suivant : http://kylieravera.fr/2012/07/31/es-tu-toujours-aussi-vehemente-a-l%e2%80%99egard-des-maisons-d%e2%80%99edition-qui-refusent-ton-manuscrit/

Décembre 2011 : Mon tome 6 est dans les bacs, mais je n’ai toujours pas de maison d’édition. Une amie auteure m’en recommande une, et ça devient un peu… tendu : http://kylieravera.fr/2012/08/21/un-autre-echange-avec-un-editeur-peut-etre/

Janvier 2012 : je laisse tomber joomla pour wordpress. Je parle de mon site web. Il est quand même beaucoup mieux comme ça. Non ?

Mars 2012 : mes premières critiques sur Sens critique.

Juin 2012 : je rencontre mes lecteurs de geekzone dans un bar où je fais une séance de dédicaces. Il y a des gens qui sont tout contents de me rencontrer, c’est chouette. Je découvre JE. Oh, un forum pour écrivains wannabe. Je lis et je me fais relire. Il y a des membres un peu bizarres mais on y fait aussi de belles rencontres. J’étais venue pour vendre, je me retrouve à porter un regard critique sur ce que j’ai écrit. Tant mieux. Il n’est jamais trop tard pour progresser.

Juillet 2012 :  Je tente une nouvelle fois ma chance avec une petite maison d’édition. Et ça ne se passe pas bien : http://kylieravera.fr/2012/07/10/quest-ce-que-ca-fait-de-recevoir-ce-genre-de-reponse-dune-maison-dedition/. Pour me venger, je vide une bouteille de chouchen et je me vends sur Amazon.

Août 2012 : je crée un compte twitter que je plug à mon site web et à mon compte Facebook. Ça y est, je suis 2.0 ++. Je colle des #LTPR partout. Et quand je me retourne, je vois qu’il y a des gens qui me suivent.

Octobre 2012 : je dévoile mes chiffres de vente.

Décembre 2012 : mon tome 7 est quasiment prêt. Alpha-relu et en cours de bêta-lecture. Je suis allée au bout de mon projet.

La suite...
Elle n'est pas encore écrite.
Mais j'ai plein d'idées.


Dernière édition par Kylie Ravera le Dim 22 Juin 2014 - 22:36, édité 1 fois
http://www.kylieravera.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3110
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Intéressant, ton parcours ! J'admire ta persévérance !

Citation :
j’ai fini mon tome I. Je suis très fière de mon point final. J’imprime mon manuscrit selon les canons en vigueur (A4, recto seul, police taille 12, interligne double) et j’envoie le tout aux 5 plus grandes maisons d’édition françaises.

Cinq envois, ça ne fait pas beaucoup, et en plus, on sait que les plus grandes maisons ne lisent pas les manuscrits, à moins d'être recommandé comme étant la fille de Machin ou la cousine de Truc. Tu dis ensuite que tu en as essayé une ou deux autres plus petites, mais globalement, c'est peu, non ? En même temps, maintenant, c'est un peu tard, quel éditeur s'engagerait pour une série dont les 7 tomes sont déjà parus et ont déjà touché un public non négligeable (quoique... quand on voit le cas de "50 shades...")

En tout cas, je te souhaite bonne chance, que ton lectorat s'élargisse encore ou que tu trouves un éditeur pour ta nouvelle version bêta-lue-toute-belle ! Smile
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  488
   Date d'inscription  :  28/12/2010
    
                         
MaxLouis  /  Pour qui sonne Lestat


Parcours en chemin de croix mais à chaque calvaire une étape qui apprend. Bientôt la consécration ? Je te le souhaite.

J'ai clique sur le lien de ton blog et il me renvoie ce message : "Error establishing a database connection"
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Molly a écrit:
Intéressant, ton parcours ! J'admire ta persévérance !
D'aucuns appellent ça de la persistance dans l'erreur, mais merci Very Happy

Molly a écrit:

Cinq envois, ça ne fait pas beaucoup
Non, je sais que ce n'est pas énorme... et qu'il s'agissait probablement de coups d'épée dans l'eau, vu les maisons visées (et l'état du manuscrit, je préfère presque qu'il n'ait pas été lu...). Mais je me suis focalisée davantage sur l'écriture que sur la recherche d'un éditeur, parce que ça demande de l'énergie, tout de même. Et puis je ne suis pas quelqu'un de patient, donc quand on compare les délais de réponse et même de publication avec les maisons standards et la vitesse avec laquelle on peut se publier soi-même... Avec tous les bémols que cela comporte, évidemment.

