PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez|
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
 

 Le refuge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
Coucou,
Vite fait pour expliquer — s'il est besoin — ce topic est là pour écrire de la poésie au fil de l'eau, à plusieurs et sans soucis de la performance, chacun prend la suite du précédent, en restant dans le thème ou pas. Pas d'autres commentaires que vos vers, s'il vous plaît. Espérant vous voir nombreux pour ce poème-partage de la première page.
++
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________


A la première page de mes nuits :
Un complot couleur de pluie,
Des idées neuves pour amorcer demain.
Et bravement sans pleurer,
J'entends le temps rire de ma solitude
J'entends la pluie rire de mes chagrins stupides
J'entends le monde rire de mes sottises d'enfant
J'entends au loin la valse d'amants muets
J'entends une voix dans le brouillard
Et soudain je n'entends plus rien
Comme si les ombres de lumière s'étaient changé en ombres de bruit
Et la mélopée sourde du temps ralentit
Et la valse des fuyants ralentit
Et le coeur du néant ralentit
Et j'entends alors, comme un son lumineux, au loin, jaillir le feu de l'Enfer
Nous nous transformons, toi, moi, en esclaves du désert et nous nous prenons à avoir soif
Soif du vide et de l'amour
Soif du triste et de l'art triste




Dernière édition par mnep le Dim 25 Nov 2012 - 15:23, édité 1 fois
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  229
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  03/10/2012
    
                         
Artsenic  /  Autostoppeur galactique


Soif du triste et de l'art triste,
Soif de liqueurs et d'absinthe
pour oublier leurs iris absentes
leurs sourires chiffonnés
leurs esprit plus plat que leur poitrine
et leur verbe en demie-molle
Soif du triste et de l'art triste,
des lacérations chantonnées
des larmes mélodieuses
du spleen sans idéal qu'on crache sur un papier dans un micro ou une bassine
quand la tristesse est spirituelle et l'ivresse spiritueuse
quand la décadence est étudiée, l'agonie studieuse
Soif du triste et de l'art triste,
Graal défenestré, piétiné, oublié, mort
que leurs iris absente ne font qu'invoquer
Soif du triste et de l'art triste, de liqueurs de rancoeur d'étincelles et d'infini
Soif du triste, de l'artiste

 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Le fatigué, le pantomime, le chagriné : l'artiste
Ce qu'ils disent a bon dos, mais regarde-nous, pliés comme des tôles, fripés
Vieux et fiers et tristes et sous les saisons encore, qui déroulent leur alphabet d'art-triste
Tous les coeurs s'épuisent
A battre trop fort la cadence asymétrique de la peur,
de l'angoisse, de l'amour et de l'envie,
Tour à tour chemins de mieux
Tour à tour lacets lacérés enlacés
Noeuds furibonds que creuse le temps dans nos sillons de pluie

Que j'aime l'automne quand il s'arrête au T
Que j'aime l'été s'il s'arrêtait à nous
Qu'inonde le monde de ses bêtises de soleil, ses dessins au pastel
Rives intemporelles
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  253
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  Longues agonies d'un hiver trop tardif
   Date d'inscription  :  10/06/2012
    
                         
Natanaël Esykie  /  Autostoppeur galactique


Lancinante complainte qui corrompt l'esprit
De l'hiver finissant par se teindre de printemps.
Rives intemporelles aux rêves maudits,
Vivement que nous réveillent les oiseaux par leurs chants

Déjà les pieds glacés crient à la chaleur
Et déjà la glace pilée hurle de douleur
Et s'élançant à contre-courant,
Toute plume dehors
L'écrivain s'écrivant
Cherche à cacher ses remords.
http://www.esykie.me
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Remords effrayé de cette lassitude éreintée

O non je ne suis point vivant

Je ne vous l’avais jamais dit mais encor, mon corps c’est élevé

O soupçons macabre m’accablant de cette hérésie, perdurant

L’affront de ses terribles dérives

Mon amour brulant, jamais exhaussé de tes divagations vagues,

Après vagues qui venant s’échouer du même dessin, sur ces rives


Pardons pour les fautes...
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3866
   Âge  :  20
   Date d'inscription  :  12/07/2011
    
                         
Nywth  /  Ex-Ombre passée du côté encore plus obscur.