Molly a écrit:
En même temps, maintenant, c'est un peu tard, quel éditeur s'engagerait pour une série dont les 7 tomes sont déjà parus et ont déjà touché un public non négligeable
C'est une question que je me suis déjà posée et... je ne regrette rien Very Happy Je n'aurais sûrement pas écrit ce que j'ai écrit si j'étais restée enfermée dans ma tour sans rien partager.

Molly a écrit:

En tout cas, je te souhaite bonne chance, que ton lectorat s'élargisse encore ou que tu trouves un éditeur pour ta nouvelle version bêta-lue-toute-belle ! Smile

Merci. Pour le "ou", surtout Wink

MaxLouis a écrit:
Parcours en chemin de croix mais à chaque calvaire une étape qui apprend. Bientôt la consécration ? Je te le souhaite.
Je l'ai plutôt bien vécu, ce chemin de croix, et tu as raison, j'ai énormément appris à chaque étape. La consécration? Elle est pendue au retour que me feront mes lecteurs sur mon tome 7 Wink
(L'angoisse m'étreint, je dois être un peu maso, j'adore ça...)

MaxLouis a écrit:

J'ai clique sur le lien de ton blog et il me renvoie ce message : "Error establishing a database connection"
Tu as dû tomber pendant la mise à jour de la base de données chez OVH, c'est rétabli :rainbow:
(Mais quand on fait de l'autoédition, c'est vrai que le statut de sa vitrine est source de stress...)
http://www.kylieravera.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  746
   Âge  :  37
   Localisation  :  Indonésie
   Pensée du jour  :  Tout bien considéré, il n'y a que deux sortes d'hommes dans ce monde, ceux qui restent chez eux et les autres. (R. Kipling)
   Date d'inscription  :  17/04/2012
    
                         
Elenita  /  Blanchisseur de campagnes


Kylie Ravera a écrit:
Elle est pendue au retour que me feront mes lecteurs sur mon tome 7

Il est chouette, le tome 7. De l'aventure, du suspense, des câlins, des tortues, et plus encore.

La bêta-lectrice le dit publiquement: lisez la LTPR, des bouquins où qu'on rigole mais pas que. (ouais, c'est de la pub éhontée)
http://www.maviesousleau.net
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  488
   Date d'inscription  :  28/12/2010
    
                         
MaxLouis  /  Pour qui sonne Lestat


Ben, je viens ré-éssayer (Mozilla et IE) et bien toujours même message d'erreur pour ouvrir ton blog.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2699
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


Pour ce que j'en sais, un roman en autoédition continue à appartenir à son auteur, tu peux donc tout à fait céder ces droits à une maison d'édition. Si ton chiffre de vente est resté suffisamment bas, cela ne devrait pas impacter de façon significative leur chiffre d'affaire potentiel.
http://romainmikam.free.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Elenita a écrit:
Il est chouette, le tome 7. De l'aventure, du suspense, des câlins, des tortues, et plus encore.

La bêta-lectrice le dit publiquement: lisez la LTPR, des bouquins où qu'on rigole mais pas que. (ouais, c'est de la pub éhontée)
Et je dis publiquement qu'une bêta-lectrice qui se tape les 6 tomes de LTPR et réussit à gratouiller sur le 7ème tous les trucs qui vont pas avec argumentation à l'appui mais également tact et mesure, c'est chouette. Je vous souhaite à tous, membres de JE, de trouver une relectrice comme Elenita.

MaxLouis a écrit:
Ben, je viens ré-éssayer (Mozilla et IE) et bien toujours même message d'erreur pour ouvrir ton blog.
Flûte. Bon, de mon côté, depuis le problème effectivement constaté ce matin, ça remarche. Un souci de cache dans le réseau? D'autres ont constaté ce bug?

mikaroman a écrit:
Pour ce que j'en sais, un roman en autoédition continue à appartenir à son auteur, tu peux donc tout à fait céder ces droits à une maison d'édition. Si ton chiffre de vente est resté suffisamment bas, cela ne devrait pas impacter de façon significative leur chiffre d'affaire potentiel.
Je doute que l'on considère une centaine de lecteurs comme significatif Wink mais je me pose plutôt la question : est-ce que j'ai vraiment envie de passer par un éditeur?