<< des dessins >> c'est ce qu'ils ont dit
chatonné fredonné je ne sais pas
pipe à la main fond de Noir Dez (cliché)
A trop chercher le rythme on ne le trouve pas
TamTam et des grattements
encore
Que l'hiver est froid quand il n'a aucun sourire
Que les tickets de métro sont pâles
Abandonnés dans la neige
et dans mes bras ouverts
Du vide
Un rythme (tamtamtam)
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Et si ton petit coeur d'artichaut venait à s'éteindre,
dans son bolide en laine, avec ses petites fautes et ses petites orthographes qui dérapent car il fait bien trop froid pour un mois d'avril et que ça glisse dehors, ça glisse de mille tendresses,
Et si ton petit oeil d'enfant venait à rester fixé sur le ciel, que deviendrait la lune ?
Et que deviendrait la nuit ?
Et les étoiles accrochées au plafond des forêts, est-ce qu'elles s'en iraient elles aussi ?
Pour avoir perdu les mots
que tu suspendais à tes lèvres
avec la maladresse de tes années
et la volonté des avenirs qui se profilaient
Est-ce qu'elles partiraient ou alors,
se moqueraient de ce petit monde d'en-bas,
qui n'est que petit et immobile
et qui ne vaut pas la peine que l'on en parle
de ce petit coeur framboise,
qui n'est que petit et immobile
et qui ne vaut pas la peine que l'on en pleure
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Pleurer pour pleurer, à quoi bon
Poésie malsaine qui me traine et m’entraine dans mon salon
A jamais oublier, wagon de patiences et meurtre de mon cœur
Salut chérie adieu malheur
Malversation amoureuse et délit de fuite
Jalonner de quartiers entier de menteurs et poussière sous le tapis, vivement la suite
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Pour la suite, il faudra tourner la page
Et pour tourner la page il faudra deux cents soixante-trois grammes de mousse au vin et vingt-quatre centimètres de guitare sèche
Et quand la page aura pivoté sur ses gonds, comme un ressort autour d'une porte, ou un cylindre autour d'un four, ou un pied autour d'un pieu, il faudra sans doute apprendre de nouveaux mots car ceux de la première page ne sont plus à la mode
La première page disait des mots d'avant,
La première page est grand-mère maintenant.
Il neige sur la première page comme il neige sur les rides mélancoliques des gens sages
Et si tu veux la suite, alors ferme les yeux et empresse-toi de presser tes doigts sur son rebords tremblant
La suite elle arrive en riant,
Elle est douce et enivrante
 
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2805
   Âge  :  26
   Localisation  :  Corbeille
   Pensée du jour  :  Curb your enthusiasm.
   Date d'inscription  :  21/02/2011
    
                         
Mha  /  Chose simple


Elle te bourre le pif comme du vin poisseux
De la cara tiède, du whisky mauvais
Le néant est proche, on s'y jette en riant
Simplement sans conscience, anesthésié de partout
Non, non rien n'a changé disaient-ils
Ils n'avaient pas tord
Les fous
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  658
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  28/01/2009
    
                         
véri  /  Hé ! Makarénine


:



Dernière édition par Hélène le Lun 8 Oct 2012 - 21:32, édité 1 fois
http://la-vie-sans-saveur.blogspot.com/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3959
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Alors, silence
et jésus-christ partout dans son coeur
c'était ça - déjà
enfin, je ne sais pas
l'amour la nuit partout éclaboussés
pourquoi pourquoi pourquoi
enfin c'est joli
tiens un papillon!
c'est le matin dans mon ciel
et je suis belle comme une tourterelle
la nuit par petits bouts reste embrassée à
mon ombrelle
soleil soleil encore! plouf


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 
   
    
                         
Invité  /  Invité


Si le matin dans ton ciel
Brille plus fort que le néant dans mon désert
Alors tu auras vécu plus fort que moi
Et que les milliers d'histoires que j'aurai rêvées pourtant si fort

Et si tu soleil par-dessus même les ponts d'orage entre les frontière fermées,
C'est qu'il te poussera bientôt des ailes, petite tourterelle
Sais-tu jusqu'où vont les oiseaux quand il leur pousse des ailes ?
Sais-tu où ils se cachent pour mourir ?
Sais-tu où est le printemps jonché de fleurs d'oiseaux morts ?

La suite absinthe, rhapsodie funambule, grimpe et grimpe le long des illusions
Chapitre un : raconte-moi comment tu es devenue un oiseau

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  229
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  03/10/2012
    
                         
Artsenic  /  Autostoppeur galactique


Animé mais sans aucun dessein je gribouille des dessins à Nîmes et
décède sous acides sulfureux
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3959
   Âge  :  24
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  mi-ette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


C'est le jour de mes noces On me fiance à la nuit
Les invités portent de drôles de draps usés
On les dirait fantômes on les dirait mariées
Alors je me balance sous ta main de géant
Elle m'arrache du dos des ailes et des roses
Quel beau jour qu'aujourd'hui la naissance me troue
Et je suis un oiseau et je suis


Miettes - Elèves - Nouvelles -Poésie mietteuse
 

 Le refuge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 19Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Bac à sable-