Dans les +, je vois:
- la reconnaissance: oui, évidemment, l'autoédité a la réputation de sentir un peu sous les bras. La maison d'édition joue le rôle de filtre et se doit de ne garder que le meilleur.
Mais: je n'adhère personnellement pas aux "hits" du moment, j'y trouve souvent un goût de formaté / pas fini / vulgaire. Le "meilleur" est relatif, et j'en viens à mettre en doute la caution qu'apporte une maison d'édition qui publie des "fils de" ou des trucs racoleurs ou des trucs tellement profonds, sans doute, que je ne les comprends pas. La reconnaissance, je pense pouvoir la trouver ailleurs. (Et la caste germanopratine que j’ai eu l’occasion de fréquenter à la marge m’intimide au plus haut point)

- la correction: les maisons sérieuses passent du temps à retravailler un manuscrit pour le rendre impeccable, sans faute, cohérent. (Suffit de lire le témoignage d'e-bou pour s'en convaincre)
Mais: récemment, il m'est arrivé plusieurs fois de lire des livres d'éditeurs aussi sérieux que 10/18, Folio, Livre de Poche, avec de vraies fautes d'orthographe dedans. Des répétitions et des lourdeurs. Mince, quelqu'un ne ferait-il pas correctement son boulot? Ca n'excuse pas les fôtes qui restent dans ce que je publie, mais j'ai de mon côté la possibilité de faire rapidement des mises à jour pour corriger tout ce qui doit l'être. Et avec tous ceux qui sont déjà passés sur les 6 premiers tomes et qui y sont allés de leur remontée de coquilles, je pense ne plus avoir trop à rougir de ce côté. J’ajoute à ça que l’autoédition me permet une liberté totale dans ce que j’écris : j’assume mes intrigues complexes, mes jeux de miroirs, ma construction en puzzle, l’appel fait à l’intelligence et à la mémoire de mes lecteurs qui me permet de leur livrer quelque chose de différent. J’anticipe en cela la réaction d’éditeurs qui finiraient par me dire : ce que vous faites, c’est trop compliqué pour le lecteur lambda.

- la promotion : la pub qui fait augmenter votre nombre de lecteurs… Sans doute l’apport principal d’une maison d’édition, ce qui vous permet de vous assurer que votre livre sera lu par le plus grand nombre, parce que c’est bien ce que nous recherchons tous au final.
Mais : comme les antibiotiques, c’est pas automatique. L’offre est devenue tellement vaste qu’un nom de maison prestigieux ne suffit plus à faire vendre. Et de combien d’exemplaires parle-t-on ? 1000 ? 2000 ? Difficile d’aller bien au-delà si on a simplement droit à la promo classique. (Et hop un petit lien pour appuyer mon propos, ça date un peu mais je doute que ça ait beaucoup changé: http://www.rue89.com/2008/11/09/comment-les-ecrivains-francais-gagnent-leur-vie). L’autoédition permet de faire preuve d’inventivité en matière de communication. Il faut s’intéresser à la chose, évidemment, mais pour peu que l’on y prenne du plaisir, c’est presque aussi amusant que d’écrire… J’ai encore quelques cartouches à tirer de ce côté-là :mrgreen:

Le problème principal que je vois dans l’autoédition, c’est sa mauvaise réputation. Bien sûr qu’on y trouve de tout. Mais dans tout, il y a le pire comme le meilleur. Le meilleur étant, encore une fois, relatif, en fonction des goûts et des attentes de chacun. Je ne sais pas si les mentalités vont évoluer de ce côté-là. Pour le moment, je fais le pari que vous serez davantage prêts à acheter le tome I d’e-bou publié chez l’Atalante sans en avoir lu une seule ligne (c’est mon cas Wink ) qu’à me demander de vous envoyer gratuitement mon tome I pour voir de quoi il en retourne.

Mais je suis prête à vivre avec ça.

(Et peut-être que je retournerai complètement ma veste le jour où un éditeur me proposera d’imprimer 1000 exemplaires de LTPR :woowoo: )
http://www.kylieravera.fr
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je vais peut-être troller, te blesser, mais je trouve que l'éditeur qui t'as dit "accepte la critique et pond autre chose, tu as du talent" avait raison.

Je ne comprend pas cette fierté mal placée, qui te retires sec une opportunité de faire du neuf et d'entrer dans le grand monde de l'édition.

Cela me laisse pantois.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Fabre a écrit:
Je vais peut-être troller, te blesser, mais je trouve que l'éditeur qui t'as dit "accepte la critique et pond autre chose, tu as du talent" avait raison.
J'avoue que cette réponse m'a fait réfléchir, douter, qui suis-je, où vais-je, tout ça. Et puis j'ai reçu dans la foulée (à l'époque de Noël, je crois) le message d'un lecteur me demandant quand allait sortir mon tome 6 parce que "attendre encore un an, ça va être beaucoup trop long". J'ai préféré ignorer les conseils du pro qui avait lu les 3 premiers chapitres de mon tome I pour accéder à la demande du celui qui avait lu les 5 tomes disponibles à l'époque. Pas forcément un bon calcul, mais des fois, on ne calcule pas.
De toute façon, maintenant que j'ai écrit mes sept tomes, je vais pouvoir passer à autre chose. A moins que...

Fabre a écrit:
Je ne comprend pas cette fierté mal placée, qui te retires sec une opportunité de faire du neuf et d'entrer dans le grand monde de l'édition.
La fierté, on choisit rarement où elle va se nicher. Et puis j'écris ce que j'ai envie d'écrire, sinon, où serait le plaisir? Déjà qu'on ne fait pas ça pour l'argent... :mrgreen:
Le grand monde de l'édition... Je suis peut-être bizarre mais il ne me fait pas rêver. Je ne sais pas si c'est parce que je le connais trop bien ou pas assez.

Fabre a écrit:
Cela me laisse pantois.
Faut pas Very Happy
http://www.kylieravera.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Alors ce n'est pas parce qu'on fait de l'autoédition qu'on n'a pas le droit d'avoir de jolies couvertures personnalisées...
Comme dit plus haut, j'ai rencontré mon illustrateur sur le web. Et voilà comment les choses se passent avec M. Sam Drakulls…
J’ai toujours des idées très arrêtée sur les éléments clés que je veux voir apparaître sur les dessins de couverture. Chaque illustration doit être une énigme en elle-même, avec des détails qui ne se révèlent qu’après un examen attentif. Je fournis ma liste des courses à Sam qui commence par me traiter de malade mentale. Mais comme il est du genre à relever les défis (et qu’il reconnaît être un peu malade lui aussi), il accepte le projet. Passent quelques mois, pendant lesquels, en général, son PC crashe, ce qui fait qu’il perd mon briefe. J’en profite pour finir mon bouquin et je commence gentiment à le harceler. Alors il se met au travail à partir des bases que je lui ai données. Il aime bien teaser aussi, le bougre, alors j’ai droit à des bouts d’image de temps en temps. Je n’ai jamais eu à le reprendre sur la composition qui a toujours correspondu pile-poil à ce que j’avais imaginé. Ensuite, on discute des détails, de ces petits trucs spéciaux qui feront que l’illustration collera parfaitement à l’histoire. On tombe toujours d’accord au bout de quelques minutes d’échange, au point que je me demande parfois s’il n’a pas placé une sonde dans mon cerveau. Le lendemain (parce que lui aussi en phase créative ne doit dormir que cinq heures par nuit), j’ai une première version qui me fait exécuter une danse de la joie. Forcément, derrière, Sam va passer des heures en peaufinage parce qu’il est perfectionniste, mais à ce stade-là, je sais déjà que c’est gagné.
Il n’y a que pour le tome III que les choses se sont déroulées un peu différemment. A cette occasion, c’est moi qui ai modifié mon roman pour m’adapter à la couverture. Elle représente le détail d'un tableau qui joue un rôle central dans l’intrigue.
Ces illustrations font à présent partie intégrante du cycle de la Tentation.
Et je souhaite à Sam, Belge venu s’installer en France, que son talent lui fasse un jour payer énormément d’impôts.





http://www.kylieravera.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3110
   Âge  :  104
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Toute personne qui aime la musique ne sera jamais vraiment malheureuse"- F. Schubert
   Date d'inscription  :  29/08/2011
    
                         
Molly  /  Didon de la farce


Elles sont très belles, ces couvertures...
http://alice-adenot-meyer.blogspot.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1471
   Âge  :  42
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  20/11/2012
    
                         
Delf  /  Roland curieux


Je plussoie! I love you
http://www.delphine-laurent.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Merci pour lui Very Happy
http://www.kylieravera.fr
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  678
   Âge  :  40
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


Ce moment jouissif où UPS vous apporte le tout premier exemplaire imprimé de votre petit dernier...
(et oui, c'est très dur de prendre une bonne photo d'une couverture brillante pelliculée...)



Dernière relecture avant publication!
http://www.kylieravera.fr
 

 [Edition - Autopublication] LTPR : une saga de 7+1+1 tomes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 21Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication :: Itinéraires éditoriaux-